Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 23:06
Restauration de DESC après une cyberattaque menée par la Démiap

Restauration de DESC après une cyberattaque menée par la Démiap

L’équipe de DESC a le plaisir de vous annoncer la restauration du site web www.desc-wondo.org depuis ce lundi 13 juillet 2015.

Comme l’indique le communiqué de presse publié sur le lien suivant : http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=41&newsid=202171&Actualiteit=selected, DESC a cessé de fonctionner depuis le jeudi 9 juillet 2015 vers 10 heures de l’avant-midi, victime d’une cyberattaque au départ du service des renseignements militaires congolais (Démiap) de la Garde républicaine, chargée de la sécurité présidentielle en RDC.

Nos investigations avec le service de support technique de l’hébergeur du site, OVH, vont confirmer l’acte intentionnel d’une manipulation externe qui est parvenue à modifier le mot de passe d’accès au site au niveau du serveur wordpress. Pour ce faire, ils ont recouru aux services des hackers professionnels étrangers, travaillant en qualité de mercenaires, comme ils en ont l’habitude et qu’ils ont grassement payés par l’argent du trésor public et des contribuables congolais qu’ils spolient et paupérisent.

Ces analyses corroborent cette information reçue d’une source militaire, proche du Général Damas Kabulo, le Secrétaire général du Ministère de la Défense, la matière grise de Kabila, dans le secteur militaire :

« Toi et Desc vous êtes devenus des éléments subversifs selon le régime, surtout ton dernier article sur la tentative de mutinerie généralisée à Kinshasa a mis le boss très en colère, et il tonne sur tout le monde, c’est pour cela que Desc est ciblée ».

Un tel acte infâme illustre la nature (crimino-terroriste) d’un régime hostile à toute expression de la liberté démocratique. Cela conforte la pertinence des analyses de DESC et l’authenticité des révélations de DESC Confidentiel! Pourtant, DESC n’insulte ni n’utilise des mots grossiers comme le font plusieurs sites et personnes, qui ne sont nullement inquiétés ni ciblés par des attaques similaires.

Par ailleurs, DESC vient d’être alerté par plusieurs sources des autres actions que compte mener le régime pour nous faire taire. Nous sommes au courant de TOUS leurs stratagèmes conçus avec certains cabinets d’avocats congolais et belges grassement rémunérés par l’argent dérobé du trésor public alors que les militaires congolais croupissent dans la misère abjecte et le dénuement total. D’autres actions sont susceptibles de porter atteinte à notre intégrité physique ou à celle de nos proches, en utilisant notamment des tueurs à gage des pays de l’Europe de l’Est. Kalev Mutond (chef de l’ANR) et Jean-Claude Yav se promènent librement en Europe sans être inquiétés.

Plainte à déposer en Belgique contre les commanditaires de la cyberattaque de DESC

Sur la base de la Loi belge du 28 novembre 2000 sur la criminalité informatique, DESC se prépare à introduire une plainte contre quelques personnes bien identifiées, commanditaires de la cyberattaque dont il a été victime. Cette plainte vise le piratage ou hacking (550 bis du Code Pénal belge) ainsi que le sabotage informatique (550 ter du Code Pénal belge).

Pour information, la cybercriminalité s’est hissée au rang du terrorisme en tant que première menace mondiale pour la société. Les auteurs / commanditaires de l’acte contre DESC ont sans doute sous-estimé la menace à laquelle ils se sont exposés. Comme nous confirme notre avocat-conseil, sur base de cette plainte, des personnes mentionnées dans la plainte pourraient être interpellées lors de leurs déplacements dans l’Union européenne ou dans l’espace Schengen.

De par la ratification par la Belgique de la Convention (européenne) sur la cybercriminalité, la Belgique se range depuis le 1er décembre 201 ,derrière les accords internationaux concernant la criminalité informatique pour réprimer et lutter contre les abus liés au cyberespace. Cette convention interdit entre autres la fraude informatique, le hacking et la possession, la confection et la diffusion de pornographie enfantine et de virus… De plus, il est fait en sorte que les personnes juridiques puissent être reconnues responsables de dommages résultant notamment du hacking. Cet accord permet également aux Etats signataires de l’envoi et de la réception des demandes d’extradition ou d’arrestation provisoire.

Pour la Belgique, c’est le Federal Computer Crime Unit (FCCU) qui sera chargé de mener ces investigations. D’autres services spécialisés belges seront associés à cette démarche qui servira désormais de jurisprudence.

Nous ne rabaisserons pas au niveau de nos assaillants, DESC doit prendre de la hauteur

C’est ce que recommande l’analyste de DESC, Boniface Musavuli : « Merci cher Wondo pour cette information. Kabila est vraiment entouré de conseillers sans hauteur de vue. Un autre président aurait réagi en lançant une plate-forme concurrente et en recrutant des analystes d’un meilleur niveau que nous. Desc et nous aurions été confrontés à des débatteurs intellectuels coriaces, et personne n’aurait parié sur notre succès auprès des lecteurs. A la place, le régime tente de nous faire disparaître par une attaque en-dessous de la ceinture. C’est la meilleure façon de se disqualifier dans n’importe quelle lutte, intellectuelle notamment, et de dérouler le tapis rouge à l’adversaire. Chers amis, restons nous-mêmes. Pas d’articles revanchards après cette attaque indigne. Restons sur le même ton. Toujours de la pertinence, de la rigueur dans nos analyses et le même souci d’éveiller la conscience congolaise sur les enjeux auxquels la nation est confrontée, des enjeux qui vont au-delà du régime actuel. Les présidents passent, les peuples restent ».

Pour le juriste-criminologue Jean-Bosco Kongolo : « Loin de nous décourager, cette attaque et tant d’autres probables prouvent à suffisance que nous sommes dans le bon et que notre combat, celui d’idées et non de polémiques stériles, a réussi à déséquilibrer le régime, fondé sur le mensonge. Personnellement ça me donne encore des ailes et je ne vois pas pourquoi je dois m’arrêter. Courage à nous tous et allons de l’avant ».

Joël Kandolo quant à lui déclare : « C’est un grand soulagement de savoir que le site est rétabli. Non seulement ils nous ont motivés mais ils nous ont fait comprendre que nous sommes une menace pour eux. On verra la suite ».

Timothée Shutsha Tshaombo : « Nous devons être ensemble pour combattre cette injustice par nos articles ».

Selon un éminent juriste congolais et sympathisant de DESC : « Dommage pour la cyberattaque. Mais cela montre la qualité et l’utilité du site. Ne baissez pas les bras. Toutes mes sympathies ».

Pour le professeur Sinaseli Tshibwabwa Mulongeshi, un des contributeurs de DESC : « Cher compatriote, Bravo pour avoir réussi à relancer les activités de votre site. Ne pliez pas a ces intimidations et lâches cyberattaques. Vous avez tout notre soutien. Amitiés«

Fidèle à sa personnalité conciliante et pacifique, l’analyste Alain-Joseph Lomandja déclare : « La vérité est plus têtue que les responsables politiques qui la crucifient au quotidien… Courage à tous les patriotes! Mon vœu: pas de jérémiades ni de rhétoriques spécieuses sur leur acte. Les ignorer, rétablir l’accès au site et continuer le travail, c’est la meilleure réponse à donner à cette situation ».

Enfin, nous adressons nos remerciements à l’équipe technique de DESC, particulièrement à la haute expertise de notre webmaster Patrick Ifonge (Facilitateur & Consultant communication globale : pifonge@illmatik.com) et à Séphora Wondo, pour leur travail remarquable et d’arrache-pied en vue de la restauration du site. Nous remercions également tous les partenaires ainsi que le services spécialisés internationaux qui se sont mis à pied d’œuvre pour aider à rétablir DESC et à traquer ultérieurement les cybercriminels qui tenteront encore d’attaquer DESC. Nos remerciements s’adressent enfin à des centaines de lecteurs et sympathisants de DESC, qui nous nous encouragé durant cette dure épreuve par leurs nombreux messages de réconfort. Nous en reprenons un à titre d’exemple :

Roger Massamba « : « Mr JJW, nous vous soutenons dans vos douleurs barbares que les ennemis du peuple vous ont infligées, sachant très bien que votre site est mieux réputé et bien suivi dans le monde africain. Vous n’êtes pas comme les autres tralala, courage, la victoire est proche. Papa Wondo, un adage Tetela dit que otetela kéma fumbe[1] ».

Cette attaque contre DESC conforte davantage le travail de rigueur que doit mener DESC et nous gardons notre sérénité. Nous ne sommes plus que déterminés à œuvrer sans ménagement en faveur de la promotion d’une vision centrée sur la culture de l’Excellence, de l’Amour de la Patrie, du sens de l’intérêt collectif, de l’intégrité, de la probité morale, du goût de l’effort et de l’Amour du travail bien accompli.

Fait à Bruxelles, le 13 juillet 2015.

Jean-Jacques Wondo Omanyundu

Concepteur et administrateur de www.desc-wondo.org

[1] Une expression en langue Tetela qui renvoie à la vaillance du Peuple Ankutshu-Tetela 5anamongo) contre l’esclavagisme de Tippo Tip et qui signifie selon le contexte : un Tetela n’est pas dupe ou un Tetela n’est pas un soumis ou un esclave…

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com