Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 12:28

Innondation des Tutsi au Nord-Kivu:
Et si la Tanzanie jouait le jeu du Rwanda et de l'Ouganda?

Muana bitinda

 

Par Nicaise Kibel’Bel Oka (Journal Les Coulisses)

 

Depuis une semaine, le territoire de Rutshuru dans sa partie de Jomba et Tchengerero aux confluents du district ougandais de Kisoro et de la préfecture rwandaise de Ruhengeri est inondé des réfugiés tutsi et assimilés en provenance de la Tanzanie. Ces personnes réfugiées occupent l’espace sous contrôle des rebelles du M23 et ne sont soumises à aucun contrôle ni du gouvernement congolais ni du Haut Commissariat aux Réfugiés. Pour des observateurs au langage direct, ces genres de personnes très vulnérables qui ont tout perdu ont trouvé refuge dans cette partie du Nord-Kivu. Les plus habiles vont grossir le rang des rebelles du M23 pour affronter les Fardc. Par la faute de la Tanzanie qui aurait commis une grosse erreur en les expulsant sous le prétexte d’un conflit qui opposerait le président Jakaya Kikwete au duo Museveni-Kagame. L’on se rappelle que le président de la Tanzanie avait proposé comme ultime solution à la crise dans la région que chaque régime impliqué puisse prendre langue avec ses opposants armés. Même alors, comment peut-on chasser de son pays plus de 4 mille personnes constituant la classe la plus riche du pays, les éleveurs sans qu’aucun pays ni organisation internationale ne lève son petit doigt pour condamner cet acte ?

 

Au simple, le président Jakaya Kikwete a violé les conventions internationales en mettant hors de son territoire des Tutsi tanzaniens( les Banyambo), des Tutsi ougandais, des Tutsi rwandais( anciens réfugiés tutsi en Ougandais partis en Tanzanie à la recherche du pâturage lors de la guerre contre Idi Amin Dada), des Hima-Tutsi qui occupaient de vastes plaines et les anciennes plantations des Indiens récupérées par le gouvernement. Pour des analystes avertis, le geste du président tanzanien ne serait pas pour plaire à la RDC. Il obéirait plutôt à cette logique de balkanisation. On peut tout dire et brandir la présence des Casques bleus tanzaniens en RDC pour prouver la bonne foi de la Tanzanie. Même l’Enfer est pavé de bonnes intentions. Et pour cause ?

 

1 .Le geste de Jakaya Kikwete fait le lit du M23 qui reprend l’une des conditions de Laurent Nkunda, à savoir le retour des réfugiés « congolais » comme préalable à toute discussion. Ces prétendus réfugiés, ils sont les seuls à les connaître et à les identifier.

 

2. Le silence inimaginable des gouvernements rwandais et ougandais lors de ladite opération atteste que la Tanzanie aurait été manipulée par les objectifs de deux régimes en parsemant les populations à l’est. Aucune condamnation pour des pays qui disent se battre pour leurs peuples.

 

3. le Rwanda qui vit le drame de la démographie galopante n’a que faire d’autres Rwandais puisqu’ils n’ont plus de place dans leur pays d’origine. Il a d’ailleurs mis fin à la culture de beaucoup de bétail qui prend inutilement de l’espace au profit de nouvelles races de vaches laitières selon la formule « moins de têtes mais beaucoup de lait ». Il n’y a plus de place au Rwanda pour ceux qui sont partis. Tant pis pour eux.


4. Le HCR n’a pas jugé opportun de suivre le mouvement des populations chassées de la Tanzanie. Selon une source crédible, on compte à peine 360 ménages des Banyambo seulement en Ouganda sur les 4 mille personnes chassées de la Tanzanie au motif qu’eux restent en brousse et que les autres, étant des nomades, ils ne restent jamais à un même endroit.

 

Le dialogue de Kampala totalement bloqué

 

A Kampala, les délégués du gouvernement congolais s’ennuient, faute de clôturer le dialogue. Du chômage déguisé au point que même le personnel de l’hôtel se lamente de la monotonie de personnes qui y logent depuis 11 mois. Un hôtel, on y vient et on en repart après quelques jours. Mais à qui la faute ? Le délai fixé par la communauté internationale a pris fin depuis le 22 septembre 2013. A qui la faute ?

 

Le problème, c’est l’Ouganda.

 

Ce pays est largement impliqué dans l’agression de la RDC et dans son soutien au M23 et a trouvé une astuce, celle de tourner les Congolais en bourrique jusqu’à ce qu’ils se fatiguent et accèdent à sa requête. L’Ouganda protège les Forces négatives essentiellement le M23. Le facilitateur n’est pas un arbitre pour être neutre. Il a son parti pris et veut gagner du temps. Il compte sur l’usure du temps.

 

Tous les Congolais qui sont passés dans ce fameux dialogue de Kampala obtenu à coût exorbitant d’argent savent qu’en réalité, il n’y a jamais eu de véritable dialogue.

 

La stratégie adoptée par le facilitateur a toujours consisté à parler en aparté avec deux ou trois Congolais (et en quelle langue ?) avant de venir communiquer son point de vue. Les Congolais qui y ont assisté savent mesurer le malaise du Ministre des Affaires étrangères Raymond Tshibanda face à ce jeu malsain.

Mais également des membres de la délégation notamment la société civile du Nord-Kivu qui ne comprenait pas qu’on lui refuse d’exprimer son point de vue face à ces enjeux. L’Ouganda voulait un dialogue avec uniquement les originaires du (Nord) Kivu dans l’objectif de les flouer et de les manipuler aisément. Et il y avait réussi en faisant du sur place avec leur complicité et, comme le dit si bien François Muamba, en montant un vaudeville la veille du voyage de New York, laissant des Congolais pantois dans cette farce qui doit déterminer l’avenir de notre pays.

 

Que veulent Museveni et Kagame ?

 

Que veut Yoweri Museveni qui soustraite les dossiers de Paul Kagame ? Deux choses dont il faut tenir compte et qui fondent toute la politique de la déstabilisation du Congo.

 

Primo, il faut une amnistie générale aux rebelles du M23 même ceux des Rwandais et Ougandais qui combattent les Fardc sous le label du M23. Pour Yoweri Museveni et Paul Kagame, tout Rwandais et/ou Ougandais qui entre au Congo et déstabilise les Fardc devient ipso facto Congolais.

 

Secundo, il faut oublier la Cour Pénale Internationale(CPI), qu’il qualifie de tribunal conçu uniquement contre les Tutsi auquel Joseph Kabila fait foi et voudrait y livrer des Tutsi en faisant le jeu des Occidentaux. Que faire aujourd’hui au moment où Joseph Kabila a publié une liste reprenant les non éligibles à l’amnistie et à la réintégration ? Que faire lorsque plus de 80 pour cent des nominés sont Tutsi ? Si, d’une part, les politiques congolais brandissent la bonne foi et la patience dont a fait preuve Joseph Kabila restant sur les trois options politique, militaire et diplomatique, mais également en appliquant le proverbe burundais qui veut que si on veut sauver son enfant, il faut le confier au sorcier de telle sorte qu’il ne sache pas comment le manger, d’autre part, les Congolais de villages pensent qu’on ne doit pas rester indéfiniment à Kampala et gaspiller l’argent du contribuable congolais qui pourrait et devrait servir à renforcer les capacités des Fardc. Au risque de montrer le signe de faiblesse et d’allégeance aux agresseurs.

 

Honnêtement, tous ces Congolais qui sont à Kampala au nom du gouvernement se sentent diminués et humiliés dans une mission inopportune qui n’aboutira qu’à la guerre. Tout compte fait, ils attendent naïvement que les Chefs d’Etat de la CIRGL fassent le constat du blocage et décident de la guerre ou de la paix.

 

Naïvement, car la communauté internationale ne veut pas engager les Casques bleus dans une guerre où le Rwanda et l’Ouganda jouissent d’une large avance par leur position sur la ligne de front et sur le plan de ravitaillement des lignes arrières.

 

En attendant, le M23 sous l’impulsion de Kagame et Museveni se prépare à une grande et vraie guerre. Ils n’accepteront jamais que leurs « braves » enfants qui consacrent leur vie pour la protection de la minorité et la survie de la race soient honnis et jetés en pâture à la CPI comme des chiens galeux. Ici, la guerre est le langage de la paix. Ceux qui feront le Saint Thomas déchanteront.

 

Nicaise Kibel’Bel Oka

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com