Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 11:13

SADC et ses hallucinations contre la RD Congo

 

Compatriotes,

 

La mutualite des dictateurs de la SADC, lors de la cloture de ses assises du 37eme rencontre ordinaire, vient de certifier contre notre pays Congo et surtout sans nous des points relatifs a la destruction de notre Nation, parmis ses hallucinations vous trouverez entre autres l’appreciation du pogres de la stabilité politique et sécuritaire du pays, et l’'imposibilite du pays d’organiser les élections cette annee 2017.

 

Congolais Debout !

 

Compatriotes, voici l’une des preuves que nous devons seuls dresser nos fronts pour prouver en face du monde que nous sommes reellement des etres humains vivants sur la planete terre et que nous devons beneficier des droits fondamentaux de l’homme tels que declares 1789, les droits de liberte des citoyens  :

« il attend de chaque Congolais, d’accomplir la tâche sacrée de la reconstruction de notre indépendance et de notre souveraineté, car sans dignité il n’y a pas de liberté, sans justice il n’y a pas de dignité, et sans indépendance il n’y a pas d’hommes libres. » (Patrice Emery Lumumba)

 

Debout Congolais ! Dressons nos fronts longtemps courbes ! Nous sommes ce meme Peuple qui a conquis et deracine a mains nues tout un système sauvage des colons belges, rappelons-nous que malgre le  regne absolu du maudit système sauvage de plus de cinq décennies sur nos terres, celui-ci n’a pas pu desister devant Un Peuple a mains nues, UNI et DETERMINE un certain 4 Janvier 1959, et ce Peuple aujourd’hui c’est vous et moi, les veritables HERITIERS de entre autres Kimpa Vita, Mfumu Kimbangu et Lumumba.

 

Tu toma zibula meso !

 

VIVE LE CONGO LIBRE, UNI & PROSPERE.

Visitez nous sur www.kongolibre.over-blog.com

 

Joseph Diamena Matundu

MCom - Business Mgnt (UNISA)

Phone: +27 76 188 0417 +27 81 424 9935

 

Lisez les betises ci-bas :

Closing Statement by SADC Chairperson, H.E. Jacob Zuma,

President of the Republic of South Africa, Dirco, Tshwane,

20 August 2017

Your Majesty, King Mswati III, Outgoing Chairperson of SADC;

Your Excellencies, Heads of State and Government;

Ministers and Deputy Ministers;

President of the African Development Bank;

SADC Executive Secretary;

Members of the Media;

Ladies and Gentlemen;

We have now come to the end of the 37thOrdinary SADC Summit whose adopted theme is “Partnering with the Private Sector in developing Industry and Regional Value Chains”. This theme was carefully developed to build on the themes of the Republics of Zimbabwe and Botswana and the Kingdom of Swaziland.

The theme therefore is aimed at ensuring continuity and places particular focus on the implementation of the SADC Industrialisation Strategy and Roadmap in order to accelerate economic growth and development in the region.

Ladies and gentlemen,

As you are aware, this Summit coincides with the Silver Jubilee of SADC. As we celebrate the twenty-fifth anniversary of our Community, it is absolutely important to acknowledge that as a region, we have performed exceedingly well over the years. Our Region is undoubtedly politically stable and peaceful.

True to the key objectives of SADC, Member States continue to implement critical programmes of the organisation including the conduct of regular democratic elections. We continue to be guided by the principles of sovereign equality of Member States, solidarity, peace and security, human rights, democracy and the rule of law.

As we celebrate our Silver Jubilee, we saw an increase in membership of our Community when Summit decided to admit the Union of the Comoros, thus bringing the total membership of the SADC family to sixteen (16).

Ladies and gentlemen,

During our discussions, we bid farewell to President Eduardo Dos Santos of Angola who is retiring. President Dos Santos has been one of the key pillars of SADC.

We thus take this opportunity to thank him profoundly for his contribution to the liberation struggle in the region and his outstanding contribution to SADC. We wish him good health in his retirement. We also wish to take this opportunity to wish the people of Angola peaceful elections.

We also bid farewell to President Seretse Khama Ian Khama of the Republic of Botswana who is leaving office in April 2018.

In this regard, we thank President Khama for his active involvement and leadership in SADC. We will always remember his leadership of SADC during 2015/2016. We hope that even during his retirement, he will continue to contribute to the work of SADC.

Ladies and gentlemen;

During the Summit we reviewed the political and security situation in the region.

We noted with appreciation the relative political and security tranquillity in the region with notable challenges in the Kingdom of Lesotho and the Democratic Republic of Congo.

On Lesotho, we have welcomed the commitment of the new Government to implement SADC decisions.

In this regard, we have urged them to submit a clear time-bound roadmap on the implementation of all SADC decisions and Commission of Inquiry by November 2017.

On the DRC, the Summit noted that it might not be possible to hold elections in December 2017, due to a number of challenges currently receiving attention.

Accordingly, Summit has urged the Independent National Electoral Commission of the DRC to publicise the revised electoral calendar. The Summit has also approved the appointment of a SADC Special Envoy to the DRC in the level of a Former Head of State. There are consultations aimed at finalising this matter.

The Heads of State and Government have reiterated their collective resolve to promote peace and stability since this is a precursor to economic growth and development.

As indicated earlier, this Summit approved the theme “Partnering with the Private Sector in Developing Industry and Regional value-chains” as the theme for 2017 anddirected the Secretariat to operationalise it.

Africa is the richest continent with the poorest people. Our heritage and endowment must be used to drive economic development for the benefit of all Africa’s citizens.

Therefore, the discovery and exploitation of natural gas within our region should constitute the backbone of our regional economic integration.

As such, Summit directed the Secretariat to facilitate the establishment of a regional Natural Gas Committee to promote the inclusion of gas in the regional energy mix and in the promotion of industrial development.

Summit emphasised the need to have concrete outcomes so as to leverage our natural endowments to change the structure of our economies and promote value-addition with the focus on agro-processing, mineral beneficiation and pharmaceuticals.

There is convergence among member states on the importance of working with the private sector in this regard. Energy security is a critical input to industrial development.

This is an indication of our resolve to practically implement our Industrial Strategy and Roadmap.

In order to address the critical constraints of financing our work programme, we emphasised the need for resource mobilisation, including the Operationalisation of the Regional Development Fund. We all remain collectively engaged with working on improving the prosperity and development of our peoples.

In this regard, the SADC Integration Agenda is important for our family of nations.

The vision of a connected and prosperous African continent, the Continental Free Trade Area (CFTA) should find expression in the work of the COMESA-EAC-SADCTripartite Free Trade Area (TFTA).

As such, we should all continue in earnest with our engagements. We need to move forward with the plethora of issues on our agenda. We also welcome the solidarity displayed by our distinguished Guests from United Nations Economic Commission for Africa as well as the African Development Bank’s commitment to support our programme of action.

Ladies and gentlemen,

On behalf of the SADC family, we wish to extend our heartfelt condolences and express solidarity with the people of Sierra Leone and the Democratic Republic of the Congo that have lost their loved ones in the recent mudslide disasters.

Before I conclude, I wish to express my gratitude to His Majesty King Mswati III, the outgoing Chairperson of SADC for valuable contribution and leadership during the period he presided over our Organisation. He has made our work much easier.

In the same vein, I wish to thank the Republic of Botswana as the outgoing member of the Troika of the Summit and congratulate the Republic of Namibia as the incoming Chair of Summit.

Regarding the Organ Troika, I wish to thank the Republic of Mozambique as outgoing member and congratulate the Republic of

Zambia as the Incoming Chair of the Organ Troika.

I also wish to thank the SADC Secretariat under the Executive Secretary, Dr Tax and her Deputies for their professionalism and support. We look forward to closely working together during our Chairship.

Your Excellencies,

I wish you all a safe journey back to your respective capitals and thank you once again for your contribution to the success of this Summit.

Thank you

Obrigado

Merci!

Issued by The Presidency

Pretoria

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com
19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 10:39

Les garons de course a Kigali pour recevoir des instructions

 

Compatriotes,

 

Notre pays est en danger, il est temps que chaque digne fille et fils du Congo puisse élever son front devant plan marchiavelique de mettre tres bientôt notre pays a feu et a sang comme decrit au document ci-bas ou les terroristes tutsis recrutent et planifient une attaque d’envergure et dans tout et pour tout voici les preuves de sejours des traitres sur les sols de Kigali pour recevoir les ordres du veritable dirigeant actuel du Congo (ref Ban ki moon, https://www.facebook.com/jmatundu/videos/1781481178559484/), le plus grand genocidaire de 21eme siecle, terroriste. et haulocostiste Kagame :

Debout Congolais ! Dressons nos fronts longtemps courbes ! Nous sommes ce meme Peuple qui a conquis et deracine a mains nues tout un système sauvage des colons belges, rappelons-nous que malgre le  regne absolu du maudit système sauvage de plus de cinq décennies sur nos terres, celui-ci n’a pas pu desister devant Un Peuple a mains nues, UNI et DETERMINE un certain 4 Janvier 1959, et ce Peuple aujourd’hui c’est vous et moi, les veritables HERITIERS de entre autres Kimpa Vita, Mfumu Kimbangu et Lumumba.

 

Tu toma zibula meso !

 

VIVE LE CONGO LIBRE, UNI & PROSPERE.

Visitez nous sur www.kongolibre.over-blog.com

 

Joseph Diamena Matundu

MCom - Business Mgnt (UNISA)

Phone: +27 76 188 0417 +27 81 424 9935

 

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 13:54

JOSEPH KABILA ENVOI PLUS DE 100 JEUNES A MAKALA SANS PROCES :

Le dernier petit dictateur et tyran que la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila, à fait emprisonné plus de 100 Jeunes qui habitent les environs du Marche dit Wenze ya Bitabe à Kinshasa.

L'ami personnel du Président du Corée du Nord a reçu une pluie de pierre le lundi 14 Août 2017 aux environs de Wenze ya Bitate pendant qu'il se rendait à Kingakati mais cela il a continué son chemin jusqu'à sa destination. Arrivé à Kingakati, l'homme était fou de rage et très furieux au point qu'il à dit à sa cortège de rentrer par la même route comme si il avait un défi qu'il devait a tout prix relevé.

Le Président illégal et illégitime pensait qu'à son arrivé a ce niveau, la population allait le laissé passer en toute quiétude mais la pluie des pierres qu'il avait accueillis était encore plus grande que la précédente. C'est ainsi qu'il va donner l'ordre à sa soldatesque de discipliner les jeunes de cette contrée.

Le mardi 15 Août 2017, la soldatesque de la Kabilie est descendu sur le lieu, soit à Wenze ya Bitabe et a procéder à des arrestations massives de jeunes sans autre forme de procès en les conduisant directement à Makala par quatre convois

Lorsqu'ils étaient arrivés à Makala, la Direction pénitentiaire avait refusé de les recevoir alors ils sont allés au Parquet de Grande Instance de Kinshasa - Gombe en vue d'obtenir la pièce justifocative de leur détention. Sans les avoirs auditionnés, cette caisse de résonance du régime de l'ami personnl de Kim Jong Un a délivrer un Mandat d'Arrêt Provisoire collectif chose incompréhensible en droit congolais.

A l'heure qu'il est ces jeunes qui se trouvent à Makala en vertu des Mandats d'Arrêts Provisoire collectif pour avoir manifesté leur mécontentement contre l'homme de Kingakati depuis le mardi 15 août 2017.

Il est claire que cette manière d'agir à pour but d'intimider la population pour qu'elle se taise mais celle - ci est par contre déterminer à en finir avec lui.

Certains jeunes arrêtés disent que Monsieur Joseh Kabila n'a rien vu jusqu'à présent car le pire l'attend dans les jours à venir.

Un autre à déclaré qu'il est temps pour lui de chercher des hélicoptères car dans les mois qui viennent il ne passera sur aucune route de Kinshasa sans qu'il subisse le même sort.

Katangapost reste penché sur ce dossier et vous donnera des informations utiles quant à ce. D'après notre source du Cabinet de Néhémie, le dernier petit dictateur et tyran est dépassé par les événements.

Affaire à suivre

Notre Site : 
www.katangapost.com 
Sisco Mayala 
Journaliste Indépendant et d'investigation

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 12:59
La RD Congo en danger !
La RD Congo en danger !
Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 18:23
🚨🚨   Alerte alerte : du 18 au 19 Août, le regime sanguinaire planifie de mettre Kinshasa et Lubumbashi a feu et a sang
 
🚨🚨🚨Alerte alerte Le 18 et 19 Août bako bimisa batu balati ba bandeau ya rouge,Ba bimisa panic na Kinshasa et Lubumbashi,pouvoir en place bazo sala stratégie wana po ba décrété "État d'urgence " po ba élections eza la te,déjà que ekozala na yango te,mais bazo luka batia population na panic.Benga ba ndeko na yo na Kinshasa et Lubumbashi bazala très prudent,soki possible ba zaka kaka na ba quartier Ba évité ba déplacement to ba place neti ba grand marché,Ba bar.Ba jeunes garçons surtout bako sala ba enlèvement ebele.🚨🚨Pardon fait circulé,mboka eza mobulu,tozala très prudent.🚨🚨🚨18 et 19 Août congolais nioso évité ba place ya attroupement!!!
Information venant d'un agent de l'ANR.
 🇨🇩🇨🇩🇨🇩🇨🇩🇨🇩🇨🇩🇨🇩🇨🇩🇨🇩
Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 10:21

Trafic d’or et d'armes, général Amisi Tango Fort, M23, l'assassinat de deux experts de l'ONU…

 

que dit le dernier rapport du groupe d’experts de l’ONU qui sera présenté ce mardi 15 août au Conseil de Sécurité de l'ONU ?

Trafic d’or, accusations contre le général « Tango four », traque des ex-M23 ou encore des FDLR… Le dernier rapport des experts de l’ONU, rendu public le 13 août, contient de nombreux détails sur les crises que traverse la RD Congo. Il a été rédigé par les collègues de Michael Sharp et Zaida Catalán, assassinés en mars alors qu'ils enquêtaient dans la province du Kasaï-central.

Le 12 mars 2017, deux membres du groupe d’experts de l’ONU pour la RD Congo, l’Américain Michael Sharp et la Suédoise Zaida Catalán, étaient assassinés alors qu’ils enquêtaient sur les milices Kamuina Nsapu. Mais leurs collègues ont poursuivi leur travail d’enquête sur les crises que traverse le pays. Leur rapport a été mis en ligne dimanche 13 août et doit être présenté mardi 15 août au Conseil de sécurité de l’ONU. Voici ce qu’il faut en retenir.

Qui sont les assassins de Michael Sharp et Zaida Catalán ?

« Le 12 mars 2017, [Michael Sharp et Zaida Catalán] ont quitté [la ville de] Kananga pour une mission de terrain dans la localité de Bukonde, écrivent les experts. Le groupe croit comprendre que, vers 16 heures (heure locale), Michael Sharp et Zaida Catalán ont été exécutés par un groupe hétéroclite d’individus, dont l’identité n’avait toujours pas été établie au moment de l’établissement du présent rapport ».

« À la lumière des informations disponibles, on ne saurait exclure l’implication de différents acteurs (favorables ou non au Gouvernement), les factions Kamuina Nsapu, d’autres groupes armés et les membres des services de sécurité de l’État », assurent-ils, constatant en outre « qu’en dépit des éléments de preuve disponibles, certains autres suspects clefs n’ont pas encore été arrêtés ».

« Tango four » accusé d’être impliqué dans le trafic d’or

« Le groupe a réuni des éléments de preuve de l’implication du général de division Gabriel Amisi Kumba (alias Tango Four) commandant des FARDC de la première zone de défense du pays, dans le secteur de l’or », affirme le rapport. Selon les témoignages recueillis sur place, le général posséderait « quatre dragues », bateaux extrayant de l’or au fond de la rivière Awimi, près de la ville de Bafwasende, dans la province de la Tshopo, « par l’intermédiaire d’une entreprise locale appelée La Conquête ». Or les officiers des FARDC n’ont pas le droit d’exploiter des ressources naturelles.

Par ailleurs, arguant de l’identité de leur propriétaire, les conducteurs des engins refuseraient « de payer toute taxe à l’État », selon un témoignage recueilli par le groupe.

Collaboration entre l’armée congolaise et des dissidents des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR)

Les experts de l’ONU ont été témoins de contacts amicaux entre les Forces armées de RDC (FARDC) et des rebelles rwandais du Conseil national pour le renouveau et la démocratie (CNRD), un groupe armé issu d’une scission avec les FDLR. Les FDLR sont elles-mêmes issues des anciennes Forces armées rwandaises (FAR) qui ont fui au Zaïre après le génocide des Tutsis du Rwanda, en 1994, et demeurent un ennemi irréductible du gouvernement rwandais.

Les contacts dont ont été témoin les experts se sont produits en octobre 2016 dans la localité de Katsiru. « Trois éléments des FARDC ont déclaré au groupe qu’ils étaient ‘désormais avec le CNRD ici’ », écrivent les experts, qui n’ont toutefois « pas pu déterminer si et dans quelle mesure cette collaboration était approuvée par la hiérarchie des FARDC ».

Les FARDC semblent avoir fait de la lutte contre les FDLR la priorité, quitte à s’appuyer sur ces dissidents. « Des fonctionnaires des Nations Unies et des sources militaires ont confirmé que les FARDC progressaient en direction du fief des FDLR », notent les experts.

De mystérieux missiles SAM-16 repris aux FDLR

« En août 2016 les FARDC ont repris aux FDLR un système de missiles […] sol-air SAM-16 Gimlet ou 9K310 Igla-1 » à Mibirubiru, dans la province du Nord-Kivu, assure le groupe. « Le système présentait des caractéristiques similaires à celles des missiles fabriqués dans l’ex-URSS » et avait été « fabriqué en 1987 ».

Il lui « manquait notamment la batterie, la poignée de commande et l’alimentation ».

« Le groupe avait déjà signalé que les FDLR détenaient ce type de matériel et qu’en 1998 l’armée pour la libération du Rwanda, prédécesseur de fait des FDLR, s’en était emparé auprès du Rassemblement congolais pour la démocratie-Goma au Mont Goma lors d’un affrontement. Trois sources des FARDC et d’anciens hauts dirigeants des FDLR ont chacun confirmé cette information au groupe », écrivent-ils encore.

Comment la « guerre civile » burundaise se poursuit sur le territoire congolais

Plusieurs rébellions burundaises, opposées au gouvernement de Bujumbura, se trouvent dans la province congolaise frontalière du Sud-Kivu. Le groupe d’experts de l’ONU affirme ainsi que « les FOREBU [Forces républicaines du Burundi] qui ne prônent pas d’idéologie particulière autre que celle de s’opposer au gouvernement burundais, sont devenues, au milieu de l’année 2017, le groupe armé burundais le plus important opérant en République démocratique du Congo ». Il comptait « entre 300 et 500 combattants en mai 2017 », estiment les experts.

Face à cette menace, l’armée burundaise mène, selon eux, la lutte en utilisant parfois des moyens illégaux. Ils dévoilent notamment l’existence d’un réseau de trafic d’armes entre « des membres de l’armée burundaise, des intermédiaires et des groupes armés congolais. »

Ce réseau a notamment permis d’alimenter les milices d’autodéfense congolaises « Maï-Maï Mwenyemali, les Maï-Maï Bigaya, les Maï-Maï Nyerere et les Maï-Maï Karakara ». « Des sources ont expliqué au groupe d’experts que ces transferts viseraient à contrer les menaces à la sécurité que faisaient peser sur le Gouvernement burundais les groupes comme la Red-Tabara et les Forebu, en soutenant des groupes armés congolais qui pourraient à terme agir pour leur compte ».

« Des témoins lui ont fait état d’un transfert de 10 fusils et de six boîtes de munitions à Katogota, d’un autre de 15 fusils d’assaut de type AK-47 et d’un sac de munitions à Luberizi, et d’un troisième de deux mitrailleuses légères, deux lance-grenades, deux pistolets, cinq fusils d’assaut de type AK-47 et plusieurs caisses de munitions à Sange », poursuit le rapport.

Par ailleurs, le rapport revient sur une incursion de l’armée burundaise en territoire congolais à Kiliba Ondes le 21 décembre 2016, vraisemblablement pour y traquer des rebelles burundais. « Le groupe sait que les FDN [l’armée burundaise] franchissent régulièrement la frontière pour mener des patrouilles conjointes avec les FARDC » affirment les experts.

« Cinq témoins ont indiqué aux experts avoir vu des soldats des FDN entrer en République démocratique du Congo près du poste frontière de Vugizo autour de 7 heures. Peu de temps après avoir entamé leur progression vers le secteur 6 à Kiliba, ils ont ouvert le feu. Selon certains témoins, les FDN comptaient peut-être s’en prendre aux combattants des FNL-Nzabampema mais le bataillon des FARDC, stationné dans les environs, a riposté aux coups de feu des FDN. »

« Au cours des affrontements, un agriculteur et un soldat des FARDC ont été blessés. Si les déclarations sur le nombre de victimes divergent, une dizaine de témoins s’accordent pour dire qu’au moins trois soldats des FDN ont été tués, puis emmenés à la morgue de l’hôpital général d’Uvira. »

L’ex-Mouvement du 23 mars lessivé

Il fut un temps ou le Mouvement du 23 mars (M23), rébellion congolaise rwandophone menée par Sultani Makenga, faisait trembler l’Est de la RD Congo. Cette rébellion avait notamment pris le contrôle de la grande ville de Goma, en novembre 2012. À lire le rapport, ce temps est révolu. « Depuis la mi-janvier 2017, quelques 200 combattants de l’ex-M23 sont revenus en République démocratique du Congo, sous la direction du « général de brigade » Sultani Makenga ». Mais « il s’agit là d’une tentative éphémère et infructueuse » jugent les experts qui disent encore n’avoir pu trouver « aucune indication d’un appui extérieur pour ces incursions ».

« Mal équipés avec une dizaine de fusils seulement », ils auraient subi plusieurs défaites face aux FARDC.

Une église pentecôtiste impliquée dans le trafic de minerais

Les experts affirment qu’un site minier « non-homologué », celui de « Mpafu/Nyakoba » dans le territoire de Walikale, province du Nord-Kivu, était « exploité par l’Église de la pentecôte pour l’évangélisation du monde (EPEM) ». « Des minerais étaient stockés dans un entrepôt se trouvant sur le site de l’EPEM ». Ce minerai illégal serait ensuite blanchi au moyen d’étiquettes « provenant de sites homologués, moyennant 3 dollars par sac ». Le trafic d’étiquettes est malheureusement encore très courant, assurent les experts dans d’autres parties du rapport.

Plus de 150 kilogrammes d’or transportés par avion dans des bagages à main

« Le groupe a mené une enquête sur une Congolaise, Mme Élysée Kanini Chibalonza, explique le rapport. En octobre 2016, les agents des douanes de Dubaï ont découvert 150 kilogrammes d’or non déclarés dans ses bagages. Madame Chibalonza venant de Lubumbashi par un vol d’Ethiopian Airlines ».

Au cours de l’or actuel, ce seul chargement aurait une valeur d’approximativement 5 millions d’euros. Un chiffre extravaguant, d’autant plus si on le compare aux « 244,42 kilogrammes d’or » officiellement exportés par le pays sur toute l’année 2016.

Mais par quel miracle une seule personne a-t-elle pu transporter autant d’or dans ses seuls bagages à main lors d’un seul voyage en avion ? « Un volume d’un litre d’or pèse un peu moins de 20 kilogrammes. Suivant les normes appliquées par la plupart des compagnies aériennes, un bagage à main a un volume d’environ 15 litres. Par conséquent, un passager pourrait théoriquement voyager avec une quantité de 300 kilogrammes d’or placée dans un seul bagage à main ». « Aux dires de quatre personnes ayant des activités dans le secteur de l’or, il est courant que les contrebandiers achètent des sièges supplémentaires, vides, afin de pouvoir transporter le plus d’or possible en un seul voyage », note encore le rapport.

Selon les experts, une grande partie de l’or exporté illégalement de RD Congo transiterait notamment par l’Ouganda, « plaque tournante pour l’or produit dans d’autres pays ».

#Jeuneafrique

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 10:18

Alerte !! Hippolyte Kanambe et sa bande préparent un faux coup d'Etat militaire !!!!
___________________________________________________

 

.
Il nous revient que dans la nuit du 10 au 11 août 2017, des hommes non autrement identifiés s'étaient emparés des armes et des munitions entreposées dans certains camps militaires notamment le camp Tshatshi et le camp Kokolo. 
.

Une source onusienne basée à Kinshasa signale que le précité vol d'armes et des munitions fait partie du scénario d'un faux coup d'Etat militaire très sanglant imaginé par les éminences grises du régime Kabila notamment Azarias Ruberwa et Moïse Nyarugabo!

La Kabilie poursuit plusieurs objectifs à la fois notamment:

1- massacrer la population de Kinshasa;

2- emprisonner certains officiers supérieurs de l'armées congolaises lesquels sont jugés trop patriotes;

3- emprisonner ou pousser à l'exil certaines opposants politiques membres du rassemblement lesquels seraient prétendument de mèche avec les putschistes. Il faut souligner que deux opposants sont particulièrement visés Félix Tshisekedi et Martin Fayulu.

Dans ce scénario, la Kabilie n'a pas oublié notamment Sindika Dokolo, Moïse Katumbi et bien d'autres congolais de la diaspora... ;

4- retarder le processus électoral;

5- et finalement, décréter l'Etat d'urgence.
.

Cher(e)s Ami(e)s,

Nous Vous demandons de faire une large diffusion de cette information afin de décourager la Kabilie.
.

Bana mayele bayokaka !
.
Benjamin Stanis Kalombo 
#AprodecAsbl

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 10:14

Réflexions d’un philosophe(XII): L’incroyable résistance psychique des congolais !

 

Par rapport à la souffrance et à la maltraitance il existe un seuil au-delà duquel on ne peut supporter !

Les Congolais semblent avoir dépassé ce seuil de tolérance. Car ils supportent stoïquement la maltraitance qu'on inflige à leurs cerveaux, à leurs psychismes, à leurs intelligences, à leurs coeurs et à leurs ventres.

Les psychologues appellent cet état " la résilience " , c'est-à-dire cette capacité que l'on a de résister aux aléas de la vie.

Et cette capacité d'absorber les chocs, de se réorganiser pour continuer à vivre comme si de rien n'était, les Congolais en ont fait leur pain quotidien.

La conséquence de cet état d'esprit est ce haut niveau d'adaptabilité du Congolais face à la crise multiforme qui le terrasse.

En RDC, le prix du pain, du poulet, du sucre peut passer du simple au double et cela, en l'espace de quelques heures, le Congolais s'adaptera toujours et demandera à Jésus de lui venir en aide.
De même, on peut lui restreindre ou lui barrer carrément l'accès à l'Internet, il adoptera toujours la même posture.

On dirait que les autres voies de lutte ou de revendication lui sont brusquement devenues inaccessibles !

Le mal vivre engendré par la crise aux multiples facettes qui bouscule le Congolais et qui a cassé les codes, les repères, les valeurs, les croyances et les frontières entre le bien et le mal n'a pas encore réussi à créer en lui cette révolte intérieure capable de le pousser à mettre en route les moyens conséquents pour le juguler.

Cette crise aurait pu faire émerger une volonté ferme et déterminée de changement, une quête d'émancipation et d'auto-affirmation.

Les Congolais auraient pu instaurer une dynamique décomplexée visant une rupture radicale du lien avec la souffrance qui l'accable.

Mais au lieu de cela, ils ont choisi de patienter ! Ils patientent devant l'inqualifiable dégradation de leurs conditions de vie et de l'assombrissement de leur horizon.

Le chômage, la précarité, la privation des libertés, l'absence de perspectives pour la réalisation de ses légitimes ambitions sont devenus des hashtags des préoccupations quotidiennes du Congolais.

Quant à la partie de sa jeunesse qui étudie au supérieur, on a cimenté en eux le culte de la célébrité, ce qui les a converti en une génération d'admirateurs fanatiques. Ils cultivent en eux des rêves narcissiques de gloire, ce qui les conduit à s'identifier aux gens "célèbres ", devenant parfois des chantres de la médiocrité et de la banalité.

Se sont-ils un seul jour demandés pourquoi leurs aînés de Louvanium, eux qui avaient les meilleures conditions d'étude et de vie sur leur campus se sont révoltés en 1969 ?

Aujourd'hui, comment peut-on s'expliquer le fait que ce sont ces étudiants, qui sont obligés de payer cher, en espèces sonnantes et trébuchantes, leurs études voire leurs logements sur le campus et qui vivent parfois pendant de longs mois sans eau ni toilettes, qui soient justement ceux qui sont le plus portés à la patience et à la résilience ?

Les périodiques surgissements de leurs énervements sont marqués par l'alternance de la parole et du silence, du chaud et du froid, de sorte que les observateurs ne savent pas quoi en penser !

Le philosophe est celui qui n'a pas peur de spéculer. Effectuer un décollage conceptuel est un exercice quotidien en philosophie.
C'est ainsi que les attitudes, les propos, les faits et gestes sont regardés dans une approche herméneutique qui intègre l'effort contemporain d'analyse critique.

C'est ce qui justifie ce regard parfois naïf que je pose sur le vécu congolais dans une approche non seulement herméneutique mais aussi phénoménologique.

Je me rends à l'évidence que les Congolais sont devenus comme les habitants du désert qui, à force de vivre dans le désert, finissent par s'habituer aux rudes conditions de vie du désert, au point de croire qu'ils vivent dans un oasis ; jusqu'au jour où les tempêtes de sable leur font prendre conscience qu'ils vivent dans un désert.

Et nous, Congolais, sommes-nous tellement habitués aux conditions de vie du désert au point que nous ne ressentons plus la nécessité et le besoin de vivre dans un oasis ?

C'est là, la question que je vous pose !

Le 14 Août 2017

François Ndjeka 
Philosophe

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 11:57

RDC : Un an après la mort du 6ème Kamuina Nsapu, qu’en est-il de l’espace Kasaï ?

Par

 La rédaction

 -

août 12, 2017

http://www.depeche.cd/wp-content/uploads/2017/07/fosse.jpg http://www.depeche.cd/wp-content/uploads/2017/07/fosse.jpg

(Kinshasa, le 12 Août 2017)-Un an après la mort du chef Kamuina Nsapu, des violences secouent toujours dans le Grand-Kasaï. Jean-Prince Mpandi, le 6ème « Kamuina Nsapu » – nom désignant le chef coutumier des Bajila Kasanga-, tué dans un assaut des forces de l’ordre le 12 août 2016,  dans la province du Kasaï-Central, s’était révolté contre l’autorité de l’Etat notamment à cause du fait que son pouvoir coutumier n’avait pas été reconnu par le Gouvernement Central.

Cette mort était passée inaperçue pour plusieur alors que le Kasaï était considéré comme un havre de paix. La Monusco, par exemple, avait quitté cet espace deux ans auparavant.

Hélas! Ce décès a été l’élément déclencheur d’une des pires crises qu’ait connu le pays. Ainsi, l’insurrection touche directement cinq provinces. Plus d’1 millions de personnes déplacées, déjà 80 fosses communes découvertes, selon des agences des nations unies. Voilà un tableau de la situation actuelle au Grand Kasaï. Comment en est-on arrivé là ? Peut-on se demander.

Le chef Kamwina Nsapu avait pris, deux mois avant sa mort, la résolution de « débarrasser le Kasaï-Central de tous les services de l’ordre, auteurs, selon lui, des tracasseries de tout genre à l’encontre de la population », indiquent les sources locales à la RFI. C’est dans ce contexte qu’est née cette milice, sa milice.

Ainsi, le sixième Kamuina Nsapu, qui demandait sa reconnaissance par l’Etat et accusait le régime de vouloir asservir le pouvoir coutumier, à la suite du saccage de sa maison, s’est radicalisé jusqu’à sa mort il y a un an. Son corps disparait alors mais son message se diffuse à travers les Tshiota.

Notons que l’armée a été déployée pour faire face à cette insurrection. Elle est accusée depuis par l’ONU d’un usage excessif de la force. Ce sont les Lulua, l’ethnie auquel appartenait le chef Kamuina Nsapu, pour rappel, qui se sont révoltés et attaquaient tous les symboles de l’Etat les premiers mois après le décès du 6ème Kamuina Nsapu. Ainsi ces répressions se sont étendus jusqu’à toucher cinq provinces. En un an, la crise s’est ancrée avec plus d’un million et demi de déplacés, réfugiés, des centaines d’écoles, de bâtiments publics, d’églises pillées ou brûlées, des dizaines de villages détruits. Et ces 80 fosses communes qui pourraient n’être qu’un début.

Notons par ailleurs que ces violences ont causé la mort des deux experts de l’ONU en Mars dernier, Zaida Catalan et Michael Sharp. Ceux-ci ont été exécutés alors qu’ils étaient envoyés en mission par le conseil de sécurité des Nations Unies pour enquêter sur les fosses communes et sur l’origine de ces violences dans le Kasaï. Suite à ces violences, tous les rapports et messages de l’ONU sont restés confidentiels. Les journalistes étaient absents. Les casques bleus ont commencé à s’y déployer en décembre 2016 presque en catimini.

Un an après, ce n’est plus seulement le pape François ou le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme qui s’inquiètent de la répression. L’Union européenne a pris des sanctions contre neuf personnalités dont une majorité considérée comme responsable de la crise en cours dans le Grand Kasaï.

Ainsi depuis avril 2017, un nouveau chef Kamuina Nsapu a été reconnu par les autorités, pourtant c’est ce que réclamait son prédécesseur, le défunt Jean-Prince Mpandi. L’ONU dénonce alors la création d’une milice pro-gouvernementale aux comportements proches de l’épuration ethnique, ce que Kinshasa dément.

DEPECHE.CD

 

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 13:45

RDC : « Les Congolais debout », Sindika Dokolo lance un « mouvement citoyen » pour « l’alternance en 2017 »

L’homme d’affaires congolais et gendre du président angolais José Eduardo dos Santos lance, ce jeudi, un « mouvement citoyen » pour « sauver la RDC en 2017 ».

Il apparaît sur fond blanc, et avec une musique allant crescendo. Avec une vidéo de deux minutes taillée pour les réseaux sociaux, l’homme d’affaires congolais Sindika Dokolo a lancé ce jeudi 10 août un « mouvement citoyen » baptisé « Les Congolais debout », pour « l’alternance en 2017 ». « Si, comme nous, vous pensez que la RDC souffre d’avoir été trahie par ses dirigeants, devenez un Congolais debout », clame-t-il encore.

« L’objectif est de créer un mouvement non-violent capable de conscientiser les Congolais, explique Cédric Mala, un de ses coordonnateurs, qui apparaît dans la vidéo. À terme, nous organiserons des manifestations pacifiques et des sit-in à Kinshasa. Le mouvement a mis en ligne une plateforme pour recueillir les adhésions. « Nous comptons nous appuyer sur notre maîtrise des nouvelles technologies et du marketing en ligne », ajoute Cédric Mala.

Ce mouvement se veut ouvert aux membres de tous les partis politiques et à toutes les organisations de la société civile. Sur la vidéo de lancement, on peut notamment reconnaître le député d’opposition André-Claudel Lubaya ou encore l’abbé Joseph Lukelu.

Sindika Dokolo est, depuis le début de l’année 2017, ouvertement critique envers le président Joseph Kabila, dont le dernier mandat constitutionnel a expiré en décembre 2016, sans que des élections n’aient été organisées pour lui désigner un successeur.

Initiatives citoyennes

Il est également l’époux d’Isabel dos Santos, considérée comme la femme la plus riche d’Afrique. Fille du président angolais José Eduardo dos Santos, elle dirige la société pétrolière d’Etat Sonangol. Mais Sindika Dokolo assure que son militantisme se fait indépendamment de sa famille. Il ne cache pas, en revanche, sa proximité avec l’homme d’affaire et opposant Moïse Katumbi, candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle congolaise.

Ce n’est pas la première initiative du genre en RD Congo : les mouvements citoyens Lucha, fondée à Goma, et Filimbi, créé à Kinshasa, tentent déjà de mobiliser les Congolais dans une mouvance non-partisane pour mettre la pression sur le pouvoir. Confronté à la répression des autorités, ils ont pour l’instant eu un succès limité.

 

https://www.youtube.com/watch?v=dA8ki_1nXKY

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com