Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 11:41
WARNING: IMMINENT DANGER FOR CONGOLESE POPULATIONS!

WARNING: IMMINENT DANGER FOR CONGOLESE POPULATIONS!

https://congocoalitionblog.wordpress.com/2016/08/22/warning-imminent-danger-for-congolese-populations/

4,000 Rwandan troops arrived in Beni, in eastern Congo, this August 19, 2016. When is Rwanda going to stop killing Congolese? Until the UN and US investigate the UN Mapping Report of October 1, 2010, or until Kagame, Museveni, and “Kabila” are called to account for their crimes? (photo cr:armyrecognition.com)

WHAT ARE RWANDA, UGANDA, AND “JOSEPH KABILA” UP TO IN EASTERN CONGO?

The Congolese expert in intelligence who was trained in the top agencies of the world including the US, Germany, and Israel, who also directed Zaire’s intelligence services during part of Mobutu’s rule, and who is the only former Mobutu’s official who has been publicly engaged, through his movement called APARECO, joining forces with other Congolese in the worldwide Congolese Common Front, in trying to stop the DRC’s ongoing genocide and occupation by Rwandan and Ugandan forces, he, Honore Ngbanda, through his APARECO, has just issued, in French, an urgent warning about major events brewing in eastern Congo (No one has ever disputed the truthfulness of any secret dealings that he has exposed, such as how Paul Kagame and “Joseph Kabila” have infiltrated all the DRC institutions with Rwandans who make up a parallel government that truly runs the DRC):

Honore Ngbanda, the DRC expert in intelligence and former intelligence services director and minister of defense during part of Mobutu’s reign. The only Mobutu’s official who is fighting to end the Congo genocide, gang rapes, and Rwanda’s and Uganda’s occupation of the DRC…

4,000 Rwandan soldiers have occupied the Beni airport in North Kivu since this past Friday 19th, 2016. Why? What is happening? What is in the works?

At the same time, 8,000 Ugandan soldiers have been stationed on the Ugandan border across from the Congolese town of Kasese, ready to move in and join forces with the Rwandan soldiers in order to heap havoc on the Congolese populations.

Meanwhile, from the DRC side, “Joseph Kabila” has infiltrated in the Congolese army in eastern Congo, thousands of Rwandan soldiers and officers who have been given FARDC’s uniforms and who operate, during the night, as “militias” and “rebels”, and, after gang raping, mutilating, and slaughtering Congolese people with machetes and hacks, and old hoes, they retreat to the army barracks before dawn where they put back on their uniforms: unseen and unheard!

Instantaneous metamorphosis: how “Joseph Kabila” helps Rwandan soldiers become Congolese soldiers by giving them FARDC’s uniforms that they just put on top of their Rwandan army uniforms…

Most of these 4,000 Rwandan soldiers are former prisoners, most of whom carry the HIV virus, who are given the assignment to go to eastern DRC and be paid to kill, and mutilate civilians, and, one of their incentive or reward is the “freedom” to rape any Congolese women, little girls, babies, or old ladies without worrying about the consequences of infecting or destroying these Congolese females (Panzi Hospital of Dr. Mukwege knows the reality of these crimes). In order to carry out their assignment, these soldiers need no military training since the FARDC forces in eastern Congo are their fellow Rwandans who are there to work with them in ethnically cleansing eastern DRC of its Congolese populations as Rwandans move in to occupy the Congolese villages and towns.

This same Friday 19th, according to APARECO’s sources, a technical meeting took place in the Rwandan border town of Gisenyi next to eastern Congo, where 14 Burundian Tutsi military generals who are beholden to Paul Kagame and were led by General Niyombare who is well known to MONUSCO and others. These generals met with the fighters of M23 (hopefully everyone remembers that M23 fighters are Rwandans from Rwanda who were recruited in Rwanda and sent to go cause havoc in DRC, as the United Nations Security Council exposed it in 2012 and, even former head of Rwandan Military Intelligence, Colonel Patrick Karegeya, revealed and confirmed it, in 2014, to the French news agency RFI – So, who are those who are still so stupid or illiterate that they do not know this, and, therefore, Kagame and “Kabila” are trying to fool them by still boldly and publicly stating that, for peace’s sake, they are going to take these M23 Rwandan fighters from Rwanda, who are 100% Rwandans, and insert them, again, in the DRC army pretending that they are Congolese?). This meeting in Gisenyi was intended to coordinate the planned murderous actions in eastern DRC against the Congolese populations.

This is why Paul Kagame and “Joseph Kabila” always assassinate any Congolese military officer who defeats Rwandan army units. Examples are General Mbuza Mabe, Colonel Mamadou Ndala, and General Lucien Bahuma, just to name a few. The Congolese troops and young officers are killed every day and those in military camps are disarmed and left to suffer and die; and, “Joseph Kabila” who is supposed to be their Commander-in-Chief, has been participating in this slaughter since he is, actually, Paul Kagame’s Trojan Horse in DRC…

All these preparations to cause havoc in the DRC, especially in eastern Congo, between now and December, have one goal: to keep “Joseph Kabila” in power past December of this year until Barack Obama leaves office, because, then, “Kabila” will continue to rule the DRC just like Paul Kagame and Yoweri Museveni are doing in their countries. Kagame and Museveni know that if “Joseph Kabila” is no longer president of the DRC, they will lose their grip on eastern Congo where, working together with “Joseph Kabila”, they’ve been killing, gang raping, mutilating, and displacing Congolese populations while, at the same time, looting the DRC’s resources enriching themselves and their international partners.

So, these three decided that if the international community is ok with Kagame and Museveni continuing their crimes in DRC, who’s going to make them not support “Kabila” continuing to rule in DRC?

As things are tightening up against him in Kinshasa, “Joseph Kabila” is spending most of his time in Goma, an eastern Congo town that is 100% controlled by Rwanda as is the entire Congolese Kivu, as Herman Cohen revealed as early as 2008, and the Beni Lubero priest, Vincent Machozi, revealed on the internet site BeniLubero.com, in March, 2016, which led to his assassination by Rwandan soldiers by orders of Paul Kagame and “Joseph Kabila”. Indeed, plotting to allow Rwanda to take control of Congolese Kivu has been one of the tasks that were assigned to “Joseph Kabila” when his former commander-in-chief in the Rwanda army, Paul Kagame, arranged for him to become “president” of the DRC. Thus, “Joseph Kabila”, in Rwanda-controlled Goma, is right at home, protected by his hired Namibian mercenaries and his fellow Rwandan Tutsi soldiers, albeit in FARDC’s uniforms.

Now, the populations of Beni and of Kasese are beginning to leave their houses and run to hide in the forests where they might escape for a while but they surely will be chased and slaughtered out of sight, even during the day, by these foreign forces from Rwanda and Uganda.

Where are MONUSCO, the US, the UN, and the EU, human rights NGO’s such as Human Rights Watch, Amnesty International, and others to sound the alarm, as these troops begin to encroach on eastern Congo?

Remember, once more, that the entire Congolese Kivu is 100% under the control of Rwanda… Any “new” militias such ADF (which is a Ugandan backed militia – why would Ugandans who want to overthrow Museveni in Uganda would be killing innocent Congolese people in their own country?) or the new “Islamist Terrorists” (who are nothing but Rwandans who drink alcohol and speak in Kinyarwanda and who were exposed by Reverend Machozi) are creations of Rwanda and Uganda in order to create a cover for the three partners, Kagame, Museveni, and “Kabila” to continue to slaughter Congolese people and create the excuse for “Kabila” to continue in power in DRC…

The UN and the world, you are warned so NOBODY would ever say that they never knew, as the Congolese people continue to be slaughtered.

Do you Know Where the South-Sudanese Chef Rebel is Hiding ? – The Secret of Pact KABILA – MACHAR

Posted in Les Dépèches By BLO On août 24, 2016

Riek Machar and a number of his troops are settled in Dungu Territory, in the Province of Haut-Uélé, DRC, since a certain time. This information was meant not to be known neither by Congolese people nor by foreign opinions. Taken in charge by the Congolese government, Machar can freely travel from Dungu to Kinshasa by the special presidential jet.

The prolonged stay of the Congolese President in the Eastern Congo has allowed us to discover the hidden face of the one who once was held as hero of peace the year that marked the end of rebellion in the DRC and his ramifications. Today, the time has come for the world to understand why the DRC has never known peace under his reign.

On August 17, 2016, as the nation and the world still had their attention on the events subsequent to the massacres in Beni, the Congolese President took that opportunity to go unnoticed on a top-secret mission at Aru, a town located in the far north-east of the country.

Which kind of mission was that all about? Certainly not to find a solution to massacres of the innocents of Beni or to the recurrent insecurity in Garamba National Park and other peace related issues in the region. On the contrary, Mr. the President is engaged in setting fire, and make it burn even ardently where it wouldn’t have been.

Joseph Kabila has thus decided to seal secretly an alliance with the South-Sudanese Chief Rebel, Mr. Riek Machar who is currently fighting President Salva Kiir’s legal government of the young Republic of Soutth Sudan. The Congolese president flew over Butembo and Beni, sneeringly looking down upon the poor mourners of their loved ones massacred in Beni, and landed at Aru, where he had to partake in a historic meeting with Machar.

Among his acolytes to support him in this program were General GAHIZI, General AKILI MUHINDO alias MUNDOS, general BONANE, Senator John TIBASIMA MBOGEMU ATEENYI, Honorable AUTSAI ASENGA (former Governor of Province Orientale), etc.

The essential of their meeting consisted of the following agreements:

– Congolese president, Joseph KABILA, ensured Riek Machar and his troops to offer them asylum on the Congolese territory, in order to establish their military base in Dungu territory, precisely in Garamba national park. In fact, approximately 10,000 Machar’s troops are already on Congolese territory, precisely in the triangular zone expanding from Kengezi-Base (Ingbokolo) to Doruma, all through the Garamba. General BONANE has been appointed to take care of these South Sudanese rebels and create favorable conditions for them, and help them in military recruitment and formation in Aba area on account of the alliance Kabila-Machar.

– The Congolese President will be in charge of providing his guests with all that they need, including health care for Machar’s troops. Effectively, General Bonane is already supervising medical treatments of Machar’s wounded soldiers in health facilities in Dungu. In fact, one Machar’s military officer has been transferred to Bunia, in Ituri, for proper medical treatment at Bunia General Hospital.

– Meanwhile, it has been agreed upon that Riek Machar will give priority to supporting Kabila in his effort to pervade general chaos and take the Eastern and North-Eastern regions of DRC. Kabila requested Machar to immediately provide him with 2,000 soldiers who will be used to support Rwandan immigrants settled in Boga and Tchabi, and to exterminate the local people in the way of what has been going on in Beni since two years now.

Note that a Congolese businessman named IDI TABAN has been associated in this enterprise to supply stuff to the troops and to mobilize the Kakwa community from Congo, Uganda, and South-Sudan to provide potential candidates for recruitment needed for Kabila-Machir alliance. However, Senator TIBASIMA has been appointed to supervise the follow up of this alliance in Bunia and mobilize Hema notabilities for this cause, while taking care of medical treatments of the rebels admitted in Bunia hospitals…

After this meeting, Kabila and Machar went together spend a night in Isiro to continue their private discussions. Kabila regained Goma the following day.

It is in this evil undertaking that the Congolese vice Prime minister and Home Land Security Minister, Mr. Evariste Boshab undertook a quick visit at Garamba last August 18, 2016 in order to finalize the planning of the Kabila-Machar project and take adequate dispositions to care for Machar’s troops and to secure their military base that will be established in Garamba national park. It is during his visit that the above attached photo was taken.

In addition, Mr. ABDALLAH PENEMBAKA, Governor of Ituri Province, was instructed to take appropriate dispositions for the success of this Kabila’s project. That is the reason why he visited Kangezi Base last August 19, 2016, where, on the command of President Kabila, he has to meet with Riek Machar and his 300 men.

Meanwhile, it is apparent that Riek Machar’s troops are already arriving massively in Isiro. Isiro airport has suddenly become busier and busier with suspects traffics and flights. Libyans are also allegedly named among arriving mercenaries. Curiously, it has been observed that the staff at Isiro airport from the Nande ethnic community have been imposed a vacation. Joseph Kabila’s secret services suspect them for leaking secret information concerning the project plan that is underway in the region.

In addition, it has been planned that Machar should travel to Kinshasa, then to Ethiopia for lobbying in favor of this new alliance between him and the Congolese President.

See now how the Chef Executive of the DRC has finally distinguished himself as expert in supporting negative forces in this region of his country! It seems as if it was not sufficiently enough or successful for him to having created local armed groups (CNDP, M23, and other different groups of Mai-Mai). So, he has now become “international” recruiter. He has been sponsoring also FDLR (from Rwanda), ADF-NALU (from Uganda), LRA (from Uganda). Now he has brought in and is sponsoring rebels from South Sudan. So you see, those are guests of honor invited by the Congolese President to crash down the Congolese local people and citizens. What a horrible thing!

And, if that is the real objective of the power of Joseph Kabila as President of the country, how could one expect peace in the Eastern DRC and the whole Great Lakes Region?

The day before he was gruesomely murdered, Father Vincent Machozi posted on benilubero online, saying:

« One thus understands the serious danger of extending Joseph Kabila’s power beyond constitutional presidential terms. Congolese worthy of this name must refuse any kind of betrayal. In fact, given what is happening in Kivu-Ituri, any transition beyond December 2016, would give time and means for to the Congolese government which is evidently accomplice in Rwandan occupation of Kivu-Ituri underway” (Father Vincent MACHOZI, March 19, 2016).

©Beni-Lubero Online.

Islamist Slaughters – Terrorists of Beni and Government, caught in flagrance in Butembo

Posted in Les Dépèches By BLO On août 24, 2016

Posted in Les Dépèches By BLO On août 21, 2016

The mood in Butembo is tense this Sunday. The whole town is in ebullition. Even children under 4 years old would not continue to trust the army.

This morning of August 21, 2016, a non-matriculated minibus with closed windows with curtain was coming from Rutshuru and stopped downtown Butembo at the place called La Concorde for a breakdown reason: flat tire. However, passengers did not come out of the vehicle. Given what is happening these last three days, people suspect that the vehicle might be transporting enemies. Curious enough, they draw closer to see what or who are in the vehicle. They realize that there was no seat in the minibus but a load of stuff covered with a tarp. They alert the youth group called “verandistes” who swiftly arrive at the spot. Without delay, they search the minibus. Great surprise! They couldn’t understand it! The passengers are “Hutus” laying and covered in the tarp: children, men, and women.

Their baggage consists of machetes, knives, and axes. The search continues. They have papers signed by chiefs from Masisi. They are looking for arable land. But the treasure is hidden in the vehicle. Surprising discovery: the new army uniform that Congolese soldiers are now wearing at the front, to distinguish themselves from the enemies, according to the most recent decision from the Congolese Army hierarchy. See images below.

The news spreads fast. The “verandistes” have caught up a group of slaughters in Butembo. Children, women, young, and adults in the groups of slaughters who massacre our population. The crowd grow angrier when they find the newly suggested uniform for the Congolese army at the front in the hands of the enemies.

From videos taken at the scene, one could see the angry crowd ready to lapidate. Some disturbing images show a mother being dragged down with his baby on her back. However, the people with their heart in hands had pity on the child and abstained of stoning to death the enemies. It is a crime against humanity, and especially using children in a genocide initiative!

The police arrive and rescue the presumed slaughters. It is late, the army has been caught up! The new military uniform was meant to be worn by Congolese soldiers in order to avoid any confusion with the enemies and to prove their in the genocide of the Nande people.

In the north of the city, at Furu, people decide hic et nunc to march and go down the streets to denounce the complicity of the Congolese government in the genocide of the Congolese people. No more doubt that the curfew decreed for Beni and Butembo was meant to allow the enemies to infiltrate these towns.

The order has been given. The police and the army have to intervene and prevent the angry population to revolt. The crowds were dispersed in all directions with gunshots. Until 6 PM gunshots were heard in the whole city. The facts are so evident that arise some questions that need the answer from the Congolese government as soon as possible.

1. Among the stuff found in the minibus, there was the Congolese new military uniform! How come that within one week since the uniform was proposed to the Congolese soldiers is already in the hands of the enemies? Who provided the uniform to the enemies? ADF? Antipas Mbusa Nyamwisi ?

2. Two years ago, the government (Mende and Julien Paluku recall this) ordered local populations to abandon their villages and land or fields until the army had establish security in the area. Because it would be lack of responsibility for the government to watch powerlessly his people being massacred without any intervention. How come that the government is now supporting other, foreign population to occupy the land of local populations who have been forced to leave for their safety?

3. Few months ago, under the request of the Provincial Assembly, Julien Paluku signed a decree that suspended any migration of populations within the province. This decree is still effective. Now, why the migration of populations has started again just after Joseph Kabila’s visit and the massacres of more than 200 civilians in Beni?

4. They had a road map document signed on August 15, 2016 by local chief “Mwami” Bauma Bitsibu Wa Bulenda from Masisi. On the same document the departure date is August 12. The migrants were caught up in Butembo on August 21. According to the document, they were heading to Irumu, precisely in Walese to join their family relatives. In fact, it is in Irumu-Tchabi that we observe a concentration of Rwandans coming in from Tanzania where they have been expelled from. What is astonishing, one of them holds a bill of sale of land in DRC, but signed and delivered in Uganda on May 19, 2016. How come that someone from Masisi buys from an Ugandan a land on Congolese territory?

5. Last, concerning the minibus: why did the traffic police allowed a vehicle with no license plate on the road and with passengers?

What has been discovered today unfold once more the complicity of the Regime in the massacres in Beni. When in Beni the government decide now to prosecute the presumed ADF caught few months ago, we understand that it is simply a game going on in order to dupe national as well as international opinions, to make them believe that the criminal slaughters are “rooted in the local community,” according to the words of Mr. Mamadou Diallo, the vice special representative of the UN, on radio Okapi.

It has also been reported that a motorcycle taxi man has been killed, shot dead by a police officer at Kauntura round about. May he rest in peace. His name is Mbusa Kanduki, born in Kayna on August 16, 1984, in Kihate County. Another taxi man was seriously wounded. We also learn that another minibus with suspect enemies has arrived via Kyondo and is heading to Beni. That is the peace that Joseph Kabila has promised the people of Beni and Butembo. In a respectful law country, the Supreme Court should have assumed its responsibility!

« One thus understands the serious danger of extending Joseph Kabila’s power beyond constitutional presidential terms. Congolese worthy of this name must refuse any kind of betrayal. In fact, given what is happening in Kivu-Ituri, any transition beyond December 2016, would give time and means for to the Congolese government which is evidently accomplice in Rwandan occupation of Kivu-Ituri underway” (Father Vincent MACHOZI, March 19, 2016).

©Beni-Lubero Online.

Published by kongolibre.over-blog.com
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 11:36
RD Congo – massacres :  Qui sont les tueurs de Beni?

RD Congo – massacres :

Qui sont les tueurs de Beni?

par MUSAVULI

Mardi 16 août 2016

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/rd-congo-massacres-qui-sont-les-183706#_ftnref1

Cinq jours après le passage du président Joseph Kabila à Beni, dans l’Est de la République Démocratique du Congo, un nouveau massacre s’est produit dans la ville. Le massacre s’est produit au Quartier Rwangoma à seulement 2 km du centre-ville de Beni, une ville pourtant quadrillée par plusieurs bataillons de l’armée nationale, les FARDC. Comme d’habitude, les tueurs sont tous repartis sans qu’un seul soit capturé ni par l’armée ni par les casques bleus de l’ONU. L’occasion de répondre à une série des questions que bien des gens se posent depuis des mois sur les auteurs des massacres à caractère génocidaire qui sévissent dans cette partie du pays depuis octobre 2014. On les appelle « les rebelles islamistes ougandais ADF », une version officielle qui mérite d’être disséquée.

Nous essayerons d’expliquer qui sont réellement les tueurs de Beni entre la réalité des rapports de force sur terrain, une version officielle qui ne tient plus la route et des certitudes tirées des enquêtes et des recoupements de plusieurs témoignages et rapports sérieux.

I. La situation militaire à Beni et les rapports de force

Le Territoire de Beni est sans doute le territoire congolais où l’on observe la plus grande concentration des militaires par habitant et là où l’inefficacité de l’armée peut difficilement trouver une explication rationnelle. En effet, les recherches entreprises par le GEC, un groupe de recherche basé à New York[1], sont que les effectifs des ADF oscillent entre seulement 100 et 260 maquisards[2]. Ils sont confinés dans un petit triangle d’une cinquantaine de kilomètres. En face, l’armada de l’armée congolaise, les FARDC. Les recherches de DESC-Wondo font état d’une présence à Beni d’environ 25.000 soldats opérant dans différentes unités[3]. Toujours au sujet de la puissance de feu dont dispose le Congo, il faut rappeler que les FARDC sont une force de 150.000 soldats, appuyés par la plus grande et la plus coûteuse mission de maintien de la paix au monde, la MONUSCO, forte de 19.815 casques bleus dont une brigade d’intervention créée en 2013 spécialement pour traquer et neutraliser les groupes armés[4]. Cette Brigade comprend trois bataillons d’infanterie, une compagnie d’artillerie, une force spéciale et une compagnie de reconnaissance.

En gros, avec 25.000 soldats déployés à Beni, un petit Territoire[5], et les divers appuis de la MONUSCO, le Congo dispose largement des moyens internes pour venir à bout d’une centaine de maquisards confinés dans un mouchoir de poche. D’où cette question : qui sont vraiment ces « ADF » ?

II. Vérités et mensonges sur les ADF

La version officielle consiste à présenter les ADF[6] comme des terroristes islamistes ougandais, en lien avec des groupes terroristes étrangers, et qui massacrent des civils dans le cadre de leur nouvelle stratégie. Selon cette version, les ADF feraient partie d’un réseau transnational d’islamistes qui s’étend jusqu’au Sahel, en passant par Boko Haram et les Al-Shebab somaliens, voire les talibans en Afghanistan. Cette version a été bâtie à partir des confidences d’un mystérieux personnage qui se présenta comme un transfuge des ADF et qui est connu sous le sobriquet de « Mr X »[7]. Durant des mois, ce fameux Mr X sera l’informateur attitré de la MONUSCO sur les ADF jusqu’à ce que des recherches aboutissent à un constat accablant ! L’homme est un affabulateur qui inventait ses récits et racontait n’importe quoi. Le chercheur américain Daniel Fahey, ancien coordinateur du Groupe d’experts de l’ONU sur la RDC, l’a rencontré et a publié un article intitulé « L’homme qui a floué l’ONU »[8], dans lequel il énumère la litanie des mensonges sur les ADF que ce monsieur a réussi à faire avaliser par le gouvernement congolais et la MONUSCO. En réalité, loin de la « version officielle » l’acronyme ADF ne désigne pas un même groupe d’assaillants. Pour comprendre l’affaire des ADF, il faut se situer dans le temps. L’histoire des ADF a en effet évolué passant d’une phase à l’autre : de 1995 à avril 2014 ; puis d’octobre 2014 à nos jours.

$1a) Les vrais ADF : de 1995 à avril 2014

En 1995, après avoir été chassés d’Ouganda d’où ils sont originaires, les ADF, un groupe armé de tendance radicale-islamiste, ont établi leur base arrière dans le Territoire de Beni (Est du Congo) suite à une alliance avec l’Armée nationale pour la Libération de l’Ouganda (NALU), un autre mouvement rebelle ougandais installé dans le Territoire de Beni depuis 1988. Cette fusion donna naissance à une coalition connue sous l’acronyme « ADF-NALU ». L’objectif commun de ces deux groupes était de renverser le gouvernement ougandais. En décembre 2007, les combattants de NALU se sont rendus, dans le cadre des pourparlers de paix avec Kampala. Le 17 mars 2008, le gouvernement ougandais a reconnu le Royaume du Lwanzururu, satisfaisant ainsi la principale revendication des combattants de NALU. Seuls les ADF sont donc restés dans les maquis de Beni[9].

Pour revenir aux ADF, fin 2013, après la victoire sur le M23, les FARDC et la MONUSCO ont été déployées en Territoire de Beni pour mener des opérations contre ce groupe armé. Malgré l’assassinat de l’officier qui devait piloter la première phase des opérations, le colonel Mamadou Ndala, le 2 janvier 2014, la campagne militaire fut menée avec succès sous le commandement du général Jean-Lucien Bahuma. Elle fut achevée en avril 2014 avec la prise de toutes les localités que contrôlaient les ADF, dont Medina, leur centre de commandement. Le leader des ADF, Jamil Mukulu avait fui Beni dès février 2014, abandonnant ses troupes en pleine débandade. Il sera arrêté en Tanzanie en mars 2015 puis transféré en Ouganda où, depuis, il croupit en prison[10]. Dans leur rapport du 12 janvier 2015, après le succès de l’Opération Sukola 1, les experts de l’ONU décrivent alors les ADF comme une organisation finie. Il n’en restait qu’une trentaine d’individus sans armes ni munition, et privés, par ailleurs, de sources de ravitaillement[11]. C’est ici, en réalité, que s’achève l’histoire des ADF, « les vrais », le mouvement de Jamil Mukulu qui croupit en prison en Ouganda. 750 soldats congolais avaient péri dans les combats, un sacrifice qui permit de ramener la paix dans cette partie du pays, débarrassée du plus vieux groupe armé qui y sévissait.

Dès lors, d’où sont donc venus les ADF dont on parle aujourd’hui ?

b) Les faux ADF : d’octobre 2014 à nos jours

1°) Des tueurs à la machette en provenance du Rwanda

Entre avril 2014 et août 2014, le calme règne à Beni où l’activité économique reprend progressivement. Mais plusieurs signaux annoncent une menace sécuritaire imminente. Tout d’abord, on observe une arrivée massive des populations rwandaises qui disent venir s’installer à Eringeti (Territoire de Beni), Boga et Tchabi en Territoire voisin d’Irumu, Province d’Ituri. Selon les autorités provinciales, ces populations sont des Hutu du Masisi qui migrent vers le nord à la recherche des terres. Elles ont la particularité de voyager avec des machettes, ce qui aurait dû attirer l’attention des services de sécurités. Elles voyagent avec des laissez-passer signés par les autorités provinciales de Goma et, parfois, avec des cartes d’électeurs neuves, ce qui, également, aurait dû attirer l’attention des autorités. En effet, les cartes d’électeurs au Congo datent des élections de 2006. Les nouvelles cartes sont fabriquées au Rwanda où le M23 avait fui avec du matériel permettant de fabriquer des cartes d’électeur, et en fabrique notamment pour les rebelles burundais qui transitent par le Sud-Kivu pour aller déstabiliser le régime du président Pierre Nkurunziza. En réalité, ces populations n’étaient pas des Congolais mais des sujets rwandais expulsés de la Tanzanie.

Pour rappel, le président Jakaya Kikwete, pressentant un risque de déstabilisation de son pays par le Rwanda, sur le même scénario que l’affaire des « Tutsi congolais »/Banyamulenge/AFDL, avait pris les devants et expulsé ces populations. En 2012-2013, ces populations tentèrent de s’installer dans les territoires sous contrôle du M23, mais durent fuir après la défaite de ce mouvement. Elles vont alors passer par un centre de formation militaire à Kagera, au Rwanda, puis vont être envoyées au Congo avec la complicité des autorités congolaises[12]. Leurs effectifs, à ce jour, tournent autour de 60.000 dans les secteurs où, justement, pullulent des tueurs qu’on appelle les « ADF », à savoir les forêts d’Eringeti avec pour base de repli le Territoire voisin d’Irumu. Ces assaillants sont évidemment des faux ADF, et n’ont jamais connu le chef du mouvement, Jamil Mukulu. Il s’agit de tueurs rwandais injectés dans la région, dans le cadre d’un complot régional, visant à anéantir les populations autochtones par la terreur et les actes d’extrême cruauté[13] pour les contraindre à fuir, à abandonner leurs terres qui sont réoccupées par des populations allogènes, affluant du Rwanda et de l’Ouganda voisins[14]. D’où la qualification de « génocide » retenue par les hautes autorités de l’Eglise catholique de la région, dans leur déclaration finale de mai 2015[15]. Le « génocide des Nande », selon la lettre du 18 février 2016 adressée au Secrétaire général de l’ONU par les députés du caucus Grand Nord[16].

2°) Les « ADF-FARDC »

Le deuxième signe annonçant la dégradation de la situation sécuritaire à Beni est la mort du général Jean-Lucien Bahuma[17]. Le général Bahuma fut remplacé à la tête de l’opération Sukola 1 par le général Akili Muhindo dit « général Mundos », officier de la Garde républicaine et réputé proche du président Kabila. Il est l’homme par qui le malheur s’est abattu sur Beni. Non seulement on assiste à une remobilisation des anciens éléments ADF, jusqu’alors dispersés dans la brousse, pour qu’ils reprennent du « service »[18], et à la création des groupes armés jusqu’alors inconnus, sous étiquette ADF ; mais, pire, on voit arriver des hordes de tueurs dans le sillage des bataillons commandés par le général Mundos[19]. Les tueurs opèrent librement. Ils tuent pendant des heures sans être inquiétés. On ne les arrête pas. Les rares qui sont appréhendés, notamment par de courageux habitants, sont systématiquement remis en liberté. Comme s’il y avait une volonté d’Etat de les laisser « finir le boulot ». Les experts de l’ONU, malgré leurs insistances, affirment que le gouvernement congolais n’a pas expliqué pourquoi les tueurs de Beni étaient systématiquement remis en liberté[20].

Les massacres avaient commencé le 2 octobre 2014, le jour-même où s’ouvrait le procès sur l’assassinat du colonel Mamadou Ndala, avec le général Mundos sur la liste des accusés à la barre. Les tueurs s’expriment en kinyarwanda, font remarquer les experts de l’ONU, une langue que ne parlent pas les « vrais » ADF[21]. Ils portent des uniformes FARDC et tuent à proximité des positions tenues par l’armée. Il s’avère rapidement qu’il s’agit des soldats rwandais versés dans les rangs des FARDC en application des mécanismes de brassage et de mixage[22]. Dans le rapport du Groupe d’étude sur le Congo (GEC) de mars 2016, trois régiments FARDC sont cités nommément : le 808ème régiment impliqué dans le massacre de Tenambo-Mamiki, le 809ème régiment impliqué dans le massacre de Ngadi et le 1006ème régiment impliqué dans le massacre de Mayangose[23]. Ces régiments sont formés majoritairement d’anciens miliciens du CNDP[24], l’ancêtre du M23[25]. Ce dévoiement de l’armée amena la population de Beni à désigner ses tueurs par l’appellation sarcastique d’« ADF-FARDC ». Ces soldats FARDC (ADF-FARDC) qui tuent la population, sous le masque ADF, sont, évidemment, des faux ADF et n’ont rien à voir avec Jamil Mukulu. Et l’Ouganda dans tout cela ?

3°) La main ougandaise

Au-delà des assaillants rwandais qui migrent vers Beni avec des machettes et des infiltrés issus des mécanismes de brassage et de mixage, Beni enregistre depuis décembre 2013 des infiltrations armées à partir du territoire ougandais. Des noms célèbres sont mêmes revenus dans de nombreux témoignages. Il s’agit notamment du colonel Richard Bisamaza, un Tutsi, ancien du CNDP et ancien commandant du 1er Secteur FARDC basé à Beni. Il avait fui Beni et tenté de rejoindre le M23 mais n’avait pas réussi à atteindre Ishasha. Il prit alors la route de l’Ouganda, pays dont les autorités annoncèrent que le déserteur a été arrêté en septembre 2013. Un mensonge parce que la présence du colonel Bisamaza dans les zones de massacres, à Beni, a été attestée par de nombreux rapports et témoignages[26]. L’homme ne peut pas effectuer ces incursions en territoire congolais sans la complicité des autorités ougandaises.

Au-delà de ce cas, il faut toujours rappeler qu’après leur défaite, les combattants du M23 s’étaient repliés au Rwanda et surtout en Ouganda. Depuis, ils se sont dispersés du lieu de leur regroupement. La société civile de Beni a plusieurs fois signalé des infiltrations des anciens du M23 en territoire de Beni à partir des frontières de l’Ouganda. Mais il y a plus grave. En effet, plusieurs fois, après les combats entre FARDC et des assaillants, on retrouve sur le champ de bataille des cadavres de soldats portant des uniformes, des casques et des armes identiques à ceux des UPDF, l’armée ougandaise. De quoi se demander qui sont « ces soldats ougandais » qui se battent contre l’armée congolaise à Beni. La situation pourrait même se dégrader rapidement si la promesse du président Kabila à ses homologues Museveni et Kagame était mise à exécution. Le président Kabila a, en effet, promis de faire revenir au Congo les membres du M23 qui s’étaient repliés au Rwanda et en Ouganda ainsi que les milliers de « réfugiés congolais » installés dans ces deux pays. Les expériences du passés sont que ces deux difficiles voisins se servent systématiquement de ce genre d’occasion pour déployer leurs propres agents au Congo et provoquer des troubles dans le cadre de l’interminable guerre qu’ils mènent contre le Congo depuis 1996.

Published by kongolibre.over-blog.com
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 17:01
La prevue de l’implication du Terroriste alias Joseph Kabila et les siens au plan de l’extermination du Peuple Kongolais.

La prevue de l’implication du Terroriste alias Joseph Kabila et les siens au plan de l’extermination du Peuple Kongolais.

Decouvrez ce qui suit:

Les Egorgeurs Islamistes-terroristes de Beni et le gouvernement, pris les mains dans le sac à Butembo.

Posted in Les Dépèches By BLO On août 21, 2016

http://benilubero.com/les-egorgeurs-islamistes-terroristes-de-beni-et-le-gouvernement-pris-les-mains-dans-le-sac-a-butembo/

L’ambiance à Butembo est très tendue ce dimanche ! Toute la ville est en ébullition ! Même les enfants de moins de 4 ans veulent en découdre avec l’armée !

Ce matin 21/08/2016, en ville de Butembo, un minibus non immatriculé avec des rideaux non ouverts,en provenance de Rutshuru s’arrête au niveau de LA CONCORDE pour raison de crevaison. Les passagers ne descendent pas. Vu tout ce qui circule ces trois derniers jours sur les réseaux sociaux, des habitants suspectent que ce véhicule transporte des ennemis. Ils approchent, jettent un coup d’œil dans le véhicule, découvrent qu’il n’y a pas de siège mais seulement une bâche qui couvrent des effets. Ils alertent le groupe des jeunes dits « verandistes » qui arrivent sur le lieu. Sans tarder, ils procèdent à la fouille du minibus !
La surprise est grande! Ils n’en reviennent pas! Les passagers sont des « Hutus » couchés et couverts par le bâche : enfants, femmes et hommes.

Ils ont pour bagages : Machettes, Couteaux, Haches ! La fouille continue : Ils sont munis des papiers signés par des chefs de Masisi ! Ils sont à la recherche des terres arables. Mais le trésor est caché au fond : Une découverte surprenante, des nouvelles tenues que portent désormais les Fardc au front, à la suite de la décision de l’état major des armées, comme vous pouvez le voir sur les images.

La nouvelle se répand comme une drainée de poussière ! Les vérandistes viennent d’arrêter un groupe des égorgeurs à Butembo. On y trouve des enfants, des femmes, des jeunes et des adultes, à l’image des groupes qui arrivent dans les villages pour massacrer les populations. La foule est de plus en plus en colère en retrouvent des Nouvelles tenue de l’armée National au front entre leurs mains.

Dans les vidéos, on voit la foule énerver, en colère, ahurie et prête à les lapider. Des images difficiles à supporter, surtout lorsqu’on voit une maman être traînée avec son enfant au dos ! L’enfant fait tellement pitié que la population en colère s’abstient de les lapider et démontre par là qu’elle a du cœur. C’est du crime contre l’humanité que de se servir des enfants pour accomplir un génocide !

La police arrive et retire de justesse les présumés égorgeurs » ! Trop tard, l’armée est prise la main dans le sac ! Le port de nouvelles tenues militaires avait pour motivation de supprimer les preuves de son implication dans le génocide du peuple Nande !

Au nord de la ville, à Furu, la population décrète une manifestation hic et nunc et descend dans les rues pour dénoncer cette complicité du régime! Il n’y a plus de doute : le couvre-feu décrété dans les villes de Beni et Butembo ont pour objectif de faire entrer l’ennemi dans la ville.


L’ordre est donné. La police et les militaires doivent intervenir et empêcher la population de manifester sa colère. Dans la vidéo, on peut voir la population courir dans tous les sens et entendre les crépitements de balle. Jusqu’à cette heure, il est 18h00, on entend toujours les crépitements de balle dans toute la cité !
Ces faits sont très graves et soulèvent quelques questions auxquelles le régime en place doit répondre sans délai.

1. Parmi les effets, avons-nous dit, la population a trouvé la nouvelle tenue militaire ! Comment en une semaine, ces tenues sont déjà en circulation ? Qui les leur a données ? Les ADF ? Antipas Mbusa Nyamwisi ? Hahahahahaha !

2. Il y a deux ans, le gouvernement (Mende et Julien Paluku s’en souviennent très bien) avait ordonné aux populations d’évacuer leurs terres et champs jusqu’à ce que l’armée rétablisse l’ordre. Car, selon lui, il serait irresponsable pour un gouvernement de voir son peuple mourir et de ne pas prendre des mesures pour le protéger. Comment se fait-il alors que simultanément le gouvernement encourage d’autres populations à se rendre dans les terres d’où ont été évacués manu militari les autochtones pour raison de sécurité.

3. Il y a quelques mois, Julien Paluku a signé sur recommandation de l’assemblée provinciale un décret suspendant tout mouvement des déplacements des populations à l’intérieur de la province, lequel décret est toujours en vigueur jusqu’à ce jour. Pourquoi ce mouvement reprend-il juste après le passage de Joseph Kabila et le massacre de plus de 200 personnes à Beni?

4. Selon, la feuille de route signée le 15 août 2016 par le Mwami Bauma BITSIBU WA BULENDA de Masisi. Sur la même feuille de route, la date du départ c’est le 12 août. Et ils sont interceptés à Butembo le 21 août. Toujours selon la même feuille de route, ils se rendent à Irumu dans le groupement de Walese pour rejoindre leurs familles. Effectivement, c’est à Irumu-Tchabi que se trouvent concentrées la plupart des rwandais venus de la Tanzanie. Mais, chose étonnante, l’un d’eux est muni d’un acte de vente d’un champ en RD Congo mais signé et délivré en Ouganda en date du 19 Mai 2016. Comment se fait-il qu’un habitant de Masisi achète à un ougandais un champ en RD Congo?

5. Enfin, par rapport au minibus: pourquoi la police routière a-t-elle laissé circuler un véhicule transportant des passagers sans aucune plaque d’immatriculation?

Mentez , mentez ; il en restera quelque chose, écrivait Voltaire ! Ce qui vient de se passer aujourd’hui met au nu, une fois de plus, la complicité du régime dans le massacre de chez nous ! Un signal fort, lorsqu’à Beni le pouvoir s’époumone à organiser un procès pour vouloir mentir à l’opinion tant nationale qu’internationale que l’égorgeur « s’enracine dans la communauté locale », selon les termes insultants du représentant spécial adjoint des Nations Unies sur les ondes de la Radio Okapi, Mr Mamadou Diallo.

Une dépêche vient de tomber dans notre boîte. Un taximan a été criblé de balles par la police au rond point de Kauntura. Qu’il repose en paix ! Il s’agit de MBUSA KANDUKI, né a Kayna le 16/08/1984, de la cellule Kihate, Taximan ATAMOV, MAT 143/C, carte no 1739. Un deuxième est grièvement blessé. Toujours selon la même dépêche, pour contourner la population, un autre minibus arrive par Kyondo pour se rendre à Beni.
Voilà la paix que Joseph Kabila a promise à la population de Beni et de Butembo.
Dans un pays de droits, la Cour Suprême de Justice devrait assumer ses responsabilités !

« On comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. Les congolais dignes de ce nom doivent refuser toute forme de transition. En effet, au vu de ce qui se passe au Kivu-Ituri, toute transition au-delà de décembre 2016, donnerait du temps et des moyens au gouvernement congolais qui est, de toute évidence, complice de l’occupation rwandaise du Kivu-Ituri en cours » (Père Vincent MACHOZI, le 19 mars 2016).

©Beni-Lubero Online.

o

Published by kongolibre.over-blog.com
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 10:37

REVELATION!!! Au plan final de Kabila, mise sur pied d’une véritable entreprise terroriste à l’Est de la RDC

SAVEZ-VOUS LE POURQUOI DU SEJOUR PROLONGE DE KABILA A L’EST ?

C’est depuis un peu plus d’un mois que BLO suit de près le nouveau programme criminel du pouvoir de Kinshasa qui tient lieu du plan final du régime voulant tailler dans le roc une issue en dépit du désespoir qui le submerge sur le champ de bataille politique. De prime abord, il convient de souligner à l’intention de nos lecteurs que les données qui suivent ne sont nullement le produit d’une simple analyse (à laquelle quiconque serait à juste titre tenté de conférer un caractère spéculatif au risque d’y voir une valeur extrêmement relative), mais vraiment les faits réels tirés des sources du sein de la haute sphère politique du président Kabila même.

Nous estimons qu’il est urgent de révéler cette nouvelle machination, eu égard à l’ascenseur que viennent de prendre ses initiateurs pour sa mise en place. Un autre motif de cette urgence, c’est la surprise d’avoir constaté la manière dont le Gouverneur Julien Paluku, pensant jouer au malin, vient de confirmer merveilleusement ce plan criminel avec toute sa teneur ; et c’est bien par là qu’il faudrait commencer.

Que dit Monsieur Kaghongya ?

Dans son message de condoléance formulé pour la circonstance des lâches massacres de cent vingt-sept (127) civils en plein milieu de la ville de Beni ce samedi 13 Août 2016, le Gouverneur de province du Nord-Kivu alerte les opinions tant bien nationales qu’internationales sur les œuvres des groupes terroristes qui, selon lui, seraient en pleine action dans les contrées de Beni.

Sur ce, il y a lieu d’exhorter Monsieur le Gouverneur d’écouter le for intérieur de sa conscience (au sujet des complicités qui l’impliquent personnellement –bien sûr à côté du régime en place – dans la tragédie de Beni), s’il a encore un cœur humain, et de cesser de mentir comme un enfant. Aussi, il n’est nullement étonnant de constater comment Julien Paluku et Lambert Mende se complètent mutuellement dans l’effort de faire tenir cette entreprise du mensonge au service du pouvoir dont ils sont des ouailles. Et l’on détecte ainsi aisément la ramification de la filière du laboratoire politique de la tragédie de Beni. En effet, comparer les événements de Beni aux activités des organisations terroristes en œuvre au Nigeria, au Mali, au Cameroun, en France, aux USA, en Belgique ou ailleurs dans le monde est une maladroite extrapolation qui ne pourrait convaincre qu’un esprit naïf.

Néanmoins, tout en sachant que ces genres de terroristes classiques n’opèrent encore nulle part sur le territoire congolais, même pas à Beni, il est aujourd’hui nécessaire de souligner que le message uniforme du Gouverneur de Goma (Julien Paluku) et du porte-parole du Gouvernement central (Lambert Mende)

Video Player

est bel et bien l’annonce de l’arrivée imminente desdits terroristes, conformément au programme que le Président de la République a initié en vue de garantir le glissement de la fin de son mandat présidentiel.

Nous soulignons que ces deux dignitaires sont en train d’annoncer l’œuvre terroriste que l’Etat va instaurer contre son propre peuple. Pour s’en convaincre, tout un chacun peut constater qu’on n’a jamais eu besoin de forcer l’aveu aux terroristes islamistes chaque fois qu’ils ont eu à poser une action. Au contraire, ils aiment bien s’empresser à revendiquer le plus tôt possible tous les dégâts qu’ils provoquent. Pourquoi feraient-ils exception pour le cas de la RD Congo, en sorte que ce soit toujours le porte-parole du gouvernement congolais qui prenne la parole à leur place et revendique à leur nom des forfaits dont ils n’ont jamais eu peur ? Il sied donc de comprendre que le Gouvernement congolais est en train de se débattre pour un plan louche dont il détient le secret…

JOSEPH KABILA FAIT RECRUTER DES TERRORISTES ISLAMISTES

Des sources concordantes émanant des affaires secrètes du président KABILA à la fois à Kinshasa et à Kigali ont clairement livré les informations suivantes :

– Pour réussir à rester « maître » du pouvoir en RDC, Kabila s’est résolu d’organiser un état de chaos à l’Est du Pays en général, en frayant particulièrement le chemin de cette entreprise par Beni, où règne déjà une confusion (voulue et entretenue par lui-même) sur le plan sécuritaire.

– D’où, des fonds furent alloués par la présidence congolaise pour commencer ce recrutement dans le milieu somalien à Kigali (au Rwanda) et auprès des volontaires disponibles pour ce job à travers l’Afrique de l’Est. C’est ce réseau qui a obtenu entre autres des ougandais qui sont en train de se faire capturer lors des affrontements dans les zones d’opération de Beni.

– Il a été indiqué que la supervision de cette mission est confiée directement au patron national de l’ANR (Agence Nationale de Renseignement), en la personne de Mr. Kalev Mutond. Ce dernier coordonne de Kinshasa les émissaires largués à l’étranger. Pour des subtilités diplomatiques, il y a lieu de s’abstenir de divulguer les noms de ses correspondants se trouvant à l’étranger, sauf lorsqu’une enquête internationale le récusera. A cette étape, quelques terroristes ont été recrutés, dont une dizaine a été déployée à Goma pour commencer l’étude du terrain à Goma même, à Rutshuru, à Butembo et à Beni, pendant que d’autres ont été infiltrés à Kinshasa, la capitale.

– Après avoir constaté la lenteur de résultat espéré, il a été perçu que cette démarche limitée au niveau de la région de l’Afrique de l’Est ne répondrait pas en temps au besoin du moment. C’est alors qu’une autre démarche plus étendue embrassera simultanément plusieurs pays de l’Asie en passant par le nord de l’Afrique. A cette nouvelle étape, le service de Kabila de recrutement des Islamistes a été envoyé pour établir de connexion avec la Hezbollah du Liban, les Islamistes du Yémen, le Front Islamique Syrien et les Islamistes Libyens à Syrte.

– Quelque onze experts terroristes ont été obtenus en Syrie. C’est l’information que nous détenons depuis environs trois semaines. Ces terroristes sont déjà introduits en RD Congo pour entraîner des recrus locaux et régionaux à l’attentat piégé et au Kamikaze.

– A Syrte, en Libye, le service de recrutement des terroristes de Joseph Kabila a contacté des experts terroristes Libyens qui devront surtout acter comme consultants pour asseoir l’entreprise terroriste à implanter à l’Est de la RD Congo. Il ne nous a pas été précisé le nombre d’experts terroristes Libyens qui ont accepté de venir au Congo.

OPERATION EN PERSPECTIVE

Ci-après le scenario déjà conçu pour orienter les activités terroristes montées pour endeuiller la RD Congo, particulièrement dans sa partie de l’Est :

– Tout devrait commencer par des enlèvements des grandes personnalités. Les cibles privilégiées de ce projet de kidnapping sont entre autres des grandes autorités politiques et administratives, des autorités ecclésiastiques (dont les missionnaires), des grands opérateurs économiques etc. A cet effet, il existe une liste de référence préétablie devant quadriller les enlèvements projetés (nous nous abstenons de publier cette liste pour éviter de jeter la panique dans les esprits).

– Les ravisseurs vont revendiquer ces enlèvements en tant que groupes islamistes, et vont exiger du gouvernement de rançons (spécialement dans le cas des enlèvements des autorités politico-administratives).

– Le gouvernement s’empressera à payer la rançon exigée pour obtenir la libération des otages.

– Immédiatement devra intervenir la phase décisive du plan de ce terrorisme : des grands attentats piégés et des Kamikaze seront organisés dans les places publiques tels que le marché, le parking public, les églises, les écoles, les transports en commun etc. à travers les principales villes et agglomérations de l’Est du pays dont Butembo, Bunia, Beni, Durba (pour sa mine d’or), Goma, Kiwanja etc.

– Aussitôt le Gouvernement central va amplifier l’alerte (qui a déjà commencé par le message télévisé de Lambert Mende du 14 Août dernier) à l’intention des opinions, tout en invitant la communauté internationale à soutenir le gouvernement congolais dans la lutte contre ce terrorisme du genre international.

– Entretemps, des actions se rapportant à l’insécurité et aux actes terroristes vont se multiplier avec l’entrée en danse des groupes armés préalablement préparés par les dirigeants du pays, dont : les Mai-mai Kyaghanda-Yira, les Nyatura, des Faux FDLR et des faux ADF qui intensifieront davantage l’ampleur de massacre déjà en cours.

– Le gouvernement congolais, pour embrouiller davantage la situation, accusera l’Ouganda voisin de servir du terrain de recrutement et de voie de passage auxdits terroristes.

– Bien plus, le Président Joseph Kabila, tout en déclarant l’état d’urgence ou l’état de guerre contre le terrorisme mondial, viendra s’installer à l’Est sous prétexte de vouloir s’occuper personnellement de cette lutte.

L’OBJECTIF VISE

Il y a un double objectif que le régime de Kabila vise dans ce plan criminel :

– D’abord, sur le plan national, il s’agit de monter un scenario capable de distraire le peuple congolais qui est actuellement trop concentré sur l’attente de l’expiration (dans trois mois) du dernier mandat présidentiel de Monsieur Joseph Kabila. Ce dernier et son laboratoire politique estiment que face à l’ampleur que prendra les activités terroristes planifiées, ni la classe politique de l’opposition, ni la société civile, ni aucune force vive de la nation, ni la communauté internationale ne saura exiger la tenue immédiate des élections sur le ton recueilli actuellement ; mais que tous seront tournés vers l’Est et vers Beni, préoccupés par les secousses terroristes amorcées.

– Ensuite, sur le plan international, il s’agit d’un effort acharné visant à dissiper l’inculpation qui s’aggrave en charge des autorités congolaises dans le crime orchestré par les massacres de Beni : la complicité des dirigeants du pays et de l’armée gouvernementale. Kabila et ses collaborateurs espèrent échapper à la traque de la Cour Pénale Internationale, si une fois ils parvenaient à mettre sur pied un véritable réseau des terroristes qui devront porter la charge des tueries de Beni.

En constatant la manière dont des analyses parallèles (à travers les réseaux sociaux) coïncident avec notre publication de la présente révélation, nous osons croire qu’une fuite d’information du secret que nous dévoilons a déjà également atteint d’autres couches de population d’une manière ou d’une autre, tel qu’on peut le remarquer entre autres par la vidéo suivante :

Video Player

Brigitte

©Beni-Lubero Online.

Published by kongolibre.over-blog.com
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 10:51
Nouveau massacre de population civile à Beni

Nouveau massacre de population civile à Beni

Par RFI Publié le 14-08-2016

De nouveaux massacres ont été commis hier, samedi 13 août, en fin de journée, dans la périphérie de Beni, en RDC. Des assaillants armés ont tué des dizaines de villageois et une dizaine de maisons ont été incendiées. La société civile en territoire de Beni attribue cette attaque aux rebelles ougandais de l'ADF (les Forces démocratiques alliées). Un deuil de trois jours a été déclaré à partir de demain lundi 15 août.

Il s'agit de l'un des plus importants massacres dans la périphérie de Beni depuis le début des tueries en 2014 après Ngadi et dans une localité voisine le 15 octobre 2014 avec une trentaine de 30 morts, et Mavivi, le 21 novembre avec 50 personnes tuées.

Le sud-est du territoire de Beni est le théâtre d'une opération militaire de démantèlement des troupes de l'ADF-Nalu, explique à RFI Teddy Kataliko, membre de la société civile de Béni. Lors de leur migration vers le nord, chassés de l'une de leurs bases à Mwalinka, ces rebelles ont dû rencontrer des paysans qu'ils ont « massacrés ».

Les assaillants ont progressé de Mangolikene en fin de journée jusqu'à Rwangoma. Ce sont des policiers postés à la maison de quartier de Rwangoma ont donné l'alerte.

la population a assisté à ce désastre... La situation est tendue. Il y a des déplacements massifs de population, des milliers de personnes... vers le centre ville de Beni... Les villages sont vidés de leur population

Teddy Kataliko: «plus de quarante personnes ont été tuées, massacrées à la hache et à la machette»

Les autorités parlent de 36 morts, 22 hommes et 14 femmes, ligotés puis décapités pour certains. D’autres ont été brûlés vifs. Certaines sources évoquent un bilan bien plus lourd, avec 51victimes (47 corps se trouveraient à la morgue et quatre autres auraient été découverts depuis). Selon l'armée, les massacres ont débuté hier à 19h et n’ont pris fin qu’à l’aube, occasionnant la fuite de plusieurs milliers de personnes. Mais selon la société civile, le début des violences aurait débuté vers 17h.

« Il y a quelques jours, les Forces armées de la République démocratique du Congo ont détruit un centre d’accueil et de radicalisation de l’ADF à Mwualika, explique à RFI le général Kasonga, porte-parole des FARDC. Deuxième fait majeur, c’est la découverte des habitations souterraines où se retranchaient les éléments de l’ADF sur le même territoire. Donc ceux qui se sont échappés, ils sont en débandade, en fuite,... pour se cacher. Ils ont commis cela. Donc, ils ont décapité une trentaine de personnes dans la zone comprise entre Rwangoma et Nialéké dans la ville de Beni vers le parc de Virunga. Ça s’est passé entre 19h hier et 6h ce matin. Evidemment la fouille continue... Ce qui est vrai c’est que nous allons poursuivre les opérations en profondeur pour en arriver à terminer une fois pour toute cette situation d’insécurité créée par des éléments ougandais venus semer la désolation chez nous. »

Deuil national

Le gouverneur du Nord Kivu a fait part de ses condoléances et le porte-parole du gouvernement Lambert Mende a annoncé un deuil national de trois jours sur l’ensemble du territoire.

Sur les réseaux sociaux, des voix s’élèvent pour réclamer la démission du ministre de la Défense. Depuis Bruxelles l’opposant Moïse Katumbi a dénoncé « l’inaction coupable » des dirigeants.

A Beni même, les habitants ont exprimé leur colère en descendant dans les rues pour protester contre le manque de protection. Certains ont jeté des pierres sur la police qui les a dispersés à coup de gaz lacrymogène. Les villageois déplorent le manque de militaires en périphérie de Beni pour assurer leur sécurité. Certains veulent partir à la recherche des assaillants.

« Nous allons entrer en brousse et nous voulons aller les chercher nous-mêmes. Nous allons couper la forêt, nous allons couper les arbres pour fouiller les forêts. Parce que tous ceux qui nous aident ici sont en train de montrer leurs limites », insiste Gilbert Kambale, membre de la coordination de la société civile à Beni.

Cette attaque survient trois jours seulement après une visite du président congolais. Visite au cours de laquelle Joseph Kabila a promis de tout mettre en œuvre pour « imposer » la paix et la sécurité dans la région. Depuis fin 2014, cette région du Nord-Kivu est le théâtre de tueries à répétition attribuées à ce groupe armé et qui ont provoqué la mort de plus de 500 personnes.

Debout Kongolais, dressons nos fronts longtemps courbes

Chers Compatriotes,

Le defi nous est lance; pas d'elections cette annee, je suis et j'y reste.

Suivez ses images:

http://share-media.mastakongo.com/video.php?1669

La liberte s’arrache et NON negociee.

Compatriotes, la realite est que nous sommes un peuple dynamique meme-ci le monde refuse categoriquement de le reconnaitre et nous considerer comme tel, pour des raisons purement strategiques ; de domination, torture et/ou manipulation de nos psychoses pour a la limite nous garder des esclaves a vie, ou s’assurer de la notre desparition etant qu’UN PEUPLE.

A chaque fois que nous nous mettons debout et dressons nos fronts, nous changeons le cours de notre histoire, notre dynamisme est veritablement tangible en partant d’un certain 4 Janvier 1959 au recent 20-23 Janvier 2015. Compatriotes nous sommes ce meme PEUPLE.

J’aime bien l’expression cherie du Comedien ‘Ngaluphar ’ qui n’est rien d’autres que <j’ai confiance> :

j’ai confiance de la demeure éternelle du PEUPLE Kongolais tel que legue par nos aieux,

j’ai confiance de la demeure éternelle des territoires Kongolais tels que legues par nos aieux,

j’ai confiance du dynamisme du PEUPLE Kongolais. Et dans tout et pour tout,

j’ai confiance de la liberation totale du Kongo et de son PEUPLE.

Debout Kongolais, dressons nos fronts longtemps courbes.

Oyo aza na matoyi ya koyoka !!!!!!!!!!!!

--

Joseph Diamena Matundu

MCom - Business Mgnt (UNISA)

Phone: +27 76 188 0417 / +27 81 424 9935

Email: jdmatundu@gmail.com

Skype: joseph.matundu

VIVE LE CONGO LIBRE, UNI & PROSPERE.

Visitez nous sur www.kongolibre.over-blog.com

Published by kongolibre.over-blog.com
commenter cet article
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 09:40
Debout Kongolais, dressons nos fronts longtemps courbes
Debout Kongolais, dressons nos fronts longtemps courbes

Chers Compatriotes,

Le defi nous est lance; pas d'elections cette annee, je suis et j'y reste.

Suivez ses images:

http://share-media.mastakongo.com/video.php?1669

La liberte s’arrache et NON negociee.

Oyo aza na matoyi ya koyoka !!!!!!!!!!!!

--

Joseph Diamena Matundu

MCom - Business Mgnt (UNISA)

Phone: +27 76 188 0417 / +27 81 424 9935

Email: jdmatundu@gmail.com

VIVE LE CONGO LIBRE, UNI & PROSPERE.

Visitez nous sur www.kongolibre.over-blog.com

Published by kongolibre.over-blog.com
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 12:26
WARNING !!!!  ANOTHER MILITARY INVASION PLANNED IN THE EAST OF DRC FOR SEPTEMBER 2016

WARNING !!!!

ANOTHER MILITARY INVASION PLANNED IN THE EAST OF DRC FOR SEPTEMBER 2016 :THE SAME USUAL CULPRITS, THE RWANDAN

GOVERNMENT AND ALLIED…..

THIS TIME, MERCERNARIES ARE RECRUITED FROM MERCERNARIES ARE RECRUITED FROM : SOUTH AFRICA, BOTSWANA AND NAMIBIA:

In the last week of June 2016, while officially the president of DRC was in the East of the country to celebrate the independence Day ( 30th June 2016), the real selection of the location was due to a secret level “Tutsi ONLY” meeting that was to urgently take place on Saturday 25th June from 21 h to 23 h and Sunday 26th June from 12 h to 15 h. Their Congolese “stooges” were NOT near its knowledge.

In the face of unprecedented populations’ resistance against Mr Kabila flouting the constitution and wanting to extend his term in office beyond the constitutional limit, the real president of DRC ( Mr aul Kagame and current president of Rwanda), insisted that the long and delayed plan of annexing the Kivu region to Rwanda, had to take place with highest speed, secrecy and priority.

We should repeat as it is known to all world diplomats, that Mr Kabila is NOT a Congolese descent, he is a Tutsi from Rwanda as confirmed through facts and documents. Mr Kagame invited ONLY Tutsi individuals, all of them operating in DRC for now, which includes Ruberwa, Kabila, Kahara, James Kabarebe, etc… Present in the vicinity of the meeting was the famous war lord called Nkundabatware. That name tells something, if you are familiar with previous DRC invasions from Rwanda. The Rwanda coalition (including Uganda and many multinational companies ) :

1. Has taken land by force from the East to the West of DRC

2. Killed many traditional leaders mainly in the East of DRC, chasing locals from their land, killing millions in the process including women and children and therefore replacing them with Rwandese populations, thus thinking “history will be forgotten for the newly occupied land.”

3. Daily rape thousands of women and transmitting HIV to women of any age, therefore inflicting the virus to babies up to older women over 80 years in the process. They have extracted some babies from women to kill them and also destroyed women genitals so that they can stop the procreation process, thus reducing local populations continuously.

4. They have moved countries’ borders inside the DRC in order to increase Rwanda’s space;

5. They organized many mass killings of youth through false rebellions or false militias;

6. They have invaded all DRC institutions from the Presidency to political, judicial, military and security organs, by killing genuine DRC officials one by one, and only keeping close those that seem to show loyalty to the process through Cash “soul buying”, until they become useless and then dumped or killed depending on the mood of the time; The “Kagame crew” would therefore want to reign in DRC forever, enjoy their loot for generations to come over and over….

SADC: THE PLANNING OF THE FINAL ASSAULT ….

The usual Western conglomerates and multi-nationals that are thirsty of blood, illegally acquired and free resources are continuing to team up with their African stooges (Kagame and Museveni) in order to inflict immense suffering and death of civilian populations in the Eastern DRC : Exploitation of Minerals and Resources does not need the killing of innocent civilians !!!

In the process, they needed allies that will support them when it comes to defending criticisms around the world, hence the support of regional leaders is paramount, which called for the associations of citizens from Botswana, Namibia and South Africa in the process. We don’t know yet if the presidents of these countries are involved, but their close associates are; just think of the close relationships that

exist between Mr Zuma’s people and the free exploitation of Oil in the DRC… In the name of limiting the tarnishing of image in South Africa for Mr Zuma, an idea emerged to rather use strong links from Botswana and Namibia. Hence, most recruitments happened in those countries to help protect the loot.

Therefore, it is known that over 1500 South Africans, Namibians and Batswana recruited as “security officers to work in mines” are actually mercenaries stationed in some of the military camps in the DRC since a few months. Those mercenaries will find themselves “forced” to act against their will as they are far from their countries and in the middle of a place they can only obey to orders they now receive.

If you can rescue them, Africa will be glad to not only as they will be saved, but also because they will not kill those millions against their will and for “masters” they have no clue they are serving.

In the Tutsi Rwandans meeting mentioned above (there are no Tutsis from DRC in history), it has beendecided to start the Kivu Province annexing operations in September 2016 and the famous Rwandan Nkundabatware will lead the attack once more, creating the chaos that is needed for claiming NOT to organize elections and to force the DRC people to another useless negotiation after their people have

been killed unnecessarily. WE DO NOT NEED ANOTHER FALSE WAR IN THE SADC REGION… WE ARE TIRED OF BEING REFUGEES EVERYWHERE AND SADC PEOPLE ARE TIRED OF SHARING

SCARCE RESOURCES WITH INCOMING REFUGEES…Food, Schools, Hospitals, Housing, etc…

We therefore call upon people of goodwill, any person with any type of power (be it your voice, your pen, your network, to assist in rooting out or even decide about the course of actions) to assist in whatever way you can, so that we avoid another unnecessary bloodshed, another false war, another big lie against the people of Africa, the people of the world. The Presidents of SADC countries and the US president are all aware of these preparations through their own officials, BUT they will NEVER feel compelled to act as usual, until WE, the PEOPLE, can drive the truth of the world, which they will always try to deny because some of them are also indirect beneficiaries of the looting of DRC.

WE THANK YOU FOR READING AND ACTING….. We, The People.

Published by kongolibre.over-blog.com
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 19:18
La RDC récupère 30 m au Rwanda et perd 300 km.

La RDC récupère 30 m au Rwanda et perd 300 km.

(Faites votre par de diffusion

Arrangement des textes Djamba

Dans le respect de leur rédaction)

CONTINUUM DU

DÉBAT PUBLIC SUR LES FRONTIÈRES

VOLÉES DE LA RDC PAR LE RWANDA

ET L’ANGOLA

(Albert Mujanyi commente Évariste Mpwo)

CARTE OFFERT AUX CONGOLAIS

PAR DJAMBA YOHÉ POUR REVENDIQUER

UN JOUR LES FRONTIÈRES VOLÉES

À LA RDC PAUL KAGAMÉ

(Archives de Djamba Yohé)

PRÉAMBULE

Vous avez les dates de tous les tracées frontalières du 19ième siècle au 20ième siècle jusqu’en 1926. Ce sont les Allemands qui ont poussé les Belges à donner au Rwanda une ouverture au Lac Kivu à la Conférence de Bruxelles de 1910. Ne vous laissez pas trompez. Tout ce qui a été cédé au Rwanda a été arraché et le Gouvernement du Congo a donné des terres par simple effet de peur de Paul Kagamé. Or, rien ne devait lui être cédé, sinon exiger les terres rwandaises en guise de réparation des six millions de morts congolais exterminés par les armées d’occupation rwandaise et ougandaise. C’Est comme cela que l’on résout les réparations des guerres à la fin des conflits depuis des lustres dans les chambres de l’histoire. Plus proche de nous, c’est l’Allemagne qui a connu ce sort. L’Élite congolaise est aussi silencieuse là-dessus tout comme la cession des terres Congolaises de Kahemba à l’Angola. Prochainement je vous envoie la carte de Kahemba. Sur ce contentieux, l’Angola a pris plus de terre encore. Qui dira qu’il n’a pas été informé. Source : Djamba Yohé, le 12 juillet 2016.

Congolais de part et d’autre !...

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément, enseignait-il Nicolas Boileau en son temps. Et c’est une réalité jusqu’aujourd’hui encore. Autrement dit, dans le dossier des frontières du Congo et Rwanda, Boshab a joué flou, et les choses sont demeurées floues, alors qu’il n’en était pas question ! La symétrique serait telle que, ce qui est mal compris s'exprime mal, c'est à dire « non clairement » etc. Boshab est dans ce dernier cas !

On ne construit plus des frontières en Afrique !

Le principe d’intangibilité des frontières est sacro-saint dans la Charte de l’OUA actuelle UA (Union Africaine). Pour tout dire chaque pays Africain demeure à l’intérieur des frontières héritées de l’époque coloniale (et un point à la ligne !) Les archives existent tant dans les pays indépendants comme dans les pays ex-puissances coloniales (et pour le Congo et Rwanda la Belgique disposerait de toute la situation de leurs frontières communes). Il est donc clair qu’il ne doit pas y avoir en principe des problèmes comme on en a aujourd’hui et de manière répétitive avec Rwanda.

Toutes proportions gardées !

Ce qui se passe aujourd’hui au Congo en matière des frontières semble être l’image d’Allemagne Hitlérienne qui envahit la Pologne mais cette dernière capitulant parce que n’ayant pas les moyens de sa politique [sic] pour faire face à l’Allemagne ! Le Congo a neuf frontières (notamment avec Angola, Congo-Brazzaville, Soudan du Sud, Zambie, Tanzanie, Burundi, Rwanda, Rép. Centre Africaine [RCA] et Ouganda). Seul Rwanda est le pays qui tente de coloniser le Congo si c’est pas encore fait et J. Kabila étant à genoux et partant tous ceux-là qui l’entourent dont notamment les Boshan, etc.! Bref dans le fameux débat ci-dessous, il me semble que M. Évariste Mpwo, soit plus proche de la réalité.

Télé Tsang !

Le journaliste de Télé Tshangu qui réexplique l’actualité sur ce sujet très précis semble être dans le flou artistique que M. Boshab a créé et qu’il crée toujours dans le sillage de J. Kabila le pourvoyeur à qui on doit faire plaisir même contre toute la vérité dans tous les cas d'espèce. Le discours de Boshab que les autres endossent [sic] est tout simplement une folie, alors une folie pire et simple lorsqu’on se réfère aux principes de l’intangibilité des frontières selon l’UA ! Dans Boshab et tous ses disciples des dernières heures les Congolais ne s’y reconnaissent tout simplement pas. L’exemple de Télé Tshangu est une des meilleures illustrations. Évariste Boshab semble jouer au mercenaire et partant tous ceux-là qui l’appuient dans le dossier. Et qui sont derrières lui, de même !

Qui dira qu’il n’a pas été informé ?

Albert

Published by kongolibre.over-blog.com
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 09:08
RDC: plusieurs corps découverts dans la rivière Ndjili à Kinshasa

RDC: plusieurs corps découverts dans la rivière Ndjili à Kinshasa

La rivière Ndjili qui traverse Kinshasa en RDC.
© Wikipédia

Par RFI Publié le 05-07-2016

Victimes des gangs des quartiers, règlement des comptes ou exécutions sommaires ? C'est la question que se posent les habitants de Kinshasa après la découverte dimanche matin de plusieurs corps sans vie dans la rivière Ndjili. Pour l'autorité municipale de Limete, ce genre de découverte est fréquent. La population y voit plutôt l'œuvre des gangs des quartiers.

Tous ces corps portaient des traces de violence : visages tuméfiés pour certains, un bras cassé pour l'un et des habits déchirés. Sur-le-champ, une famille a reconnu un de ses membres surnommé Junior. Un jeune homme de 22 ans qui, selon ses parents, habitait la commune de Lemba. Il avait disparu du toit paternel depuis le mercredi et dans ses poches ont été retrouvés un billet de 500 francs congolais et deux téléphones portables.

Alertés, les membres de l'ONG « Amour et Vérité » et des éléments de la Croix-Rouge de la RDC se sont rendus sur les lieux. C'est par leurs soins que les corps ont été transférés à la morgue de l'hôpital général Mama Yemo après les formalités de police.

« Phénomène ordinaire », a dit Douglas Nkulu, le bourgmestre de la commune de Limete. Selon lui, ce spectacle est régulier dans ce cours d'eau qui vient de la province du Kongo central, et qui charrie des cadavres humains et ceux des animaux. Mais certains habitants de Kinshasa pointent du doigt les Kuluna, ces gangs des quartiers dont on dénonce le retour en force dans la capitale.

Published by kongolibre.over-blog.com
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 09:07
56 ANNÉES PLUTARD, LES 30 JOINTS SONT RESTÉS ALLUMÉS

56 ANNÉES PLUTARD, LES 30 JOINTS SONT RESTÉS ALLUMÉS

Publié par Momi M'buze

Date 30 juin 2016

30 juin 1960 – 30 juin 2016… « A croire que depuis 56 ans les 30 joints sont restés allumés », dit mon ami et artiste hip hop kinois Lexxus Legal. Qu’est ce qui a changé au pays? Des noms de lieux, des noms de fleuve, rivières, lacs. Des noms de personnes, de régime mais pas les noms des maîtres de plantation. Oui, on a chasser un « dictateur » pour le remplacer par pire et moins compétents (du chef de bande à ses hommes de main. Oui, on a changé le nom d’un pays pour le remplacer par un autre puis revenir à un autre sans reprendre aussi les noms des villes données par les colons. Pourquoi ne pas l’avoir fait si le précédent régime était sinullatre que çà?).

C’es à ce demander parfois si ceux qui prétendent apporter la démocratie ne sont pas des fumeurs de substances illicites. La rumeur dit qu’un d’entre eux à la tête d’une grande des plus grandes villes du pays le serait, je vous laisse chercher car pour ma « propre sécurité », je ne citerai pas de nom. Bref, passons…

Un jour, sur une de mes publications sur Facebook, une de mes ainées avait mis un commentaire en disant « mais où est la RDC aujourd’hui? » ma réponse fut simple: « là où nos ainés nous l’ont laissé, sur le bord de la route, en mauvais stationnement ». Oui, car ces évenements qui ont bouleversé notre peuple depuis 1960, nous, la jeune génération, ne l’avons pas connu et n’y avons pas participé.

1960: « Indépendance Cha Cha », nous n’étions pas là, alors vraiment pas. Ce sont nos ainés qui ont négocié et fêté l’indépendance, comme si la liberté d’une vie passée entre les mains d’un esclavagiste pouvait se négocier avec lui d’égal à égal. De plus, ils ont laissé le volet économique entre les mains de conseillers « belges » avec des représentants de l’état… belge.

1961: Désordre politique entre Lumumba et Kasavubu puis assassinat du premier. Nous n’étions pas là non plus. Qui de Lumumba et de Kasa-Vubu avait la loi de son côté, je pense Kasa Vubu. Et qui avait la consience et le souci de la nation de son côté: je pense Lumumba. Mais les deux, comme dans le cas de beaucoup d’autres leaders africains, vont se téléscoper au grand plaisir des belges, américains, anglais, israeliens etc…

1965: coup d’état en douceur de Mobutu, zéro tué! Nous n’étions pas là non plus pour peser sur les choses. Mais les témoignages des ainés que j’en ai eu, dont par mon défunt beau-père qui y avait pris part, ce fut un plan magistralement bien orchestré où des gens se sont fait prendre comme des enfants pensant être invité à un cocktail alors qu’ils allaient pour ainsi dire être « pris en otage » sans violence et avec le sourire.

1967: Naissance du MPR, Mouvement Populaire de la Révolution. J’ai toujours été curieux de savoir à quel point il était concrètementpopulaire ce MPR, surtout à l’intérieur du pays et durant les années de chaos qui allaient suivre. L’idéologie était là avec le Manifeste de la N’sélé (dont que certains ont magnifiquement bien plagié pour nous sortir le concept des 5 chantiers/charniers de la république) mais quelque chose n’allait pas entre les objectifs et les personnes qui devaient la réaliser.

1971: la République Démocratique du Congo devient la République du Zaïre, c’est la deuxième république, la Zaïrianisation est en marche. La plus part de ceux de ma génération n’étaient pas là ou venaient à peine de pousser leur premier cri de nouveau né pour pouvoir participer comme citoyen. Changer le nom et passer à Zaïre, oui! Surtout si çà permet de faire mettre un terme à certaines vélleités tribalistes observés dans la période 1955 – 1960, où certains (voire à ce jour) espèreent pouvoir recréer l’ancien royaume Kongo au nez et à la barbe des autres c’est-à-dire: Bangala, Baswahili, Baluba. Il fallait faire savoir qu’aucun peuple ne devrait avoir son nom pour facteur commun aux centaines de peuples que nous formons. Et la politique d’Authenticité a réellement permis de prendre à contrepied l’Occidentalisation des noirs que nous étions, en nous donnant le nom du maitre.

1977-1978: les guerres (d’agression) du Shaba, ces guerres, avec le recul, me font penser aux guerres actuelles en Afrique et dans mon pays, au Kivu. Des groupes armées, « gendarmes katangais » venus depuis l’Angola voisin, attaquent plusieurs villes de l’actuelle province du Katanga (anciennement appellée Shaba) dont la ville martyre de Kolwezi, où ils se feront « plaisir » comme les groupes armées à l’est de la RDC à la différence que les gruopes armées actuels ,e touchent jamais aux gentils blancs expatriés des ONG et autres organisations travaillant pour les gouvenements prédéteurs du Congo. Pour rappel: le FPR de Paul Kagamé a donné naissance à l’AFDL de Laurent Désiré Kabila qui donnera naissance au RCD, qui donnera naissance au M23. Une lignée de groupes terroristes/armés d’ascendance rwandaise. Comprenons nous bien (oui car il y a des abrutis aussi qui me lisent), je parle de l’état rwandais pas du peuple.

Les années 80: la plupart de ceux de ma génération sont déja nés mais ne sont que des enfants ou des pré adolescents voyant les choses se dérouler sans les comprendre sur le coup. Et là déjà, trop peu de parents ont entrepris le travail de formation idéologique. Une idéologie débarassée du tribalisme et de l’élitisme bourgois digne des peuples aliénés par la colonisation et sa rage de vouloir faire de nous des blancs. Les années 80, c’est aussi la descente aux enfers, les premières fissures apparassent dans l’économie. Oui déjà à l’époque, les bailleurs de fond avaient entrepris leur travail de pression voire de chantage sur le gouvernement.

1990: le multipartisme ou l’évasion de l’asile psychiatrique. Oui, le multipartisme, bien qu’étant « démocratique » selon les critères des « grandes démocraties », le multipartisme selon moi, aggrava un peu plus le désordre déja ambiant, aidé par des croches-pattes et autres doigts dans l’oeil pas du tout fair play sans parler du cinéma politique dont nous ne prendrons mesure que deux décénnies plutard. Nous étions des pré adoléscents, nous commençions à comprendre les troubles qui secouaient le pays sans pour autant avoir voix au chapitre.

1991-1993: le pillage (organisé?) de la ville de Kinshasa et d’autres. Pour le premier, il nous a été raconté (et on nous le raconte encore) que des militaires mal payés sont descendus dans la rue et se sont fait justice eux mêmes en pillant tout à leur porté, suivi des populations « pauvres ». Pour le second, rebelotte, encore des militaires payés en monnaie de singe, non ce n’est pas un jeu de mot, demandez aux congolais ce qu’est le billet de banque « Mukomboso » c’est-à-dire Gorille. Dans les deux cas, je m’en rappelle clairement, j’ai assisté aux pillages, je voyais les pilleurs passer à longueur de journée devant notre rue. L’armée et le peuple se sont servis mais n’ont fait qu’aggraver les choses et légitimer ce qui allait suivre…

1997: L’invasion du Zaïre, avec la complicité de voisins et d’un Grand Combattant de la Liberté Africain alias Nelson Mandela, qui (re)devient la Republique Démocratique du Congo, par un pseudo mouvement national baptisé Alliance des Forces Démocratiques de Libération. J’aimerai insisté sur ces mots.

Alliance: c’est-à-dire, entrée masquée de gens armées de partout, surtout de l’armée rwandais. C’était eux la force de frappe de l’invasion, pas l’AFDL et ses kadogos pour la mascarade des méRdias occidentaux diffusant avec exitation la chute du régime, heure par heure.

Forces Démocratiques: des groupes armées ayant toujours fait l’usage de la violence peuvent-ils apporter la démocratie c-a-d le POUVOUR PAR ET OPUR LE PEUPLE? J’en doute… Et l’histoire chaotique de ce pays me donne raison

Libération: le plus beau des canulards depuis la fin des années 80. Plus aucun mouvement se revendicant de Libération, né à partir de la fin des années 80, en Afrique (et peut-être ailleurs) n’en est un. La libération du pays d’un dictateur pour le replacer entièrement sous la coupe des multinationales avec pour cible le pillage du COLTAN (ressource naturelle classée comme matièer stratégique par le Département d’Etat américain depuis… 1954, sauf erreur. Référence: l’auteur et conférencier Patrick Mbeko dans son livre sur le canada).

2001: Assassinat de Laurent Désiré Kabila. Bien qu’il ait bien merité ce qui lui est arrivé, parce qu’ayant introduit le diable dans le pays, il était quand même un enfant du pays avec la « légitimité » de pouvoir être le président, de préférence par des élections et non en s’auto proclamant comme tel sous les applaudissements des anciens eslcavagistes et envahisseurs. La même, comme lors d’un couronnement, lui succède son « héritié ». Ni par élection ni par un quelconque processus « DEMOCRATIQUE. Nous étions jeunes, insouciants et sans expérience pour et sur la chose: des spectateurs…

2006: Première élection truquée et faussée à l’avance mais soutenue, financée par les anciens esclavagistes et envahisseurs… Une personne n’ayant même pas l’âge légale requis, 40 ans, devient président à 36 ans. Mais c’est pas grave, après tout le constitution qui régit cette république n’a-t-elle pas été rédigée à… LIEGE, chez l’ancien occupant. Vous parlez de symbole… Certains d’entre nous ont commencé, timidement, leur militantisme pour faire connaitre leur indignation et tirer la sonnette d’alarme.

2011: Seconde élection truqée et faussée l’avance, une fois de plus applaudien soutenue, financée, protegée par les anciens esclavagistes. Ayant acquis de la laturité, nous sommes descendus dans la rue, partout où deux ou trois zaïro-congolais se trouvent dans le monde et nous avons dit NON sous forme d’un cri de ralliement général qui deviendra INGETA et donnera naissance à ce qu’on appelle « la génératin Ingeta ».

S’en sont suivis des crimes de masse à répétition, où d’inombrables gens: hommes, femmes et enfants, ont été massacrés, humiliés, brutalisés, paupérisés alors qu’on leur avait promis 5 CHANTIERS en 2006 et une REVOLUTION DE LA MODERNITE en 2011. Goma, Walikale, Butembo, Beni, Sake, Bunia, etc… ainsi que d’autres villes ailleurs dans le pays. Des villes martyres avec un nombre incalculable et effrayant de morts, de viols, d’enfants orphelins de guerre et ce depuis la « libération » du pays. Jamais sous la deuxième république de tels crimes de masses avaient lieu avec autant de régularité et de barbarie.

Voilà où nous en sommes. Voilà, en gros, d’où nous venons. Mais là où nous allons n’est pas encore écrit et cette fois-ci contrairement aux autres années, aux autres générations, la nôtre devra de se montrer bien plus combattive, bien lpus radicale, bien plus formée et informée sur le sujet et surtout beaucoup plus ancrée idéologiquement dans le panafricanisme, exit les nationalismes bidons, et de solutions PAR NOUS, POUR NOUS et AVANT LES NÔTRES.

Que ceux qui veulent fêter, fêtent. Moi je ne fête ni ne souhaite de joyeuses fêtes d’indépendance comme si avec nos 6 millions de morts nous ne valions pas plus que ça. Moi je parle de Journée du Souvenir et de Receuillement.

Published by kongolibre.over-blog.com
commenter cet article