Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 19:25
QUESTIONS ET REPONSES (2)
SUR LA
LES POUVOIRS REVELES PAR TATA KIMBANGU 
par Fungula Fumu Ngondji lemaniKongo
 
J’ai pris l’initiative, depuis quelques temps, de partager, avec mes compatriotes, mon experience personnelle dans le processus de la transformation individuelle (PTI). J’ai choisi la formule Q/R (Questions et reponses), un mode de conversation provocatif et amical a la fois.
Mon experience du PIT a commence par un constat qui est le suivant:
Le peuple Kongolais a subi l’esclavage pendant pres de 400 ans (Decembre 16, 1497 - 1870 )*; la colonisation et le neo-colonialisme pendant 200 ans sous l’ordre des blancs venus de l’Europe. Pendant 50 ans après la proclamation de l’independence, le neo-colonialisme a atteint une forme tragique: la mediocrite depuis que le Ruanda controle notre pays par proxie. Cela veut dire que le peuple Kongolais est reduit a la decheance sur tous les plans par le pouvoir d’une clique d’amateurs, corrompus, voleurs et tueurs, n’ayant aucune notion de rigueur morale. Et pourtant, la grande majorite des membres de cette clique est composee d’intellectuels, detenteurs de titres academiques reconnus par des grandes institutions internationales. Quel role jouent-ils ces intellectuels Kongolais?
*John Reader, Africa, A biography of the Continent, pp. 356-377).
Dans la premiere partie de mes Q/R, j’ai tente de definir le processus de la transformation individuelle (PTI) et comment il peut etre realise. L’exigence du PTI etant l’accumulation du savoir qui assure la maitrise du pouvoir intellectuel et spirituel, condition sine qua non pour la liberation totale contre l’ignorance, cause de l’oppression et l’exploitation dont notre people est victime depuis des generations, le role de l’intellectuel apparait crucial.
C’est la raison pour laquelle il convient de s’interroger d’abord sur le terme et la mission de cet intellectuel.
 
JEAN-PIERRE MBELU: « La tâche d’un intellectuel n’est pas de séduire, mais d’armer. »
  
Que faut-il entendre par intellectuel? s’interroge ce patriote Kongolais de la Nouvelle Generation dans l’une de ses recentes reflections? “ Il s'agit moins d'une catégorie de personnes que d'une attitude : celle qui consiste à s'informer, à réfléchir sérieusement sur les affaires humaines, et à bien articuler sa compréhension et sa perspicacité”lui repond Noam Chomsky, un intellectuel et ecrivain americain bien connu, qui ajoute:“…Je connais des gens qui n'ont aucune instruction scolaire mais qui sont, à mes yeux tout au moins, de remarquables intellectuels. Et je connais des universitaires respectés et des écrivains qui sont très loin de correspondre à cet idéal. » Et il fait la différence entre « les intellectuels reconnus » et les « intellectuels subversifs ». Il dit : « Pour ce qui est des «intellectuels reconnus», c'est une question différente. Par ce terme, j'entends ceux qui, dans leur propre système de pouvoir, sont honorés du titre d'«intellectuels responsables» - et c'est d'ailleurs bien ainsi qu'ils se qualifient eux-mêmes en Occident. Parfois, on les appelle des «intellectuels technocrates», pour les distinguer des «intellectuels subversifs» qui sèment le trouble et sont «irresponsables».
 
Mbelu observe ensuite que plusieurs de nos « intellectuels (Kongolais) sont ceux dont les têtes ont été formatées par le discours dominant, « ces technocrates » reconnus par l’Occident, agents (ou amis) du FMI, de la Banque mondiale ou d’autres grandes institutions dites internationales.”
 
Noam Chomsky, poursuit Jean-Pierre Mbelu, nous enseigne que « ces distinctions entre intellectuels remontent à la plus haute Antiquité. Dans la Bible , par exemple, il y a un mot hébreu passablement obscur : nabi. En Occident, on l'a traduit par «prophète». En fait, il désigne l'intellectuel. Ceux qu'on appelait des prophètes se livraient à des analyses politiques et prononçaient des jugements moraux. À l'époque de la Bible , ils étaient haïs et méprisés. On les jetait en prison ou on les envoyait dans le désert, parce qu'ils étaient dissidents. Des siècles plus tard, on a reconnu leurs mérites et on en a fait des prophètes. » Et il ajoute : « Ceux qu'on honorait à l'époque étaient les flatteurs et les courtisans, et non ceux qu'on honorerait beaucoup plus tard comme de vrais prophètes. Au XXème siècle, c'est le genre d'intellectuels qu'on a emprisonnés dans la sphère d'influence soviétique et qu'on a assassinés dans la sphère d'influence américaine. Ce fut par exemple le cas de ces six jésuites du Salvador qu'en Europepersonne ne connaît, parce qu'ils ont été abattus par des commandos entraînés par les Américains - ce qui n'est pas un crime (aux yeux des maîtres occidentaux - C’est moi qui ajoute). Cela fait juste dix ans que ça s'est passé, et vous trouverez à peine quelques mots dans la presse sur ces assassinats. C'est un scandale. Mais il en a toujours été ainsi dans l'histoire. » (Ces extraits de l’interview de Noam Chomsky sont tirés de son livre intitule: Deux heures de lucidité Entretiens de Noam Chomsky avec Denis Robert et Weronika Zarachowicz , ParisEditions des Arènes, 28 octobre 2001).

Quand, conclut Mbelu, relisant notre histoire, nous nous en prenons aux « intellectuels », posons-nous toujours la question de savoir de quels intellectuels il s’agit ? « Des intellectuels technocrates », « flatteurs », « courtisans » ou « des intellectuels subversifs » capables des remises en questions profondes de notre société dans ses règles de fonctionnement, même au prix de leur vie.
 
En introduisant le processus de la transformation individuelle (pti) dans ma plaidoirie du 18 octobre 2011, j’ai termine par le paragraphe suivant:
 
“Dans les mois et annees qui viennent, le Kongolais et Kongolaise qui, par la pratique de BolingoBondeko, Bosalisani, Lokumu et Bwanya, valeurs leguees par nos ancetres de generation en generation se rendra compte que la solution de tous nos problemes reside dans le pouvoir de chacun de nous de CONNAITRE, COMPRENDRE, AIMER ET AGIR. Ce pouvoir est aussi la formule de la magie de Dieu, source de tous les accomplissements de l’homme jusqu’au voyage dans l’espace. Tout etre humain qui le desire peut le maitriser. Il ne demande aucune intelligence extraordinaire. Nos ancetres le possedaient et ont pu nous le transmettre a travers les valeurs traditionnelles que nous pratiquons quotidiennement. Il ne nous reste plus que de mieux connaitre ces valeurs, de mieux les comprendre, les aimer et les pratiquer en connaissance de cause. C’est en cela que consiste le processus de la transformation individuelle et de la nation Kongolaise toute entiere.”
Le lecteur critique qui a pris connaissance de mes articles sur le processus de la transformation individuelle (PTI) cherchera premierement a connaitre ma motivation ou raisons pour la diffusion de mes idees. Il a raison parce qu’il est dans la nature de l’homme d’etre egoiste. Parlons donc de ma motivation ou raisons.

13 eme Q. (suite de la 12eme Q. ): Y a-t-il un Kongolais honnete qui peut etre fier des conditions de vie dans lesquelles vit notre people aujourd’hui?
R. : Non.
14 emeQ.: Pourquoi pas?
R. : Parce que nous sommes tous conscients que notre pays dispose de ressources naturelles et humaines suffisantes pour assurer un standing de vie meilleur a tout Kongolais.
15 eme Q.: Qu’est ce qui handicape le developpement economique et social de notre pays?
R. : C’est la mediocrite qui caracterise le comportement et les actions du Kongolais en general. Il ne s’agit pas seulement de la mediocrite des dirigeants au pouvoir. Ne dit-on pas que les peuples meritent les derigeants qu’ils ont?
16eme Q.: Que faut-il faire pour qualifier le comportement et les actions du Kongolais?
R.: Il faut l’aider a se redecouvrir et a pratiquer les valeurs lui permettant d’acquerrir les pouvoirs reveles par le grand prophete Tata Kimbangu, envoye personnel du Createur au peuple Kongolais et Africain.
17eme Q: Serait-ce bien cela la motivation ou raison du processus de la transformation individuelle (pti) et la mienne aussi?
R.: Exactement. A travers le pti, qui est une methode d’analyse critique des idees et actions pouvant influencer la vie quotidienne de tout individu, le Kongolais (e) apprendra a connaitre, comprendre, aimer et agir conformement aux valeurs de Bolingo, Bondeko, Bosalisani, Lokumu et Bwanya,  legues par ses ancetres generation après generation; et de maitriser les pouvoirs reveles par Tata Kimbangu, lesquels pouvoirs lui assureront la domination de tout ce qui peut menacer son existence et son bonheur spirituel et materiel.
18eme Q. Qui va guider le peuple Kongolais a realiser le processus de la transformation individuelle?
R.: Nous examinerons cette question prochainement.

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com