Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 11:45

Controverse autour de la gestion consensuelle.

buzoberi

Mercredi, 02 Octobre 2013 

 

C’est la thématique de tous les enjeux, gouvernance, démocratie et reformes institutionnelles, qui fixe l’avenir politique de l’ordre institutionnel issu des élections de 2011. Unanimement, toutes les composantes se sont mises d’accord sur la gestion consensuelle et non comme prétendument annoncé d’un gouvernement de large union nationale au sein duquel l’opposition politique serait bien représentée, dixit Léon Kengo Wa Dondo.

 


C’est le sens à donner à cette réunion d’hier soir entre le présidium et certains délégués majeurs (les initiés) de ces concertations nationales, ténue dans la salle des banquets du palais du peuple. Le partage, la formule à trouver semble difficile pour tout le monde. A commencer par le présidium jusqu’au point focal qui est le chef de l’Etat. Qui partira de l’équipe Matata I ? Qui va rejoindre l’équipe Matata II ? Ainsi pour d’autres institutions.

Visiblement, il y a une guerre non déclarée entre la nouvelle génération des politiques et les caciques Mobutistes qui ne veulent pas se laisser faire. Après le dépôt des rapports de cinq thématiques, aucune date des plénières prochaines n’est connue de la presse. Le présidium se tait mais des certaines sources du secrétariat technique, tous les membres des bureaux de ce cinq thématiques étaient appelés à confectionner une dernière synthèse de leurs rapports qui ne peuvent dépasser trois pages. Cela en perspective du discours solennel en préparation pour la clôture par le Chef de l’Etat sauf imprévu fixé pour le samedi 5 octobre. Les plénières des concertations nationales au palais du peuple n’auront pas plus de trois séances pour que le Chef de l’Etat vienne refermer les rideaux des concertations nationales ténues à l’absence des partis phares de l’opposition, notamment L’UDPS et l’UNC ainsi que leurs alliés.

Dindo dénonce un referendum précoce

Tripatouillage de texte visible pour des concertations nationales qui souffrent déjà de sa légitimité. C’est la déclaration de Gaston Dindo devant la presse le mardi 1 octobre 2013 au Hall du palais du peuple. C’est grave ! Pendant que la thématique gouvernance a largement dépassé le délai imparti pour le dépôt du rapport final de leurs assises,
la majorité présidentielle a subtilement introduite une incise déjà balayée pendant les travaux dans le rapport final à l’insu des autres composantes ouvrant une brèche d’organiser une révision par référendum. Cet exercice de toilettage de ce rapport final consistait à ne revoir rien que les formes dont les fautes de syntaxes, de lexiques, de ponctuations, etc.

Et non revoir le contenu du texte dont toutes les composantes s’étaient déjà convenues pour le remettre au présidium. A la grande surprise de l’opposition, le point 3 du rapport qui se référait à l’article 5 de la constitution, prévoyait la révision de la constitution par référendum alors que la thématique a ténu à respecter la constitution sur la durée du mandat présidentiel, c'est-à-dire jusqu’en 2016. Gaston Dindo ne supportant pas cette manœuvre de la majorité, n’a pas entendu l’aval de ses collègues de l’opposition pour dénoncer ce mal. Des sources proches de la CENI, l’abbé Malu Malu, expert en la matière, n’attendait que le Go des recommandations finales des concertations pour entrer en danse. Ce passage en force expose tous le sens du retard voulu et entretenu par la thématique gouvernance, démocratie et reformes institutionnelles. Le présidium saisit de cette déclaration de l’opposition a convoqué d’urgence une réunion dans la salle des banquets le lundi 1er octobre à 17 heures de tous les Co-modérateurs de cinq thématiques. GERARD LEMBA

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com