Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 17:29

                             AUX PATRIOTES KONGOLAIS

 NATIONALISTES LUMUMBISTES

 

                     Par Kodakombu Missinga Migulu

Carte RDC

 

A travers toute l’histoire du monde, il a été démontré que la libération d’un peuple contre l’oppression et la répression politique ou  économique est impossible sans la participation active et déterminante des patriotes.(Lire la suite s.v.p.).

Qui sont ces patriotes ?

Un patriote est tout individu qui se choisit, en toute liberté et conscience de changer le cours de l’histoire de son pays, seul ou en compagnie d’autres patriotes de sa trempe. Il en fut ainsi avec la révolution Française de 1789, la révolution Bolchevique de 1917, la révolution Cubaine de 1959 et Il en était encore de même pendant  les  deux guerres  mondiales de 14-18  et 40-45. Ce  sont les actions  héroïques des patriotes qui ont permis aux forces alliées de vaincre les armada d’Hitler et Mussolini dans certains pays d’Europe.

Comment agit un patriote ?

Un patriote agit après un examen approfondi de la situation concrète de son pays et de ses capacités individuelles. Lorsqu’il est convaincu qu'il peut changer le cours de l’histoire de son pays d’une manière ou d’une autre, il s’engage à réunir les moyens nécessaires lui permettant de marquer son empreinte dans le sens qu'il croit déterminante. Dans certaines situations, il agira seul. Dans d’autres, il fera appel à d’autres hommes et femmes pour agir en groupe, secrètement ou publiquement, selon la nature de l’ennemi à combattre.

Y a-t-il de tels patriotes dans notre pays, le Kongo ?

Quiconque aime son pays et est prêt à donner sa vie pour protéger les interets de tout son peuple est un patriote. On trouve de nombreux Congolais de ce genre au sein de notre peuple comme parmi les membres des forces de maintien de l’ordre et de la sécurité : armée, police, diplomatie et services d’intelligence.

Les agents des services de la sécurité du Kongo sont-ils tous patriotes ?

          D’une manière générale, oui. Mais aimer son pays ne suffit pas pour être un patriote. Les soldats qui combattent et meurent sous le drapeau Congolais pour défendre leur pays ne sont pas nécessairement tous des patriotes. Certains portent l’uniforme des FARDC ou de la police pour des raisons autres que l’amour de leur pays. Il y a des criminels, des traitres et aventuriers  au sein de tous les services de sécurité du monde entier. En plus de l’amour pour son pays, un patriote doit avoir également des convictions.

De quelles convictions s’agit-il ?

Des convictions morales, spirituelles et politiques. Le patriote doit être moralement une personne honnête et spirituellement respectueuse des lois divines. Un patriote doit également connaitre la constitution de son pays dont il est engagé à préserver. C’est pourquoi tout agent des services de sécurité et de la diplomatie doit, politiquement, prêter serment de maintenir inconditionnellement l’unité nationale de son pays.

Existe-t-il d’autres distinctions entre patriotes dans notre pays ?

          Oui, il y en a. A la veille de notre indépendance, il y avait trois grandes distinctions IDEOLOGIQUES entre les patriotes Congolais déterminés à changer le cours de l’histoire du Congo. La première tendance était le NATIONALISME, autrement dit, le maintien INCONDITIONNEL de l’unité nationale du Congo tel qu'il existait pendant la colonisation. C’était l’idéologie défendue par le MNC/Kalonji avec les Ngalula, Ileo et toute l’élite intellectuelle Catholique.

La coalition du MNC/Lumumba, PSA, Balubakat, le parti de Kashamura et bien d’autres étaient également pour le NATIONALISME renforcé par le  PANAFRICANISME ANTI-IMPERIALISTE. C’est- à -dire, un nationalisme radical donnant au peuple congolais la conscience de l’union avec tout le peuple Africain allié dans le combat contre l’impérialisme. C’est l’idéologie qu'on appelle jusqu’ici au Congo, « le NATIONALISME LUMUMBISTE» ou simplement, le « LUMUMBISME ».

Il y avait, enfin, le FEDERALISME, défendu par l’Abako de Kasavubu et Nzeza Nlandu, la Conakat de Tshombe et Munongo et toute la litanie des petits partis financés par nos anciens maitres coloniaux dont l’objectif principal était d’entretenir la zizanie et les sentiments de balkanisation de notre pays qui persistent jusqu'à ce jour surtout parmi certains politiciens originaires du Katanga et du Bakongo. Le plus connu de ces petits partis était le PNP (Parti National du Peuple) que les Kinois ont surnommé « Pene-Pene na Mindele », dont le chef était Bolikango, un des grands leaders Kinois, originaire de l’Equateur.

Par quoi peut-on reconnaitre l’influence impérialiste au Kongo ?

L’influence impérialiste se manifeste dans notre pays à travers les leaders et partis politiques qui servent les intérêts financiers, politiques et militaires  de l’Occident et des Etats-Unis, lesquels ont la main mise sur toutes les richesses de notre pays depuis le temps colonial et continuent à exercer des menaces perpétuelles sur la souveraineté et l’unité nationale du Congo.

Comment peut-on distinguer un régime politique au service de l’impérialisme ?

Un régime politique au service de l’impérialisme est, avant tout, incompétent et impopulaire aux yeux du peuple. Ces dirigeants ne se maintiennent au pouvoir que par la violence. Sous l’autorité d’un tel régime, les droits fondamentaux du peuple, notamment le droit à l’emploi et à la sécurité ; la liberté d’expression et de la presse sont inexistants. La corruption est monnaie courante. De telle sorte que les dirigeants au pouvoir sont extrêmement riches pendant que le peuple gémit sous le poids de la misère noire.  Les fonctionnaires chargés de veiller au respect des lois et de la tranquillité publique: gouverneurs, maires, officiers de la police et de l’armée, juges et magistrats sont les principaux ennemis du peuple qu'ils pourchassent, égorgent et emprisonnent pour tout et pour rien. L’éducation et la santé des populations sont médiocres du fait que les installations scolaires et sanitaires sont vétustes ; les éducateurs et agents sanitaires sont ignorés, mal payés ou impayés. Seuls les étrangers qui remplissent les poches des politiciens en leur payant des pourboires sont en sécurité et font la loi à travers tout le pays. La contestation est intolérable suscitant ainsi des tensions dans plusieurs coins du pays que le régime doit réprimer par la violence avec le soutien des organes internationaux sous la houlette des impérialistes comme les Nations Unies. Voila quelques signes distinctifs d’un régime au service de l’impérialisme.

Comment peut-on mettre fin à un tel régime?

Il y a trois méthodes de mettre fin à un régime politique au service de l’impérialisme. La première méthode est de caractère radical ou non démocratique. C’est une méthode de violence qui s’applique par un coup d’état ou la guerre de rébellion contre le pouvoir établi. Il y a aussi le soulèvement populaire qui peut se produire quand les souffrances subies par le peuple sont insupportables et que sa patience est à bout. Aucune force n’est capable de retenir un peuple en colère. Le résultat d’un soulèvement populaire est souvent la destruction de toutes les structures existantes et la perte d’énormes biens matériels autant que de nombreuses vies humaines. La troisième méthode est de caractère pacifique. Elle s’exerce par l’éducation politique, morale et spirituelle du peuple afin d’élever son niveau de conscience, lui permettant, ainsi, de reprendre le pouvoir en imposant sa volonté à l’occasion des élections réellement libres et  démocratiques.

Quelle est la méthode préférable pour libérer le peuple Congolais ?

En matière de lutte de libération contre l’impérialisme, nulle ne peut prédire l’avenir ni choisir d’avance la méthode préférable de renverser un régime politique quand il n’existe pas sur le terrain une organisation des patriotes déterminés à changer le cours de l’histoire de leur pays. C’est le plus grand problème que connait le Kongo depuis l’assassinat de Lumumba.

N’y a-t-il donc pas de patriotes capables de changer le cours de l’histoire du Kongo?

Plus haut, nous avons dit qu'il y a deux types de patriotes dans notre pays. Ceux qui se réclament nationalistes pure et simple, et d’autres qui sont adeptes du nationalisme de Lumumba, autrement dit, des nationalistes lumumbistes, anti-impérialistes. Il se fait, malheureusement qu'a l’heure actuelle, ces deux catégories de patriotes sont absentes de la scène politique Kongolaise.

Pourquoi ?

Simplement parce depuis plus de 50 ans, le Kongo a été pris en otage par les puissances occidentales et les USA. Apres l’assassinat de Lumumba, ces puissances qui contrôlent toutes nos richesses ont décidé de contrôler également la politique générale de notre pays en choisissant ceux qui doivent le diriger. C’est de cette manière que Mobutu, Laurent-Désiré Kabila et Kabila Kabange Kanambe Kazambarembe, alias Commandant Hypo, ont été portés au pouvoir. Le premier par un coup d’état en 1960 et 1965. Le deuxième et troisième par une guerre de rébellion en 1997 dirigée par le Ruanda et l’Ouganda, mais financée entièrement par les USA et autres pays de l’Occident.

Qu'est ce qui prouve que les dirigeants Congolais sont au service de l’impérialisme ?

Dans un régime au service de l’impérialisme, tous les pouvoirs sont détenus par un seul homme qui se dit Chef de l’état, président de la république, roi ou empereur. Toutes les décisions concernant les affaires du pays sont entre ses mains. Il nomme et révoque qui il veut. C’est cela qu'on appelle la DICTATURE. Un tel système permet à celui ou ceux qui le contrôlent de s’enrichir librement tout en construisant des barrières autour des populations pour éviter les contestations publiques telles que : marches de protestation, agitation, soulèvement, liberté d’opinion, etc.

Peut-on parler de dictature dans un pays ou fonctionne un système électoral ?

Le système électoral  est un moyen idéal pour l’impérialisme de tromper le peuple qu'il est le premier souverain ayant le pouvoir de choisir ceux qui le gouvernent. Même dans les pays impérialistes de  REGIME DEMOCRATIQUE, il y a une élite qui choisit ceux qui doivent gouverner à travers le mode de sélection et de financement des élections. Aux Etats-Unis, par exemple, Il est connu de tous que les riches républicains financent massivement ceux qui protègent leurs intérêts. Dans les REGIMES DE DICTATURE comme celui du Congo, le chef de l’état et ses amis sont libres de choisir ceux qui organisent et déterminent les gagnants et perdants par la fraude pure et simple. Même les gens ordinaires dans les villages sont conscients de la fraude lorsqu’à la fin du processus électoral ils s’aperçoivent que leur candidat préféré est battu par le criminel le plus connu de tous.

 Mais ou sont les patriotes congolais lumumbistes ?

Apres l’assassinat de Patrice Lumumba le 17 janvier 1961 au Katanga, le régime de dictature de Mobutu a engagé une campagne d’élimination physique de tous ceux qui défendaient l’idéologie de Lumumba ou le lumumbisme. Nombreux ont été tués.  Pierre Mulele, entre autres et un grand nombre des étudiants de l’université Lovanium et de Lubumbashi, pour ne citer que les plus légendaires. D’autres sont allés en exil ou dans le maquis. C’était le cas de Laurent-Désiré Kabila avant son alliance avec l’AFDL. D’autres ont du, tout simplement, renoncer à leur idéal pour survivre.

Comment peut-on définir l’élite politique actuelle de notre pays ?

 L’élite politique congolaise est composée – comme partout ailleurs - de bons et mauvais citoyens Congolais. Un citoyen est une personne qui a le droit de vivre et de travailler sur le territoire d’un pays dont il est originaire ou acquis la nationalité juridique. Mais, comme nous l’avons déjà démontré plus haut, un citoyen n’est pas nécessairement patriote.

N’y a-t-il donc pas de patriotes au sein des partis politiques existants dans notre pays ?

Il y en a bien. Mais la majorité de ces patriotes qui continuent à combattre clandestinement au pays ou à l’étranger, savent qu'ils sont tenus à l’œil par les forces impérialistes qui détiennent le monopole du pouvoir politique et des richesses de notre pays.

Est-t-il impossible de créer un parti des patriotes nationalistes lumumbistes?

Non, ce n’est pas impossible. Mais ce n’est pas prudent. Les lumumbistes savent que l’impérialisme les tient à l’œil. Ce qu'’il conviendrait plutôt pour le moment, c’est d’identifier les tendances des différents partis existants dans notre pays.

Pourquoi chercher à identifier les tendances?

Parce que depuis la Zairianisation de la république du Congo, la profession de politicien a été aussi entièrement zarianisée. En identifiant les partis, on pourrait distinguer ceux qui seraient de tendance réactionnaire, libérale ou progressiste afin de permettre au peuple congolais de savoir exactement qui est qui.

Qu'est ce que cela veut dire ?

Objectivement parlant, un politique est toute personne qui défend une orientation bien déterminée philosophiquement, économiquement et idéologiquement. C’est ainsi qu'on peut parler de parti démocrate, républicain, socialiste, communiste, chrétien, social-démocrate, chrétien-démocrate, etc..Cette caractérisation permet à ces organes de définir un programme spécifique répondant aux aspirations individuelles et collectives de leurs adeptes. C’est également sur base de cette caractérisation que l’on peut distinguer les inclinaisons des hommes politiques de tendance réactionnaire, libérale  et progressiste.

Quelle différence y a-t-il entre les réactionnaires, libéraux et progressistes ?

En matière de lutte de libération, les partis ou leaders politiques de tendance réactionnaire sont ceux qui n’ont aucune orientation politique, économique ou idéologique bien définie et qui changent de camp selon la fortune du temps. Aujourd’hui ils sont à gauche et demain, ils se rangent à droite. On les appelle également des opportunistes. Les progressistes, par excellence, sont toujours les défenseurs acharnés des intérêts du peuple. Dans la majorité des cas, ils sont soit libéraux, soit révolutionnaires. C’est au sein de cette dernière catégorie que l’on trouve les anti-impérialistes.

Y a-t-il de tels leaders au Kongo ? 

La majorité des partis politiques Congolais n’ont, dune manière générale, aucune orientation philosophique, économique ou idéologique. Leurs proclamations  sont simplistes et circonstancielles. C’est la raison pour laquelle ces partis sont incapables de concevoir un programme  susceptible de gagner l’enthousiasme et la confiance du peuple congolais. Les partis congolais sont faits à l’image de leurs fondateurs qui ne cherchent qu'a gagner un poste quelconque au sein du gouvernement. Dès que cet objectif est atteint, le parti cesse également d’exister.

N’y a-t-il donc aucun parti de tendance libérale ou progressiste au Congo ?

Il y en a deux. L’UDPS et la Démocratie Chrétienne de Diomi Dolomingo, actuellement en prison.

Quelle conclusion tirer de cette analyse ?

Tant qu'il n’y aura pas de parti et leaders politiques défendant la vision de Lumumba qui est progressiste, pour ne pas dire révolutionnaire, notre pays sera toujours sous le contrôle des politiciens serviteurs de l’impérialisme. Que ces politiciens soient des Congolais authentiques ou des congolais « colorés ».

CONCLUSION :

Puisqu’il n’est pas donné à n’importe qui le pouvoir de changer le cours de l’histoire de toute une nation, l’heure est arrivée de constituer un organe officiel clandestin dénommé CORPS SACRE DES LUMUMBISTES (C.S.L.) dont la mission doit être d’identifier ceux des patriotes Congolais qui combattent l’impérialisme publiquement ou clandestinement afin de guider l’étape finale de la libération du peuple Kongolais.

Cette étape finale exige non seulement le sacrifice de la vie mais, avant tout, la constitution d’un fonds permettant d’acquérir les moyens matériels  nécessaires pour mobiliser les LUMUMBISTES capables de changer le cours de l’histoire du peuple Congolais d’ici 2016.  

Entendu que les patriotes sont des êtres d’une certaine distinction.

Entendu que dans certains pays, ils sont l’objet d’adoration. 

Entendu que dans les pays de l’Occident par exemple, il y a des cimetières particuliers pour les patriotes qui ont combattu dans différentes guerres.

Que des fonds importants sont alloués à perpétuité pour les besoins de ces patriotes et de leurs familles.

Qu'il existe même des journées spéciales réservées à leur honneur.

Entendu qu'a Washington, capitale mondiale de l’impérialisme,  Martin Luther King a un monument à cote de celui de certains présidents Américains parce qu'il a, effectivement, à travers ses actions,  changer le cours de l’histoire des Noirs et de tous les Américains.

Entendu qu'un patriote ne se reconnait pas seulement par le sacrifice de sa vie, mais dans toutes ses actions.

Entendu que toute la conduite d’un patriote doit être exemplaire.

          Ceux des patriotes qui s’engagent à former le CORPS SACRE DES  LUMUMBISTES ( C.S.L.) doivent se choisir eux-mêmes librement et en toute conscience .

Après avoir fait un examen approfondi de la situation de notre pays et de leurs capacités personnelles, ils doivent prendre contact avec nous, par e-mail, sous un « PSEUDONIME (ou nom d’emprunt par mesure de sécurité)».

LE CONTACT, SOUS UN NOM D’EMPRUNT OU PSEUDONIME ET PAR E-MAIL DOIT S’EFFECTUER ABSOLUMMENT AVANT LA DATE DU 3 DECEMBRE 2014.

Sur base des pseudonymes, le C.S.L. identifiera, individuellement chaque camarade par ses propres méthodes.

FAIT A NEW YORK, le 22 SEPTEMBRE 2014.  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com