Le quotidien gratuit 20 minutes paru en France du 05 février 2011 titrait: "Bush annule une visite en Suisse face au tollé suscité par sa venue". L’ex-président américain George Bush a annulé un déplacement en Suisse, où il devait prendre la parole le 12 février 2011 à Genève lors d’un dîner de gala, à la suite du branle-bas de combat provoqué par cette visite. Des plaintes pour crimes de torture ont été déposées auprès de la justice genevoise contre l’ancien chef de la Maison blanche et plusieurs organisations de défense des droits de l’homme entendaient intenter d’autres poursuites visant à le faire arrêter. Des mouvements de gauche avaient en outre l’intention de manifester contre sa participation au gala caritatif, dont les organisateurs ont maintenu le dîner mais annulé l’intervention de Bush « pour ne pas mettre en péril les personnes et les biens ». Le parquet de Genève a annoncé avoir enregistré « un certain nombre de plaintes » au pénal contre Bush pour tortures, un crime punissable aux yeux du droit international. Dans ses mémoires, Bush défend ardemment la pratique du « waterboarding », une simulation de noyade, pratiquée sous son mandat, entre 2001 et 2009, à l’encontre de détenus soupçonnés d’être des « terroristes ». Il la justifie par la nécessité d’éviter un nouveau 11-Septembre. La Suisse obligée de l’arrêter? La plupart des juristes spécialistes des droits de l’homme considèrent cette pratique à l’encontre de prisonniers capturés en Afghanistan ou en Irak comme une forme de torture, or celle-ci est bannie par une convention internationale de 1987 que la Suisse comme les Etats-Unis ont ratifiée. Dominique Baettig, député de l’Union démocratique du centre (extrême droite), a écrit la semaine dernière au gouvernement confédéral pour réclamer l’arrestation de Bush pour crime de guerre s’il venait en Suisse. L’Organisation mondiale contre la torture, basée à Genève, a affirmé que la Suisse serait légalement contrainte aux termes du droit international et de la législation confédérale d’arrêter Bush s’il mettait les pieds sur le territoire national. Alors que les autorités assurent que Bush jouirait d’une certaine immunité pénale en tant qu’ex-président, l’OMT souligne qu’ »il n’existe aucune loi octroyant un statut particulier » aux anciens chefs d’Etat. L’OMT a écrit à la présidente de la Confédération, Micheline Calmy-Rey, pour lui faire valoir qu’il existait « un faisceau convaincant de preuves de la politique américaine de torture et de mauvais traitements » durant la présidence de Bush.

Que penser alors de Joseph Kabila, Paul Kagamé et Kanguta Museveni sont-ils vraiment des intouchables?

Jean-Claude Kalala, l'organisateur de la marche "Kabila doit partir" à Zürich. Photo Réveil-FM

La police suisse a bien encadré la marche "Kabila dégage". Photo Réveil-FM

Pour la marche "Kabila doit partir", "Kabila va-t-en", "Kabila dégage" du samedi 29 octobre 2011 à Zürich, tout le monde en parle encore. La presse et les Suisses eux-mêmes. Du jamais vu! Une réussite totale et mémorable. Une grande première ! C'est pour la première fois que les autorités helvétiques prennent à coeur la situation dramatique et chaotique de la République démocratique du Congo. Et on peut l'affirmer sans peur d'être démenti, les Congolais de la Suisse sont plus que réveillés, ils sont débout pour le Congo. Une organisation parfaite pilotée par Jean-Claude Kalala et une équipe des partenaires. Un tracteur avec la grande bandérole Kabila Kagamé Museveni au CPI, 8 millions de morts congolais, la radio associative "Lora" 97.5 Mhz de Zürich a diffusé la marche en direct, les opposants Iraniens sont venus marcher avec les Congolais pour manifester leur désapprobation de la vente d'uranium congolais à l'Iran et de la fourniture d'armes iraniens au Congo, pour tuer des Congolais, les Palestiniens et mexicains sont-là aussi pour le Congo, certains hommes politiques suisses ont marché avec des Congolais, disant clairement que la Suisse a une responsabilité sur ce qui se passe au Congo.

Les autorités Suisses ont fermé certains tronchons de tramway, lignes 2, 3, 8,7,11 et 13 y compris les bus 32 et 76. Elles ont autorisé les Congolais à emprunter la Bahnhofstrasser surnommée les Champs-Élysées de Zurich. Reliant la gare et le lac, la Bahnhofstrasse est l'artère toujours très fréquentée (sauf le dimanche), réservée au tram et aux piétons, est un paradis pour les aficionados du shopping, un enfer pour les autres. Trop de luxes, ici, les sous-sols ont du coffre et Le prix du mètre carré, dans ce sanctuaire des affaires, est estimé à 70 000 euros.

Avant la marche "Kabila dégage" à Helvetiaplatz à Zürich

La tracteur du CPI pour Joseph Kabila, Paul Kagamé et kanguta Museveni. Photo Réveil-FM

Stop au viol des femmes congolais, stop au génocide au Congo. Photo Réveil-FM

Stop aux 8 milions des morts congolais. "Kabila dégage". Photo Réveil-FM

Kabila, Kagamé et Museveni candidats au CPI pour les crimes commis au Congo. Photo Réveil-FM

Les opposants Iraniens s'opposent contre la vente de l'uranium congolais à l'Iran et la vente d'armes iraniens pour tuer les Congolais au Congo. Photo Réveil-FM

Les iraniens solidaires aux Congolais. Photo Réveil-FM

La tungulusation de la marche "Kabila dégage" de Zürich. Photo Réveil-FM

Une tungulusation qui a attiré l'attention de tous. Photo Réveil-FM

La police suisse veille. Photo Réveil-FM

 

Le départ de la marche !

La marche "Kabila va-t-en" quitte Helvetiatplaz à 14h10. Photo Réveil-FM

Les Congolais sont en première ligne, suivi du tracteur avec sonorisation et tous les peuples amis du Congo sont derrière. Photo Réveil-FM

Les amis solidaires du peuple congolais sont nombreux. Photo Réveil-FM

Les Iraniens et Mexicains. Photo Réveil-FM

Free Palestine. Photo Réveil-FM

Très motivés et engagés, les amis du peuple congolais. Photo Réveil-FM

Liberté ! Solidarité scandent les manifestants. Photo Réveil-FM

C'est à tue-tête que les Congolais crient "Kabila dégage", "Kabila va-t-en", "Kabila doit partir". Photo Réveil-FM

Ya Tshitshi zongosa ye na Rwanda ! Photo Réveil-FM

8 millions de morts congolais, c'est assez ! Photo Réveil-FM

 

Lire la suite