Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 11:37

Une vingtaine de femmes kidnappées et violées dans l'est de la RDC

    googleplus      

photo utilisée à titre d'illustration

ViolenceF

Une vingtaine de femmes, voire plus, ont été enlevées le week-dernier par un groupe de rebelles, dans l'est de la République Démocratique du Congo (RDC). Certaines d'entre elles ont déjà été libérées après avoir été violées. Une hypothétique opération militaire est en préparation pour tenter de retrouver le reste des femmes.

C'est connu, l'est de la République Démocratique du Congo (RDC) est une zone à haut risque pour les femmes. Là-bas, elles sont à la merci de l'armée et des groupes rebelles qui les font subir toutes sortes de sévices sexuelles.  Selon la radio allemande, Deutch Welle, une vingtaine de femmes et des enfants ont été enlevés le week-end dernier à Mambasa, à l'est du pays. Les assaillants ont été identifiés comme des éléments fidèles au chef rebelle Manu.

D'après le correspondant de cette radio dans la région, l'Administrateur du territoire de Mambassa, Alfred Bonga Langa, dit même craindre que le nombre de victimes ne soit plus élevé.

Ce dernier renseigne que certaines femmes ont été remises en liberté « après avoir été violées ».

photo archive: une femme mutilée par des soldats, en RDC

 

Des attaques et des viols ont régulièrement lieu dans cette région de la RDC. Ce qui suscite de nombreuses interrogations sur le rôle des soldats congolais dans ces forfaits, mais aussi l'utilité de la présence des casques bleus de l'Onu. « Les assaillants ne sont pas contrecarrés, ils ne trouvent de barrières sur leur passage. C'est pourquoi ils se permettent de venir même jusqu'à tuer la population », déclare un expert sous le couvert de l'anonymat, qui met ainsi en cause l'armée congolaise.

Une opération serait en préparation pour retrouver le reste des femmes encore dans les mains des assaillants, et nettoyer la zone. Mais, prévient l'Administrateur du territoire de Mambassa, « ce n'est pas une opération qui peut être mise sur pied du jour au lendemain. On doit se préparer, car ils se trouvent dans une forêt, un coin enclavé ».

Tableau: nombre de victimes de viols par auteur, entre 2013 et 2013 (source ONU)

 

Ces dernières années, la RDC a souvent trusté la "Une" des médias internationaux pour les viols perpétrés par les différents groupes de rebelles qui pullulent dans le pays, notamment dans la province du Nord-Kivu.

Dans un rapport publié en avril dernier, l’Organisation des Nations-Unies (ONU) révélait que 3.635 personnes ont été victimes de viols en RDC, entre janvier 2010 et décembre 2013.  « Le viol est utilisé comme une arme de guerre pour intimider les communautés locales et punir les civils pour leur collaboration réelle ou supposée avec des groupes armés ou l’armée nationale congolaise », peut-on lire dans le rapport.  

La situation des femmes dans ce pays est même beaucoup plus dramatique, quand on se refère au rapport publié il y a pile un an (octobre 2013) par le ministère RDC du Genre, de la Famille et de l’Enfant. « Au moins 40 femmes seraient violées chaque jour, soit plus d’une femme toutes les heures », précise le texte. qui résume: « 29 354 cas de violences sexuelles et basées sur le genre ont été enregistrés dans sept provinces de la RDC (le Bas-Congo, le Bandundu, la Province orientale, Kinshasa, le Katanga, le Nord-Kivu et le Sud-Kivu), entre 2011 et 2013 ».

Jean OLOHOU
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com