Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 11:50

Thomas Luhaka, JC Masangu et Kengo wa Dondo cités parmi les Premiers ministres

buzoberi

La Tempête des Tropiques,
Mercredi 2 octobre 2013
 

Entre-temps, les vrais partis de l'opposition et la vraie société civile restent indifférents aux recommandations de ces assises venues allonger la liste des sociétaires de la majorité au pouvoir

Il est fait de plus en plus état de la mise en place d'un gouvernement d'union nationale après la tenue des Concertations nationales. Pendant que des formules sont à l'étude pour ne pas contrarier la Constitution en vigueur qui ne prévoit pas la formation d'un autre exécutif national, des noms de certaines personnalités sont de plus en plus cités pour diriger le fameux gouvernement "made in Concertations nationales".

Il s'agit de Thomas Luhaka, actuel secrétaire général du MLC (Mouvement pour libération du Congo), le tout dernier gouverneur honoraire de la BCC (Banque centrale du Congo), Jean-Claude Masangu Mulongo ainsi que le vétéran Léon Kengo wa Dongo, président du Sénat et membre du Présidium des Concertations nationales. C'est d'ailleurs lui avait qui annoncé le premier la mise en place d'un gouvernement d'union nationale.

Les sources relèvent même la comparaison de ces deux derniers candidats. Et la balance semble être penchée du côté du géniteur du Franc Congo qui vient de passer 16 ans à la tête de l'Institut d'émission congolais. On parle même d'un éventuel retour en force de cet ex-gouverneur, qui selon toujours cette source, a profité des travaux des Concertations nationale pour dévoiler ses différentes stratégies de développement de la RD Congo.

Pour sa part, le secrétaire général du MLC, Thomas Luhaka, est considéré comme quelqu'un qui peut sauver Joseph Kabila, qui n'entend pas partir définitivement en 2016, en se servant de la casquette d'opposant de ce proche collaborateur de Jean-Pierre Bemba, actuellement en détention à la Haye à la CPI (Cour pénale internationale).
Thomas Luhaka a été une carte que le Présidium des Concertations s'en était servi pour attirer l'opposition, soit une partie de l'opposition aux travaux.

Les sources avaient aussi indiqué que Jean-Pierre Bemba, depuis sa cellule de prison, avait personnellement donné son aval pour la participation de son parti, le MLC, à ce forum.

Les nombreux tenants de la majorité présidentielle soutiennent la candidature, selon une fois de plus cette source, de Thomas Luhaka qui ne peut que se frotter les mains, le dernier élément gênant étant maitrisé ;le député national Jean-Lucien Bussa se trouve en difficulté et même en passe de perdre son siège à l'Assemblée nationale en qualité de parlementaire du MLC.

Déjà
le Groupe parlementaire MLC et Alliés a un nouveau président dont le nom est transmis . Il s'agit du Sénateur Lenga wa Lenga ,très proche à la famille Bemba depuis les lustres.

De nombreux partis politiques de l'opposition qui se considèrent comme constituant la vraie opposition et une grande partie de la société civile qui n'ont pas participé aux Concertations nationales demeurent indifférents aux recommandations de ce forum.

Pour ces organisations, les travaux ont permis d'allonger la liste des sociétaires de la majorité présidentielle avec l'arrivée de certains partis politiques de l'opposition en quête, selon toujours des sources, de leurs propres intérêts.

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com