Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 10:39

RDC: retour sur le désaccord de Kampala


Ces tueurs tutsi comb-copie-2

La délégation du M23, le 19 octobre 2013 à Kampala.
REUTERS/James Akena
Par Léa-Lisa Westerhoff
Tout le monde s’était donné rendez-vous, lundi 11 novembre, pour la signature d’un texte qui doit permettre de tourner la page de dix-huit mois d'affrontements meurtriers dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Cependant, l’ex-rébellion du M23 et le gouvernement congolais ne sont pas parvenus à signer le document qui, après l’offensive, doit organiser la paix. Les deux parties sont pourtant d’accord sur le texte lui-même et les 11 articles qui le composent mais c’est visiblement son intitulé qui a provoqué un blocage. L'essentiel de la délégation de Kinshasa a quitté la capitale ougandaise, tout comme les envoyés spéciaux de la région des Grands lacs.


Sur le papier, c’est une simple différence sémantique. Mais en réalité, c’est bien plus que cela. Le 4 novembre, les deux parties s’étaient entendues sur la signature d’un accord de paix composé de 11 articles. Or, lundi, le texte soumis par la délégation congolaise à signature s’intitulait : Conclusion du dialogue. Derrière ces mots, il y a tout un symbole. Pour Kinshasa, ce nouvel intitulé reflète le nouveau rapport de force. Le 4 novembre, alors que l’offensive contre le M23 était encore en cours, il fallait se mettre d’accord pour faire la paix. Mais aujourd’hui, la donne a changé. La République démocratique du Congo a emporté l’offensive militaire et cette formule veut marquer la défaite militaire des rebelles du M23.

De son côté, la rébellion avance que tout le monde s’était mis d’accord le 4 novembre et qu’il n’y a donc pas lieu de modifier le nom de ce texte à signer. Bref, un dialogue de sourds qui a abouti à cette suspension, lundi.

Un changement sémantique important pour Kinshasa

Pour le Congo, ce changement sémantique est une façon de marquer le coup. Là encore, on est dans la portée symbolique.

Le M23 a réussi à contrôler une large zone du territoire congolais pendant vingt mois et il a, surtout, toujours été perçu comme un mouvement venu de l’extérieur, soutenu par le voisin rwandais et en partie par l’Ouganda.

Cette victoire militaire est non seulement la première vraie victoire pour les forces armées congolaises mais c’est aussi la première fois que le Congo prend le dessus sur un mouvement issu de la communauté tutsie-rwandophone qui, depuis plus de quinze ans, a alimenté toute une série de rébellions dans l’est du pays. Pour Kinshasa, c’est donc une sorte de vengeance historique après des mois d’humiliations militaires (la prise de Goma, par exemple) et des négociations sans fin. D’où, sans doute, ce besoin de ne rien lâcher, même pas le terme « accord ».

Cette attitude, très dure, est aussi une façon de satisfaire une opinion publique qui a développé beaucoup de colère, voire une certaine haine vis-à-vis de ce groupe armé qui, il y a un an, a réussi à s’emparer de Goma. Le gouvernement congolais avait demandé cinq jours pour préparer l’opinion à la signature de cet accord, ce qui montre à quel point cette étape politique est peu comprise au Congo, d’autant plus que maintenant la victoire est acquise.

A terme, une démarche risquée pour la RDC

Dans l’immédiat, cette démarche jusqu’au-boutiste n’est pas risquée pour le Congo. Kinshasa veut utiliser son avantage. C’est le Congo le gagnant ; le rapport de force est en sa faveur et il doit pouvoir mener la danse. Avec cette attitude très ferme, Kinshasa veut aussi montrer l’exemple aux autres groupes armés - une quarantaine - toujours actifs dans l’est de la RDC.

Cependant, à terme, cette fermeté comporte des risques. Tout d’abord le risque qu’aucun accord ne soit signé, même si pour le moment les deux parties se disent toujours engagées à aboutir à un texte.

L’autre risque, c’est que le fait de rester sur cette ligne dure puisse entretenir ou relancer des tensions entre les communautés dans l’est du Congo, comme, par exemple, vis-à-vis de la minorité tutsie congolaise, des rwandophones souvent associés au Rwanda alors qu’ils vivent au Congo depuis des générations. Pendant l’offensive, ces derniers ont fuit, par centaines, de l’autre côté de la frontière. Leur retour au Congo pourrait s’avérer compliqué dans ce climat d’hostilité vis-à-vis du M23 ou des rwandophones de façon générale.

L’idée de ce texte est justement de réconcilier deux communautés, d’où l’importance d’un accord politique pour la communauté internationale.

Tant que l’accord n’est pas signé, son contenu est-il suspendu ?

Rien n’empêche le Congo d’appliquer ses engagements sans même une signature. La promesse, par exemple, de voter une loi d’amnistie peut être réalisée sans accord. Cette amnistie concernerait les faits de guerre mais exclut de fait toute personne accusée de crime de guerre, crime contre l’humanité et crime sexuel. Environ 80 membres de la rébellion, dont ses principaux commandants - comme Sultani Makenga - se verraient de fait exclus de cette amnistie et pourraient faire l’objet de poursuites.

Il reste cependant que cet accord doit également servir à organiser le désarmement et, potentiellement, l’intégration dans l’armée congolaise ou le retour à la vie civile des quelques 2 000 combattants qui composaient le mouvement du 23-Mars.

Par ailleurs, entre 1 000 et 1 700 ex-rebelles se sont également rendus au Rwanda et en Ouganda. Ce sont des citoyens congolais à qui il va falloir proposer un cadre de retour si on ne veut pas, à terme, avoir de nouvelles tensions dans la région.

Il y a donc beaucoup de questions techniques et politiques à régler qui justifient la signature d’un accord politique entre l’ex-rébellion du M23 et le gouvernement congolais.

TAGS: + AFRIQUE - M23 - OUGANDA - RDC

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com