Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 13:40

RDC : Pourquoi la prochaine réunion d’évaluation de l'accord-cadre d'addis-abeba est une perte de temps ?

Vempires

18 septembre 2013.

 

Cette réunion fort attendue n'est que le "remake" du mini-sommet du 27 septembre 2012 qui fut organisé par Ban-Ki-Moon au siège des Nations Unies, et qui fut marqué par le départ précipité de Paul Kagamé qui en avait claqué la porte. L'histoire retiendra aussi et surtout que la ville de Goma est tombée moins de deux mois plus tard, le 20 novembre, malgré le caractère solennel de cette rencontre.

 

Aujourd'hui, même si le contexte est sensiblement différent du fait de la présence du Rwanda au Conseil de Sécurité comme Membre non-permanent, il serait naïf et illusoire d'espérer la moindre avancée à l'issue de cette rencontre. Tout au plus, les 11 pays de la CIRGL réaffirmeront leur volonté d'œuvrer pour la paix, non sans arrière-pensées, puisque chacun ayant son propre agenda :

1. Kigali, en dépit de la présence massive de ses troupes à la frontière congolaise, s'appliquera à arrondir les angles pour ne pas prêter le flanc à la critique, se faisant un point d'honneur de "congoliser" davantage un conflit dont il est lui-même belligérant du fait de son soutien inconditionnel au M23. Sa présence au Conseil de Sécurité l'incitera à assurer le "minimum syndical" et à contresigner une énième "déclaration finale d'intention".

2. Kampala, à la fois juge et partie dans ce conflit va multiplier les artifices pour accréditer l'idée de progrès significatifs dans des négociations où le huis-clos est devenu la principale marque de fabrique. La présence de plus de 10.000 hommes de l'armée ougandaise aux environs de Bunangana est tout sauf une coïncidence, au moment où la "médiation" ougandaise réaffirme que les racines de cette guerre remontent à la période coloniale, allusion subtile à la problématique des frontières héritées de la colonisation.

3. Kinshasa va rester conforme à sa stratégie hasardeuse consistant à confier son destin à la "sagesse" de l'ONU et à la Brigade d'Intervention, sans forcément se donner les moyens diplomatiques et militaires d'inverser la tendance ou de gagner cette guerre. Le péché originel de la diplomatie congolaise est d'avoir pris pour argent comptant toutes les "prises de positions et déclarations" de la Communauté Internationales hostiles ou défavorables au Rwanda. Le problème c'est qu'aucune initiative pertinente ni concrète de la RDC n'est venu renforcer cet "isolement" apparent de Kigali alors que le plus dur reste à faire. Obstinément accroché à ses "concertations" nationales, Joseph Kabila reste convaincu qu'une solution en sortira alors qu'aucune des résolutions ou recommandations qui en sortiront ne seront opposables aux groupes armés, au premier rang desquels le M23.

4. La Communauté Internationale (ONU, UA, UE, SADC, CIRGL), tiraillée entre des perceptions antagonistes et marginales de la situation, aura tendance à privilégier le "statu quo" pour ne pas "froisser" les acteurs-clé de la crise de l'Est qui fourbissent leurs armes au mépris des engagements pris. Aucune résolution condamnant ni sanctionnant le Rwanda et l’Ouganda étant à l'ordre du jour, il y a fort à parier que cette même Communauté se contentera de "gérer" les humeurs des uns et des autres au gré de ses intérêts conjoncturels qui sont tout sauf compatibles avec ceux du peuple congolais.

Car il faut bien le dire, en contraignant Kinshasa et le M23 à renouer les fils du dialogue à Kampala, la Communauté Internationale a contribué à :

Briser l'élan et la dynamique des FARDC en plein reconquête;

Sauver le M23 en pleine déconfiture militaire ;

Cautionner le cessez-le feu unilatéral de la rébellion ;

Faciliter la réorganisation et le redéploiement du M23 ;

Pérenniser un processus contraire aux intérêts des Congolais.


Ne nous attendons pas à un miracle mais plutôt à une répétition d'une chanson dont nous connaissons désormais les paroles par cœur...

 

Henri Désiré N’ZOUZI, Consultant Diplomatique

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com