Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 09:00

Que cache Kabila à l'obstination de négocier avec le M23 (armée Rwandaise en RDC) tout en ignorant les groupes armées Congolaises tel que les Maï Maï ?

Half KK

Add this video to my blog

http://banamikili.skyrock.com/3194019443-Que-cache-Kabila-a-l-obstination-de-negocier-avec-le-M23-armee.html


Que se cache derrière l'obstination de Kabila à négocier avec le M23 (armée Rwandaise en RDC) tout en ignorant les groupes armées Congolaises tel que les Maï Maï ?

Pourquoi la RDC fait-elle fausse route en réclamant la poursuite des négociations de Kampala avec le M23?

Dans une étrange allocution à la télévision nationale congolaise, au lendemain de la cinglante défaite du M23, Joseph Kabila a estimé que les succès militaires des FARDC contre cette rébellion ne signifiaient nullement la fin de l'option politique et diplomatique. En clair, il considère que la voie du dialogue reste toujours d'actualité vis-à-vis de ce groupe armé, invitant au passage les autres forces négatives à déposer les armes.

J'ignore si le Président congolais a été correctement "briefé" avant son intervention mais l'on peut légitimement s'interroger sur cette énième "assistance à rébellion en danger" apportée par Joseph Kabila aux hommes de Sultani Makenga. Déjà fin février 2013, quelques jours après la signature de l'Accord-cadre d'Addis-Abeba, le "Raïs" avait instruit les FARDC afin qu'elles restituent au M23 plusieurs positions (dans le territoire de Rutshuru) qu'elles avaient récupéré et que cette rébellion avait abandonné suite aux affrontements internes opposant la faction de Bosco Ntaganda à celle de Sultani Makenga.

Aujourd'hui, à l'heure où l'armée nationale inflige la pire des humiliations au M23 et ses alliés, cet appel apparait en total décalage avec les enjeux actuels et les défis à venir. Pourquoi Joseph Kabila se donne-t-il tant de mal pour sauver la face du M23, en lui cherchant coûte que coûte une porte de sortie honorable? A quoi tout cela rime-t-il? Est-ce pour faire plaisir à Paul Kagame, Yoweri Museveni et la Communauté Internationale? Quid de l'autorité de l'Etat bafouée durant plus de 18 mois dans cette partie du territoire national? Quid du travail de deuil des familles des victimes? Quid de la performance des FARDC soutenus par la Brigade d'Intervention?

Certes, le patron de la Monusco (Martin Koebler) et l'Envoyé Spécial d'Obama dans les Grands Lacs (Russ Feingold) ont appelé de leur vœu la poursuite des négociations entre Kinshasa et le M23 à Kampala, mais au nom de quoi la Communauté Internationale se substituerait-elle à la souveraineté de l'Etat congolais pour "exiger" un accord entre un vainqueur et un vaincu? Pourquoi les Autorités congolaises continuent-elles ainsi à se laisser "infantiliser" de la sorte par New-York et Washington?

Remettre en selle le M23 serait à la fois suicidaire et contre-productif. Suicidaire, parce Kinshasa n'a plus rien à négocier avec une rébellion défaite qui n'a d'autres choix que de déposer les armes et s'inscrire dans un schéma de réintégration ou de disparition.

En outre, prolonger indéfiniment le processus de Kampala ne ferait que "relégitimer" un groupe armé dont la présence des parrains à la table des négociations serait plus logique.

Il sied de rappeler à ce sujet que même dans l'hypothèse d'un "accord à minima" avec le M23, rien n'empêchera le Rwanda et l'Ouganda d'armer une nouvelle milice pour écumer le Sud-Kivu ou l'Ituri, prenant ainsi le relais d'une rébellion sacrifiée sur l'autel des visées expansionnistes de ces deux pays.

Un nouveau "round" à Kampala serait également contre-productif car cela ne ferait qu'exonérer encore plus la responsabilité du Rwanda et de l'Ouganda dans la crise sécuritaire qui perdure dans la sous-région depuis plus de 15 ans.

La seule option qui vaille aujourd'hui c'est celle d'une tripartite RDC-Rwanda-Ouganda susceptible de remettre à plat tous les problèmes et de créer les conditions d'une stabilité et d'une paix durable. En effet, il serait illusoire de croire qu'une normalisation de la situation sécuritaire est envisageable sans l'implication de Paul Kagame et Yoweri Museveni.

Alors, à trop vouloir "sanctuariser" le processus de Kampala avec le M23, Joseph Kabila et son Gouvernement prennent le risque de transformer une éclatante victoire militaire en un simple fait divers anecdotique, méprisant au passage le travail abattu par les FARDC et plongeant la nation congolaise toute entière dans un nouvel abîme de perplexité.

Joseph Kabila a certainement de bonnes raisons de jouer les "grands seigneurs" et de se montrer "magnanime" à l'égard du M23 mais une chose est sûre, sa loyauté à l'égard du peuple congolais serait encore plus "sujette à caution" que d'ordinaire. Il ne ferait qu'infliger au peuple congolais une nouvelle insulte après la blessure de l'humiliation... un peu comme si un homme invitait le violeur de sa femme à venir prendre le thé après son forfait!


Henri Désiré N'ZOUZI
Directeur

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com