Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 08:25

PARLONS PLUTOT

DU KONGO

DE L’AN 2050

par Fungula Fumu Ngondji lemaniKongo

 

Tous les peuples du monde, meme parmi les plus reputes de l’histoire, en commencant par l’Egypte, la Grece, l’empire Romain, l’Inde, la Mongolie, le Japon, la Chine et les contemporains comme l’Angleterre, France, Allemagne, Russie, Etats Unies d’Amerique, ont, sans exception, connus des rois bouffons, des coureurs de jupon, des fous, des criminels, des corrompus, des grands guerriers, des batisseurs mais aussi des grands sages.

Le genre Nelson Mandela parmi les vivants.

On peut donc admettre que le sort du grand Kongo, denomme aujourd’hui Republique Democratique du Congo n’est pas unique.

Les etudiants passionnes de l’histoire africaine, ceux qui suivent toutes les decouvertes faites par les chercheurs comme Cheik Anta Diop et Theophile Obenga au cours de leur carriere, sont conscients que parmi les oeuvres de nos ancetres dans le passé du people Noir, il y a bien des episodes qui meritent notre fierte et d’autres, notre regret.

Mais notre propos ne concerne pas l’Afrique en general.

Nous voulons parler specialement du Kongo.

Ce pays qui a sucite tant de passions et d’espoir a l’aube du movement de liberation des anciennes colonies africaines n’a jamais cesse, jusqu’a ce jour, de preoccuper ceux qui ont vu ou entendu parler ce jeune revolutionnaire, carismatique, impetueux, passionne et intrepide au nom de Patrice Emery Lumumba.

Apres Kwame N’Krumah et Sekou Toure dont les discours etaient au centre des debats des intellectuels progressites de cette époque, c’etait de Lumumba et du Congo qu’on attendait la definition d’une nouvelle forme de revolution qui donnerait l’elan au progres economique du continent noir.

MOBUTU SYMBOLE DE ROI BOUFFON

 

A la place du revolutionnaire Lumumba qui faisait trembler les anciens maîtres coloniaux dans leurs culottes, l’Occident, conscient de la puissance economique qu’un Kongo sous la direction d’hommes clairvoyants allait constituer trouva, dans Joseph Mobutu, le roi bouffon qui allait incarner tout ce qui a de mediocre dans l’homme Congolais, produit de la culture europeenne nous imposee pendant pres de 100 ans par la Belgique.

 

Depuis, de mediocrite en mediocrite, avec l’aide de la Belgique, de ses allies occidentaux, Americains et Africains notamment le Rwanda et l’Ouganda, nous avons ete conduits, comme des moutons de panurge, pendant 51 ans maintenant dans les bras des plus grands rois bouffons, coureurs de jupon, fous, criminels et corrompus que l’histoire de notre pays ait jamais connus.

 

KABANGE KANAMBE SERA-T-IL LE DERNIER BOUFFON?

 

Un bouffon, c’est un caractere comic qui croit qu’il possede toutes les qualities d’un veritable roi et qui joue son role avec tout le serieux possible pendant que tout le monde se tient les cotes sous cape pour ne pas s’avanouir de rire. Tel est l’homme qui porte le titre de president de la republique dite (democratique) du Congo.

 

MAIS COMMENT EST-IL ARRIVE A CE POSTE?

 

Il est arrive a ce poste premierement par la grace des TECHNOCRATES KONGOLAIS? Mais qui sont-ils ces technocrates?

 

Voici comment les definit Jean Pierre Mbelu dans un article recent:

 

Tous les détenteurs des diplômes d’université, à quelques exceptions près,  passent pour « des professeurs docteurs ».  Malheureusement, « tous ces professeurs docteurs » évoluant aux côtés de nos gouvernants (et/ou gouvernant eux-mêmes)  et les autres « intellectuels » dont regorgent  notre pays n’ont pas pu ni changer le discours dominant ni tirer notre pays de la misère anthropologique où il est plongé depuis l’assassinat de Lumumba jusqu’à ce jour. Toutes ces « élites intellectuelles » ont confectionné leur propre  discours/histoire qui se laisse difficilement questionner par les faits.

 

A une question  posée à Noam Chomsky sur ce qu’il entend par « intellectuels », il répond : « Il s'agit moins d'une catégorie de personnes que d'une attitude : celle qui consiste à s'informer, à réfléchir sérieusement sur les affaires humaines, et à bien articuler sa compréhension et sa perspicacité. Je connais des gens qui n'ont aucune instruction scolaire mais qui sont, à mes yeux tout au moins, de remarquables intellectuels. Et je connais des universitaires respectés et des écrivains qui sont très loin de correspondre à cet idéal. » Et il fait la différence entre « les intellectuels reconnus » et les « intellectuels subversifs ». Il dit : « Pour ce qui est des «intellectuels reconnus», c'est une question différente. Par ce terme, j'entends ceux qui, dans leur propre système de pouvoir, sont honorés du titre d'«intellectuels responsables» - et c'est d'ailleurs bien ainsi qu'ils se qualifient eux-mêmes en Occident. Parfois, on les appelle des «intellectuels technocrates», pour les distinguer des «intellectuels subversifs» qui sèment le trouble et sont «irresponsables». Plusieurs de nos « intellectuels » sont ceux dont les têtes ont été formatées par le discours dominant, « ces technocrates » reconnus par l’Occident, agents (ou amis) du FMI, de la Banque mondiale ou d’autres grandes institutions dites internationales.

Noam Chomsky nous enseigne que « ces distinctions remontent à la plus haute Antiquité. Dans la Bible , par exemple, il y a un mot hébreu passablement obscur : nabi. En Occident, on l'a traduit par «prophète». En fait, il désigne l'intellectuel. Ceux qu'on appelait des prophètes se livraient à des analyses politiques et prononçaient des jugements moraux. À l'époque de la Bible , ils étaient haïs et méprisés. On les jetait en prison ou on les envoyait dans le désert, parce qu'ils étaient dissidents.Des siècles plus tard, on a reconnu leurs mérites et on en a fait des prophètes. » Et il ajoute : « Ceux qu'on honorait à l'époque étaient les flatteurs et les courtisans, et non ceux qu'on honorerait beaucoup plus tard comme de vrais prophètes. Au XXème siècle, c'est le genre d'intellectuels qu'on a emprisonnés dans la sphère d'influence soviétique et qu'on a assassinés dans la sphère d'influence américaine. Ce fut par exemple le cas de ces six jésuites du Salvador qu'en Europe personne ne connaît, parce qu'ils ont été abattus par des commandos entraînés par les Américains - ce qui, donc, n'est pas un crime. Cela fait juste dix ans que ça s'est passé, et vous trouverez à peine quelques mots dans la presse sur ces assassinats. C'est un scandale. Mais il en a toujours été ainsi dans l'histoire. » (Ces extraits de l’interview de Noam Chomsky sont tirés de son livre intitulé Deux heures de lucidité Entretiens de Noam Chomsky avec Denis Robert et Weronika Zarachowicz , Paris, Editions des Arènes, 28 octobre 2001-Nous soulignons)

 

« Les têtes occupées par l’hégémonie culturelle dominante », « les technocrates », « les flatteurs » et « les courtisans » ont  maîtrisé les règles de l’évangile du marché qu’ils reproduisent par action et/ou par omission. Ils l’enseignent aux membres de leurs familles, tribus et ethnies qu’ils veulent instrumentaliser. Ils estiment par exemple que «  nous sommes tous –individus, entreprises, collectivités- engagés dans une « guerre » économique sans  pitié; le poste, le revenu, l’accès aux ressources. Selon cet évangile, la vie est une lutte personnelle pour la survie, spécialement à une époque, comme maintenant, de profonds changements technologiques. (p.33) Cet évangile fait de la compétitivité l’une de ses règles de base avec son lot de suicides (au Nord) et de guerres (au Sud). Il enseigne la foi en un « dieu-argent ».

Quand, relisant notre histoire, nous nous en prenons aux « intellectuels », posons-nous toujours la question de savoir de quels intellectuels il s’agit ? « Des intellectuels technocrates », « flatteurs », « courtisans » ou des « des intellectuels subversifs » capables des remises en questions profondes de notre société dans ses règles de fonctionnement, même au prix de leur vie.

Quand cette dernière catégorie d’intellectuels prendra le dessus sur les autres, qu’elle investira les masses populaires et les institutions du pays, le système de notre domination pourra être renversé.  Il y a un mariage permanent à conclure entre « les intellectuels subversifs » et les masses populaires. Kadhafi, Hugo Chavez, Nelson Mandela (dans une certaine mesure), etc. ont plus ou moins réussi ce mariage. Kadhafi, « le lion du désert », l’a payé de son sang. Hugo Chavez est dans le collimateur des pouvoirs néocolonialistes et impérialistes. A la suite de Papa Kimbangu et de Lumumba, Mzee Kabila, le soldat du peuple, s’est essayé sur cette voie et la mort l’a stoppé net le 16 janvier 2001. Sur cette voie, l’amnésie est un poison mortel. Le courage, la persévérance et l’abnégation, des alliés de taille.

 

POUVONS-NOUS  CITER QUELQUES UNS DE CES TECHNOCRATES DANS NOTRE PAYS?

 

Je ne crois pas que ce soit necessaire. Notre propos n’est pas de nous attaquer a quelques individus. Nous voulons plutot alerter l’opinion generale pour que nous ne puissions plus jamais etre conduits comme des moutons de panurge par ceux-la qui controlent notre pays jusqu’ici.

Je peux neanmoins vous signaler que les technocrates qui nous ont donne non seulement Kabange Kananbe, mais egalement Mobutu Sese Seko, tous les soi-disant premiers ministres, presidents des assemblees nationales et provincials la ou ells ont existees, les gouverneurs des provinces, les PDG des entreprises parastatales, les chanceliers des universites sont les memes qui sont aujourd’hui au pouvoir et d’autres qui cherchent a se faire elire le 28 novembre prochain si les elections auront bel et bien lieu le 28 novembre 2011.

 

Le principal caracteristique qui deistingue ces technocrates et les autres intellectuels Kongolais qui n’ont jamais ete au pouvoir et qui, reellement cherchent a transformer le Congo, est que les technocrates sont, dans la majorite ce que Jean-Pierre Mbelu appellee ‘DES FLATEURS”. Autrement dit, des hommes corrompus, intellectuellement, moralement et spirituellement. Ils feront partie de n’importe quell gouvernement et accepteront n’importe quell titre pourvu que cela leur permette de s’enrichir.

C’est pour cette raison que vous n’avez jamais entendu parler d’un seul technocrate Kongolais qui a donne sa demission d’un poste pour protester contre une action quelconque du gouvernement dont il fait partie.

Un homme politique qui a des principes intellectuels, moraux ou spirtuels rigoureux ne peut participer a des actions d’un regime politique contraires a ses principes.  

 

S’IDENTIFIER AVEC SON PEUPLE

 

Mais il ne suffit pas d’attendre qu’on soit menace pour  demissionner d’un regime politique avec lequel on n’est pas d’accord et prouver qu’on est au service du peuple.  Cela, il faut le demontrer par des actions pratiques: l’amour inconditionnel; la participation dans des actions de qualification du bien-etre de tous comme la formation et l’information des cadres futurs; la promotion des initiatives pour la santé des enfants, des meres, des personnes agees; la vie des etudiants; des travailleurs manuels et intellectuels; la modernisation de l’habitat; de l’environnement; des voies de communication, etc. Ce genre de choses peuvent etre realisees avec le concours des ONG.

Quand vous examinez de pres les actions des 400 partis politiques Kongolais dont la plupart sont nes la vieille des elections de 2006 ou celles de 2011, vous trouverex une multitude de discours dans lesquels on parle des choses enumerees ci-dessus.

La seule excpetion est probablement le MCSD. U projet lance après les elections de 2006 par G1000, un groupe de reflexion des chretiens qui se preoccupe de traduire en realite la vertu chretienne autant que les valeurs traditionnelles africaines leguees par nos ancetres de generation en generation a savoir: Bolingo (amour) Bondeko (unite familiale); Bosalisani (solidarite); Lokumu (dignite) et Bwanya (esprit d’entreprise). 

 

L’APRES KABANGE KANAMBE

 

L’apres Kabila Kabange Kanambe doit etre un regime des visionnaires. C’est-a-dire, des hommes qui reflechissent, agissent et se comportent  intellectuellement,moralement et spirituellement a l’image de Patrice Lumumba et de Tata Simon Kimbangu.

Pendant 51 ans, il existe une bonne categorie d’intellectuels Kongolais qui, non seulement ont etudie l’histoire du Congo et de l’Afrique pour comprendre ce que Lumumba voulait realiser; de meme que ce que le grand prophete Smon Kimbangu voulait dire dans sa prophesie par ces termes: Un temps incommensurable passera avant que le peule Noir prenne une conscience spirituelle. Avec elle viendra l'ère de l'indépendance matérielle suivie par la troisième ère. Au cours de cette période, un Roi Divin naitra (Nkwa ulendo). Il sera investi du pouvoir "Spirituel" (Kinzambi), "Scientifique" (Kimazayu), et du "Pouvoir Politique" (Kimayala).

Ce temps est deja arrive. A travers toute l’histoire humaine, il y a eu des erudits pour interpreter les ecritures comme les propheties. Nous serions tous des mediocres au Kongo s’il ne peut y avoir au sein de notre peuple quelques erudits pour nous guider a travers les mysteres de l’Esprit Divin.

Heureusement, nous avons parmi nous ces esprits qui ont pu comprendre que le “Nkwa ulendo” dont parle le prophete n’est autre que tout patriote qui a pu mairtriser le savoir culturel et spirituel.

Ceux-la que nous appellons les “visonnaires”. Ils sont capables de concevoir non seulement le regime d’apres Kabange Kanambe, mais un gouvernement pour la transformation radicale de l’homme etdu pays tout entier, en vue de batir une nation Kongolaise nouvelle et glorieuse, veritablement democratique et africaine.

QUE NOUS PROPOSENT LES CANDIDATS A LA PRESIDENCE ?

Les discours que nous proposent les proches collaborateurs d’Etienne Tshisekedi refletent-ils l’esprit de Patrice Lumumba et de Tata Kimbangu ou s’agit-il des recyclages propres aux technocrates?

 

 

 

 

Les plus grands Atouts d’Etienne Tshisekedi à l’Election Présidentielle

Par Dr François Tshipamba Mpuila

GSM 0032-485-270-866 ; Email : tshipambampuila@yahoo.fr

 

L’enjeu fondamental des prochaines élections n’est pas un simple changement de gestionnaires de l’Etat, mais la libération nationale. Nous changerons de statut humain en cessant d’être des esclaves pour devenir des citoyens libres.  Notre Pays cessera d’être une néo-colonie et un pays sous tutelle et deviendra un pays souverain et indépendant.

Notre Pays cessera d’être une tyrannie stalinienne, une jungle, une vaste caserne, un grand cimetière, un espace-minier-libre-service, un abattoir, un enfer. Il deviendra un Etat de droit démocratique pluraliste, moderne et prospère.

Notre Pays cessera d’être géré par des imposteurs, des mercenaires étrangers se servant de certains congolais complices et traîtres, médiocres, pervers, opportunistes et aventuriers comme paravents, boucliers humains, figurants, esclaves consentants tous agglutinés dans le conglomérat militaro-politique (AFDL/CPP/PPRD/AMP/MP) qui est une force étrangère d’occupation, de domination, d’oppression, de servitude, d’extermination et de prédation. Les gestionnaires de notre Pays devront être impérativement, à tous les niveaux du pouvoir, les Vrais Congolais, Hommes d’Etat, Démocrates et Humanistes démocratiquement élus parmi les Meilleurs Fils de notre Pays.

Dans ce contexte, l’Election Présidentielle revêt une signification particulière que nous devons nous tous saisir car le Président de la République est le Garant de la Nation, de la Liberté, de la Dignité, de la Fierté, de l’Honneur, de la Grandeur, de la Vie, des Libertés, des Droits, de l’Unité, de l’Indépendance, de la Souveraineté, de la Cohésion, de l’Intégrité nationales.

A la lumière de ces paramètres, Etienne Tshisekedi est incomparable à tous les autres candidats à l’Election Présidentielle pour des raisons suivantes :

1.     Par rapport à la civilisation bantoue, aux valeurs culturelles et  traditions négro-africaines, au droit du sol et au droit du sang

Aux Etats-Unis d’Amérique –la plus grande démocratie occidentale, le droit du sol est l’un des critères essentiels pour accéder à la Magistrature Suprême du Pays et être considéré comme le Protecteur, le Garant de la Nation, le Rempart des intérêts vitaux du Peuple américain et être donc être présidentiable.

Etienne Tshisekedi n’est pas venu d’ailleurs, il n’est pas, comme Hyppolite Kanambe, alias « joseph kabila », Léon Lobitch, Vital Kamerhe…. sur qui pèsent les plus hautes suspicions et la méfiance la plus totale d’être congolais, car ils sont tombés du buisson ardent comme des ovni, comme des météores inconnus, bigarrés, bizarres ; des extraterrestres loufoques, parachutés dans l’arène de notre pouvoir, dans notre culture et notre société congolaise bantoue et enclins à pactiser avec les étrangers et à comploter avec eux contre les intérêts vitaux de notre Patrie et de notre Peuple.

Etienne Tshisekedi est un enfant du terroir. Il peut donner tout son arbre généalogique à la moindre question sur ce point. Et n’importe qui peut procéder à la vérification et à l’enquête pour rassurer l’ensemble de nos Compatriotes. Il peut donner toute sa vie pour sa Patrie, jusqu’au sacrifice suprême de son sang comme Simon Kimbangu, Patrice Emery Lumumba.. Il ne s’envolera pas au moindre pépin pour aller rejoindre sa vraie Patrie ailleurs car il n’en a pas une autre ailleurs. Il accepta de mourir sur la Terre de ses Ancêtres qui est le Congo et d’aller rejoindre ceux-ci par de-là la tombe.

Tandis que Hyppolite Kanambe, alias « joseph kabila », Léon Lobitch… s’envoleront comme des oiseaux pour aller vers un vrai « chez-eux ».

Etienne Tshisekedi ne peut pas mettre le Congo/Kinshasa à feu et à sang ; il ne peut pas être un mercenaire étranger qui se transformer en pyromane et qui met le feu à la Maison congolaise car il sait que c’est la Maison paternelle, la Maison de ses Ancêtres, son seul lieu naturel de vie et qu’à l’intérieur de cette Maison se trouvent son village, sa tribu, sa province, ses grands parents, ses frères, ses sœurs, ses proches, connaissances et amis. C’est cela qui constitue le fossé profond et infranchissable entre lui et des individus comme Hyppolite Kanambe, alias « joseph kabila », Léon Lobitch...

Les chefs coutumiers congolais que la RTNC montre en train de donner les secrets, les armoiries et les instruments du pouvoir à l’imposteur étranger Hyppolite Kanambe, alias « joseph kabila », sont des traîtres comme l’ont été les Kapitas fournisseurs des esclaves, les Kapitas médaillées coloniaux et postcoloniaux…

Les congolais membres du conglomérat AFDL/CPP/PPRD/AMP/MP savent que cette organisation militaro-politique est une force étrangère d’occupation, de domination, d’oppression, de servitude et de prédation, une pure créature étrangère lors des Accords de Lemera. Ils savent qu’au sein de cette organisation, le véritable imperium du pouvoir est dans les mains des étrangers ; que tous les postes clés et stratégiques de pouvoir, de commandement et de direction (politique, militaire, sécuritaire, économique, douanier…) sont occupés par les étrangers et que les congolais y sont comme des collabos, des complices, des traîtres, des simples figurants, des paravents, des éléments décoratifs et des boucliers humains

Etienne Tshisekedi s’inscrit dans le long et riche processus de sauvegarde d’indépendance et de démocratisation de notre Pays. Toutes les fibres de son être sont faites du même humus que celui dont sont issus tous les Congolais. Il jouit à la fois du droit du sang et du sol. Il représente le canal historique bantou et ancestral des origines et des racines bantoues ; il s’y inscrit et le prolonge.

Etienne Tshisekedi a en lui, dans tout le sang qui coule dans ses veines, dans toutes ses fibres, la vision du monde, la conception du pouvoir, le D.N.A génétique bantou propre, les réalités politiques et sociales, la conception de la gestion des hommes, des peuples et des sociétés négro-africaines.

2.     Etienne Tshisekedi nous relie à l’Afrique négro-africaine précoloniale dont parlent les auteurs tels que Cheik Anta Diop, Bilolo Mubabinge, Théophile Obenga, Gonidec, Deschamps Hubert, Fifatin, Irung Tshitambal’a Mulang, Bénézet Bujo, Buber Martin, Misenga Nkongolo, Towa Marcien Tshiamalenga Ntumba, Oscar Bimwenyi, Ngindu Mushete, JP Badidike, Tshibangu Tshishiku, Fuely Diangitukwa, Kalamba Nsapu, Puati Buangi, Ngandu Nkashama, Niamkey Koffi, Lecler, Pongo Kivula, Valentin Mudimbe, Kabasele Ntumbala, Ntumba Muena Muanza, JP Mbelu, Placide Tempels… 

Tous ces auteurs africains et étrangers ont déjà suffisamment démontré que la personne humaine était « une relation à soi, à autrui, au monde et à l’Absolu » ; qu’elle était une évidence première et irrécusable ; qu’elle avait une dimension individuelle et sociale ; que cette dernière était remarquable, prononcée et bénéfique; qu’elle avait conservé sa consistance ontologique ( son être profond, métaphysique) et axiologique (sa référence à l’échelle des valeurs morales) ; que sa subjectivité était inaliénable et toujours maintenue en éveil ; qu’elle pouvait toujours se poser et s’imposer comme une conscience de soi, centre de conception et de décision, conscience critique, sujet libre et responsable, s’affirmer dans la liberté du discours, dans la discussion par la confrontation des opinions diverses, dans la promotion du destin individuel et collectif, l’indépendance d’esprit et de comportement et avait droit à  beaucoup de latitude. 

Ces mêmes auteurs ont aussi déjà suffisamment démontré qu’à part quelques exceptions comme le royaume d’Abomey (ancien Dahomey) que « la démocratie était, aussi bien dans les systèmes politiques centralisés que dans les systèmes politiques non centralisés, le mode de gestion et d’organisation ordinaire, majoritaire et dominant dans la société négro-africaine précoloniale ».

3.     Etienne Tshisekedi s’inscrit dans le long et riche processus d’Indépendance, de Souveraineté et de Démocratisation de notre Pays et il a consacré toute sa vie à faire avancer et aboutir ce processus

 

A Suivre

 

 

 

 

 

 1. Les districts de Kabinda et Lubao a titre d'exemples non seulement ils n'ont pas de Candidats Presidents... mais les candidats qui peuvent faire la difference se battent avec des moyens empiriques... 

 

2. Les avantages des ces nouveaux candidats " Deputes"  resident en leurs capacites,  experiences partout ou ils ont travaille et surtout ils sont bien connus dans leurs leurs terroirs respectifs.

 

3. Avec des moyens limites, appuyes par les volontaires, ils font de porte a porte et face a face en leurs langues pour convaincre les electeurs et avoir les temoins tant soit peu dans les bureaux dans leurs secteurs admnistratifs

 

4. En attachement, vous pouvez lire l'echange d'email a ce sujet... Nous souhaitons "Bonne Chance" a ce candidat

 

5. Veuillez ouvrir l'attachement pour acceder aux details et faire circuler si possible... le message qui a ete au 4 secteurs du Territoire de Lubao qui est enclave...

 

Tshofa

 

 

To: hinterland1@yahoogroupes.fr
From: drjeanmpania@yahoo.fr
Date: Fri, 18 Nov 2011 23:55:37 +0000
Subject: Debout Congolais :  Voter massivement pour le candidat du peuple, le No.11, ETIENNE TSHISEKEDI
 

 

President

Comite de Soutien

Joseph Kabila KABANGE 2011

rolandngoiek@yahoo.com

ngoiekiloka@hotmail.com

Montreal      Canada

 

 

 

 

Newsletter

Inscription à la newsletter

Top of Form

Bottom of Form

 

Texte Libre

 

Samedi 19 novembre 2011

Billet. L‘APRES KABILA, TECHNOCRATES CONGOLAIS, SORTEZ DE L’ANONYMAT.

Le 28 novembre 2011 à partir de 18heures, les premières tendances de la présidentielle congolaise seront progressivement diffusées.

Misère des cinq derrières années et désillusion oblige, il serait logique que la majeure partie des électeurs s’exprime pour l’alternance et le changement.

Changement d’hommes, changement de mode de gestion,  changement de l’échelle de valeurs, longtemps renversée, retour aux valeurs, et fin des antivaleurs, reconnaissance du mérite… l’Homme qu’il faut, à la place qu’il faut.

Le candidat Étienne Tshisekedi aspire à être le prochain Président de la RD Congo justement sur ce thème.

Une fois élu, avec qui va-t-il diriger?

Il y a certes le vivier de l’UDPS son parti ainsi que la DTP, dynamique

Tshisekedi Président.

Serait-ce suffisant comme personnel?

Non.

Une bonne marche de l’appareil étatique est le fruit d’une conjonction harmonieuse entre animateurs politiques vertueux et experts chevronnés de différents domaines.

Il se fait qu’il y a des milliers et des milliers de Congolais disséminés à travers le monde qui avaient fui l’arbitraire et la terreur. Dans leurs pays d’accueil, ils se sont spécialisés dans différents domaines, ils se sont impliqués dans des systèmes performants : aviation, commerce, enseignement, santé, justice, travaux publics, environnement, énergie, culture, sport, gestion….

Ils sont devenus une expertise unique. Une grande richesse.

Qui les connaît ? Devraient-ils rester ainsi dans l’anonymat ?

Nous pensons que non.

Les dix ans du règne de Joseph Kabila l ont ignoré, méprisé et voire combattu cette richesse, au point de lui priver même un de ses droits le plus élémentaire : le vote.

Avec l’alternance, bien de rêves peuvent désormais leur être permis.

Notre journal en ligne a décidé d’élaborer une banque de données de cette expertise que le futur Président de la République pourrait aisément consulter.

Vous êtes intéressé ?

Ecrivez-nous vite à ces deux adresses e-mail. En réponse, nous vous transmettrons le formulaire ad hoc à nous retourner dûment complété.

La publication de ces données se fera soit en version numérique, soit en version papier si les moyens nous le permettent.

Contact :info.congolaisdebelgique@yahoo.fr 

Et en copie : cheikfita@yahoo.fr 

 

Cheik FITA

Bruxelles, le 19 novembre 2011  

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com