Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 12:30

Opérations militaires contre le M23 : 
la Monusco dit non à Crispus Kiyonga ! 

 Ces tueurs tutsi comb-copie-2
Le 19/09/2013

 

*Intervenant sur les ondes de la BBC, le Ministre Ougandais de la défense, M. Crispus Kiyonga, facilitateur ougandais des pourparlers entre Kinshasa et le M23, exhorte la Monusco à  stopper les opérations militaires contre la créature rwandaise. Pas très explicite à ce sujet. Néanmoins,  la bouche autorisée de Yoweri Kaguta Museveni voudrait-il, assurément, donner la chance à l’issue politique de la crise telle  que souhaitée  par ‘‘la communauté internationale’’. Soit. Mais, seulement, cet entendement n’est nullement partagé par la Monusco qui, elle, ne fait qu’exécuter les résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU. En effet, répondant à une question de la presse hier au QG de la Monusco, le porte-parole civile de cette mission, M. Madnodje Mounoubai, a été catégorique : «La Monusco a reçu mandat de neutraliser les groupes armés… Si le M23 ne dépose pas les armes, il va faire face à la Brigade d’intervention».

 

Le 5 septembre dernier, les Chefs d’Etat et de Gouvernement réunis au 7ème Sommet extraordinaire de la CIRGL, avaient intimé l’ordre au M23 de cesser toute activité militaire.

 

Se disant prêt à désarmer, le mouvement rebelle avait conditionné cette cessation d’activités militaires à la neutralisation de Forces dites démocratiques pour la libération du Rwanda et au retour des réfugiés tutsi congolais éparpillés dans la région. Des conditionnalités que d’aucuns ont jugé importées de Kigali et qui n’avaient rien à avoir avec la RDC.

 

Le refus de la Monusco, faut-il  le souligner, trouve son soubassement dans la résolution 2098 du Conseil de Sécurité de l’ONU. Cette résolution créant la brigade d’intervention de la Monusco, donne à cette dernière la mission de traquer tous les groupes négatifs basés à l’Est de la RDC dont principalement,  le M23. Et tant que le M23 ne montre pas de signe de désarmement ou de cessation d’activités militaires, la brigade de la Monusco restera sur  ses trousses.

 

A en croire des sources proches de la société civile du Nord-Kivu, un certain Innocent Kaina dit ‘‘Indian Queen’’, connu pour ses crimes dans cette partie de la République et ce, depuis la tristement célèbre époque du Cndp de Laurent Nkunda, aurait été récemment désigné par la hiérarchie de la rébellion, pour diriger les prochaines attaques contre les positions des Fardc.

 

Basé présentement à Kahunga, le ‘‘Colonel’’ Kaina sera désormais en charge des fronts de Tongo, Mabenga et Rwindi, au Nord de Rutshuru. Selon la même source, Kaina (Caïen en Français, ndlr), bénéficierait  de l’appui de RDF et des mercenaires Erythréens. Comme quoi, des sérieuses dispositions sont prises par le M23 et ses alliés, pour la reprise des hostilités, question de récupérer des positions perdues,  lors des derniers affrontements avec les vaillantes Forces Armées de la RDC.

 

Pas plus tard que le mercredi 11 septembre dernier, prétextant mener des opérations pour déloger les Maï-Maï Nyatura, les éléments du M23 ont tué délibérément plus de 10 civils issus du  groupement de Bukoma, à Rutshuru.

Selon  un document de Me Kavota de la société civile du Nord-Kivu, les victimes, des simples  paysans, ont été surpris soit dans leurs champs, soit dans leurs domiciles, entre 11 et 18 heures. D’ailleurs,  9 cultivateurs ont été tués à Korobeo, Kisisile et Kamukuyu. Un pasteur, du nom de Bizimana aurait été abattu par un tir à bout portant, alors qu’il se trouvait à son domicile. Le même jour, et dans les mêmes circonstances, un autre civil a été touché par une balle tirée par un élément du M23 en plein marché de Rutshuru.

 

Pour  la Monusco, en dépit d’une tension observée dans les régions situées au Nord de la ville de Goma, le climat sécuritaire au Nord-Kivu est globalement stable et reste sous  contrôle des forces onusienne et congolaise. Toutefois,  la récurrence des accrochages entre le M23 et le groupe Maï-Maï  Nyatura du Mouvement Populaire d’Autodéfense (MPA) dans le territoire de Rutshuru, constitue une source de préoccupation majeure à la protection des populations civiles dans cette partie de la province.

 

Devant un tel tableau et une telle comptabilité macabre, la Monusco ne peut que faire son boulot, en protégeant les civils contre les menées rebelles, fussent-elles du M23 ou d’autres groupes armés.  

 

La Pros.  

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com