Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 14:19

Mende Omalanga, Top Congo FM et le «buzz médiatique» raté !  
       
[2 Commentaires à cet article]


Topcongo, Mende et Tshisekedi
 

Pour un «buzz médiatique et sur la toile», Christian Lusakueno et sa radio privée Top Congo FM en auront réussi un et non de moindre. Ce, en diffusant son sois disant scoop de la «vraie fausse auto proclamation» d’Étienne Tshisekedi comme vainqueur de la présidentielle, qui n’a pas eu lieu puisqu’elle est prévue pour le 28 novembre. Du polémique suscité par cette affaire qui n’en est une, la retranscription sur son site de l’interview téléphone de Tshisekedi depuis l’Afrique du Sud diffusée sur RLTV de Roger Lumbala; Top Congo FM n’affirme rien et utilise même le conditionnel pour accentuer la confusion : «Selon Étienne Tshisekedi, il est inutile d’attendre les élections. Il aurait été désigné chef de l’Etat -s’auto proclamant- président de la République, utilisant même des propos incohérents, incitant parfois à la haine…». Une chose très curieuse tout de même, si Tshisekedi ne parle pas, il n’y a pas de politique au Congo. Et dès qu’il dit une chose, c’est à un déchainement sans fin qu’on assiste dans tous les milieux avec autant de théorisation politique. Cette attitude de la part des pourfendeurs de Tshisekedi ne démontre que la reconnaissance par eux du leadership du président de l’Udps. 

A suivre sans passion les propos de Tshisekedi, on se rend bien compte qu’il s’exprime dans le cadre de sa campagne pour l’élection de fin novembre en marquant son territoire. Est-ce un crime de lez majesté et qui a-t-il de mal et d’incitation à la violence lorsque Tshisekedi affirme à l’intention de ses militants : «Vous savez que la majorité de ce pays est avec nous. Vous pouvez me considérer comme le président de la République et en appelle à l’intensification de leur lutte pour la libération de toutes les personnes arrêtées lors des précédentes manifestations de son parti» ? C’est de bonne guerre en pleine période de campagne électorale et tout le monde le sait car de quoi Joseph Kabila peut-il se targuer de dire devant ses partisans «l’opposition, qu’elle soit unie ou pas, sera battue par lui aux élections du 28 novembre» et qu’il se propose même de faire la médiation afin qu’elle (opposition) lui trouve un seul candidat qu’il affrontera? 

Qu’a-t-on dit de cette provocation dans les milieux de la presse corrompue, subventionnée et prépayée sur fonds de l’Etat de Kinshasa ? L’interruption du signal au soir de la fameuse interview puis la suspension de RLTV par le Csac (le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication) pour 7 jours à dater de ce 8 novembre est un signe de la peur qui s’est emparé du camp du régime. De cette nième auto proclamation dont on accuse Tshisekedi, il n’en est pas une première et n’en sera sûrement pas une dernière. Tenez, le faux coup d’Etat monté des «mutins de la Voix du Zaïre» sous le gouvernement de Jean de Dieu Nguz a Kar i Bond en 1991 et la soi disant instigation du leader de l’Udps n’ont jamais été démontré malgré un procès bidon de l’époque. Kitenge Yezu, Ngbanda Nzangbo et consorts, tous ministres dans ce gouvernement des traîtres en avaient fait leurs choux gras.

Surfant sur cette vague de la désinformation sans explication ni preuves concrètes de ses affirmations dans le seul souci de diaboliser l’autre, Top Congo FM croit prendre les congolais et le reste du monde pour des tarés de premier rang. Heureusement qu’on ne falsifie jamais l’histoire qui dira un jour son mot et sa vérité. Lusakueno et son media poussent loin dans les amalgames en accusant Tshisekedi de tenir des propos incohérents, incitant parfois à la haine pour qui et contre qui même si on ne nous en dit pas plus. Parlant du «processus électoral » Top Congo FM oublie de dire qu’il est (processus) biaisé d’avance, sinon comment expliquer le silence de carpe de ce média sur les attaques dans Kinshasa et sur le reste du territoire national contre les candidats de l’opposition qui battent campagne ?

Tout le monde le voit et le sait que ces opposants sont soit empêchés par la police du régime, soit par ces voyous de la cité nommés Pombas (hommes forts) ou Kuluna (voleurs à la machette) recrutés pour le besoin de la cause ? www.congoone.net en a fait échos dans ses éditions du 05 et 06 novembre couranthttp://www.congoone.net/one/index.php?option=com_content&view=article&id=676:kyungu-promet-un-carnage-a-lubumbashi-apres-le-passage-de-kabila-demain-katumbi-complice-ou-irresponsable&catid=25:actualites&Itemid=27,

http://www.congoone.net/one/index.php?option=com_content&view=article&id=674:affrontements-sanglants-a-lubumbashi-entre-les-partisans-de-ludps-et-ceux-de-kyungu-deux-morts&catid=25:actualites&Itemid=27

Même si avril 1994 semble être lointain de nous, qu’on se rappelle de ce média de la haine que fut la Radio Télévision des Milles Collines de triste mémoire au Rwanda voisin. A force de vouloir jouer avec le feu, on finira un jour par s’y brûler nous enseigne l’Histoire. Et Lusakueno dont l’aventure médiatique a commencé dans la région bruxelloise avec ses émissions sur Radio Panik qui fonctionnait dans et avec les installations de l’Ong Oxfam en sait quelque chose. Certains de ses proches qui était au début de Top Congo ici à Kinshasa sont aujourd’hui passé à l’autre rive lorsque cette radio était presqu’en faillite il y a deux ans. A la Une de son site cet après-midi du 8 novembre, www.topcongo.be souligne sous la plume de sa journaliste Roliane Yulu la mise engarde adressée à Etienne Tshisekedi par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication. Mais le même oublie curieusement de dire que son buzz médiatique raté repris en boucle sur tous les médias, même ceux proches du pouvoir de Kinshasa a aussi été rappelé à l’ordre par le même Cesac. Drôle de façon de traiter l’information par un média dont on voit tout de suite de quel côté il penche et pour quel bénéfice il se bat. C’est soit !

Mende Omalanga, encore et toujours lui : Il est vraiment incorrigible, cette tête de gondole du gouvernement Kabila autrement dit la voix de son maître et «vuvuzelateur national», Lambert Mende Omalanga est une espèce rare dans la classe politique congolaise depuis 1990. Celui qui se prend pour être «le meilleur d’entre-eux» et comme un poisson malfaisant, il sait très bien s’y prendre dans toutes les eaux, même celles troubles du microcosme corrompu de la politique du Congo depuis Mobutu, Laurent-Désiré Kabila et aujourd’hui Joseph Kabila. Grâce à son habilité démagogique et au changement de casaque, il a réussi à faire partie de tous les gouvernements et à tous les postes : vice-premier ministre, ministre, député… Personne n’a oublié comment le citoyen Mende, animateur zélé de la JMPR avait rejoint l’Europe avec les bourses d’études octroyées par feu le ministre de Mobutu Djelo Empenge aux Tetelas de son village. Son retour à Kinshasa et sa réception le même jour par le président Mobutu au lendemain du discours du 24 avril 1990 fut une ligne de plus dans le CV du citoyen opposant Mende. 

Déclarant sans coup férir son indéfectible amour à son bienfaiteur, Mende ironise sur l’époque Mobutu et balance : « Je suis fier d’être un proche collaborateur de Kabila. Je n’ai jamais eu des contacts avec Tshisekedi depuis 1995 (pourtant certaines indiscrétions affirment le contraire)…. Joseph Kabila ne réagira pas comme il espère qu’il va le faire; Joseph Kabila est bien entouré». Pour un flatteur truffé de démagogue, il n’en existe pas mieux que lui car demain, lorsque le vent aura tourné; il changera de nouveau sa veste pour rejoindre le nouveau pouvoir et Joseph Kabila le sait très bien. Dans son intervention sur les ondes de Top Congo FM, le même Mende frise l’injure passible d’une citation en justice lorsqu’il affirme sur Tshisekedi : «Je pense qu’il ya un problème de cohérence dans les propos de monsieur Tshisekedi. On ne peut pas comprendre qu’un candidat à une élection présidentielle puisse disqualifier le processus électoral à quelques semaines du scrutin qui devrait le porter au pouvoir. Etienne Tshisekedi devient un danger pour la stabilité du pays».

Ce que le ministre Kabila de l’information oublie de dire au même peuple congolais est qu’il a hier adoré le même Tshisekedi qu’il voue aujourd’hui au feu. Entre 1990 et 1993 avant son nième trahison pour rejoindre la bande à Faustin Birindwa Bi Chirirwa, sieur Lambert Mende trônait au sein du Secrétariat Technique de l’Opposition (STOP) de Limete à côté de Zacharie Bidibidi du Pdsc de Iléo, Faustin Birindwa de l’Udps et Alexis Thambwe Mwamba de l’Udi de Kengo. Mende Omalanga lui-même est aujourd’hui un réel danger pour la stabilité de notre pays. Et pour cause, les affrontements récurrents entres ses partisans et ceux de son autre frère tetela Charles Okoto (ancien ministre Kabila et ambassadeur). Les tetela de la forêt et ceux de la savane ne constituent-ils une épine dans le talon du moralisateur Mende ? Toute chose restant égale par ailleurs, il y a lieu de se demander que veulent en réalité Christian Lusakueno, sa radio privée et le ministre Mende en cette période de campagne ? Surtout lorsqu’on sait qu’il ya beaucoup des fausses informations mais aussi d’intox.

C’est une affaire à suivre !

Par Roger Diku (congoone.net

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com