Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 09:27

Lettre de Human Rights watch au Président Kabila lui demandant de poursuivre le M23

 

Half KK

 

 Bonjour tout le monde

Voici, reçue de M Mulisi, la lettre de Human Rights Watch adressée au Président Kabila pour lui demander de poursuivre les dirigeants du M23 (et non de les intégrer dans les institutions congolaises).

SJCC

-------------------------------------------------

«Aimez notre noble, notre chère patrie 

De toutes les forces de votre âme;

Aimez-la d'un amour ardent, exclusif, chauvin

Et si jamais quelque sage à la tête bien équilibrée

Vient vous reprocher ce qu'il peut y avoir d'excessif dans ces sentiments,

Répondez-lui qu'on ne discute pas les mérites d'une mère

Surtout lorsqu'elle a perdu ses enfants».

Paul BERT 

 

 

 

 

Kinshasa, le 29 janvier 2014

Son Excellence Monsieur le Président Joseph Kabila Kabange

Gombe, Kinshasa

République démocratique du Congo

Objet : Traduction en justice des dirigeants du M23 et d’autres groupes armés pour graves violations des droits humains

Votre Excellence,

Je vous écris au nom de Human Rights Watch pour vous soumettre nos recommandations visant à mettre fin à l'impunité pour les dirigeants du M23 et d'autres groupes armés qui sont impliqués dans de graves atteintes aux droits humains en République démocratique du Congo.

Nous sommes encouragés par les dispositions claires contenues dans la déclaration signée par votre gouvernement à Nairobi, le 12 décembre 2013, après la défaite du M23, qui empêcheraient les dirigeants du M23 présumés responsables de crimes de guerre et d’autres crimes internationaux graves de bénéficier d'une amnistie. Il est désormais essentiel que des mesures soient prises pour s'assurer que ces personnes soient arrêtées et traduites en justice lors de procès conformes aux normes internationales. Des poursuites judiciaires sont nécessaires pour s’assurer que les responsables de crimes passés ne commettent pas de nouvelles violations, et que les victimes ainsi que leurs familles — et la société congolaise dans son ensemble — obtiennent justice.

Nous avons été informés que des autorités de la justice militaire congolaise ont émis des mandats d’arrêt à l’encontre de plus d'une douzaine de leaders du M23 recherchés pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Human Rights Watch a documenté des exactions généralisées impliquant un grand nombre de ces personnes ou les forces sous leur contrôle, tandis qu’elles passaient d'un groupe armé à l’autre au cours de la dernière décennie. Au nombre de ces violations figurent des massacres ethniques, des exécutions sommaires, des viols et le recrutement forcé d’enfants. Sept de ces personnes figurent sur des listes de sanctions des Nations Unies et des États-Unis les soumettant à une interdiction de voyager et au gel de leurs avoirs.1

 

His Excellency President Joseph Kabila Kabange

Gombe, Kinshasa

Democratic Republic of Congo

Re: Prosecuting M23 Leaders and Others for Serious Abuses

Your Excellency,

I am writing to you on behalf of Human Rights Watch with recommendations on ending impunity for leaders of the M23 and other armed groups who are implicated in serious human rights abuses in the Democratic Republic of Congo.

We are encouraged by the clear provisions in the declaration signed by your government in Nairobi on December 12, 2013, following the M23’s defeat, that would prevent M23 leaders allegedly responsible for war crimes and other grave international crimes from benefiting from an amnesty. It is now crucial that steps are taken to ensure that these individuals are arrested and brought to justice in trials that meet international standards. Prosecutions are necessary to ensure that those responsible for past crimes do not commit new offenses, and that the victims and their families—and Congolese society as a whole—see justice done.

We understand that Congolese military justice officials have issued arrest warrants for over a dozen M23 leaders sought on charges of war crimes and crimes against humanity. Human Rights Watch has documented widespread abuses implicating many of these individuals or forces under their control as they moved from one armed group to another over the past decade. These abuses included ethnic massacres, summary executions, rapes, and forced recruitment of children. Seven of these individuals are on United Nations and United States sanctions lists that subject them to a travel ban and assets freeze.1

Many of these M23 leaders are now in Rwanda and Uganda. Human Rights Watch is not aware of any efforts so far by the authorities of Rwanda or Uganda to investigate their alleged role in crimes committed in Congo or to take steps to bring them to justice. In the Peace, Security

 

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com