Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 07:37

Les troupes américaines en

Ouganda contre Joseph KONY ?

 

Ce vendredi 14 octobre, la Maison Blanche a informé par communiqué la presse internationale du contenu de la lettre que le président des États-Unis d’Amérique, Barack Obama, vient d’adresser au Congrès américain pour annoncer« l’envoi d’une centaine de soldats américains en Ouganda afin d’appuyer les soldats des pays de la région engagés contre L’armée de Résistance du Seigneur (LRA), un groupe rebelle accusé d’atrocité ». L’intention est noble et la cause est très bonne. Cependant, la conjoncture politique et les circonstances environnantes de cette mission nous renvoient aux signaux identiques des années 1995 et 1996 qui ont précédé l’invasion du Zaïre par les armées d’Ouganda et du Rwanda avec l’appui logistique des États-Unis d’Amérique.

En effet, en 1995, après l’échec retentissant des troupes américaines en Somalie, et dont les images horribles, on s’en souvient encore, avaient choquées le peuple américain et ému le reste du monde, le Pentagone (Ministère de la Défense des États-Unis) avait procédé sans bruit au transfert de tout l’arsenal de l’armada américain à Kampala en Ouganda. A l’époque, Washington avait avancé comme but de l’opération : « aider le président Museveni à combattre la rébellion ougandaise à la frontière avec le Sud-Soudan »,  sous prétexte que cette rébellion ougandaise était soutenue par des extrémistes musulmans au pouvoir à Khartoum. Mais quelques mois seulement après, une bonne partie de ces armes fut transférée de l’Ouganda au Rwanda. Ainsi, ce stock d’armement sophistiqué en provenance de Somalie avait servi aux armées des deux pays précités pour attaquer et envahir ... le Zaïre en 1996.

L’histoire, dit-on, est un éternel recommencement. Et nous avons toutes les raisons de nous méfier des annonces de bonnes intentions quand il s’agit d’envoi des forces étrangères à nos frontières. Car l’envoi des mêmes forces américaines sont annoncées aussi en République centrafricaines et au Sud-Soudan pour le même objectif. Cela conduit à la présence des troupes américaines sur trois frontières de la RDC.  

L’ancien sous-secrétaire d’État américain chargé des affaires africaines, Herman COHEN, venait de faire par inadvertance (?) une déclaration lourde de signification quant à l’état d’esprit des dirigeants américains. Il avait dit dans une interview au média « www.code 243.com »: « Au département d'État, le Kivu fait partie du Rwanda…». Au moment où le climat électoral en RDC donne tous les signes d’une implosion du pays que prépare savamment le proconsul de Kagamé à Kinshasa, « Joseph Kabila », toute l’élite de la RDC ainsi que son peuple devraient demeurer extrêmement vigilants. La convoitise de nos terres de l’Est du pays par des prédateurs et des lobbies mafieux internationaux avec la complicité de nos voisins n’est plus un secret pour personne.

Que de fois ces bandits et criminels de la LRA ont fait des incursions dans la Province Orientale en RDC et ont violé, mutilé des milliers de Congolaises, massacré des dizaines de milliers d’hommes et d’enfants et détruit des centaines de villages entiers, sans que cela n’émeuve Washington ! Si aujourd’hui le but de la mission des troupes américaines annoncées dans la région centrale de l’Afrique est théoriquement louable, le  choix du moment ne peut que provoquer des interrogations et susciter la méfiance toute justifiée de la part des Congolais avertis. La partition du Soudan et l’implication non négligeable du Rwanda qui n’a pas hésité à aider la Communauté internationale dans ce projet en y envoyant des milliers de casques bleus rwandais n’a rien d’anodin. Ne dit-on pas qu’un chat échaudé craint l’eau froide ?

Car pendant ce temps, les supposés « FDLR » ou CNDP et plus précisément des criminels tels que Laurent Nkundabatware ou Bosco Ntanganda contre qui un mandat d’arrêt international a été lancé, continuent à semer la désolation dans l’Est de la RDC en toute quiétude depuis plus d’une décennie. Le rapport Mapping de l’ONU publié en octobre 2010 décrit au moins en partie ,sur plus de 600 pages et avec force détails les crimes de ces nombreux criminels instrumentalisés par Paul Kagamé, auteurs de millions de morts dans  la région des Grands Lacs. Pourquoi les États-Unis n’ont-ils pas utilisés ces troupes pour arrêter ces criminels multirécidivistes ? En quoi est-ce que Joseph Kony est-il plus dangereux que les criminels rwandais qui déciment l’Est de la RDC au rythme d’au moins 1500 morts par jour et 1152 femmes violées par jour soit 48 femmes violées par heure ?

Joseph Kony ou « Joseph Kabila » ?

Comme L’ŒIL DU PATRIOTE l’avait déjà annoncé il y a quelques jours les États – Unis font aujourd’hui parti des membres de la Communauté internationale qui se montrent (à juste titre) particulièrement réservés quant au « succès » et à l’aboutissement du scrutin électoral en cours en RDC. Plusieurs sources indiquent également qu’au pays de l’Oncle Sam on ne souhaite pas non plus voir le fils d’Adrien Kanambe présider à nouveau la RDC à la fin de son « mandat ». Mais de toute évidence, ce dernier ne l’entend pas de cette oreille, loin de là. Tous les signes montrent en effet aujourd’hui que  « Joseph Kabila », décidé à s’accrocher au pouvoir, se prépare moins à l’organisation d’élections qu’à la guerre contre le peuple congolais qui a démasqué son imposture et l’empêche de tricher. Ainsi, alors qu’à moins de 2 mois du scrutin le président de la CENI Ngoy Mulunda en est encore à parcourir certaines capitales occidentales pour mendier sans vergogne un peu d’argent afin de pouvoir boucler le budget de l’organisation du fameux scrutin, « Kabila » lui, dépense des millions à tour de bras pour recruter des mercenaires tanzaniens ou rwandais et s’approvisionner en armes de toutes sortes pour mieux s’en prendre au peuple congolais.

Après avoir laissé proliférer les différentes milices qui sèment la désolation en RDC, en amnistiant des criminels de la trempe de ceux du RCD devenus CNDP (nouveaux membres de la Majorité Présidentielle)  et autres , en faisant de l’impunité une caractéristique de son gouvernement, « Joseph Kabila » n’est-il pas aujourd’hui la première menace pour la Paix en RDC juste après son mentor Paul Kagamé ? Pourquoi continuer à dépenser depuis plus d’une décennie l’argent des contribuables américains ou européens pour accompagner des « solutions » vouées à l’échec tant que la RDC n’aura pas à sa tête des véritables hommes d’États reconnus par le peuple congolais ? Certes,  Joseph Kony est une menace pour notre pays mais pourquoi ne pas prendre le problème à la racine ? Les États-Unis sont-ils réellement prêts à respecter les aspirations du peuple congolais qui réclame la fin de l’occupation et le respect de sa souveraineté ?

L’ŒIL DU PATRIOTE appelle donc chaque congolais à l’extrême vigilance car ceux qui espèrent l’éclatement de la RDC grâce à son implosion sont déjà l’affut de la moindre brèche. Halte à la distraction !         

Paris, 15 octobre 2011

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

 
Halte à la distraction : Gare aux signes
 précurseurs du processus de partition de la RDC !

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com