Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 06:58

Les soldats ougandais rentrent en RDC sous les couleurs de la Police

Alors que depuis le 28 octobre dernier, les états major des différents partis politiques congolais se préoccupent de la campagne électorale, les officines sécuritaires ne cessent, elles, d’envisager des stratégies pour gérer les éventuels troubles électoraux ou post électoraux. C’est ce qui a justifié le passage à Kampala en Ouganda du général Charles Bisengimana le mois d’octobre passé. Ce chef d’Etat major général de la Police Nationale Congolaise était, selon les dires du porte-parole du gouvernement congolais, monsieur Lambert Mende, venu dans la capitale de ce pays voisin pour un échange d’expérience avec la Police Ougandaise s’agissant de la manière dont il faut «  encadrer » les éventuelles débordements de la population tout au long de ce processus électoral. Pour le Ministre de l’information de la RDC, l’Ouganda dispose des moyens matériels dont la Police Congolaise a besoin pour le maintien de l’ordre
 public pendant la période des élections et même après.
A côté de cette version officielle du gouvernement congolais, nos limiers sur place à Kampala ont essayé de fouiner pour en savoir d’avantage.
Il nous revient qu’en plus du soutien logistique et technique, l’Inspecteur Général de la Police Congolaise aurait aussi négocié une assistance en hommes, les effectifs des policiers congolais formés étant faibles pour contenir des soulèvements populaires qui seraient consécutives à l’organisation des prochaines élections. Le général Charles Bisengimana aurait souhaité que l’Ouganda puisse accepter de redéployer certains de ses soldats en RDC pour gonfler les rangs de la Police Nationale Congolaise. Ces éléments de l’armée ougandaise devraient être triés parmi d’anciens militaires ougandais  qui ont été déployés en RDC, pendant plus de quatre ans, lors des dernières rebellions qui avaient secoué l’Est du pays. Ceci du fait que ces soldats ougandais ont l’avantage non seulement de la connaissance du terrain, mais aussi de la maîtrise  des langues congolaises (Swahili et Lingala). Avec ces deux atouts, il suffira
 de les déployer dans les régions du Kivu sous les habits de la Police Nationale Congolaise afin de maintenir l’ordre kabiliste.
Ayant  la morphologie congolaise, avec le lingala et le swahili en bouche, ses militaires ougandais pourraient passés inaperçus sur terrain et ainsi bien se confondre aux policiers congolais.  Ce qui ne serait pas le cas avec des militaires rwandais qui, eux, risquent d’être très remarquables  en RDC par leur langue et leur physique. Tout à fait compréhensif  que le Rwanda puisse adhérer à cette logique. Le général ougandais Salim Saleh aurait, lors de son séjour éclair au Rwanda, le mois passé, discuté de cette question avec quelques officiels rwandais.
En cas d’aboutissement heureux de cette demande c’est dans la localité de Kanguali en Ouganda que seront regroupés ces militaires ougandais qui devront au préalable apprendre le Règlement d’ordre Intérieur de la Police Congolaise avant des porter des uniformes congolaises et aller à  leurs nouveaux lieux d’affectation.
Tout ceci c’est parce que le pouvoir actuel à  Kinshasa serait déterminé à  faire tout ce qui est en son pouvoir pour que les prochaines élections lui soient favorables. Kinshasa voudrait faire sourde oreille à  une communauté internationale qui lui aurait demandé d’éviter des fraudes qui pourraient provoquer des
troubles et donc d’accepter le verdict des urnes lors de la
proclamation des résultats. Les tenants du pouvoir à Kinshasa restent têtus. Ils ne veulent pas l’entendre de cette oreille. Pour eux, ils y sont et ils y restent, quoi qu’il en soit. D’où cette sorte de prévention. Ils savent que des troubles sont inévitables surtout
dans la ville de Kinshasa où plusieurs électeurs ne veulent plus
du président Joseph Kabila que certains font passer pour un Rwandais.
Non, le Congo n’a plus besoin d’autres troupes étrangères sur son sol, ceux qui y sont ayant causé plusieurs torts aux congolais. Le pays s’est engagé sur la voie de la démocratie et tout le monde est censé accepter les résultats des urnes. Agir autrement serait très suicidaires pour l’avenir de ce géant au centre de l’Afrique. Cette manière de pouvoir rester au pouvoir pour le pouvoir devrait être dépassée. Le pouvoir doit être au service du bien de la population.

Le Millénaire

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com