Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 10:27
LE ROULEAU COMPRESSEUR « KA3 » BROIE LA POPULATION DU KIVU
 
DEPUIS DEUX DÉCENNIES
 .
 
 Par Néhémie Bahizire
RAPPORT-DU-MISSON-ACCOMPLIE-A-KAMPALA-copie-2.jpg
Le citoyen congolais Néhémie Bahizire nous livre dans cet article son analyse des deux dernières décennies d’histoire de la République Démocratique du Congo et ses recommandations.
 
1.    UN TRIO COMPRESSEUR
 
Des guerres à répétition
 
C’est depuis 1996 que le trio KAGUTA, KAGAME, KABILA[1] (KA3) a déroulé son rouleau compresseur et broie la population du Kivu en République Démocratique du Congo (RD Congo):
-         1996-1997, guerre de l’AFDL dite guerre de libération ou guerre des Tutsi Banyamulenge pour acquérir la nationalité congolaise et qui a abouti à chasser Mobutu du pouvoir ;
-         1998-2003, guerre du RCD dite guerre de rectification pour anéantir les rwandais Hutu Interahamwe génocidaires, afin de protéger le Rwanda contre un autre génocide. Cette guerre a abouti à diviser la RD Congo en plusieurs particules ;
-         2005- 2009, guerre du CNDP dite de protection de la population Tutsi du Congo, martyrisée par d’autres tribus congolaises ;
-         2012 jusqu’à ce jour, guerre du M23, dite de réclamation de l’application des accords signés le 23 mars 2009 entre le CNDP et le Gouvernement congolais. 
 
La connivence de ces trois personnes

KAGUTA MUSEVENI est arrivé au pouvoir en Ouganda par une rébellion où avait combattu KAGAME, qui devint par la suite chef des services de sécurité militaire ougandais. Ensemble, ils ont créé la rébellion FPR, qui a mené au Rwanda une guerre qui a abouti à l’assassinat de deux présidents : HABYARIMANA Juvénal du Rwanda et NTARYAMIRA Cyprien du Burundi. Cet évènement provoqua le génocide au Rwanda en 1994.
 
Une fois KAGAME au pouvoir au Rwanda, ils ont encore créé une autre rébellion, l’AFDL, par laquelle KABILA Joseph est au pouvoir en RD Congo[2]. Depuis que ce dernier est au pouvoir, il obéit au doigt et à l’œil de ses deux mentors et tous les trois font tout en connivence. Pour preuve :
 
1)   Le CNDP a été crée et renforcé par l’aide de KABILA. Il est connu que KABILA avait nommé NKUNDA Général commandant de toute une région militaire alors que ce dernier avait refusé de se rendre à Kinshasa lors de l’unification du pays. Même après que NKUNDA ait déclaré ses troupes rebelles CNDP et qu’il ait mise la ville de Bukavu au Sud-Kivu en sac en 2004, KABILA a continué de payer leur solde jusqu’en 2007.
2)   Le renforcement du CNDP s’est fait par la stratégie de brassage que KABILA avait mis en place. Toutes les unités brassées avaient été mises sous commandement de seuls officiers rwandophones du CNDP.
3)   Le CNDP n’existait que dans la province du Nord-Kivu. Pour étendre son influence sur le Sud-Kivu, KABILA avait organisé une autre stratégie, dite d’intégration : toutes les brigades militaires ont été déstructurées pour mettre en place des Régiments. Ces derniers, tant au Nord-Kivu qu’au Sud-Kivu, sont sous commandement de seuls Rwandophones du CNDP dont la majorité est constituée de soldats de l’armée rwandaise[3].
4)   La décision n° 003/HCM/M23/CNDP/2012 du 09.07.2012, portant nomination d’un Coordonateur de l’Action Politique du Mouvement M23, porte la référence « CNDP »[4]. Cependant, dans les négociations à Kampala en Ouganda, le président du parti politique CNDP fait partie de la délégation du gouvernement congolais du coté majorité présidentielle pour négocier avec le M23[5].
5)   Lorsque le M23 s’était déclaré rébellion, toute la population congolaise, l’Eglise catholique en tête, s’était levée comme un seul homme pour refuser toute négociation eux, par peur d’intégrer d’autres soldats étrangers dans les rangs de l’armée congolaise, les FARDC[6]. Mais KABILA s’était précipité à KAMPALA en Ouganda, et le trio KA3 s’était réuni pour légitimer leur M23.
6)   KABILA n’avait jamais lancé de mandat d’arrêt contre aucun criminel dit congolais, mais réfugié au Rwanda. Ce n’est que ce 25 juillet 2013, suite à une terrible pression de la population congolaise, qu’il a lancé des mandats d’arrêt internationaux contre seules quatre personnes. Pourquoi ignore-t-il les autres criminels, tels que NKUNDA, MUTEBUSI ?
7)   A l’insu de toutes les institutions étatiques de la RD Congo, KABILA a introduit des armées étrangères en RD Congo : les Ougandais dans la Province orientale et les Rwandais dans le Kivu. Le président de l’Assemblée Nationale à l’époque, monsieur Vital KAMERHE qui voulait en savoir quelque chose, fut chassé de ce poste par KABILA.

Néanmoins, le gouvernement de KABILA jurait la main sur le cœur que ces armées n’existent pas en RD Congo. Ce n’est qu’au moment où le Rapport des experts des Nations Unies mettait à nu l’appui du Rwanda et de l’Ouganda au M23, que KAGAME orgueilleusement avait déclaré qu’il allait retirer ses soldats stationnés avec l’accord de Kabila au Kivu. Toute la population avait vu à la télévision, dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu en R.D.Congo, 300 soldats rwandais en train d’ôter la tenue militaire de l’armée congolaise «FARDC» pour revêtir l’uniforme de leur armée rwandaise «RDF»[7]. Comment, peut-on qualifier un chef d’Etat qui camoufle par la tenue de son armée, dans son pays une armée étrangère à l’insu des institutions nationales, tout en sachant que ces étrangers ne font que semer mort et désolation parmi la population qu’il gouverne, aux fins de s’emparer des leurs terres ?
 
Le peuple congolais sait que nombreux de ses dirigeants sont des produits de : AFDL, RCD, CNDP et ont les mains teintées de sang des congolais ; qu’ils sont arrivés aux postes qu’ils occupent pour servir le dessein du trio KA3 et non la population congolaise. Si KABILA se comporte comme il le fait, c’est parce qu’il est entouré et soutenu par de hauts dignitaires politiques dans les structures de l’Etat congolais. J’attire l’attention de tous les amis de la population martyre du Kivu sur la ruse, le camouflage, le mensonge, la corruption, la diversion ainsi que la subtilité du trio Kaguta, Kagamé, Kabila. 
 
2. DES MILLIONS DE MORTS ET UN PAYS DÉSTRUCTURÉ
 
Deux poids, deux mesures
 
Ce rouleau compresseur a pu agir grâce à l’appui de grandes puissances économiques et politiques internationales. Sous prétexte de compassion et pour faire amende honorable du génocide des Tutsi au Rwanda par leurs concitoyens Hutu en 1994 (et pourtant il y a eu massacre des deux cotés : les Hutu avaient massacrés les Tutsi et vice versa), la Communauté internationale (les USA et la Grande Bretagne en tête) a soutenu à 100%, un autre génocide perpétré par des Tutsi sur les Congolais et les Hutu en R.D.Congo. Pourtant, ces réfugiés Hutu étaient sous la protection du HCR[8].
 
Le massacre au Rwanda avait durée trois mois avec un bilan macabre de 800.000 morts Tutsi et Hutu confondus, tandis qu’en RD Congo ces guerres durent depuis 17 années et ont déjà causé la mort de plus de 6.000.000 personnes, selon les évaluations d’ONG et d’autres institutions internationales. De ces massacres de Rwandais entre Rwandais, aucun Congolais n’était responsable ni de loin ni de près. L’indifférence de la Communauté internationale vis-à-vis des massacres de Congolais depuis déjà deux décennies nous donne le droit de penser qu’elle a décidé à ce que ce soient les Congolais qui paient par leur sang les frais du génocide rwandais.
 
La R.D.Congo mise sens dessus dessous
 
A part ces millions de morts, la RD Congo est complètement détruite. Toutes les institutions de l’Etat congolais sont infiltrées et présentement dirigées par le Rwanda.
 
1°- Tous les services de sécurité sont déstructurés et mis entre les mains de Rwandais faiseurs des guerres. Calcul fait : parmi les officiers de l’armée congolaise, toutes catégories confondues, la seule tribu rwandophone représente le 75 % sur les 450 tribus que compte la RD Congo[9]. Les 80% de ces 75% d’officiers militaires rwandophones sont des anciens bergers qui ont développé avec le régime en place au Rwanda la culture de la mort. Par son ordonnance n° 13/089 du 7 juillet 2 013, le président Kabila vient de nommer des officiers généraux au sein des FARDC. Parmi eux, la tribu rwandophone a raflé à elle seule 15 nominations[10], c’est-à-dire le 21%. Comme si cela ne suffisait pas, sachant que les officiers militaires formés et appartenant aux autres tribus congolaises sont des anciens des Forces Armées Zaïroises de l’époque de Mobutu, le président Kabila vient de faire voter par sa majorité à l’Assemblée Nationale une loi pour la retraite de militaires à l’âge de 55 ans. Or, il n’existe aucun général non rwandophone qui soit en dessous de cette âge ; même ceux-là qu’il vient de promouvoir doivent tous partir à la retraite et laisser tout le commandement de l’armée congolaise entre les mains de seuls officiers rwandophones, dont la majorité sont des soldats de l’armée rwandaise infiltrés, analphabètes ou semi lettrés, car des officiers instruits restent au Rwanda.
 
Dans un Etat normal, peut-on promouvoir au grade de « général » un criminel reconnu ? Qui ne connait pas au Kivu que c’est monsieur RURIOMBERE RWANGA Eric qui, gratuitement et sans aucun procès, tira à bout portant sur quarante et un (41) officiers de l’armée congolaise à l’aéroport de KAVUMU, le 3 Aout 1998, lors de l’entrée au Sud-Kivu de l’armée rwandaise ? KABILA Joseph ignore t-il cela ? Lui KABILA qui était soldat dans les rangs du FPR et qui avait progressé avec eux dans l’AFDL pour enfin prendre le pouvoir à Kinshasa, ignorait-il que NKUNDA et NTAGANDA, ses compagnons de guerre, étaient des Rwandais, pour les nommer généraux dans l’armée congolaise ?[11]
 
2°- La Police nationale congolaise est elle aussi dirigée par le Rwandophone monsieur BISENGIMANA.
 
3°- Le puissant directeur général des douanes et accises de la RD Congo, monsieur RUGWIZA Déogratias est un sujet rwandais. Au Sud-Kivu, les services de la Direction provinciale des douanes et accises ont été déménagés de ses bâtiments officiels sous prétexte de construction et sont présentement logés dans la maison du Rwandais sieur BIZIMA KARAHA (qui s’appelle aujourd’hui congolais Banyamulenge) aux fins de surtaxer le loyer et saigner le trésor public congolais[12].
 
4°- Les minerais congolais du Kivu sont sous embargo, et la RD Congo au Kivu ne peut plus en exporter. Ainsi des militaires rwandais sont stationnés au Kivu pour faire franchir ces minerais au Rwanda. Aujourd’hui, le Rwanda, sans aucun site d’extraction, est devenu grand exportateur de la cassitérite, coltan, wolframite, or et même du diamant. KABILA ignore t-il que ces sont des soldats rwandais qu’il a introduit au Kivu qui jouent ce rôle ?
 
Des mensonges écoutés et appuyés par la Communauté internationale
 
Depuis ces derniers 17 années, le trio KA3 commet ces méfaits en RD Congo et particulièrement au Kivu en usant des mensonges pour justification, en ces termes :
-         empêcher un autre génocide au Rwanda par des Hutu/FDLR qui sont réfugiés en RD Congo ;
-         protéger des congolais Tutsi martyrisés au Kivu ;
-         les Tutsi sont des Juifs d’Afrique, c’est pourquoi ils ont été génocidés comme leurs frères juifs le furent en Allemagne.
 
Ces mensonges ont été écoutés, acceptés et ont attiré la compassion de toute la Communauté internationale, à telle enseigne que cette dernière a aidé ces assoiffés de sang à commettre cette apocalypse au Kivu.
  
Or, les FDLR ne représentent plus aucun danger contre le Rwanda. D’ailleurs, la majorité de ces gens étaient des enfants lorsqu’ils sont venus en RD Congo en 1994, et ne peuvent aucunement être taxés de génocidaires. Le grand nombre des adultes qui s’étaient réfugies en RD Congo est mort dans des forêts. C’est plutôt le Rwanda qui renvoie maintenant des soldats hutu, démobilisés de son armée, en RD Congo pour y semer mort, violer des femmes, piller, etc., et lui servir d’alibi pour continuer ses méfaits sur la population congolaise du Kivu. Qui martyrise des Tutsi au Kivu comme cela est pris pour argument par KAGAME ?
 
C’est le contraire qui est vrai, car ces gens viennent du Rwanda et se déversent au Kivu ; ils ravissent des terres aux autochtones en les assassinant, en incendiant leurs habitations ou en les intimidant ; ils s’intronisent même et se collent les grades de chefs traditionnels sur des terres des autres tribus ; et cela par la force des armes.
 
Quant à dire que leur génocide ressemble à celui des Juifs, c’est faux. Les Juifs n’avaient pas créé une rébellion en Allemagne pour assassiner deux chefs d’états ainsi que leurs suites. Si la rébellion FPR n’avait pas existé, si l’on n’avait pas tiré sur l’avion du président HABYARIMANA, il n’y aurait jamais eu de génocide au Rwanda. Les deux peuples rwandais (Tutsi et Hutu) s’étaient rentrés dedans et s’étaient massacrés mutuellement (phrase à rendre plus claire ou à éliminer).
 
3. UN PEUPLE MEURTRI ET DÉCIDÉ DEMANDE D’ÊTRE ÉCOUTÉ
 
Un peuple brave au Kivu
 
Malgré toutes ces souffrances qu’elle endure durant bientôt deux décennies, la population du Kivu est restée tenace, refuse énergiquement d’être soumise à l’occupant et tient à l’intégrité territoriale de son pays, la RD Congo.
 
Son refus catégorique de collaborer avec le M23, la dernière marche pacifique mais réprimée violemment par la police à Goma contre le président Kabila en craignant que comme d’habitude il démobilise les soldats qui sont en train de remporter des victoires sur le M23 au Nord-Kivu ; la découverte et la dénonciation par cette même population le 22 juillet 2013 d’une cargaison contenant des haricots, sardines, riz et corne-bœufs avariés destinés aux soldats au front ; la récente attaque des positions du M23 par des jeunes exaspérés de Rutshuru, armés seulement des machettes, et qui sont parvenu à tuer deux soldats M23 ; début mars 2013, l’accueil triomphale des FARDC à leur entrée à Rutshuru avant que Kabila ne leur intime l’ordre d’abandonner la ville au M23 ; ainsi que d’autres faits démontrent la détermination de cette population.
 
Signes d’espoir…
 
Pendant ces 17 ans de terribles souffrances (massacres, viols de femmes et filles, incendie d’habitations, déplacement et exile de populations, pillages, etc.), la population du Kivu n’a fait que crier, sans être écoutée. Aujourd’hui, nous, population du Kivu, pouvons-nous commencer à espérer d’être écoutés et de voir nos bourreaux cesser leur sale besogne ?
 
Le Rapport des experts des Nations-Unies du 12 octobre 2013 qui accuse formellement le Rwanda et l’Ouganda de faire la guerre au Kivu par l’intermédiaire du M23 ; l’accord cadre d’Addis-Abeba du 24 Février 2013 ainsi que la Résolution 2098 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, interdisant à l’Ouganda ainsi qu’au Rwanda de continuer à appuyer le M23, même si ces pays n’ont pas été cités nommément ; la création par cette même résolution d’une brigade pour combattre en faveur de la population du Kivu ; la déclaration du Département d’Etat Américain appuyée par la Maison blanche et rééditée par le Secrétaire d’Etat Américain au Conseil de Sécurité des Nations-Unies du 25 Juillet 2013, enjoignant au Rwanda d’enlever ses soldats au Kivu et de cesser leur soutient au M23 : toutes ces déclarations peuvent-elles nous convaincre et donner espoir ? Le doute demeure en constatant des positions ambivalentes de ceux-là même qui font ces déclarations.
 
… doutes qui perdurent
 
Pourquoi le Département d’Etat Américain avait-il cité nommément le Rwanda, mais au Conseil de Sécurité des N.U. qu’il dirigeait, le Secrétaire d’Etat Américain, monsieur John Kerry, s’était abstenu de citer ce pays ? La Société Civile du Nord-Kivu est en train de crier au secours au vu des entrées continuelles des armées rwandaises et ougandaises au Nord-Kivu, mais ces puissances gardent la sourde oreille.
 
Le secrétaire général des N.U. Mr Ban Ki-Moon tantôt soutient la création d’une brigade armée pour combattre et éradiquer au Kivu les bandes armées, le M23 en tête ; tantôt, quand l’armée congolaise prend le dessus sur le M23, il crie et demande à toutes les parties de cesser les combats et de trouver une issue politique. En mai 2013, lors de sa tournée dans cette région des Grands lacs, il a parlé à Kinshasa de la guerre au Kivu ; à Goma, il a refusé de recevoir les victimes de cette guerre représentées par la Société civile ; arrivé au Rwanda, il n’a même pas fait allusion à cette guerre, mais il a félicité les prouesses du Rwanda et a dit que les Nations Unies avaient échoué au Rwanda. Pourquoi alors la création de cette brigade d’intervention ?
 
Sur l’interposition de la MONUSCO entre le M23 et les FARDC, l’armée nationale, au moment où celle-ci avançait, la population du Nord-Kivu est formelle: « Nous avons vu les chars de la MONUSCO s’interposer entre les FARDC et le M23 lorsque ces premiers pourchassaient ces derniers.
 
Nous (population) avons crié et jeté des pierres sur la MONUSCO pour dégager le passage aux FARDC». Aujourd’hui le commandant des casques bleus au Nord-Kivu déclare avec pompe qu’ils vont établir une ceinture pour sécuriser les villes de Goma et Sake ; or, ces deux villes sont déjà suffisamment protégées par les FARDC. Les populations qui habitent les villages de Rutshuru, Nyiragongo etc., ne sont-elles pas des humains ? Pourquoi la MONUSCO ne peut-elle pas chasser le M23 de ces entités dans lesquelles elle est pourtant déployée alors qu’elle ne cesse de dénoncer des crimes que cette rébellion commet quotidiennement sur la population civile, et que la première mission de la MONUSCO est la sécurisation de cette population civile ?
 
4. RECOMMANDATIONS
 
a.    Aux grandes puissances qui dirigent ce monde
 
Que les nations puissantes contraignent par des actions énergiques le Rwanda et l’Ouganda à cesser leurs guerres à l’Est de la RD Congo. Que les USA et la Grande Bretagne, reconnus par le monde entier comme mentors et soutiens du Rwanda et de l’Ouganda, cessent leur double langage, dont l’un se dit officiellement et l’autre reste caché.
 
b.    Aux Nations Unies
 
Que les Nations Unies tiennent compte de tous les Rapports de leurs experts en commençant par le rapport Mapping et en tirent les conséquences ;
que le Secrétaire Général Mr Ban Ki-moon laisse ses comportements ambivalents ;
que les Nations Unies demandent à la MONUSCO en général, et à la Brigade d’intervention en particulier, de combattre réellement et d’anéantir les forces négatives au Kivu ;
que les Nations Unies mettent en place un Tribunal international pour rendre justice aux 6.000.000 de morts en RD Congo et punir les criminels[13].
 
c.    Au trio KAGUTA, KAGAME, KABILA
 
Que ce trio cesse ses illusions : la force ne restera pas toujours seulement de leur côté. L’homme ne récolte que ce qu’il a semé. La RD Congo n’est pas le Soudan : elle est une et indivisible. Sa population tient à son intégrité, malgré toutes les campagnes de dénigrement menées à son endroit. Tenez-le pour dit et informez-en tous vos complices qui rêvent la balkanisation de la RD Congo.
 
d.    Aux Gouvernants congolais
 
Que les gouvernants congolais comprennent que le rouleau compresseur KA3 ne broiera pas indéfiniment la population congolaise du Kivu. Qu’ils s’amendent avant qu’il ne soit trop tard, car le dernier mot reviendra au peuple. Il n’est jamais tard pour bien faire : amendez-vous, changez de comportement, servez le peuple.
 
e.    A la Population congolaise
 
Restons tenaces et persévérants, continuons à résister avec énergie à toute agression extérieure ; organisons-nous pour mettre hors état de nuire, par des mécanismes démocratiques, tout dirigeant ainsi que toute autre personne traître qui cherchera à pérenniser la sujétion de notre pays et par conséquent, notre souffrance.
 
 Bukavu, le 1er /08/ 2013.
 
 Néhémie BAHIZIRE


[1] Kaguta Yoweri Museveni est le Président de l’Ouganda, Kagame Paul est le Président du Rwanda, Kabila Joseph est le Président de la République Démocratique du Congo.
[2] Il sied de signaler que le président Kabila Joseph avait combattu dans les rangs du FPR avant l’AFDL.
[3] La MONUSCO (la force des Nations Unies en RD Congo), auprès de laquelle se rendaient, pour rapatriement dans leurs pays respectifs, des soldats rwandais et ougandais qui ne voulaient plus rester en RD Congo, peut en témoigner.
[4] Voir l’annexe 20 du rapport des experts des Nations Unies du 12 octobre 2012 qui dénonce le soutien du Rwanda et de l’Ouganda au M23
[5] Il est donc clair que le M23 est une bande armée de la majorité présidentielle du président Kabila Joseph. Comment peut-on en dire autrement ?
[6] Des marches pacifiques furent organisées sur toute l’étendue de la République pour exprimer cette opinion de la population.
[7] La population du Kivu sait que ce geste n’était qu’une diversion destinée à l’opinion internationale, mais que des milliers des soldats Rwandais sont toujours en action au Kivu.
[8] Voir le Rapport Mapping du Haut Commissariat de l’Onu pour les Droits de l’Homme, du 1er.10.2010
[9] Voir rapport de la Conférence de Goma en 2008.
[10] 1. Rwubashira Robert, 2. Kijeke Malik, 3. Masunzu Pacifique, 4. Rugahi Sengabo David, 5. Kayizi Innocent, 6. Kiranga Mutara Smith, 7. Bonane Buhoro Willy, 8. Kamanzi Francois, 9. Dzaringa Lotshima Robert, 10. Padiri Muhizi Jonas, 11. Ruriombere Rwanga Eric, 12. Muniakazi Sengi Esaïe, 13. Kabundi Munianziza Innocent, 14. Bivekete Pinga Solo Jean, 15. Bolingo Leserendu.
[11] L’ex-deuxième personnalité de l’armée rwandaise, le général KAYUMBA en refuge en Afrique du Sud, vient ou venait ?de le confirmer. Ntaganda, à la CPI, ne s’était-il pas fait identifier dans la langue kinyarwanda ? Et Nkunda, en arrivant au Rwanda, s’était déclaré lui-même Rwandais qui ne pouvait pas être extradé en RD Congo.
[12] Il suffit de lire le rapport signé à Arusha en Tanzanie entre le FPR et le gouvernement rwandais avant que le président HABYARIMANA ne fût assassiné. BIZIMA KARAHA en est l’un des signataires en qualité de Rwandais de la rébellion FPR.
[13] La Cour Pénale Internationale ne suffit pas car elle est limitée dans le temps et le Rwanda n’en reconnait pas la compétence. Lors de la récente réunion du Conseil de Sécurité des Nations Unies, le Secrétaire d’Etat Américain, Mr John Kerry avait déclaré : « A la fin de la guerre du Kivu, il est de notre responsabilité de faire à ce que cela ne puisse donner lieu à la vengeance ». Rendre justice aux victimes ne signifie nullement vengeance. La vraie réconciliation ne pourra être effective qu’en rendant justice aux victimes et en stimulant les bourreaux à demander pardon et à s’amender.

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com