Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 10:38

LE  KONGOLAIS  EST  LE  PROBLEME !

       Carte RDC

  par Fugua Fuma Gondi lemaniKongo

 

Depuis quelques temps, plusieurs articles ont donne écho aux points de vue de certains compatriotes accusant tel ou tel politicien des années de l’indépendance, Kasavubu ou Lumumba ; telle ou telle tribu, d’avoir été la cause des tragédies que nous continuons à vivre jusqu'à ce jour.

Il est normal que dans une société de gens sensés il y ait divergences d’opinions et même des contradictions flagrantes. Il est aussi normal que ces opinions et contradictions s’expriment librement même quand elles ne sont pas du tout fondées. Chercher à les opprimer d’autorité conduit toujours  la dictature du genre de celle que nous vivons depuis le temps de Mobutu. Mais il est bien pour ceux qui sont responsables d’organes de media à travers lesquels ces opinions sont exprimées qu'il y ait une voix capable pouvant orienter ce genre de débat et lui donner une certaine balance, un sens d’objectivité. C’est cela le rôle du rédacteur en chef.

Mon point de vue personnel est en rapport spécifiquement avec la responsabilité que certains intervenants se plaisent d’imputer au peuple NeKongo, Luba, Tetela et toute autre tribu du Kongo dans la conduite des affaires politiques de notre pays.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, j’aimerais partager avec vous la vision de nos frères Noirs Américains  dans ce que l’on  appelle aux USA « civil rights mouvment » (mouvement des droits civiques), dans lequel les organisations religieuses des noirs ont jouè et continuent à jouer un rôle très actif. L’Un des leaders de ce mouvement, James Forman , membre de la Conférence Nationale pour le développement économique des Noirs présenta, le 26 avril 1969 à sa congrégation, Riverside Church de New York City quelques extraits du document adoptè par cette conférence qui disait :

Nous sommes des Africains. Nous sommes tranquillement assis ici, contemplant les Juifs de ce pays élever l’état d’Israel au niveau d’une puissance conservatrice dans le Moyen Orient. Nous sommes concernès du sort de nos frères en Afrique. Nous sommes le groupe des Noirs le plus avancè technologiquement et il y a beaucoup de connaissances que nous pouvons offrir à l’Afrique.

En même temps, il faut reconnaitre que nombre de leaders Africains sont désorganisès eux-mêmes, ayant été dupes à suivre la ligne de conduite leur prescrite par les gouvernements  impérialistes occidentaux. Les Africains eux-mêmes ont succombè et sont victimes de l’influence des Etats-Unis. Par exemple, pendant l’été de 1967, Howard Moore et moi, en qualité de représentants de la SNCC avons voyagè extensivement en Tanzanie et Zambie. Nous avons parlè aux personnalités gouvernementales du plus haut niveau. Nous leur avons dit qu'’il y avait plusieurs Africains Américains aux USA qui étaient prêts à venir travailler en Afrique. Ces personnalités ont demandè que nous prenions contact avec le plus grand nombre de telles personnes. Mais ce programme ne s’est jamais réalisè et nous ne savons pas pourquoi alors que nous étions vraiment détermines à l’accomplir. Nous supposons que le gouvernement américain a probablement déconseillè les leaders Africains de s’engager dans une telle opération. Il est aussi possible que les tendances révolutionnaires de certains leaders noirs Américains pendant cette période a pu effrayer les leaders africains.

Il y a une grande suspicion en Afrique aujourd’hui envers les noirs Américains et cela se comprend parce que ceux des nègres servant actuellement en Afrique travaillent pour la CIA ou le département d’état.

Mais le respect entre nous en tant que peuple continue à grandir et le jour viendra ou nous pourrons retourner chez nous comme frères et sœurs. Il n’y a pas de raison pour nous de penser rentrer en Afrique aujourd’hui, parce que nous sommes placés dans une position stratégique. Nous vivons au sein des USA, qui est le pays le plus barbare du monde et nous pouvons participer à le déstabiliser. Le temps est court et nous n’avons pas le luxe de le gaspiller. Mais aucun peuple opprimé n’a pu gagner sa libération sans avoir compris la nécessité de combattre son ennemi par tous les moyens nécessaires y compris l’usage de la force des armes…(Black Theology ; a documentary history ; volume one :1966-1979 ; James H. Cone & Gayraud S.Wilmore, p. 27,28.).

 

Nous sommes ceux qui sont attendus

 Confronté par la tragédie du double assassinat de Martin Luther King et de Malcolm X, lequel assassinat - pour ceux des nôtres qui ne le savent pas encore, a été ourdi par le pouvoir blanc, le même pouvoir qui a éliminé Patrice Lumumba, Tata Simon Kimbangu, Kimpa Vita et Simao Toko, né en février 1918, fondateur du Mouvement "Kitawala" dans la partie orientale du Bas-Congo devenue aujourd’hui l’Angola - un écrivain noir américain écrira dans Negro Digest ce qui suit : « Nous sommes ceux qui mettront fin aux injustices qui ont été faites à nos ancêtres et nous sommes ceux qui sauverons le monde et amènerons un nouveau jour, une nouvelle société brillante, celle qui chantera et jouira de la justice, de la sincérité, de l’honnêteté, de la compréhension et de la beauté à travers le monde entier».

En 1922, Marcus Garvey, le leader noir le plus révolutionnaire de cette époque fit un sermon sur le thème « Résurrection de l’homme noir ». Depuis, ce thème resurgit encore et encore. Pour Marcus Garvey, « la connaissance de soi serait la clef de la résurrection de l’homme noir. »  Traduisant sa pensée, il explique qu' <il y aura une résurrection spirituelle et matérielle dans le monde des Noirs. Que les noirs se lèveront des ghettos et de la misère dans lesquelles ils vivent depuis des générations. Ils sortiront de la léthargie. Ils ouvriront leurs yeux et verront les choses telles qu’elles sont (6 :90)>.

 

Etudiez la prophétie de Tata Simon Kimbangu

Si vous n’avez jamais lu la prophétie de Tata Simon Kimbangu, je vais vous en donner la référence ici. Il faut absolument la lire, l’étudier et la réétudier pour mieux comprendre tout ce que je viens d’encire plutôt parce qu’elle contient l’explication des évènements qui se sont déjà déroulés sous nos yeux et d’autres qui sont en cours. Marcus Garvey a parlé de la résurrection spirituelle et matérielle. Tata Simon Kimbangu à PRECISE, à Mbanza Nsanda en 1921, qu' « Un temps incommensurable passera avant que le peule Noir prenne une conscience spirituelle. Avec elle viendra l'ère de l'indépendance matérielle suivie de la troisième ère. Au cours de cette période, un Roi Divin naitra (Nkwa Tulendo). Il sera investi du pouvoir "Spirituel" (Kinzambi), "Scientifique" (Kimazayu), et du "Pouvoir Politique" (Kimayala). »

Dans mon dernier livre (*), j’ai révélé que pour acquérir la maitrise de Kinzambi, de Kimazayu et de Kimayala, le patriote Kongolais doit commencer par s’initier au processus de la transformation individuelle, en abrège PTI. Cette transformation individuelle, est, ce que Marcus Garvey appelle la connaissance de soi. (* LES MARTYRES TATA SIMON KIMBANGU ET PATRICE LUMUMBA (Prophétie de Tata Simon Kimbangu en page 31. En vente a : www.Amazone.com ou a www.redleadbooks.com).

 

Esclavage, Libération, « Nkwa Tulendo »

Certains de nos soi-disant intellectuels Kongolais ne pourront jamais trouver le lien existant entre les citations évoquées ci-dessus et la prophétie de Tata Simon Kimbangu, ni encore moins entre le prophète et le PTI.

Il y a déjà un de ces fameux intellectuels Kongolais qui, depuis quelques années a ouvert une rubrique spéciale sur les pages de « Hinterland » à travers lesquelles il tente de décortiquer certains de mes écrits afin d’y exposer les contradictions et démontrer, selon son expression, que le noyau révolutionnaire des Patriotes Kongolais de la Nouvelle Génération que je représente n’a pas été capable, en 40 ans de son existence, selon ce soi-disant intellectuel, de libérer le Kongo.

Il conviendrait de rappeler à ce compatriote que nos frères noirs des Etats-Unis ont subi l’esclavage pendant 400 ans. Pendant tout ce temps, ils étaient coupés de leur origine africain et quand certains d’entre eux plus illuminés ont pu leur rappeler leur identification, nombreux ont craché sur ces illuminés parce qu'’ils ne voulaient nullement s’identifier avec l’Afrique ou parce qu'’ils étaient ignorants.

Réveiller un peuple qui a subi l’oppression pendant des siècles demande non seulement des qualités spéciales mais  également des méthodes « unconventionnelles ». Même après tout ce que les noirs américains ont connu et continuent à connaitre, il y en a encore nombreux parmi eux qui ne veulent rien entendre de leurs origines africains. On en trouve même parmi les plus grands intellectuels noirs. Malcolm X disait à ce propos que : « si vous prenez un homme qui a vécu dans une cave pendant 400 ans et tout d’un coup vous l’exposez aux rayons du soleil, la trop grande lumière du soleil brillant dans le ciel peut complètement  l’aveugler ou rendre le pauvre homme fou. Couvrant ses yeux souffrants avec ses deux mains, il retournera vite dans l’obscurité de sa caverne qu'’il croit être sa protection. Il ne voudra plus jamais revoir le soleil. C’est dire que nous devons amener la lumière flash par flash dans la cave préférée ou vivent nos frères et sœurs. Nous devons éclairer leur  intelligence rayon par rayon parce que, pour certains d’entre nous, l’illumination vient graduellement à travers le processus de la transformation individuelle et non d’une façon soudaine. C’est, plutôt, ETAPE par ETAPE, que nous devons les racheter de leur ignorance. »(Remembering Malcolm, Benjamin Karim with Peter Skutches and David Gallen, One World Ballantine Books, New York, 1996 p.110-111).

Avec le concours  de quelques hommes noirs illuminés tels Marcus Garvey, Martin Luther King, Malcolm X, Kimpa Vita, Tata Simon Kimbangu, Patrice Lumumba, Kwame N’Krumah, Thomas Sankara et tant d’autres, l’homme noir, l’Africain a franchi une étape en brisant  les chaines de l’esclavage lié à la colonisation. Il est à présent dans la DEUXIEME ETAPE : rassembler les pièces des dossiers  de tous les « Oncles Tom » ces traitres qui, à travers toute l’histoire de notre odyssée, se sont toujours allié avec notre oppresseur : les néocolonialistes. Ce sont ces chefs d’état et soi-disant intellectuels Africains, membres des sociétés occultes dont l’esprit est emprisonné par le mythe de la supériorité de l’homme blanc.

 

Tata Simon Kimbangu les a distinctement nommés pour que le peuple africain ne se trompe pas sur leur identification. Il dira : « des siècles d’atrocités suivront l’ère de l’indépendance. Les leaders Africains, (Minyadi) de cette époque continueront à servir le maitre blanc. Un brouillard de misère matérielle et spirituelle couvrira le ciel Africain. Sur ordre de leurs maitres blancs, les leaders africains mèneront leurs pays respectifs dans des guerres les uns contre les autres. Les Africains tueront les Africains. La misère régnera. » (Les Martyres Tata Simon Kimbangu et Patrice E. Lumumba, p.31 déjà signalé ci-dessus).

 

Naissance d’un nouveau Kongolais (Africain)

 

La condition pour vaincre ces « Minyadi » (leaders africains néocolonialistes au service de l’homme blanc), est la naissance d’un nouveau Kongolais (Africain). En vérité en verité je vous le dis – clamerait Jésus de Nazareth - transformer <celui qu'’on est> en < celui qu'’on veut être> impose à l’homme un prix exorbitant qui n’est pas à la portée de tous. Nos ancêtres en ont bien pris conscience. C’est de cette prise de conscience que provient le système des valeurs TRADITIONNELLES en vigueur dans toutes nos tribus au Congo et à travers tout notre continent. Comme l’a indiqué Malcolm X plus haut, la lumière vient rayon par rayon.  Nos ancêtres étaient les premiers au monde à savoir également que ces valeurs traditionnelles ne peuvent s’apprendre en un seul jour. C’est alors qu'’ils ont mis au point une méthode permettant a tout garçon/fille Africain d’acquérir lentement mais surement le pouvoir  d’être celui que l’on veut être a travers ce qui était connue comme l’INITIATION. Les Nubiens, Ethiopiens et Egyptiens des temps anciens ont appelé cette initiation : <HOMME, CONNAIS-TOI TOI-MEME>.

 Ce que je disais du noir américain qui refuse de s’identifier avec l’Africain vaut aussi pour nous Kongolais. Nombreux d’entre nous, surtout ceux vivant à l’étranger ne veulent plus s’identifier avec leurs origines. Le Grand Prophète Noir, Tata Simon Kimbangu l’a même prédit en disant :  

« Bien de jeunes Africains quitteront leurs pays dans l’espoir d’une vie meilleure dans les pays de l’homme blanc. Ils abandonneront les normes de mariage et langues de leurs ancêtres. Un grand nombre parmi ces jeunes sera séduit par la culture de l’homme blanc (Nkuta mindele). Il y aura une grande mortalité parmi eux et nombreux ne retourneront plus jamais dans leurs pays. Je vous exhorte : ne négligez jamais vos langues maternelles. Apprenez-les à vos enfants et petits enfants. Il viendra un temps ou les langues des blancs seront oubliées. Il est dans la volonté du Créateur (Nzambi) qu'’il y ait une langue spécifique  (Nsinga wa mbila) pour chaque groupe de peuple (Nkangu wa bantu) comme lien de communication entre eux ».

 

Troisième étape : « Nkwa Tulendo »

 Le 12 septembre 2015, cent-vingt huit ans auront passé depuis la naissance du grand prophète noir, Tata Simon Kimbangu jusqu'à la date de sa mort dans une prison coloniale de la province du Katanga le 3 octobre 1951.  Vous constaterez que tout ce qu'’il avait prédit sur l’indépendance des pays Africains s’est matérialisé pendant  la première moitie de ces 128 ans. Dans la deuxième moitie de son anniversaire de naissance, nous sommes en train d’expérimenter la prise de conscience spirituelle ou la manifestation de Nkwa Tulendo (le roi Divin) de l’homme noir.

A mon avis, Nkwa Tulendo n’est pas un seul individu. Il s’agit plutôt de tout patriote Kongolais (Africain) qui prend conscience de se transformer et s’engage à accomplir le PTI qui conduit à la maitrise du Kinzambi, du Kimazayu et du Kimayala. Autrement dit l’ILLUMINATION. Plus il y aura de patriotes Kongolais illuminés, plus vite sera réalisé la libération totale de notre pays et de l’Afrique entière. On peut maintenant se rendre compte que le Kongolais (Africain) est réellement le  problème de notre pays et il est également sa solution. Nos ancêtres en étaient toujours conscients et si l’intellectuel Kongolais (Africain) apprenait a écouté ses ancêtres, il n’aura nul besoin de se faire prisonnier des sociétés secrètes européennes. L’Initiation traditionnelle est une école plus avancée pour faire de lui ce qu'’il veut être (illuminé). 

Faites vos propres recherches mes frères et sœurs et vous découvrirez qui sont les véritables fondateurs de ce qu'’on appelle en Anglais « western civilisation » (civilisation occidentale), ainsi que l’à coté Georges C. M. James, l’auteur de Stolen Legacy*, et vous apprendrez que ce sont vos ancêtres, noirs, qui ont conçu l’enseignement des mystères dont le principe de base est « Man, Know Thyself » (Homme, Connait-toi toi-même »). Cet enseignement détient les secrets de toute la vie de l’homme et du monde. Quiconque parvient à maitriser cet enseignement « verra le monde tel qu'’il est réellement » (6 :90), selon Marcus Garvey. Et il comprendra ce que le Grand prophète noir Tata Simon Kimbangu voulait dire par ces mots : « lorsque les préceptes moraux de ce monde tels que nous les connaissons seront renversés, l’Homme noir deviendra blanc et l’Homme blanc deviendra noir. »

(*)George C. M. James, Stolen Legacy, The Egyptian Origins of Western Philosophy.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com