Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 13:00

LA RDC REFUSE L'ACCORD DE KAMPALA

 

«Museveni ne cache pas ses sentiments vis-à-vis du M23 quand il plaide pour leur amnistie générale (...) Le fait d’annoncer que l’Ouganda ne va pas extrader ces rebelles laisse penser à un plan B pour reconstruire cette rébellion»

 

A Kinshasa, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende a déclaré ne pas étre «étonné» par l’annonce faite à Kampala. «Nous, nous voulons signer une déclaration, mais le facilitateur s’entête pour une raison que nous ne connaissons pas et veut nous imposer un accord. (...) Il devient le problème. Au lieu d’être une solution», a-t-il déploré...

 

Le gouvernement de République démocratique du Congo (RDC) et les rebelles congolais du M23 ont échoué à signer lundi à Kampala un important «accord» de paix, censé tourner la page de 18 mois d’affrontements meurtriers dans l’est de la RDC, a annoncé le gouvernement ougandais, médiateur dans les pourparlers.

 

Alors que la signature de cet accord semblait imminente, le porte-parole du gouvernement ougandais Ofwono Opondo, a annoncé sur Twitter que la délégation de RDC a «renoncé à signer un accord avec le M23». Il a ajouté que les pourpalers devant mener à cet accord étaient reportés «sine die».

 

 Devant la presse, il a déclaré que la délégation congolaise avait refusé au dernier moment d’entrer dans la salle où devait être signé l’accord. «Ils ont tardivement demandé un changement des termes de l’accord, nous avons ajourné en conséquence», a-t-il poursuivi.

 

Les pourparlers ont largement achoppé sur une question de sémantique, le gouvernement de Kinshasa ne voulant pas signer un texte dans lequel le mot «accord» était spécifiquement mentionné.

 

A Kinshasa, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende a déclaré ne pas étre «étonné» par l’annonce faite à Kampala. «Nous, nous voulons signer une déclaration, mais le facilitateur s’entête pour une raison que nous ne connaissons pas et veut nous imposer un accord. (...) Il devient le problème. Au lieu d’être une solution», a-t-il déploré.

 

En début de soirée, M. Opondo avait indiqué que les délégations du M23, du gouvernement de RDC mais aussi des observateurs européens, américains, de l’ONU et de l’Union africaine étaient arrivés à la résidence présidentielle où devait se dérouler la signature à Entebbe, localité proche de la capitale ougandaise située sur le Lac Victoria.

 

Le Mouvement du 23 mars (M23), rébellion de Tutsi congolais, a été mis en déroute la semaine dernière par l’armée congolaise, appuyée par une brigade d’intervention de l’ONU, après avoir sévi 18 mois dans la riche province minière du Nord-Kivu.

 

Le document qui devait être signé lundi devait notamment fixer le sort de ses quelque 1.700 combattants - un chiffre avancé par Kampala, remis en question par certains observateurs - réfugiés dans des camps en Ouganda. Une centaine de rebelles blessés ont également fui au Rwanda, accusé, comme l’Ouganda, de soutenir la rébellion.

 

Le cas de certains commandants est cependant compliqué, notamment celui du chef militaire Sultani Makenga, accusé de massacres, viols, enrôlements d’enfants et qui figure sur des listes de sanctions onusienne et américaine.

 

L’accord attendu lundi soir était jugé clé pour tenter de pacifier une région troublée depuis deux décennies. Mais il n’aurait de toute façon pas été suffisant pour régler le problème : des dizaines d’autres groupes armés continuent de terroriser les populations locales dans les montagnes de l’est de la RDC et d’autres opérations seront de toute façon nécessaires pour venir à bout de ces groupes rebelles.

 

Le rôle de l’Ouganda et du Rwanda

 

A la veille de la signature annoncée de l’accord, les observateurs avaient d’ailleurs appelé à la prudence car de précédents accords de paix signé dans la région n’ont jamais empêché une reprise des hostilités, soit parce qu’ils n’ont pas été appliqués, soit parce qu’ils ne s’attaquaient pas aux questions de fond que sont le retour des réfugiés et le partage des terres.

 

L’organisation humanitaire britannique Oxfam a de son côté insisté sur le fait qu’une réponse militaire aux groupes armés ne suffirait pas.

 

  «Le gouvernement doit aussi offrir des alternatives crédibles aux combattants qui veulent déposer les armes», a dit l’ONG, appelant à l’adoption d’un «programme de désarmement, démobilisation et réintégration afin de fournir aux combattants une alternative à la guerre». «Il doit y avoir un processus politique qui s’attaque aux problèmes de fond, comme la terre, les moyens de subsistance, le contrôle des ressources et la représentation de toutes les communautés», a-t-elle jugé.

 

D’autres observateurs ont aussi souligné que tant que les pays de la région, Rwanda en tête, ne retireront pas leurs pions de l’est de la RDC, rien ne changera vraiment non plus.

 

L’envoyée spéciale de l’ONU pour les Grands Lacs, Mary Robinson, qui voyait dans la signature de l’accord «une étape très importante» vers la paix dans la région, veut elle cependant croire que le président rwandais Paul Kagame et son homologue ougandais Yoweri Museveni, qui ont toujours nié soutenir le M23, respecteront un précédent accord de paix signé en février par 11 pays de la région.

 

Désormais, a-t-elle ajouté, la priorité va être de vaincre les rebelles hutu rwandais des FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda), qui comptent dans leurs rangs des auteurs du génocide contre les Tutsi du Rwanda en 1994.

 

Le gouvernement de Kigali, issu d’une rébellion tutsi, les considère comme une menace majeure pour la sécurité du Rwanda et des populations tutsi du Congo. Régler leur cas est donc essentiel pour rassurer Kigali et éviter l’apparition d’une énième rébellion soutenue par le Rwanda.

 

En RDC, le scepticisme a été bien plus tôt de rigueur sur les pourparlers à Kampala.

 

Vendredi, une coalition d’ONG, d’associations et de syndicats du Nord-Kivu a qualifié le processus de Kampala de «non-sens» présidé «par un Etat agresseur, l’Ouganda».

 

Fidel Bafilemba, chercheur pour l’ONG américaine Enough Project, doutait «de la bonne foi de Kagame et Museveni à lâcher prise si facilement».

 

«Museveni ne cache pas ses sentiments vis-à-vis du M23 quand il plaide pour leur amnistie générale (...) Le fait d’annoncer que l’Ouganda ne va pas extrader ces rebelles laisse penser à un plan B pour reconstruire cette rébellion», avait-il jugé.

 

CHRONOLOGIE DE LA JOURNEE DU 11-11-2013 A KAMPALA ...

 

RAYMOND TSHIBANDA A KAMPALA POUR LA FIN DU DIALOGUE

 

DEPUIS 10HOO, HEURE LOCALE, LE MINISTRE CONGOLAIS DES AFFAIRES ETRANGERES EST DANS LA CAPITALE OUGANDAISE.PEU APRES VERS 11 HEURES SONT ARRIVES,APRES LUI,LES DEPUTES ET AUTRE EXPERTS QUI ONT SUIVI LES PERIPETIES DE CE DIALOGUE AVANT DE RETOURNER A KINSHASA.DANS LA DELEGATION, LA PRESENCE DE L'ABBE MALUMALU QUI AVAIT DIRRIGE LA DELEGATION CONGOLAISE AUX PREMIERES HEURES DU DIALOGUE, AVANT D'ENTRER A LA CENI. LES SERVICES DE SECURITE,L'ARMEE ET TOUTE LA DELEGATION QUI A TRAVAILLE DEPUIS 11 MOIS A KAMPALA SE RETROUVE POUR UNE JOURNEE FINALE. LE MINISTRE RAYMOND TSHIBANDA VIENT DE LANCER QUE C'EST UNE CEREMONIE NORMALE DE FIN DES TRAVAUX. LE RENDEZ-VOUS EST FIXE A 18 HEURES AU PALAIS PRESIDENTIEL DE "STATE HOUSE" A ENTEBBE OU YOWERI MUSEVENI DOIT ACCUEILLIR TOUTES LES DELEGATIONS. LES ACCREDITATIONS DES JOURNALISTES ET CONVIVES SE DEROULENT A IMPERIAL HOTEL D'ENTEBBE A 50 KMS DE KAMPALA. LE MINISTRE RAYMOND TSHIBANDA RECOIT SON EQUIPE A SHERATON HOTEL AFIN,SANS DOUTE, DE DECIDER ENSEMBLE LES DERNIERES DISPOSITIONS DE LA FORME DE CETTE CEREMONIE.

 

DEPUIS 10HOO, HEURE LOCALE, LE MINISTRE CONGOLAIS DES AFFAIRES ETRANGERES EST DANS LA CAPITALE OUGANDAISE.PEU APRES VERS 11 HEURES SONT ARRIVES,APRES LUI,LES DEPUTES ET AUTRE EXPERTS QUI ONT SUIVI LES PERIPETIES DE CE DIALOGUE AVANT DE RETOURNER A KINSHASA.DANS LA DELEGATION, LA PRESENCE DE L'ABBE MALUMALU QUI AVAIT DIRRIGE LA DELEGATION CONGOLAISE AUX PREMIERES HEURES DU DIALOGUE, AVANT D'ENTRER A LA CENI.

 

LES SERVICES DE SECURITE,L'ARMEE ET TOUTE LA DELEGATION QUI A TRAVAILLE DEPUIS 11 MOIS A KAMPALA SE RETROUVE POUR UNE JOURNEE FINALE.

 

LE MINISTRE RAYMOND TSHIBANDA VIENT DE LANCER QUE C'EST UNE CEREMONIE NORMALE DE FIN DES TRAVAUX.

 

LE RENDEZ-VOUS EST FIXE A 18 HEURES AU PALAIS PRESIDENTIEL DE "STATE HOUSE" A ENTEBBE OU YOWERI MUSEVENI DOIT ACCUEILLIR TOUTES LES DELEGATIONS.

 

LES ACCREDITATIONS DES JOURNALISTES ET CONVIVES SE DEROULENT A IMPERIAL HOTEL D'ENTEBBE A 50 KMS DE KAMPALA.

 

LE MINISTRE RAYMOND TSHIBANDA RECOIT SON EQUIPE A SHERATON HOTEL AFIN,SANS DOUTE, DE DECIDER ENSEMBLE LES DERNIERES DISPOSITIONS DE LA FORME DE CETTE CEREMONIE.

 

13H37' CHRISPUS KIYONGA VISITE LA DELEGATION CONGOLAISE

 

LE MINISTRE OUGANDAIS DE LA DEFENSE ET FACILITATEUR DU DIALOGUE DE KAMPALA VIENT DE RENDRE UNE VISITE A LA DELEGATION DE RAYMOND TSHIBANDA AU SHERATON HOTEL.

 

UN RENDEZ-VOUS SEMBLE SE DESSINER A L'HORIZON.IL DOIT TRAVAILLER AVEC LA DELEGATION CONGOLAISE POUR UNE DERNIERE TOUCHE SUR LE DOCUMENT FINAL OU IL DOIT SE RENDRE A L'EVIDENCE QUE LA RDC VEUT SIGNER UNE DECLARATION ET NON UN ACCORD!!!???

 

LE MYSTERE RESTE ENTIER JUSQU'A CETTE HEURE.

 

CHRISPUS KIYONGA A EU UN SOURIRE QUAND LE CHEF DE LA SECURITE CONGOLAISE EST VENU L'ACCUEILLIR ET LUI PRESENTER CHAQUE MEMBRE DE LA DELEGATION;QU'IL CONNAISSAIT BIEN D'AILLEURS.AVANT 18 HEURES ON AURA DROIT A UNE SCEANCE DE TRAVAIL QUI SEMBLE DETERMINANTE...

 

15H47' LA DERNIERE RENCONTRE DECISIVE AVANT LA SIGNATURE

 

LA DELEGATION CONGOLAISE QUI VEUT EN FINIR AVEC AVEC KAMPALA SE COMCERTE.LA PRESSE EST PRIEE...

 

IL PEUT S'AGIR DU FOND DU DOCUMENT.LE GOUVERNEMENT OUGANDAIS A-T-IL RESPECTE LA VOLONTE DE LA RDC DE NE VOIR QU'UNE DECLARATION QUI VA DANS LE SENS DE L'APRES VICTOIRE CONTRE LE M23???

 

PLUSIEURS QUESTIONS SONT A SUPPOSER.

 

TOUT LE MONDE EST EN TENUE DE GALA MAIS LA RDC VEUT PESER DE TOUT SON POIDS DANS CETTE DERNIERE RENCONTRE DU DIALOGUE.

 

LE MINISTRE RAYMOND TSHIBANDA QUI S'EST RETIRE AVEC LE FACILITATEUR CHRISPUS KIYONGA ET L'AG DE L'ANR,L'AMBASSADEUR OKOTO ET L'ABBE MALUMALU NE VEUT PAS SE SENTIR VAINCU PAR LES JUSTIVICATIFS D'UN ACCOPRD DE PAIX ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LE M23.

 

A 15H50' LA PHOTO D'UN COTE LE GOUVERNEMENT ET DE L'AUTRE LE M23,CE LUNDI RISQUE D'ETRE UN FREIN A L'ELAN QUI S'EST ANNONCE DEPUIS LE MATIN.

 

LA DELEGATION CONGOLAISE REFUSERA DE SIGNER UN ACCORD

 

17H13' LE RISQUE D'UN REFUS</p><p>SELON CERTAINES INDISCRETIONS,LA DELEGATION DU GOUVERNEMENT CONGOLAIS QUI S'EST REUNIE TIENT SUR SA POSITION.PAS DE SIGNATURE D'UN QUELCONQUE ACCORD DE PAIX AVEC LE M23.LE GOUVERNEMENT OUGANDAIS AURAIT PREPARE UN TEXTE QUI MENTIONNE LE CONCEPT "ACCORD".LA DELEGATION REFUSE ET EXIGE QUE CE TEXTE SOIT CHANGE.EN KINSHASA NE RECONNAIT PAS UN M23 PARTI POLITIQUE QUI N'A PAS UN ACTE AGREMENT AU PAYS.CE SENT DU MUSCLE A 17H17'.LES MEMBRES DE LA DELEGATION SONT ASSIS DANS LE HALL DE SHERATON HOTEL SANS SE PRESSER D'ALLER A LA RENCONTRE DU PRESIDENT MUSEVENI A ENTEBBE AU CAS OU LE FACILITATEUR NE CHANGE SON ACCORD EN DECLARATION.

 

17H13' LE RISQUE D'UN REFUS

 

SELON CERTAINES INDISCRETIONS,LA DELEGATION DU GOUVERNEMENT CONGOLAIS QUI S'EST REUNIE TIENT SUR SA POSITION.PAS DE SIGNATURE D'UN QUELCONQUE ACCORD DE PAIX AVEC LE M23.LE GOUVERNEMENT OUGANDAIS AURAIT PREPARE UN TEXTE QUI MENTIONNE LE CONCEPT "ACCORD".LA DELEGATION REFUSE ET EXIGE QUE CE TEXTE SOIT CHANGE.EN KINSHASA NE RECONNAIT PAS UN M23 PARTI POLITIQUE QUI N'A PAS UN ACTE AGREMENT AU PAYS.CE SENT DU MUSCLE A 17H17'.LES MEMBRES DE LA DELEGATION SONT ASSIS DANS LE HALL DE SHERATON HOTEL SANS SE PRESSER D'ALLER A LA RENCONTRE DU PRESIDENT MUSEVENI A ENTEBBE AU CAS OU LE FACILITATEUR NE CHANGE SON ACCORD EN DECLARATION.

 

LA RDC REFUSE L'ACCORD DE KAMPALA

 

 

LA DELAGATION DU MINISTRE RAYMOND TSHIBANDA A ETE PLUS QUE DETERMINEE.

 

D'ABORD ELLE A ACCUSE LE GOUVERNEMENT OUGANDAIS ET LE FACILITATEUR DE TENTER DE LUI PRESENTER UN TEXTE NON LU NI CONNU D'AVANCE POUR SIGNATURE.

 

VERS 19HOO LE MINISTRE TSHIBANDA ENTRE AU PALIS PRESIDENTIEL D'ENTEBBE.IL EXIGE DE LIRE LE TEXTE PREPARE PAR L'OUGANDA ET QUI SERA LU DEVANT LES INVITES.LE TEXTE NE VIENT PAS.

 

EN PLUS,LA DELEGATION CONGOLAISE A ETE REDUITE PAR LE PROTOCOLE A SEPT PERSONNES TANDIS QUE LA DELEGATION DU M23 A ETE FOURNIE ET LOURDE DE D'UNE VINGTAINE DE GENS.

 

PLUS TARD VERS 20 HEURES LA DELEGATION CONGOLAIS E EXIGE QUE CERTAINS MOTS SOIENT CHANGES DU TEXTE.AU LIEU DE L'ACCORD DE KAMPALA QU'IL SOIT INSCRIT DECLARATION DE KAMPALA...RIEN N'EST FAIT.DANS LES COULOIRS,LES GENS PASSENT ET REPASSENT...SANS ESPOIR D'UN ACCORD.

 

COMME REACTION,LE MINISTRE RAYMOND TSHIBANDA REFUSE D'ENTRER DANS LA SALLE DE BANQUETS AVEC TOUTE SA DELEGATION.

 

LE PRESIDENT YOWERI MUSEVENI FACHE SORT ET LAISSE SON VICE-PRESIDENT,MAIS LA DELEGATION CONGOLAISE REFUSE TOUJOURS DE PRENDRE PLACE DANS LA SALLE POUR SIGNER....

 

VERS 22HEURES LE PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT OUGANDAIS MR OYONO S'ADRESSE A LA PRESSE ET EXPLIQUE QUE LE GOUVERNEMENT CONGOLAIS REFUSE DE SIGNER.

 

LE FACILITATEUR CHRISPUS KIYONGA LUI AUSSI VIENT A LA PRESSE POUR DIRE QUE LA JOURNEE EST FINIE SANS SIGNATURE MAIS QU'IL Y A DEUX CHOSES:L'EVOLUTION SUR LE TERRAIN OU LE M23 A ETE VAINCU.IL AJOUTE QU'IL YA AUSSI GUERRE DE MOTS POUR FINIR LE DOCUMENT A SIGNER.CHRISPUS KIYONGA ANNONCE QUE DANS LES JOURS A VENIR UN CONCESSUS DOIT ETRE TROUVE.

 

AVANT DE QUITER LE PALAIS PRESIDENTIEL D'ENTEBBE,LE MINISTRE RAYMOND TSHIBANDA REUNI AUSSI LA PRESSE ET DIT QU'IL NE PEUT PAS SIEGER AVEC UN MOUVEMENT DES REBELLES QUI SONT FORCE-NEGATIVE ET QUI SE SONT DISSOUTS POUR SIGNER UN QUELCONQUE ACCORD.IL ENFONCE EN PRECISANT QUE PERSONNE NE PEUT FAIRE SIGNER AU GOUVERNEMENT CE QUI NE VA PAS DANS LE SENS DE LA SOUVERAINETE.

 

LA SOIREE CHEZ YOWERI MUSEVENI SE CLOTURE AVEC CETTE FERMETE DE LA DELEGATION CONGOLAISE ET TOUT LE MONDE RETIENT SON SOUFFLE.LE PRESIDENT DU M23 ET TOUTE SA DELEGATION ETAITENT DEJA PARTIS SANS MOT DIRE.

 

LA NUIT TOMBE SUR "STATE HOUSE" ET SON ETAT AUSTERE DOMINE DANS LES LUEUERS...LOIN DE LA DELEGATION CONGOLAISE

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com