Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 13:31

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE EN RD CONGO : 
 La nationalité congolaise d´origine n´est pas la 
 << Congolité >>, ni moins l´Ivoirité. Elle est constitutionnelle...
 
 
Qui vous a dit que les Congolais n´avaient pas le droit d´en parler ? 
 Que les choses soient tirées au clair !
 

 

 Picture
Dans un pays comme la RD Congo qui, au cours de ces 15 dernières années, a injustement subi des guerres d´agression, de prédation et d´invasion particulièrement meurtrières - des millions de victimes et de femmes violées - de la part ses voisins rwandais, ougandais et burundais; lesquels envahisseurs se sont rendus maîtres des lieux et contrôlent toutes ses institutions politiques et administratives ; c´est-à-dire de la Présidence de la République, au Parlement, en passant par la défense et la sécurité, ainsi que tous les circuits économiques et bancaires au détriment des Congolais eux-mêmes; il est plus que jamais légitime et républicain de parler de la nationalité congolaise d´origine. Nul ne pourra donc par conséquent se permettre au nom d´un quelconque principe que ce soit, de nier à ce peuple martyr son droit inaliénable - tels les autres peuples du monde – de se protéger et de protéger son identité nationale. Autant que ce peuple martyr ne doit en aucun cas, se laisser intimider par quiconque ou se reprocher quoi ce soit, pour tirer les choses au clair sur cette vitale question qui va de soi avec sa propre survie et celle de sa nation. 
 
 Ceci dit, il n´est nullement hasardeux, ni incommode d´aborder la question de l´identité nationale. Surtout en cette période préélectorale dans un Congo où il n´y a plus eu, en dépit de guerres d´invasion récurrentes de son territoire national, de recensements des populations depuis plus de 20 ans. Et où, le régime d´Occupation en place fait tout ce qui est en pouvoir pour qu´il n´en y ait pas, afin que rien ne soit jamais clairement établit : Qui est qui ? Et qui a le droit de vote ? Car, se sachant eux-mêmes étrangers, ils inscrivent leurs compatriotes sur le fichier électoral depuis leurs pays d´origine, ensuite ils leur font traverser les frontières nationales, et enfin les laissent voter pour bourrer les urnes en leur faveur. Ce fut le cas en 2006, et c´est bien qui est dèjà en cours d´opération dans la perspective des élections de novembre prochain. Nous avions tous vu il y a peu, des images vidéo prises au Burundi par des journalistes d´investigation congolais, attestant de la justesse de ces propos.
 
 Cependant, cette question de l´identité nationale congolaise d´origine, ne doit pas être assimilée à des dangereux concepts se fondant sur une politique d´exclusion des certains individus ou d´une partie de la population, tel que des stratèges étrangers malveillants, avaient voulu le faire croire en 2006, en inventant eux-mêmes le terme de <<Congolité >>, qu´ils tentèrent par la suite et sans succès de prêter aux Congolais, pour ainsi trouver des pretextes de s´immiscer dans les affaires intérieures d´une nation souveraine. Autant qu´elle est encore moins assimilable au concept de << l´Ivoirité >>, qui a fait un grand malheur, en mettant à feu et à sang la république soeur de Côté d´Ivoire durant ces 16 dernières années de son histoire. Il n´en est donc aucunement question ici, s´agissant de la RD Congo qui se trouve être une vraie victime des éléments nuisibles venus de l´étranger. Car, le préalable de la nationalité congolaise d´origine en vue d´exercer certaines responsabilités, est incontestablement légitime et conforme à l´esprit et à la lettre de certaines dispostions constitutionnelles. Il n´y a donc rien de xénophobe, ni d´incitation à quoi que ce soit, ni envers qui que ce soit en l´abordant...
 
 Notons qu´à ce sujet, l´expérience de certains pays dits civilisés, et se considérant comme les plus traditionnellement démocratiques, de par leurs statuts de précurseurs en matière des Droits de l´Homme et de démocratie, doit pourtant inspirer le peuple congolais et l´emmener à des questionnements sur la justesse qu´il y a dans de cette démarche, qui reste d´une importance capitale pour tout peuple. 
 
 Actuellement, on constate que certains Congolais, au mépris des intérêts vitaux de leur pays, donnent l´impression d´avoir été frappés de cécité, et semblent n´avoir tiré aucune leçon de ces années obscures de l´Histoire de la RDC, et se livrent plutôt à un certain << intellectualisme >> apparemment dénué de toute rationalité et de réalisme, mais aussi à une prétendue <<ouverture d´esprit démocratique >> qui du reste, n´existent nulle part au monde. En faisant croire, au nom d´une certaineMondialisation dont ils ne maîtrisent même pas les tenants et les aboutissants, que l´on ne doit uniquement parler que des <<programmes politiques >>, et absolument pas de la nationalité de tous ces prétendants candidats aux prochaines élections générales, aspirant à l´exercice des pouvoirs. D´aucuns, vont même jusqu´à pousser leur légèreté en disant que cela n´était pas un argument politique, que c´était une question dépassée, au point où l´on se demande : qu´est-ce que c´est dans leur entendement un argument politique ? Ils doivent se mettre en tête qu´ils font là preuve d´une naïveté inquiétante. Une telle attitude, logiquement parlant, doit pouvoir en effrayer plus d´un, et remet ipso facto en question leur degré de conscience nationale et leur sens de responsabilité vis-à-vis du peuple et de la patrie. 
 
 
Seriez-vous messieurs-dames plus démocrates et plus intellectuels que ceux qui en sont les précurseurs ?
 

 
Au fait, loin de toute intention de vouloir froisser la susceptibilité de qui que ce soit: croyez-vous messieurs-dames, avoir un esprit plus démocratique, ou être plus démocrates que les Américains ; qui vivent dans un des États les plus libéraux au monde, et ayant une culture démocratique datant de leur Déclaration d´indépendance de l´Angleterre du 4 juillet 1776 ? Ou alors, plus que les Français qui ont été la base de la Déclaration universelle des Droits de l´Homme et du Citoyen, et dans l´apprentissage de la démocratie et de l´État de droit depuis la Prise de la Bastille, marquant la Révolution française le 14 juillet 1789 ? Vous croyez-vous messieurs-dames, plus intellectuels que les Américains qui ont marché sur la Lune depuis le 21 juillet 1969, et qui à eux seuls, réunissent un inégalable cocktail de Prix Nobel dans tous les domaines? Ou plutôt, plus intellectuels que les Francais qui comptent plus d´auteurs et d´écrivains, de philosophes et de théoriciens, dont Francois-Marie Arouet VOLTAIRE et Charles de Secondat MONTESQUIEU, qui ont marqué et posé les bases de la littérature moderne et du principe de la séparation des pouvoirs que n´importe quel autre pays au monde ?
 
 Ainsi, contrairement à la RD Congo qui est un pays d´autochtones, les USA, comme on le sait, est un pays de peuplementsvenus de partout à travers le monde. Et pourtant, là-bas, on ne badine pas avec la question de la nationalité et l´américanité de celui qui sera à la tête de leur fédération comme président. Le cas du Président Barack OBAMA qui, après près de trois ans d´exercice en tant que président, s´est vu malgré tout contraint d´exhiber son Acte de naissance, pour attester du fait qu´il est bien né sur le territoire national américain – condition sine qua non – pour occuper ce poste, devrait plutôt chers intellectuels et libéraux vous interpeller. De même que celui du gouverneur de Californie, et ancien acteur de cinéma, Arnold SCHWARZENEGGER, d´origine autrichienne à qui l´on signifia clairement que : n´étant pas né sur le sol amércain, il ne pouvait espérer accéder un jour la présidence des USA. Bien comparaison n´étant pas raison dit-on, pensez-vous honnêtement que les citoyens de ces deux pays ultra-démocratiques pris en exemple, seraient-ils prêts à adhérer au genre de raisonnements et de théories que vous produisez ?

 Picture
Croyez-vous qu´il serait vraiment raisonnable de laisser n´importe qui, venu de n´importe où, après avoir fait n´importe quoi contre le peuple et la nation, briguer la magistrature suprême rien qu´à cause de son messianique programme politique? Si on le fait pour certains Congolais de pére polonais et de mère tutsie rwandaise. Eh bien! Pourquoi ne laisserait-on pas alors nos amis européens, belges en particulier, nés et ayant de tout temps vécu chez nous, qui eux aussi, ont certes des programmes salutaires pour le Congo, faire autant que les autres à la peau noire ? Si non, serait-ce alors par discrimination à caractère raciste ou quoi ?


D´autres imposteurs rwandais s´emploient par des moyens détournés, à aider leur compatriote dans sa tricherie électorale prochaine.

Picture
La perspective de ces mêmes échéances électorales, montre le terrifiant envers du décor. D´autres imposteurs rwandais - qui en fondant tout récemment leurs partis politiques, auraient mieux fait de rester dans leur fameuse mouvance présidentielle - se sont improvisés dans l´Opposition qui pourtant, a d´orès et déjà désigné son candidat unique et commun, en la personne du Président national de l´UDPS, M. Étienne TSHISEKEDI wa MULUMBA - Congolais de père et de mère -, lequel avait depuis le 5 septembre dernier, déposé officiellement sa candidature à la CENI, pour la représenter face à l´autre imposteur rwandais déjà au pouvoir, à savoir: alias Joseph KABILA ( Tutsi rwandais de père et de mère ). 

Ces imposteurs-là, redoutant avec la plus grande vraisemblance la venue d´un État de droit qui les rattraperait pour cause de crimes économiques et crimes de sang, s´emploient par des opérations de diversion et manœuvres de sabotage à aider leur compatriote à s´y maintenir. Et ce, en jouant au << désireux d´accord >> qu´ils ne veulent pas en réalité. Subtile manière de se décharger d´avance de leur responsabilité, et justifier ainsi la tricherie et le Hold-up électoral de leur complice. Comme quoi : le manque d´un accord autour d´un candidat unique et commun de l´Opposition a émietté les voix en faveur du président sortant. M. Francis KALOMBO, pseudo-député national du PPRD, et proche de son président rwandais, dans une de ses interviews n´était pas passé par quatre chemins en déclarant sans ambages: << Détrompez-vous, Vital KAMERHE (RE) n´est pas opposant, il se concerte avec Joseph KABILA avant chacun de ses déplacements >>. Eh bien, on ne pourra en dire mieux.

Et l´ironie du sort voudrait que ce soient des Congolais de l´intérieur et de l´extérieur eux-mêmes, qui sont soit professeurs d´université, juristes, leaders politiques, << intellos >> et j´en passe, qui soutiennent ces occupants dans leur imposture, en contradiction et en violation totales de l´Article 72 de la Constitution du pays promulguée en 2006 qui, en substance stipule:

Nul ne peut être candidat à l´élection du Président de la République s´il ne remplit les conditions ci-après :

1. Posséder la nationalité congolais d´origine ;
2. Être âgé de 30 ans au moins ;
3. Jouir de la plénitude de ses droit civils et politiques ;
4. Ne pas se trouver dans un des cas d´exclusion prévus par la loi électorale.

Vu ce qui précede, il est clairement établit qu´il ne s´agit donc pas ici d´être citoyen du pays par naturalisation ou paradoption. Et en dépit du fait que tout saute aux yeux, les mêmes Congolais trouvent des raisons pour justifier leur aberration, en se livrant souvent à un amalgame très peu réfléchi, se référant à certaines personnalités de la

Picture
politique internationale. Qu´on le sache désormais que, les présidents Barack OBAMA et Nicolas SARKOZI, n´ont jamais fait mystère de leurs passés, ni menti sur leurs origines étrangères. Bien au contraire, ils les assument. Ils n´ont jamais été porteurs de fausses identités, de patronymes estropiés ou de pseudonymes politiques de circonstance. Ces dirigeants étrangers, fils à part entière et dignes de leurs pays, n´ont jamais été trempés dans des massacres et crimes en tous genres chez eux contre leurs propres populations. De ce fait, il paraît de plus en plus évident, vu l´inconscience des uns ou des autres que, le cas de beaucoup de soi-disant acteurs de la classe politique congolaise, souffrant en avant tout d´une rare forme amnésie, devra faire l´objet d´études scientifiques avancées. 

Ceci étant dit, on pense en particulier M. Vital KAMERHE (RE) - Hutu rwandais de père et de mère -, l´ex-Coq menteur du PPRD, l´actuel Charmeur de serpents. Le peuple congolais doit rester lucide et ne pas se laisser impressionner par des tribuns faussaires. Il ne doit pas perdre de vue que l´apprentissage des langues étrangères qui certes, est un signe d´aptitude intellectuelle, est, mais aussi et surtout : le point fort et la caractéristique principale des espions et des vils séducteurs. C´est-à-dire bien maîtriser les langues du pays d´accueil dans le but de se confondre aux autochtones, pour ainsi mieux infiltrer leur société. Et ensuite, revendiquer le pouvoir et menacer le droit de propriété de leurs hôtes sur les terres héritées de leurs ancêtres, et compromettre ainsi pour longtemps leur souveraineté et leur indépendance nationales. N´est-ce pas que vous aussi Congolais, vous parlez bien les langues de vos pays d´accueil? À la différence de ces gens-là, vous le faites dans un but plutôt d´intégration? Donc, ne vous laissez pas impressionner.

La nationalité congolaise d´origine, pour ne pas parler de la Congolité, qui est un terme méconnu des Congolais, inventé de toutes pièces - et mort de sa propre mort - par une certaine Communauté internationale baignant dans la corruption à outrance, incarnée autrefois par un certain Louis MICHEL, ex-commisaire européen, ex-ministre des Affaires étrangères et eurodéputé belge, - dont les activités hautement maffieuses et très édifiantes sont mises en lumière par son compatriote Mariyus NOKO NGELE sur son blog dont voici le lien: 
http://www.over-blog.com/profil/blogueur-7172.html - pour intimider les Congolais pendant la période préélectorale en 2006, ne se mesure pas par rapport au fait que l´on parle les quatre langues nationales du Congo que sont : le lingala, le kikongo, le tshiluba et le swahili. 

Et encore moins, par le simple fait d´avoir occupé et exercé frauduleusement et par népotisme, différentes fonctions de responsabilité dans l´appareil étatique du pays d´accueil. Par contre, le même M. Vital KAMERHE(RE) omet de dire qu´il maîtrise à la perfection une cinquième langue africaine bantoue, à savoir : le Kinyarwanda, langue nationale du Rwanda. Ainsi donc, pourra-t-il dire notamment à ses camarades du parti politique qu´il préside actuellement, à ses électeurs de la circonscription de Bukavu qui l´avaient élu député national en 2006, et au peuple congolais : Où l´a-t-il apprise? Et dans quel intérêt, lui qui n´aurait jamais vécu à l´étranger ? Pourra-t-il aussi - selon WikiLeaks aux dires de M. GARVELINK, l´ancien ambassadeur des USA à Kinshasa - leur dire où seraient passés ou qu´aurait-il fait des 250 millions de dollars américains, généreusement otroyés par l´Union européenne, pour la construction d´un nouveau bâtiment devant abriter le Parlement, alors qu´il fut président de l´Assemblée nationale ? Autant pour la nature de l´aide qu´il apportait – selon le même M. GARVELINK - au criminel de guerre rwandais Laurent NKUNDABATWARE, qui a endeuillé le Nord-Kivu et le Sud-Kivu comme personne d´autre dans l´histoire de notre pays? 
http://standaard.be/extra/wikileaks/cablekabila

Ainsi donc, conformément à l´esprit de la << Politique du recours à l´authenticité >> prônée par le Président MOBUTU Sese Seko d´octobre 1971 à sa chute en mai 1997, nul n´ignore au monde que pendant ces 26 ans-là au Zaïre, les Congolais d´origine soit des deux parents, soit de père ou de mère, même si les portant encore en privé ou dans le cercle familial, qu´aucun prénom judéo-chrétien n´était repris dans leurs documents officiels. En lieu et place, on portait un post-nom africain précédé du patronyme. Seuls les étrangers avaient droit aux noms judéo-chrétiens. Qui oserait en dire le contraire ? Pourtant, des sources proches du Secrétariat de l´Université de Kinshasa (UNIKIN) confirment que M. Vital KAMERHE (RE) RWAKANYASIGIZE, au patronyme indiscutablement rwandais qu´il occulte volontiers, est détenteur d´un diplôme de licence en Sciences économiques lui délivré en 1987, sur lequel figure son prénom judéo-chrétien de VITAL. Tiens donc! Vidéo :http://www.youtube.com/watch?v=rBHezyn-RyY

Picture
Vital KAMERHE (RE) devrait plutôt chercher à convaincre par des arguments basés sur la vérité, du genre : << je suis Rwandais (e) pur sang, mais j´aime le Congo qui m´a tout donné pour soit y être né (e), soit pour y avoir grandi, voire y avoir été emmené (e) par adoption, et je veux le servir >>. Ainsi, les Congolais qui sont d´une hospitalité légendaire et pas du tout aigris, apprécieraient à sa juste valeur sa (leur) sincérité et (les) l´adopteraient. Plutôt que de persister dans cette culture du mensonge rwandaise, dite UBWENGE, en retraçant indéfiniment aux Congolais son cursus tant scolaire que professionnel, pour ainsi – d´après lui - attester de sa nationalité congolaise d´origine. Aujourd´hui, il semble que d´aucuns participent à la banalisation du parjure et de l´imposture de Vital KAMERHE (RE) RWAKANYASIGIZE et consorts, et qu´on lui fait aussi pas mal de publicité. Ce sont là indéniablement, des graves entorses à la Loi fondamentale du pays, mais aussi à l´intelligence et à l´honnêteté intellectuelle, que d´entretenir et de laisser triompher le mensonge. C´est en effet un chien de l´ennemi, mieux dressé et plus doué, dont on voudrait utiliser comme pièce de rechange à l´autre chien enragé. Un fait avéré, dont les Congolais du Kivu, du Bas-Congo, et de toutes les autres provinces ne doivent pas perdre de vue. Visionnez cette vidéo en cliquant sur:http://www.congonumber1.com/v1/videos/index.php?id=&a=923

S´il est vrai que l´habit ne fait le moine, mais c´est de par leur langage que vous reconnaîtrez tous les imposteurs du monde politique congolais.

L´habit ne fait pas le moine dit-on, mais il importe de souligner qu´en RD Congo, cet adage a été démenti par des imposteurs de tout bord qui, sur la scène politique nationale, se font passer pour des Congolais d´origine. Car, soit ils refusent de dire la vérité sur leurs vraies nationalités (origines), soit de se soumettre à des tests ADN pour établir leurs filiations à leurs prétendus parents, et confirmer ainsi leurs attaches de sang avec le Congo. Vous les reconnaître entre autres par l´emploi des termes dont ils se servent pour charmer et amadouer les populations congolaises des contrées dont ils se prévalent être originaires. En effet, depuis le début de l´Occupation, et en particulier après la période qui avait suivi l´assassinat de M´zée LD KABILA, et sous l´impulsion des envahisseurs ayant infiltré tous les rouages de la vie politique, économique et sociale de la RD Congo, un phénomène nouveau commença petit à petit à prendre forme. C´est-à-dire ce qui conviendrait de qualifier ici de << la génération spontanée >> de certaines terminologies jusque-là inconnues, et n´ayant jamais existé dans le lexique politique et populaire du pays. Oeuvre machiavélique, sortie droit des officines étrangères dans la perspective et la tentative de diviser le peuple uni du Congo, afin de le dominer sur le sol de ses ancêtres. S´il est vrai que la nation congolaise, dans un sens plus large du terme nation, comme c´est déjà le cas ailleurs sous d´autres cieux, reste encore à bien des égards une oeuvre en cours d´édification ; il n´en demeure pas moins que le Congo en tant qu´État est un, et reste indivisible. Et en cette matière-là, toute modestie réservée, le Congo devance largement la plupart des États africains autour de lui ou plus loin. Car là-dessus, la création des nouvelles entités étatiques << séparatistes >> en Afrique, qui ont certes des histoires différentes de celle du Congo, est à elle-seule très éloquente. Ce sont les cas de l´Érythrée en mai 1991 et du Sud-Soudan en juillet 2011.

Picture
Ainsi, vous vous souviendrez que nous avions tous assisté et pu constater avec amertume, lors de la compilation et la publication des résultats provisoires manipulés du premier tour des élections présidentielles du 30 juillet 2006, à la création ou plutôt à la tentative de création d´un nouveau vocabulaire politique insolite et étrange, dans les oreilles du commun des mortels congolais. À savoir, la tentative de bipolarisation du Congo, en parlant de lui, et de son électorat en termes d´Ouest : lingalophone, et d´Est : swahilophone. Loin s´en faut ! Le Congo n´a jamais été à travers toute son histoire, divisé en deux pôles territoriaux et ethnolinguistiques ou ethnoculturels, comme c´est souvent et malheureusement le cas dans beaucoup de pays africains. Où même dans le langage usuel des citoyens du même pays, l´on désigne les uns comme étant des Nordisteset les autres comme des Sudistes. Ce vocabulaire rappelons-le, est, et a toujours été inexistant au Congo. Par contre, on parle souvent de ses origines se trouvant dans telle ou telle autre province. Et dans ce que ces imposteurs qualifiaient jadis d´Ouest lingalophone, en occultant bien sûr de dire qu´il y existe bel et bien deux grandes langues fondamentales – le tshiluba(phone) et le kikongo (phone) - et brillants ensembles ethnoculturels que sont les Balubas (dans les deux Kasaï et le nord Katanga) et les Bakongos (le Bas-Congo et le sud du Bandundu), véritables sèves et creuset d´influences, d´idées et de cultures de la RD Congo, comme le confirme la carte linguistique ci-contre, dont on ne peut faire abstraction n´importe comment, en les diluant gratuitement dans une fausse théorie. 

Mais malheur est de constater qu´aujourd´hui encore, mis à part certains acteurs de ladite Communauté internationale qui se définissaient eux-mêmes comme des << gens de bonne volonté >>, n´ayant rien d´autre dans la tête que le seul idéal d´aider le Congo à recouvrer la paix, la sécurité et la stabilité, afin de l´accompagner dans la voie du développement ; lesquels fort heureusement, se sont discrédités et ont depuis cessé à s´immiscer ouvertement dans les affaires intérieures du Congo. On voit plutôt sur le plan national, un des << anciens >> ténors du pouvoir d´Occupation, improvisé opposant de la dernière minute et candidat à la présidentielle de novembre prochain - malgré leur incapacité avérée à gérer le Congo, pour ne pas parler de tous leurs crimes de sang et crimes économiques - se livrer une fois de plus à des tentatives machiavéliques et anti-républicaines de diviser le Congo et son peuple, dans l´unique but de (ré)conquérir le pouvoir en terre étrangère. Et ce, en inventant une fois de trop et de toutes pièces, un nouveau vocabulaire politicien, divisionniste et dangereux, pour se (ré)positionner sur l´échiquier politique national, à savoir : le Triangle Nucléaire de Vital KAMERHE (RE) RWAKANYASIGIZE. Encore lui ? Décidément, ses ambitions sont excessives.


Peuple congolais, et chers électeurs de toutes les provinces du Congo, il n´existe pas de soi-disant << Triangel Nucléaire / Ouest - Centre - Est >> dans notre pays. Faux !

Picture
En effet, il n´existe aucune sociologie politique prouvée, ni même envisagée par des Congolais d´origine, qui voudrait que notre pays et son électorat soient divisés en un soi-disant << Triangle Nucléaire / Ouest – Centre – Est >>. Concept sans fondement qui reviendrait en d´autres termes à dire qu´un leader politique ne peut être populaire et éligible à la tête du Congo que dans sa province d´origine, et que celle-ci (province) lui reviendrait de facto comme << chasse gardée >>. Faux ! Ceci n´est autre qu´une énième trouvaille de l´imposteur rwandais Vital KAMERHE (RE) qui, après avoir créé avec l´appui des puissances étrangères, la bipartition fictive, mais réussie: << Ouest-lingalophone et Est-swahilophone >> de l´électorat de notre pays en 2006 ; tente une nouvelle fois à rééditer son forfait du passé, en usant du jargon des Astrophysiciens ou Physiciens nucléaires - inapproprié en politique -, pour créer une nouvelle fausse théorie, dans le seul but de s´approprier l´électorat des deux Kivu et du Maniema, mais aussi du Katanga et de la Province orientale, au nom d´un certain << Est-swahilophone >> - qui a bizarrement cessé de l´être - dont il s´est fait cette fois-ci violence, à ne plus oser dire ouvertement comme par le passé, car nous l´avions en ce temps-là dénoncé avec force. 

Et ceci, pour servir de monnaie d´échange dans l´éventualité des négociations qu´il appelait de tous ces voeux avec l´UDPS, l´Opposition et son candidat unique le président Étienne TSHISEKEDI wa MULUMBA. Ce qui équivalait à dire à ce dernier: <<Faisons un deal, donnez-moi tel ou tel poste de responsabilité – celui de premier ministre qu´il a toujours envié – et moi, je vous donnerai l´électorat de l´Est >> pour vous faire élire à la tête de la RD Congo >>. Et ainsi, obtenir la caution de l´Opposition tout entière, qui lui assurerait son (ré) positionnement politique et lui garantirait l´impunité pour ses forfaits commis contre le peuple avec ses amis de sa vraie famille politique, à savoir : l´AMP. 

Et à cet effet, vous remarquerez qu´aucun autre leader congolais, et alors un vrai Congolais, n´a jusque-là fait usage d´un autre terme du genre :<< Triangle Nucléaire >>. D´ailleurs, les touts récents événements de ces derniers mois, allusion faite à la tournée d´Étienne TSHISEKEDI wa MULUMBA notamment à l´étranger, c´est-à-dire en Europe, en Amérique du nord et en Afrique du sud ; mais aussi au Katanga et à Kinshasa, où il avait été triomphalement accueilli par les Congolais - peu importe leurs origines provinciales - ont démenti l´imaginaire théorie de sieur Vital KAMERHE (RE) RWAKANYASIGIZE. Voire, lui-même a fait pareil au cours de sa récente tournée dans la province du Congo-central ou Bas-Congo. En quoi donc est-ce qu´il serait populaire uniquement dans ce que lui appelle << l´Est >>, si il a pu drainer autant de monde dans son soi-disant Ouest? N´importe quoi ! Nul ne peut décréter détenir ou s´attribuer le monopole de l´électorat d´une quelconque province si ce n´est par tricherie comme en 2006. 

Cette vieille stratégie s´appelle : DIVIDE UT REGNES ou Diviser, afin de régner.

Agent d´un cartel politico-mafieux avec des ramifications à l´étranger, Vital KAMERHE (RE) RWAKANYASIGIZE ose sans vergogne et par machiavélisme moyenâgeux, remettre en question l´unité nationale, la légendaire coéxistence pacifique et harmonieuse des différentes provinces et ethnies du Congo, en parlant de son imaginaire et honteux << Triangle Nucléaire /Ouest Centre - Est >>, fruit des calculs politiciens malveillants. Il ose faire croire aux Congolais qu´ils étaient différents en parlant d´une << sociologie politique supposée >>, afin de créer à nouveau un clivage politique artificiel tendant à provincialiser et à ethniciser le corps électoral. En effet, la vraie inquiétude et la crainte majeure de ces gens-là comme lui: c´est de voir se cristalliser une véritable cohésion nationale du Maniema aux deux Kivu - qui ont éte floués par lui -, en passant par la Province orientale, le Katanga, les deux Kasaï, le Bandundu, l´Équateur, le Congo-central, et bien sûr Kinshasa ; où tous les Congolais se serreront les coudes comme un seul homme pour un vote judicieux au profit du candidat du peuple. D´où la vieille et fameuse stratégie romaine: << DIVIDE UT REGNES >>, autrement dit, diviser, afin de régner. 

D´ailleurs, l´Histoire politique post-indépendantiste de notre pays, aussi trouble soit-elle, nous édifie à suffisance là-dessus, et doit nous servir de garde-fou, afin de ne pas succomber à la tentation des chants de sirènes des infiltrés et usurpateurs de la légitimité congolaise. Les cas de nos deux Premiers ministres Patrice LUMUMBA et Moïse Kapend TSHOMBE, sont très éloquents et nous en disent long en cette matière, et témoignent de la fausseté et l´impertinence de la théorie de Vital KAMERHE (RE). Car, le premier cité fut plus populaire en Province orientale, à Kinshasa, et partout ailleurs au Congo que dans sa province d´origine du Kasaï. Et quant au second, après la réconciliation nationale initiée en 1964 par le Président Joseph KASA-VUBU, il était aussi populaire et adulé au Bandundu, même au Bas-Congo (ex-province de Léopoldville) et à Kinshasa que dans son Katanga natal. Ainsi, tout portait à croire qu´il aurait été le prochain président élu de la RD Congo, n´eût été le coup d´État du général Mobutu du 24 novembre 1965. 

Ceci dit, il va bien falloir que le président TSHISEKEDI wa MULUMBA fasse une tournée dans ce que Vital KAMERHE (RE) RWAKANYASIGIZE plus à tort qu´à raison, s´attribue comme son fief électoral, pour qu´enfin sa fausse théorie divisionniste et caractéristique aux imposteurs, qu´il a tentée d´imposer dans le lexique politique et populaire de la RD Congo, soit battue en brèche, et ce mythe définitivement brisé. Toutefois, le Charmeur des serpents Vital KAMERE(RE) RWAKANYASIGIZE, imbu de lui-même, et tenant un discours exhalant de l´arrogance et un sophisme déconcertant, aurait intérêt à se détromper. Car, les électeurs de son << Est >> qu´il avait roulés dans la farine pour faire élire son compatriote en 2006, lequel compatriote a livré cette portion du territoire national, ses populations et ses richesses en pâture au Rwanda, - leur pays d´origine - ne sont plus dupes qu´il le croirait, et se sont jurés qu´on les y prendrait plus. 


STOCKHOLM, le 29 septembre 2011
Pépin LULENDO

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com