Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 14:22

La création du M23 à la base du ralentissement de la traque contre les FDLR, selon le colonel Hamuli

Confusion

Le Potentiel, Vendredi le 13 Septembre 2013

Par Matshi

 

La création du M23 a ralenti la traque menée par l’armée congolaise contre les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), a déclaré jeudi 12 septembre à Goma, le porte-parole de l’armée congolaise au Nord-Kivu, le colonel Olivier Hamuli.


Le porte-parole des FARDC réagissait ainsi aux allégations du mouvement rebelle du M23 qui conditionne son désarmement à la neutralisation des rebelles rwandais ses FDLR.

 

Le colonel Hamuli a indiqué qu’entre 2010 et 2012, les FARDC ont réussi à rapatrier 2 500 rebelles des FDLR.

 

«Dans l’entre-temps, le M23 vient de faire plus d’une année à Rutshuru et à Nyiragongo. Aucun jour, nous n’avons jamais entendu, même sur des ondes de n’importe quelleradio, que le M23 a eu des affrontements avec les FDLR. «Aucune fois», a poursuivi le colonel Hamuli sur Radio Okapi.

 

Selon lui, la neutralisation des FDLR est un « prétexte » pour le M23 qui n’a jamais manifesté de volonté de lutter contre les rebelles rwandais.

 

«Les FDLR sont à Katemba, c’est à côté de Kiwanja qu’ils [les M23] contrôlent», a argumenté le porte-parole de l’armée congolais, ajoutant que lors des affrontements entre les factions Makenga et Bosco Ntaganda en février dernier, le premier groupe s’est coalisé avec les FDLR pour combattre le second. «Nous avons des preuves», a-t-il assuré.

 

Créée par des mutins de l’armée congolaise, la rébellion du M23 affronte les FARDC dans la province du Nord-Kivu. Ces rebelles ont occupé brièvement en novembre dernier la ville de Goma avant de s’en retirer après avoir obtenu en échange des négociations avec le gouvernement congolais.

 

Ces pourparlers, qui étaient au point mort depuis plusieurs mois, ont été relancés la semaine dernière par les chefs d’Etat de la région des Grands Lacs qui ont exigé aux deux parties de revenir à la table.

 

 

Le gouvernement exige à la rébellion de cesser d’exister. Mais le M23 conditionne son désarmement par la neutralisation des FDLR et le retour des réfugiés congolais tutsis, comme s’il n’y avait des réfugiés que des tutsi et pas des réfugiés d’autres ethnies. 

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com