Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 07:57

Kinshasa: Manifestation de l’opposition pro-Tshisekedi réprimée par la police

 
 
Marti Fayulu Madidi, président de l’ECIDé et membre de la "DTP" (Dynamique Tshisekedi Président). Photo CIC 

Une manifestation de l’opposition pro-Tshisekedi a été violemment réprimée dans la matinée de jeudi 20 octobre à Kinshasa. Bilan : plusieurs blessés graves. La police a procédé à plusieurs arrestations. Président du parti ECIDé (Engagement pour ma citoyenneté et le développement), Martin Fayulu Madidi serait grièvement blessé à la tête.

Les faits ont eu lieu vers midi aux environs du bâtiment de la Poste, au centre de la ville. Selon Tharcisse Loseke Nembalemba, co-fondateur de l’ECIDé et membre de la "DTP", une manifestation a été organisée par l’UDPS et des partis alliés. "L’objectif de cette manifestation, a-t-il confié au téléphone depuis Kinshasa, était d’exiger, une fois de plus, la transparence du processus électoral. Une délégation devait remettre un mémo au staff dirigeant de la Commission électorale nationale indépendante". Les protestataires ont vu surgir des policiers avant d’atteindre le siège de la Ceni.

A en croire Loseke, Martin Fayulu "est grièvement blessé" à la tête. Il a été emmené dans un centre hospitalier. "La police a tenté de m’appréhender, a-t-il souligné. L’audit du fichier électoral et du serveur n’ayant pas eu lieu, rien ne nous rassure sur la fiabilité du processus électoral en cours". Que compte faire les forces de l’opposition? "L’opposition n’entend en aucun cas baisser les bras, dit Loseke. Elle va maintenir la pression en changeant peut-être de modus operandi".

Lors du point de presse qu’il a animé mardi 18 octobre à Kinshasa, le président sortant "Joseph Kabila" a qualifié la polémique qui oppose la Ceni aux forces de l’opposition sur la question de l’audit du serveur central de "petit problème". Un petit problème qui, selon lui, "a déjà trouvé de solution au niveau de la CENI (Commission électorale nationale indépendante) qui a accédé aux revendications de cette plate-forme." Il a par ailleurs "déploré le fait que ce soit par des manifestations de rue, chaque jeudi, que ces revendications sont exprimées". en soulignant que «ce n’est pas par des manifestations de rue, chaque jeudi, que nous irons aux élections». 

A une semaine du lancement de la campagne électorale, on ne peut s’empêcher de s’étonner de la partialité qu’affiche la police nationale dans un Etat où le pluralisme politique est institué. Il en est de même de la liberté des réunions pacifiques. La promulgation d’une nouvelle Constitution en février 2006 n’a apporté aucun changement dans le domaine des droits et libertés. Le premier alinéa de l’article 16 de cette loi fondamentale dispose dans son premier alinéa : "La personne humaine est sacrée. L’Etat a l’obligation de la respecter et de la protéger". Les kabilistes pourraient ergoter que "la liberté n’est pas synonyme d’anarchie". Les mauvaises habitudes ont décidément la peau dure. Très dure.

B.A.W
© Congoindépendant 2003-2011

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com