Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 13:05

624_341_15eef27f5cad4b2d09a0993b53ec3fed

photo. RTBF

Mercredi 14 septembre 2011, monsieur Joseph Kabila, Président sortant en RD Congo et candidat à sa propre succession a déclaré au cours d’une allocution devant ses militants, que son bilan des cinq dernières années était positif.

Dans cette communication, monsieur Kabila a même fait une projection vers l’avenir : transformer la RD Congo en pays émergeant d’ici peu. Mais après dix ans à la tête du pays, au lieu de se projeter ainsi vers le futur alors que le combat n’est pas encore livré, quand on est Président sortant, la meilleure carte de visite à présenter au souverain primaire n’est-ce pas son bilan ? Le plus détaillé possible ?

Afin de permettre à l’électeur congolais de se choisir en toute connaissance de cause son futur président, nous reprenons ci-dessous deux tableaux.

Les cent propositions de monsieur Joseph Kabila en 2006.

Une vingtaine de besoins primaires du citoyen dans sa vie quotidienne.

Dans les deux tableaux, le lecteur aura le loisir de donner une cote au Président sortant.

Pour le premier tableau, au niveau national, pour le deuxième, province par province.

Aux candidats de l’opposition à leur tour de démontrer dans leur campagne qu’ils pourront faire mieux, une fois élus.

Cheik FITA

Bruxelles, le 16 septembre 2011

 

 

 

COTE

SUR 10

REMARQUE

I. Consolidation de la paix et de la nation

1. Eradication des poches d’insécurité entretenues par les groupes armés dans certaines parties du territoire national, désarmement et rapatriement des groupes étrangers ;

 

 

2. Promulgation d’une nouvelle législation sur le port d’armes à feu en RD Congo ;

 

 

3. Promotion de la réconciliation nationale et lutte contre les inégalités sociales ;

 

 

4. Renforcement du contrôle des mouvements des personnes et des biens le long des frontières nationales ;

 

 

5. Restructuration profonde et rationalisation des services de sécurité ;

 

 

6. Développement de la coopération militaire et en matière de sécurité avec les pays voisins et les partenaires extérieurs, et participation à un système de défense et de sécurité collectives tant au niveau sous-régional que régional

 

 

7. Promotion et protection des droits humains et des libertés fondamentales notamment par le partenariat avec les organisations non gouvernementales des droits humains et la nette séparation entre la justice militaire et celle des civils

 

 

II. Restauration de l’Etat et de son autorité

A. Administration générale (Politique intérieure)

8. Réforme de l’Administration publique dans le cadre de l’autonomie des provinces prévues par la Constitution et accroissement de ses moyens d’action

 

 

9. Promulgation rapide de la loi portant composition, organisation et fonctionnement des entités territoriales décentralisées et mise en place progressive de nouvelles provinces créées par la Constitution

 

 

10.Promulgation du nouveau statut du personnel de carrière des services publics de l’Etat en vue de renforcer la discipline au sein de la fonction publique, d’alléger les procédures de gestion des agents, d’améliorer leurs conditions de travail et la qualité des services rendus aux usagers

 

 

11. Promulgation rapide du statut des Chefs coutumiers

 

 

12. Poursuite du processus de création d’une armée nationale et républicaine, professionnelle, motivée, bien équipée, puissante et intégrée dans les programmes de développement du pays

 

 

13. Renforcement des capacités de la Police Nationale et amélioration des conditions de travail des policiers pour plus d’efficacité et de mobilité aussi bien dans la prévention des infractions et la protection des personnes et des biens que dans l’assistance au pouvoir judiciaire ;

 

 

14. Promulgation de la nouvelle loi portant organisation et compétences judiciaires ainsi que mise en place rapide de la Cour constitutionnelle, de la Cour de cassation et du Conseil d’Etat et promotion de la coopération judiciaire internationale ;

 

 

15. Essaimage des Cours et tribunaux, plus particulièrement des tribunaux de paix sur l’ensemble du territoire national afin de rapprocher la justice des justiciables et de promouvoir la justice de proximité ;

 

 

16. Gestion rigoureuse des Magistrats et du personnel administratif de la justice ;

 

 

17. Lutte contre l’impunité notamment par le renforcement des capacités des organes de contrôle de gestion (Cour des comptes, Inspection Générale des Finances, Corps des contrôleurs des finances publiques, contrôle parlementaire…) et de répression des infractions, l’adoption d’une politique restrictive des privilèges de juridiction et l’exécution effective des décisions judiciaires ;

 

 

18. Création de l’Ecole Supérieure de l’Administration et de la Magistrature en vue de dispenser aux fonctionnaires et au personnel de justice une formation plus spécialisée et en cours d’emploi

 

 

B. Diplomatie (Politique extérieure)

19. Mise en œuvre d’une politique de bon voisinage avec les pays limitrophes, sans exclusive, construction d’un pourtour sécuritaire avec les pays voisins et réaffirmation du rôle intégrateur de la RDCongo en Afrique centrale

 

 

20. Revitalisation de la participation de la RDCongo dans les organisations internationales africaines essentielles et renforcement des initiatives dans le cadre de la Conférence sur la paix dans les Grands Lacs ;

 

 

21. Initiatives dans le renforcement de la Conférence sur la paix dans les Grands Lacs ;

 

 

22. Définition et rentabilisation des axes essentiels de la diplomatie congolaise en évitant des éparpillements ;

 

 

23. Mise en œuvre d’une politique de rentabilisation de la prestation et des compétences congolaises au sein des Organisations internationales (système des Nations Unies, Organisation Intergouvernementale de la Francophonie et Union Africaine).

 

 

III Relance de l’Economie

24. Consolidation de la stabilisation du cadre macro-économique afin de favoriser l’activité économique, en général, l’investissement et la croissance, en particulier, et promotion de l’utilisation du Franc congolais dans les transactions locales ;

 

 

 NOUVELLE  NATION CONGOLAISE

25. Poursuite de l’application du programme économique avec la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International ;

 

 

26. Rigueur dans la gestion du budget de l’Etat notamment par une plus grande maîtrise des dépenses publiques et la fixation des performances minimales obligatoires pour les Régies financières afin de maximiser les recettes publiques ;

 

 

27. Rationalisation et meilleure maîtrise de l’exploitation des ressources naturelles de la RD Congo et réexamen de certaines conventions conclues en la matière ;

 

 

28. Promotion de l’initiative privée notamment par : la relance de l’intermédiation financière et la promotion en la matière des entreprises locales ;

la protection de la propriété privée ;

la sécurité juridique et physique des affaires ;

l’allègement des procédures administratives ;

l’application rigoureuse par l’Anapi du Code des investissements en vue de réduire les coûts excessifs de la bureaucratie.

 

 

29. Renforcement des capacités techniques et financières d’intervention de l’Office de promotion des petites et moyennes entreprises congolaises

 

 

30. Restructuration de la dette intérieure en vue de son apurement

 

 

31. Mise en place rapide du Conseil Economique et Social

 

 

32. Accroissement des investissements publics en faveur de l’arrière-pays ;

B. Politique sectorielle

B.1. Infrastructures

 

 

 

33. Réhabilitation des routes nationales et de desserte agricole ainsi que des ponts et bacs sur ces routes afin d’accroître la fluidité du trafic à l’arrière-pays et de favoriser les mouvements des personnes et des biens ;

 

 

34. Achèvement des travaux en cours sur les grands axes routiers Kisangani-Niania-Beni, Kisangani-Bunia, Mbuji-Mayi-Kasongo, Bukavu-Kasongo, Kinshasa-Kikwit ;

 

 

35. Réhabilitation des ports fluviaux, dragage et balisage des principaux cours d’eau pour augmenter le tonnage en trafic fluvial ;

 

 

36. Appui à l’ONATRA ainsi qu’à la SNCC pour moderniser le charroi ferroviaire et fluvial afin de désenclaver le pays et restructurer, pour ce faire, ces deux sociétés ;

 

 

37. Poursuite de la réhabilitation des équipements collectifs, tels que les hôpitaux, les écoles, la voirie urbaine, les bâtiments publics..

 

 

38. Relance de l’Office Congolais des Postes et des Télécommunications ( OCPT) ;

 

 

39. Intéressement de l’initiative privée à la construction et à la gestion des infrastructures des transports et communications ;

 

 

40. Diversification des sources de financement internes des infrastructures publiques des transports et des communications

 

 

41. Modernisation de l’aéroport international de N’Djili et des aéroports de Lubumbashi, Kisangani, Mbuji-Mayi, Kananga et Goma

 

 

C. 2 Energie et Eau

42. Accroissement des efforts en vue de diversifier les sources d’énergie et d’augmenter la production énergétique nationale ainsi que l’approvisionnement de l’ensemble du pays ;

 

 

43. Promotion et extension des champs de production des hydrocarbures dans le bassin côtier, la cuvette centrale et le graben par les investissements privés ;

 

 

44. Achèvement des travaux de réhabilitation partielle des turbines du barrage d’Inga et lancement des travaux du barrage de Kakobola dans le Bandundu et achèvement de celui de Katende dans le Kasaï-Oriental ;

 

 

45. Augmentation du taux de desserte électrique par l’intensification de l’électrification rurale et utilisation des énergies renouvelables dans l’arrière-pays, telles que l’énergie solaire, éolienne, biomasse…

 

 

46. Assainissement et développement des réseaux de distribution d’électricité notamment par des investissements nouveaux publics et privés afin de doter la RDCongo des infrastructures viables de transport d’énergie ;

 

 

47. Elargissement de l’accès à l’eau potable au plus grand nombre des Congolais par l’amélioration du réseau de distribution notamment par la relance du programme d’hydraulique rurale et l’achèvement des chantiers en cours ;

 

 

48. Amélioration de la qualité des services rendus et allègement des charges de production et de distribution notamment par la réorganisation et l’assainissement de la gestion des entreprises actuelles de production, de transport et de distribution de l’eau et de l’électricité ;

 

 

49. Mise en œuvre d’une politique de tarification adaptée au niveau de vie de la population, plus particulièrement de celle des milieux ruraux ;

 

 

50. Encouragement des investissements privés dans les secteurs de l’eau et de l’électricité

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com