Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 17:40

Explosion de Kibomango :

 au sabotage !

  La commission d’enquête conclut 

Les premiers résultats des recherches

présentés à «Joseph Kabila»

http://www.aparecordc.org/forum//galerie//documents/13185000501773.pdf

 

Contrairement aux jacasseries du perroquet national de la RDC, le griot MENDE OMALANGA qui s’était empressé d’incriminer « la foudre » comme étant la cause naturelle de la plus grande explosion de la poudrière que notre armée ait connu, la commission d’enquête constituée dès le jour du drame sur ordre de l’imposteur rwandais Hyppolite Kanambe alias « Kabila », a terminé ce mardi 11 octobre la rédaction de son rapport d’enquête qui sera remis au « raïs » encore sous le choc ce mercredi 12 par le canal de son Conseiller spécial Pierre LUMBI . Un vent favorable a fait parvenir à la rédaction de L’œil du Patriote une copie du rapport dont nous nous gardons de  publier le texte intégral, parce qu’il comporte certaines données sensibles relevant du domaine du secret-défense pour la protection du territoire national, et qu’il ne convient pas d’exposer au grand public. Néanmoins, nous avons relevé à l’intention de nos lecteurs des informations concernant essentiellement les «causes» de l’explosion telles que retenues par les enquêteurs, ainsi que quelques observations et suggestions qu’ils ont faites à Hyppolite Kanambe.

 

1.     Des origines de l’incendie

·        La Commission d’enquête a réfuté l’hypothèse de la foudre comme étant la cause naturelle et accidentelle de l’incendie,

·        Elle a conclu plutôt à un «acte de sabotage» délibéré posé par des connaisseurs en matière d’explosif. «Car, aussitôt après la mise à feu», expliquent les enquêteurs, «les gardiens et les magasiniers des dépôts ont tous pris la fuite». Des recherches entreprises pour les capturer sont restées vaines jusqu’à ce jour.     

2.     De l’ampleur du dégât causé par l’explosion

·        La commission a estimé que cet incendie de la poudrière de Kibomango constitue le dégât le plus important que l’armée congolaise ait subi dans le domaine depuis son existence.

·        En effet, le rapport d’enquête relève que « les 10 entrepôts de Kibomango construits par le Maréchal MOBUTU constituaient une réserve en armement et non une base logistique comme c’est le cas actuellement». En effet, pour affaiblir les troupes congolaises, « Kabila » avait vidé la seule base logistique légale du Camp Kokolo et transféré toutes les armes et munitions à Kibomango.

·        Les enquêteurs affirment dans leur rapport qu’au moment de l’incendie, « les 10 entrepôts de Kibomango étaient les plus équipés de toute la République et contenaient des armes lourdes et professionnelles nouvelle version ». Voilà un euphémisme pour désigner les armes non-conventionnelles achetées en Corée du Nord et en Iran par le fils de Kanambe.

3.     Des causes indirectes qui ont favorisé l’acte de sabotage

 

Les enquêteurs ont relevé que le climat maussade et tendu qui prévaut dans le camp militaire de Kibomango a été favorable à une action de sabotage :

 

·        les militaires rdcongolais ont « deux mois de salaires impayés», contrairement à leurs collègues tanzaniens et rwandais, dont les salaires en devises et disproportionnellement très élevés sont pourtant régulièrement payés à la fin de chaque mois.

·        les officiers et militaires congolais sont « mécontents d’être gérés et commandés par des officiers tanzaniens »,

·        «les rations alimentaires sont distribuées aux seuls officiers et militaires tanzaniens et rwandais»,  ce qui provoque de la frustration et un sentiment de  mécontentement dans les rangs des officiers et soldats congolais du camp.

 

4.     Des propositions des mesures à prendre 

 

La Commission d’enquête a proposé à la « Haute Hiérarchie » :

 

a.      De déférer les présumés coupables arrêtés devant la Justice militaire,

b.     De mettre les  prévenus les plus suspects à la disposition de la DEMIAP pour la poursuite d’une enquête plus approfondie,

c.      De lancer un mandat d’arrêt à l’endroit des officiers et militaires en fuite,

5.     Des observation

 

La Commission d’enquête a formulé des observations ci-après :

a.      La majorité d’officiers et militaires en fuite est originaire de la Province de l’Équateur,

b.     La spontanéité avec laquelle les fugitifs ont disparu laisse croire «qu’ils étaient en contact avec l’ennemi du peuple congolais »,

c.      Le déroulement de l’opération laisse supposer une main experte qui rappelle «les méthodes d’opération de l’ancien patron de l’ANR, Honoré Ngbanda».

 

6.     Des recommandations

 

La Commission d’enquête a fait des recommandations suivantes:

 

 

a.      La constitution d’une « Commission ad hoc DEMIAP-État-major Général des FARDC-A.N.R.- Services Spéciaux-C.N.S. », cette commission composée de 22 personnes devra poursuivre l’enquête pour en déterminer avec certitudes les auteurs et les complices ;

 

b.     Cette Commission devra déposer les conclusions de ses travaux au Chef de l’État dans un délai de 10 jours.

 

Comme nos lecteurs peuvent donc le constater, les enquêteurs militaires viennent de confirmer les informations que L’œil du Patriote a livrées il y a quelques temps seulement concernant le transfert des armes et munitions de la base logistique du Camp Kokolo à la nouvelle base de Kingakati et Kibomango sous contrôle des Tanzaniens. Nous avions révélé que les militaires congolais sont désarmés et dégarnis au profit des seuls étrangers qui les contrôlent.

 

L’incendie de la poudrière de Kibomango est donc un signal fort à l’adresse de tous les autres militaires congolais à travers toute la République démocratique du Congo. Ils doivent comprendre que l’heure du réveil a sonné pour briser le joug étranger sous lequel le peuple congolais ploie depuis une bonne quinzaine d’années. Le courage et le risque encouru par des officiers et soldats de Kibomango, que L’ŒIL DU PATRIOTE félicite d’ailleurs chaleureusement, est un appel de conscience à tous les autres. La peur est le meilleur allié de nos oppresseurs ! Si le long travail du réveil national a été fait en silence, l’ennemi occupant doit savoir que ses effets sont et seront spectaculaires et destructifs pour lui. Hyppolite Kanambe alias « Joseph Kabila »,le premier, doit le savoir : il n’est pas encore au bout de ses peines. Qui vivra verra !    

Paris, le 13 Octobre 2011

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com