Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 14:22

Ces tueurs tutsi comb-copie-2V. Officiers congolais collabos et complices des occupants rwandais


Si le "Petit Rwanda" est aujourd’hui en passe de réussir son projet d’occupation et de balkanisation du "Grand Congo", c’est essentiellement à cause de la trahison de ses propres fils et filles. C’est à cause de la corruptibilité de l’élite politique, militaire et religieuse congolaise qui sert de strapontin au sein des institutions mises en place par le pouvoir d’occupation. Et de toutes ces trahisons, celle des élites militaires sont les plus nocives, car elles sont en train de priver le pays tout entier de l’instrument de défense de son intégrité et de sa souveraineté. Mais l’élite politique n’est pas moins responsable non plus, car elle prive aussi le peuple congolais de la lumière et de la voix dont il a tant besoin pour sortir de ce bourbier.

Parmi les piliers de cette ossature du système d’occupation rwandaise que nous venons d’esquisser ci-dessus, il faudrait donc y ajouter, toujours à titre indicatif (tant la liste est longue) quelques officiers généraux et supérieurs congolais ci-après sans lesquels, l’édifice rwandais aurait de la peine à tenir debout aujourd’hui:

1) Lieutenant Général Olenga Francois, ancien militaire ayant ouvré dans differentes armées à l’étranger. Il a été en Ukraine, en Irak et en Allemagne. Il a été plusieurs fois utilisé par "Joseph Kabila" pour détourner des armes, des munitions et des vivres destinés aux militaires des FARDC, mais qu’il livrait aux militaires rwandais. Nous pouvons citer, à titre d’exemple, les cas des fronts de Lubao et Kindu

_____________________________________________________________________20 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

Il a joué également un rôle important dans l´assassinat de L.-D. Kabila. Il est actuellement Chef de la Maison Militaire de "Joseph Kabila", après avoir occupé plusieurs grandes fonctions au sein de l´armée congolaise.

2) Lieutenant Général Didier

Etumba, ancien officier de la

Gendarmerie Nationale et des

FAZ. Officier de renseignement

de formation, il a commencé à

encadrer Hyppolite Kanambe dès

l´avenement de l´AFDL en 1997

dans le domaine du

renseignement. Il figure dans la

liste des officiers zaïrois recrutés

par l’ambassade d’un pays de

l’Occident pour le compte de

l’agression rwandaise depuis

1996. Il a depuis effectué

beaucoup de missions en

rapport avec le renseignement au profit du Rwanda. (Voir le cas de Sun City). Il est actuellement Chef EMG des FARDC où il n’est qu’un simple figurant, car les Rwandais ne lui font pas totalement confiance, estimant que celui qui n’a pas hésité à trahir les siens n’hésitera pas non plus à les trahir! Il n´a donc aucun pouvoir de contrôle ni de décision sur les FARDC, car toutes les decisions sont prises par le gouvernement paralléle d’Hyppolite Kanambe sur avis de l’Etat-major informel rwandais décrit plus haut, et dont il ne fait qu’executer les ordres qui lui parviennent par le canal du Colonel tutsi rwandais Birori Baganda, son Directeur de Cabinet, ou par le canal du général Bisengimana, le vrai chef des unités combattantes des FARDC et de la PNC.

3) Général Major Amisi Kumba (alias Tango four), militaire ex-Faz de la 20ème promotion de l´EFO Kananga. De Père congolais et de mère tutsie, il a joué un

rôle important dans les opérations au

Nord et au Sud-Kivu depuis l´époque

du RCD-Goma jusqu’aujourd´hui. C’est

lui qui a placé tous les militaires

rwandais dans les brigades du Nord et

du Sud-Kivu, sur instruction de

"Joseph Kabila". Ce qui lui a valu, en

guise de récompense pour services

_____________________________________________________________________21 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

 

rendus, la fonction de Commandant des Forces Terrestres des FARDC. C’est lui qui est chargé de la vente des armes et des munitions aux milices armées afin de maintenir l´insécurité au Nord et au Sud-Kivu sur instruction d´Hyppolite Kanambe. (cfr. Rapport de la MONUSCO 2013). Il est actuellement Commandant des zones opérationelles de Kinshasa, du Bas-Congo et du Bandundu et cela, malgré les differents rapports accablants de l´ONU et les fameuses annoces d’enquête faite par "Joseph Kabila" à sa charge, après le massacre de milliers de militaires congolais à Kanyabanyonga!

4) Général Major Mbala Munsense, ancien officier des Faz. L’enquête sur ses origines réelles n’ont pas encore abouti. Depuis l´avénement de l´AFDL, il est proche d’Hyppolite Kanambe et assume des fonctions importantes auprès de celui-ci. Il a été successivement chef de la maison militaire, Directeur chargé de la logistique à la présidence, chargé des missions d´Hyppolite Kanambe et actuellement chef/EM en charge de l’Administration au sein de l´EMG des FARDC. C´est lui qui prepare toutes les ordonnances de nomination en rapport avec l´armée et la police. Il est aussi le gerant des fonds détournés dans les FARDC pour le compte de Joseph Kabila".

5) Général de Brigade Yav Jean-Claude, ancien étudiant à l´Unilu et recruté par l´AFDL à son arrivée à Lubumbashi. Il est actuellement chargé de la securité militaire à l´EMG des Renseignements des FARDC. Il est utilisé par Hyppolite Kanambe pour des missions d’enlèvement, les assassinats ainsi que les incarcérations des militaires et politiciens congolais qui s´opposent au régime sanguinaire d’occupation. Il est aussi chargé du recruttement des collabos congolais à l´exterieur du pays pour eliminer les officiers ainsi que les resistants congolais de la diaspora.

6) Général de Brigade Delphin Kayimbi, Kadogo de l´AFDL et ami personnel d’Hyppolite Kanambe, il est actuellement chef/EM au Nord-Kivu et joue un rôle important dans la destabilisation de cette province-cible du Rwanda . Il est abondamment utilisé dans l´empoisonement et l´élimination physique des officiers ex-Faz affectés aux Nord et Sud-Kivu. Il sert de pont pour la distribution des vivres, des armes et des munitions aux groupes armés fabriqués par le lobby rwandais afin d’entretenir le pillage des richesses de la RD-Congo vers le Rwanda. Il passe pour un grand businessman, mais en réalité un trafiquant d’armes, de coltan, de la casiterite et de diamant dans le Kivu, pour le compte d’Hyppolite Kanambe. Il travaille étroitement avec son collègue et collabo, le Général de Brigade Mundos, dans l’élimination des officiers congolais, dont notamment les Généraux Bahuma Jean-Lucien et Mustapha Mamadou Ndala.

_____________________________________________________________________22 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

Cette liste d’officiers congolais collabos que nous présentons ici n´est pas non plus exhaustive, elle n’est qu’indicative pour stigmatiser la nocivité du rôle complice et participatif des Congolais eux-mêmes dans ce processus d’occupation et de balkanisation de leur propre pays. Et ce malheureux phénomène contribue au freinage du combat de libération que mène le peuple congolais. Mais heureusement, face à la détermination farouche des patriotes résistants congolais, cette trahison en série n’empêchera pas la victoire finale de la libération!

VI. Crimes et assassinats commis par "Joseph Kabila" sur les généraux et officiers congolais

Nous ne pourrions terminer la présentation de ce résumé d’enquête sans esquisser la liste, non exhaustive, de nombreux assassinats des officiers congolais commis par le principal agent de l’occupation rwandaise en RDC, le cheval de Troie Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila:

1) Assassinat du Général de Brigade Masasu Nindaga Anselme, c´est lui qui a recruté la plupart des "kadogo", ces enfants natifs du Kivu enrôlés dans l´AFDL. C’étaient eux, les seuls vrais soldats congolais de L.-D. Kabila. Le général Masasu était donc leur "parrain" et très écouté par ces militaires originaires du Kivu dont il fut Commandant des Opérations durant la progression de l´AFDL à travers le Zaïre. Il a été Assassiné en 1999 au Katanga, dans le village de Kantonia près de Pueto, en compagnie de 9 de ses collègues originaires du Kivu, sur ordre de "Joseph Kabila" qui craignait qu´il dévoile à L.-D. Kabila tous les secrets qu’il detenait sur sa

_____________________________________________________________________23 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

 

félonie. L’ordre fut exécuté par le Colonel Alamba, à l´epoque Procureur de la Cours d´Ordre Militaire qui instruisit à son tour le Commandant Diadidja, à l´epoque des faits Commandant de Bataillon PM au Katanga, et actuellement Colonel des FARDC et Commandant de Bataillon PM de la ville de Kinshasa.

2) Assasinat du Major Martin Tshimanga Mbiye. Cet officier fût assassiné atrocement par des élements tutsis rwandais sur ordre de "Joseph Kabila" parce que ce Major tenait à rencontrer L.-D.Kabila pour l´informer de la trahison au sein des FARDC lors des opérations à Lubao et à Kindu en 1999. Le major Tshimanga voulait dénoncer le détournement des armes et munitions par "Joseph Kabila" en faveur des troupes rwandaises, avec la complicité du Général François Olenga. Mais ce dernier prévint "Joseph Kabila" qui ordonna son élimination dans la nuit du 23 au 24 novembre 1999 dans la résidence du défunt à Kinshasa.

3) Assasinat du Général Major Mulimbi Mabilo

4) Assassinat du Général de Brigade Bekazwa Bakundulu (Mecano N.004142X)

5) Assassinant du Général de Brigade Ngwala

Ces trois derniers officiers généraux cités ci-dessus étaient très appréciés par L.-D. Kabila à cause de leur compétence et bravoure aux fronts contre les troupes rwandaises du RCD à l´Est du Congo. Ces trois généraus voulaient dénoncer la trahison d’Hyppolite Kanambe dans les différents fronts de l´Est, mais ils furent tous pris de vitesse par cet imposteuiur qui les dévança et les accusa à son tour de "haute trahison". Profitant de la naiveté de L.-D. Kabila et du soutien logistique des services rwandais qui lui avaient produit des faux documents prouvant la "complicité des trois généraux avec le Rwanda", et sans prendre soin de vérifier l’authenticité de ces (faux) documents, Laurent-Désiré Kabila chargea, irronie du sort, Hyppolite Kanambe de les éliminer. Il ne se fit pas prier: il les exécuta à Ankoro au Katanga en 1999.

Assassinat de plusieurs officiers

supérieurs dont les noms suivent:

6) Colonel Tsheke Muaku Mankete (mecano:N162262E) ancien Commandant du Centre Supérieur Militaire pendant la IIème Republique.

_____________________________________________________________________24 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

 

7) Colonel Ntondole Mithay (Mecano:N170472R) l´un de meilleurs artilleurs des FAZ.

8) Colonel Kajuba Selenge Maduwa (Mecano:N161982N)

9) Colonel Vondi Nzita.

10) Colonel Ndoma Muteke.

Ces vaillants officiers ex-FAZ ont été assassinés sur instruction d’Hyppolite Kanambe alias "Joseph Kabila" qui a profité une fois de plus de la naiveté de L.-D. Kabila en les présentant comme des taupes et complices de l´armée rwandaise. Il se servait cyniquement des faux- vrais documents officiels des services rwandais lui fournis par James Kabarebe. Ces officiers ont été assass0inés lors des opérations de 1998 et de 1999. Les 3 premiers ont été arrêtés dans les opérations de Kasangulu en 1998 par un certain Zabuloni, sujet tutsi rwandais infiltré dans la garde présidentielle de L.-D. Kabila comme Oficier de Renseignement. C´est lui aussi qui a assassiné le Major Mbumba lors des opérations du 02 Août 1998 à Kinshasa. Ils ont été exécutés à Kinshasa sans aucun procès. Les deux derniers ont été exécutés en 1999.

A ces assassinats, il faut ajouter ceux des officiers dont les noms suivent et qui ont été assassinés en 2006 par les tutsis rwandais dans leurs résidences privées :

11) Major Gbonobe, ancien directeur des services informatiques à la SMI (Structure Militaire d´Intégration)

12) Capitaine Sumaili, ancien pilote de L.-D. Kabila (assasiné juste quelques jours après la mort de L.-D. Kabila)

A cette liste d´assassinats, il faut ajouter plusieurs éliminations des officiers généraux, supérieurs et subalternes congolais tués dans des conditions tragiques, cest-à-dire soit par empoisonnement, soit par assassinat. Ces crimes sont commis par des éléments tutsis rwandais sur ordre de "Joseph Kabila", parfois avec la complicité des officiers collabos congolais. Il s´agit notamment d’officiers congolais dont les noms suivent:

1. Gen.Maj. Sylvain Buki

2. Gen.Bde Mabila

3. Gen. Agoloa

4. Gen. Vincent Muland

5. Gen.Budja Mabe

6. Gen. Madowa Dowa

7. Gen. Mufu2 Demon sans tête de paix

8. Gen. Mufu3 Mufu Ndenga

_____________________________________________________________________25 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

 

9. Gen. Yhav Nawej

10. Gen. Jean-Claude Tshibumbu

11. Gen. Bahuma Jean-Lucien

12. Gen. Mamadou Ndala

13. Col. Amundala

14. Col. Mwana Tambo

15. Col. Nzale

16. Col. Van (PNC)

17. Maj. Lionzo

Toutes ces listes sont loin d’être exhaustives. Car il faut y ajouter les assassinats massifs des battaillons et compagnies entiers que "Joseph Kabila" et son staff militaires rwandais ont fait tomber exprès dans les embuscades de militaires rwandais soit du RCD-Goma, soit du CNDP, soit du M23, soit des FDLR, soit des ADF-Nalu, soit encore de LRA, etc.

VII. Journalistes congolais assassinés sur ordre de "Joseph Kabila"

Pour faire taire la voix des Congolais, "Joseph Kabila" a usé de la violence comme arme à l’égard des journalistes congolais qui ont osé lever la voix pour dénoncer l’imposture et le processus d’occupation de la RDC par le Rwnda. Parmi ces victimes nous citons, à titre indicatifi:

1) Franck Kangundu alias "Ngyke": 52 ans, chef du service politique du quotidien "La Référence Plus" et son épouse, Hélène Mpaka ont été abattus par des hommes armés devant leur domicile à Kinshasa le 3 novembre 2005.

2) Kayilu Mutombo: technicien de maintenance de Canal Congo Télévision (CCTV) appartenant au Sénateur Jean-Pierre Bemba, poignardé à Kisanga, près de Lubumbashi (Katanga) le 29 mars 2006.

3) Louis Bapuwa Mwamba, 64 ans, ancien journaliste de Jeune afrique Economie et rédacteur de plusieurs articles critiques dans les colonnes des

_____________________________________________________________________26 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

 

quotidiens kinois Le Phare et la Référence Plus, assassiné à Kinshasa le 08 juillet 2006.

4) Serge Maheshe Kasole: 31 ans, secrétaire de rédaction de la Radio Okapi à Bukavu, assassiné à Bukavu (Sud-Kivu) le 13 juin 2007.

5) Patrick Kikuku Wilungula: 39 ans, reporter photographe free lance de l'Agence Congolaise de Presse (ACP), tué par des hommes armés à Goma (Nord-Kivu) le 09 août 2007.

6) Didace Namujimbo: 34 ans, journaliste à la Radio Okapi, assassiné à Bukavu (Sud-Kivu) le 21 novembre 2008.

7) Bruno Koko Cirambiza: 24 ans, journaliste à la Radio Star émettant à Bukavu, tué par des hommes armés à Bukavu (Sud-Kivu) le 23 août 2009.

8) Patient Chebeya Bankome: 35 ans, reporter cameraman à Beni (Nord-Kivu), abattu à bout portant par des hommes armés devant son domicile le 05 avril 2010.

9) Kambale Musonya: 29 ans, animateur de la Radio communautaire de Lubero/Sud, assassiné à Kanyabayonga (Nord-Kivu) le 21 juin 2011.

Nous avons décidé de ne pas présenter dans ce résumé d’enquête, les nombreux autres cas d’assassinats d’élites congolaises dans différents domaines politiques, religieux, sportifs...etc. Nous comptons vous fournir ces détails ultérieurement, dans le document complet de notre enquête.

En décidant de publier un résumé succint de ces travaux d’enquêtes de plusieurs années, mon but n’est pas de satisfaire aux besoins d’une simple curiosité intellectuelle ou politique. Loin s’en faut!

Ma profonde préoccupation est de parvenir à faire tomber les écailles des yeux de mes compatriotes congolais, particulièrement les chefs militaires et les leaders qui _____________________________________________________________________27 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

forment la classe politique de la RD-Congo, et qui se comportent comme si notre pays était un pays normal où les opérateurs politiques se battent pour conquérir "démocratiquement" le pouvoir, en recourant allègrement aux mécanismes traditionnels des élections démocratiques. Je voudrais leur apporter ici des faits palpables et non de la rhétorique; Je voudrais leur avancer des noms et leur présenter des réseaux des connections des malfaiteurs qui veulent la mort du Grand Congo en tant qu’Etat. Je voudrais leur montrer que la République Démocratique du Congo n’est pas encore redevenue un pays normal depuis son agression et son occupation en 1997. Je voudrais leur montrer que la RDC est aujourd’hui un pays totalement investi et occupé par des lobbies maffieux internationaux et par des forces militaires et politiques extérieures qui oeuvrent pour sa balkanisation et sa mise à mort.

Je n’ai pas menée cette enquête pour la Communauté internationale, car je sais qu’elle sait toute la vérité sur la réalité macabre de l’occupation de notre pays. L’EUFOR est venue en RDC en 2006, elle n’a pas inquiété les troupes d’occupation rwandaise à l’Est du pays. L’ONU s’y promène depuis plusieurs années et certains de ses hommes participent même aux viols, aux pillages et aux opérations militaires d’occupaton de la RDC par le Rwanda et l’Ouganda. Il y a une année, l’ONU a annoncé avec fracas la création d’une Brigade spéciale d’intervention rapide pour désarmer "par la force" (sic) toutes les "forces négatives" opérant à l’Est de la RDC. Elle a même annoncé brouillement l’arrivée des drônes pour soutenir cette opération. Aujourd’hui, la même ONU souhaite aux FARDC bonne chance pour l’opération de neutralisation des FDLR tout en lui promettant son éventuel soutien au cas de besoin. Ne sommes-nous pas assez intelligents pour comprendre que l’ONU ne ferra jamais rien pour stopper le processus d’occupation et de balkanisation de la RDC?

Il est temps que la classe politique congolaise regarde la réalité en face et cesse d’endormir le peuple congolais avec des discours alambiqués l’appelant aux élections, au moment où l’Armée, la Police, les Services de Sécurité et de Renseignement et le reste des institutions de la République sont tous, comme nous l’avons décrit ici, sous le contrôle des autorités rwandaises et de leurs réseaux en République Démocratique du Congo.

Je sais que certains compatriotes congolais collabos s’attèleront plutôt à chercher quelques détails incorrects pour semer le doute sur ce travail, l’oeuvre humaine n’est jamais parfaite, mais personne de sérieux ne saurait renier l’authenticité de l’ensemble des faits exposés dans ce tableau macabre! La vérité est là, sous nos yeux! Et elle n’a qu’un nom: l’OCCUPATION!

J’invite la classe politique congolaise à bien méditer ces propos pertinents du leader militaire vénézuélien, Simon BOLIVAR, qui a dit avec raison: "ils nous dominent plus _____________________________________________________________________28 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

par l’ignorance que par la force"! Je suis écoeuré d’entendre certains leaders politiques congolais déclarer sans sourciller que le Congo n’est pas occupé! Je suis encore plus estomaqué d’entendre certains leaders politiques congolais reconnaître que le Congo est bel et bien occupé, mais appeler malgré tout le peuple congolais à s’engouffrer dans le piège à con du processus électoral! Pour guider notre peuple, nous devons bien nous informer nous-mêmes d’abord. J’invite donc ceux qui ont encore des doutes, de procéder eux-mêmes à leur propre enquête sur le terrain, à l’Est comme à l’Ouest de la RDC, au Nord comme au Sud. Je les invite à enquêter objectivement et sans état d’âme, en partant des faits signalés ici pour les infirmer ou les confirmer. Et ils aboutiront, j’en suis certain, aux mêmes constats. Alors que faire? Continuer à nous comporter comme si de rien n’était? Faire la politique de l’autruche en cachant la tête dans le sable pour ne pas voir le danger, oubliant ou feignant d’oublier que tout notre postérieur est exposé aux balles des chasseurs impitoyables?

Mon but est d’enlever tout prétexte à toute l’élite congolaise. Afin que personne ne puisse dire demain: "je ne savais pas"!

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" (Albert Einstein)

Paris, le 12 Février 2015

Honoré NGBANDA-NZAMBO KO ATUMBA

Président national de l’APARECO

 

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com