Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 14:08

 

 

Ces tueurs tutsi comb-copie-2 

 

 


 

 

Enquête sur le fonctionnement du réseau d’infiltration et du système d’occupation de la République Démocratique du Congo par le Rwanda

 

 

 

Résumé de l’enquête menée par

 

Honoré NGBANDA-NZAMBO KO ATUMBA Président national de l’APARECO

 

Paris, 12 Février 2015

 

 

 

«Ils nous dominent plus par l’ignorance que par la force»

 

 

(Simon BOLIVAR)

 

 

INTRODUCTION

 

 

 

L’occupation de la République Démocratique du Congo par ses deux voisins de l’Est, le Rwanda et l’Ouganda ne constitue pas, loin s’en faut, une vue de l’esprit. L’APARECO qui mène un combat d’avant-garde pour stopper ce complot international d’occupation de la RD-Congo en vue de sa balkanisation présente ici succinctement le mécanisme de ce vaste réseau d’infiltration et de son système d’occupation avec les hommes-clés (des officiers rwandais et leurs complices congolais) qui l’animent. Car l’heure est venue pour que toute l’élite congolaise et son peuple prennent enfin la mesure réelle du vrai degré d’occupation de notre pays et de l’urgence de son sursaut pour stopper ce projet méphistophélique du lobby tutsi rwandais et ougandais.

 

 

 

 

Ce document vous présente donc un bref résumé d’une longue et difficile enquête de plusieurs années. Il vous décrit donc très succinctement le fonctionnement d’un vaste réseau clandestin du lobby tutsi rwandais qui est parvenu à infiltrer au sein de l’Armée et de la Police nationales congolaises plus de 25 mille militaires et 354 officiers rwandais parmi lesquels 32 généraux, 140 colonels et 70 majors… ! La plus part de ces infiltrés ont reçu frauduleusement des noms d’identité des ethnies congolaises et ont été disséminés particulièrement dans les 7e, 8e, 9e et 10e _____________________________________________________________________3 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

 

Régions militaires1 basées dans la Province orientale et dans celles du Maniema, du Nord et du Sud Kivu à l’Est de la RD-Congo. Leur mission est d’y préparer la balkanisation de notre pays et son annexion au Rwanda et à l’Ouganda. Ce document vous révèle en plus l’identité des officiers et des hommes politiques rwandais, à Kigali comme à Kinshasa, qui sont les piliers et les pivots de ce puissant réseau d’infiltration et du système d’occupation conçu à Kigali et exécuté par Kinshasa.

 

1 Nous avons préféré utiliser les références des dernières structures des FARDC, et non les récentes, pour une meilleure compréhension de la répartition géographique des régions militaires par les lecteurs.

 

Pour des raisons d’efficacité du combat clandestin que nous menons contre l’ennemi sur le terrain, nous avons opté de ne pas rendre public une grande partie d’informations très opérationnelles recueillies, au Rwanda comme en RDC, sur ce fameux réseau tutsi rwandais. Mais une fois le pays libéré, toutes ces informations seront livrées à la jeunesse congolaise pour son bagage historique, afin que plus jamais une telle calamité n’arrive à notre peule. Voilà pourquoi, dans notre enquête, nous avons remonté jusqu’à la période de la 2e République pour dénicher les racines et les origines de ce travail de fourmis, abattu avec une patience rare, par le lobby tutsi rwandais depuis la période son exil au Zaïre et ailleurs en Afrique et dans le monde depuis les années 1970.


 

 

I. Des officiers et sous-officiers rwandais infiltrés au sein des FAZ arrêtés et incarcérés au SARM pendant l’agression de 1996 à 1997

 

 

 

 

 

Bien que tardivement et timidement, le Maréchal Mobutu avait fini, devant l’évidence de faits, à prendre la vraie mesure du danger que représentait le phénomène d’infltration des Forces Armées Zaïroises (FAZ) par des taupes (espions) rwandaises qui les rongeaint du dedans comme un vers dans le fruit. Pour preuve, et à titre seulement indicatif, car nous ne disposons pas encore des données des autres provinces de la République à cette époque, au mois de mars 1997, soit deux mois avant la fin de la IIè République, 11 officiers et sous-officiers rwandais dont les noms et grades ci-dessous, et qui opéraient comme des taupes ou espions du Rwanda au sein des FAZ avaient été neutralisés et incarcérés dans le Service d’Action et de Renseignement Militaire (SARM), à l’Etat-major du Régiment Action commandé à l’époque par le Colonel Laba (décédé). Vous constaterez qu’après l’occupation du pays par les troupes rwandaises, toutes ces taupes rwandaises, à quelques exception près, ont été promues, en guise de récompense pour services rendus à leur pays le _____________________________________________________________________4 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

 

Rwanda, par le premier espion rwandais qui se trouve aujourd’hui au sommet de des institutions de la RDC, Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila pour ne pas le citer.


 

 

Voici la liste des 11 taupes rwandaises arrêtées par le SARM entre 1996 et 1997:

 

 

 

 

 

1) Colonel Bivengeti, il est actuellement promu Général de Brigade à l´Auditorat Militaire des FARDC

  

2) Major Rwasibo, ancien commandant Base Logistique des FAZ, il est actuellement «Conseiller militaire» d´Azarias Ruberwa et membre de l’Etat-major parallèle du «Tutsi power» à Kinshasa.

  

3) Capitaine Assoni, ancien Officier de Renseignement (OR) à l´EMG des FAZ, il est actuellement promu Colonel et chef d’Etat-major au Sud-Kivu.

  

4) Lieutenant Mastaki Mobiriki, ancien Commandant de Compagnie au sein du 311ème, 312ème Bataillon Para au Camp CETA à Ndjili, il a été tué lors des opérations de la 2e invasion rwandaise du 02 Août 1998

  

5) Major Bora Uzima, ancien de la DSP, il est actuellement promu Général de Brigade. Il est aussi l’un de principaux présumés responsables de la mort de L.-D. Kabila que «Joseph Kabila» avait réussi à faire fuir du cachot de GLM à Gombe.

  

6) Lieutenant Barendere, ancien Commandant de Compagnie de la Gendarmerie Nationale à Kahungula, il est actuellement promu Colonel et Officier de Renseignement (OR) au sein de la Direction des Renseignements Généraux et Speciaux (DRGS) de la Police Nationale Congolaise (PNC)

  

7) Lieutenant Bisengimana, ancien Commandant Second de Compagnie à la Garde Civile, il est actuellement promu Général Major et Inspecteur Général de la Police Nationale Congolaise (PNC); c’est lui le chef de l’Etat-major parallèle, constitué exclusivement d’officiers tutsis rwandais, et qui commande et dirige effectivement l’Armée et la Police nationales congolaises.

  

8) Sous-Lieuteant Kanold, actuellement promu Colonel et Officier de Renseignement au sein des serves speciaux de la Direction des Renseignements Géneraux et Speciaux de la PNC (DGRS).

 

_____________________________________________________________________5 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

 

  

9) Adjudant Chef Twahirwa, ancien sous-officier au 312ème Bataillon Para au Camp CETA et à l´école de Transmissions. Nous n’avons pas retrouvé ses traces jusqu’à ce jour.

  

10) Premier Sergent-major Kabukeyi, ancien sous-officier de Renseignement au DSR (Détachement Spécial des Recherches) dans le SARM. Aucune trace.

  

11) Caporal Tagar, caporal à la Base Logistique et garde du corps du Blog. Aucune trace.

 

 

 

Rappelons que cette liste n´est pas exhaustive car elle ne reprend que les noms des espions tutsis rwandais qui étaient arrêtés au sein de la garnison militaire de Kinshasa. Or, il y a eu plusieurs autres taupes rwandaises au sein d’autres garnisons à travers le pays, auxquelles il faut ajouter ces autres taupes qui avaient réussi à fuir hors du Zaïre et à rejoindre le Rwanda pour échaper à la prison.

 

 

Tous ces espions et officiers tutsis rwandais qui opéraient au sein des FAZ s’étaient organisés en réseaux dont se servait le staff rwandais de l´AFDL pour recueillir les renseignements opérationnels au sein des FAZ durant toute la période de la guerre d’agression qui a abouti à la chute du pouvoir du Maréchal Mobutu.

 

 

II. Voici comment fonctionne le réseau rwandais chargé des opérations d’infiltration des militaires rwandais au sein de l’Armée et de la Police nationales congolaises

 

 

 

 

 

En dehors de ce noyau qui existait au sein des FAZ, le général Paul Kagame avait confié la mission de l´invasion du Zaïre au Colonel James Kabarebe, désigné en 1995 «Chef des Opérations militaires et Responsable de la filière Zaïre». Il etait en même temps chargé du recrutement et du training des militaires rwandais qui devaient servir aux opérations au sein de l´AFDL. C´est à ce titre qu’il recruta en 1995 son neveu Hyppolite Kanambe, alias "Commandant Hyppo", membre effectif de l’Armée Patriotique Rwandaises (APR) qu’il affecta dans le Renseignement au sein de l’AFDL, sous ses ordres. Et celui-ci prendra à Kisangani l’identité de "Joseph Kabila". Il jouera ainsi un rôle important dans le Renseignement, la Logistique ainsi que dans les _____________________________________________________________________6 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

 

Opérations de l´AFDL qui ont été à la base du massacre de plus de 2 milllions de Hutus rwandais et de Congolais à l’Est de la RDC et à travers la forêt équatoriale. Cet officier de l’Armée Patriotique Rwandaises (APR) prendra ensuite, comme on le sait, une part très active dans l´ignoble assassinat du président Laurent-Désiré Kabila en janvier 2001.

Dapuis des années, les accords de cessez-le-feu imposés aux RD-Congolais par la Communauté Internationale, ont servi plutôt d’astuce pour faciliter l´infiltration des militaires rwandais au sein des FARDC et la PNC. Les ennemis du Congo ont présenté chaque fois ces accords comme étant des sésames qui allaient apporter la paix en RD-Congo. Mais l’histoire nous a démontré que leur objectif principal et non avoué était de renfoncer la présence rwandaise au sein des FARDC et de la PNC, dans le but de faire asseoir le pouvoir d´occupation de la RDC. Parmi les opérations issues de ces accords nous pouvons citer la «Démobilisation des forces négatives » et la « Réinsertion des groupes armés au sein des FARDC». Ces deux opérations découlent des différents accords dits de paix dont principalement: l’"Accord de Lusaka », l’«Accord de Sun City», l’«Accord de Kampala» et l’«Accord d´Addis-Abeba». Tous ces accords ont facilité, les uns après les autres, l´infiltration des militaires rwandais au sein des FARDC et de la PNC grâce à la manipulation et au trafic d’hommes au sein des faux mouvements rebelles créés et équipés par le Rwanda et l’Ouganda, et qui se sont succédés à l´Est de la RD-Congo. Il s’agit notamment du RCD- Goma, du MLC, du CNDP et, le M23

Mais notre enquête a pu révéler que depuis quelques années, cette infiltration des militaires rwandais en RDC se fait à une échelle beaucoup plus grande et d’une manière quasi-officielle, grâce à un vaste réseau qui a été mise en place par les plus hautes autorités des deux gouvernements du Rwanda et de la République Démocratique du Congo.

 

 

 

Voici les 5 étapes du processus d’infiltration

 

 

 

 

 

du réseau rwandais en RD-Congo: _____________________________________________________________________7 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

 

 

1ere étape : Conformément au plan approuvé par le président Paul Kagame et dont l’exécution est confiée au général James Kabarebe, Ministre de la Défense du Rwanda, des militaires rwandais quittent chaque deux semaines leur pays d’origine, par groupes de 150 à 300 et arrivent dans les deux provinces voisines du Nord et du Sud Kivu en RD-Congo où tous les postes stratégiques de commandement de l’Armée et de la Police nationales congolaises sont antre les mains d’officiers tutsis rwandais assistés (dans certains cas) par quelques officiers congolais collabos. Ces officiers rwandais au sein des FARDC et de la PNC délivrent des feuilles de route aux infiltrés rwandais comme s’ils étaient des éléments des FARDC de la 8e et 10e garnisons du Nord ou du Sud Kivu en affectation. Notez que le Commandant de la 10e Région Militaire au Sud Kivu (selon l’ancienne structure des FARDC) n’est autre que le Général Major Pacifique Masunzu, numéro matricule 1719062307, tutsi rwandais et cousin propre de «Joseph Kabila». Au Nord-Kivu, le Général de Brigade Innocent KAHIZI, matricule 172913617109, chef des opérations dans la 8e garnison durant des années, ainsi que le Colonel Jonas PADIRI MUHIZI, matricule 162946615482, responsable du Renseignement dans la 8e Région militaire dans le Nord-Kivu et promu au grade de général le 7 juillet 2013 par «Kabila», se sont tous les deux occupés de la couverture de cette opération de «d’octroi des feuilles de route» aux Rwandais durant plusieurs années.

2eme étape : Grâce donc à ces feuilles de route, les militaires rwandais «en transit» sont embarqués dans des avions militaires des FARDC ou de l’ONU à destination de la base militaire de Kitona (BAKI) dans la province du Bas-Congo au Sud de Kinshasa! Et cette base militaire congolaise est, elle aussi, sous le contrôle total du réseau rwandais. En effet, c’est le Général tutsi rwandais MOUSTAFA qui la commande. Et il est assisté d’un Commandant Second qui est, lui aussi, tutsi rwandais: le Colonel CHARIGONDA. Ainsi, le secret de l’opération est donc bien assuré!

3eme étape : Après une période de briefing et d’acclimatation des militaires rwandais infiltrés rwandais dans la Base, ces deux Commandants tutsis rwandais leur octroient d´autres feuilles de route comme s’ils étaient des éléments de la Base de Kitona affectés cette fois-ci à Kinshasa. Selon des consignes très strictes, les infiltrés sont chaque fois transférés à bord des véhicules militaires conduits exclusivement par des militaires tutsis rwandais commis à cette mission spéciale.

4eme étape : Une fois à Kinshasa, les militaires infiltrés sont conduits directement chez Monsieur Azarias Ruberwa qui dispose d’une imposante infrastructure d’accueil pour leur logement et nourriture pour plusieurs jours.

 

_____________________________________________________________________8 APARECO B.P 102, 94601 CHOISY-LE-ROI CEDEX Website: www.apareco-rdc.com ou www.info-apareco.com / Contact Email: apareco.rp@gmail.com. / Tél.: 00 33 6 26 54 55 29

 

 

5eme étape : Après une intense séance de briefing de quelques jours sur la nature de leur mission et sur le code de leur comportement en terre congolaise en vue de leur «intégration» parfaite au sein des FARDC et de la PNC, les infiltrés sont transférés auprès du Général Major Mbala Munsense, qui occupe le poste stratégique de Chef EM chargé d´Administration des FARDC. C’est lui qui affecte définitivement et officiellement les infiltrés rwandais, avec numéros mécanos et nouvelles identités congolaises (élaborées depuis Kigali), dans les différentes unités des FARDC à travers le pays, selon le besoin de l´agenda rwandais fixé par James Kabarebe, Ministre de la Défense du Rwanda et cerveau-moteur de toutes les opérations. Celui-ci descend chaque semaine à Kinshasa pour faire le point sur l’avancement de l’opération et pour donner des orientations sur la poursuite des opérations à travers la RDC. Il rend directement compte au président rwandais Paul Kagame.

Ce puissant réseau clandestin du lobby tutsi rwandais a réussi à verrouiller tout le mécanisme de contrôle de l’Armée et de la Police nationales congolaises. En juillet 2014, selon le rapport-synthèse du général Simplice NYARHUANDA présenté à Paul KAGAME et «Joseph KABILA», le Rwanda a réussi à infiltrer dans les FARDC et la PNC en 14 ans, c’est-à-dire depuis 2001, plus de 25.000 militaires et 354 Officiers rwandais dont 32 généraux, 140 colonels et 70 majors. Et pour céder la place aux infiltrés rwandais, «Joseph KABILA» a procédé à une mise en retraite massive des généraux et officiers congolais. Le 7 juillet 2013, par 3 ordonnances numéro 13/O82, 13/086 et 13/087, le Cheval de Troie rwandais à la tête de la RDC, «Joseph Kabila», mettait donc à la retraite 37 généraux, et 445 officiers supérieurs congolais! Aujourd’hui, les postes-clés et stratégiques de l’Armée et de la Police nationales congolaises sont presque tous sous contrôle du réseau des officiers tutsis rwandais comme l’illustre l’organigramme que nous vous présentons ci-dessous pour une meilleure illustration.

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com