Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 07:47

Elections "à peser"

Le chanteur Fabrice Muupfiritsa libre après deux jours de calvaire  


Une vue de la ville de Goma
 

Le chanteur proche de l’opposition Fabrice Muupfiritsa a été retrouvé vivant vers deux heures du matin, ce lundi 7 novembre 2011, près de Goma. Il est blessé, à l’hôpital. Il avait été enlevé vendredi dernier, ce qui avait entraîné des affrontements. Des proches accusent la Garde républicaine, mais les autorités démentent.

Des affrontements ont eu lieu dimanche 6 novembre à Goma, dans l’est de la RDC. En cause: la campagne électorale pour le double scrutin du 28 novembre mais aussi la disparition, inexpliquée depuis deux jours, du musicien Fabrice Muupfiritsa, très connu dans cette région. Il avait été enlevé vendredi soir, puis retrouvé dans la nuit de dimanche à lundi, ligoté en pleine brousse. Il a été transporté à l’hôpital de Goma, où il est interné sous la garde de policiers. Son état de santé est jugé correct. Il a déjà pu s’exprimer et raconter ses deux jours de calvaires.

Son oncle, René Hodari, qui a pu lui rendre visite, ce lundi matin à l’hôpital de Goma, a déclaré à RFI que Fabrice Muupfiritsa sortait à 19h30 de son studio, lorsqu’il a trouvé « un véhicule dans lequel on faisait jouer sa musique. Et puis on l’a appelé pour l’emmener jusqu’à la maison. » René Hodari poursuit : « Il a dit : volontiers, si vous écoutez ma musique, c’est que vous êtes aussi mes amis. Mais, au lieu de l’emmener chez lui, on l’a amené là où ils voulaient. Donc il a été piégé ».

Selon René Hodari son neveu a été sérieusement malmené. « Les traces de torture sont visibles sur son corps », a-t-il précisé. « Il y a encore des traces montrant comment il a été ligoté, puisqu’il avait les mains liées derrière le dos, les deux jambes aussi. Il était là comme un fardeau. On le mettait tantôt dans le coffre d’un véhicule, tantôt dans une sorte de case ».

Jusqu’à présent, Fabrice Muupfiritsa n’a encore rien dit sur l’identité de ses ravisseurs. « Il y aura un moment où il va le dire, mais jusqu’à présent il garde le secret », indique son oncle. 

Des proches du chanteur avaient accusé la Garde républicaine de l’avoir kidnappé pour une chanson de campagne électorale qu’il aurait refusé de composer pour le président Joseph Kabila. Y-a-t-il un lien entre sa disparition et ce refus ? « Faux », rétorque le gouverneur du Nord Kivu. En tout cas, Fabrice Muupfiritsa, serait proche de l’Union pour la nation congolaise (UNC), le parti d’opposition de Vital Kamerhe.

Par RFI

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com