Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 13:49

Alors qu'il est en train de récupérer l'intégrité de son territoire, le Gouvernement de la RDC curieusement appelé à la retenue

JEUDI, 31 OCTOBRE 2013

 

 

Vempires


L'information est à la Une de la plupart des journaux du monde, tous genres confondus : les Forces Armées de la République démocratique du Congo, requinquées, volent de victoire en victoire depuis un certain temps. Elles ont ainsi réussi plusieurs actions d'éclats en boutant l'ennemi hors des zones qu'il occupait. Ainsi, même le territoire de Rutshuru que ces bandits avaient assiégé pendant huit mois a été récupéré par les FARDC, avec l'important soutien de la Monusco. 

Ces victoires réjouissent au plus haut point tous les Congolais, mais également ceux de ses amis qui sont sincères. En effet, fidèle à sa logique comme il l'a rappelé mercredi dernier à l'occasion de son discours sur l'état de la nation, le Président Kabila a toujours été d'accord avec la communauté internationale qui aide, en sa façon, au retour de la paix dans la région des Grands-Lacs. Les trois options qu'il a toujours prônées pour la résolution de ce conflit sont politique, diplomatique et militaire.

Malheureusement, les agresseurs de la RDC, fidèles eux aussi à leur logique, se sont toujours manifestés par une mauvaise foi caractéristique, signant par pure formalité les résolutions prises dans les nombreux sommets organisés à cet effet, se refusant ensuite à leur application une fois rentrés chez eux.

Tous les observateurs neutres étaient convaincus que seule l'option militaire pouvait faire entendre raison aux voisins belliqueux de la RDC. Car le M23, principal mouvement rebelle dans l'Est du pays, est loin d'être une rébellion à proprement parler. Il s'agit d'une pure instrumentalisation du Rwanda. Ce pays a organisé ce mouvement, l'a équipé en armes, en munitions et autres infrastructures, et l'appuie même en hommes sur les différents champs de bataille.

Le pays de mille collines a longtemps profité de la situation instable de la RDC, qui ne lui permettait pas d'organiser son armée, pour se comporter avec outrecuidance en territoire conquis. Mais chaque chose a son temps, dit une célèbre sagesse. Réorganisées, les Forces Armées ont repris du poil de la bête et ont étalé leur force de frappe. Aux abois, l'adversaire réclame la reprise des négociations de Kampala, négociations qui, par sa roublardise, durent depuis 10 mois alors qu'elles étaient programmées pour quelques semaines.

Ce qui est curieux, paradoxal et en tout cas incompréhensible, c'est que la fameuse communauté internationale continue à pousser la RDC, pays agressé, au dialogue avec le masque de son agresseur. L'adversaire est en effet pris dans son propre piège. Dans sa logique, cette guerre est une affaire congolo-congolaise. Mais dans ce cas, justement, aucun dialogue n'est logique. La RDC est en effet un pays démocratique. La seule voix d'accès au pouvoir est donc les élections. Si des compatriotes veulent briguer des postes politiques, ils n'ont qu'à attendre les primaires, les locales et les  provinciales dès l'an prochain, et les législatives et la présidentielle en 2016. 

L'envoyé spécial américain pour la région des Grands Lacs, Russell Feingold, a déclaré hier mardi sur RFI que " Le président Kabila a remporté plusieurs succès militaires ces derniers jours, mais je l'encourage à faire preuve de retenue ". Ces propos ont étonné les Congolais qui s'attendaient à un peu de réalisme de la part de ce haut responsable américain. De la part de quelqu'un qui vient d'un pays qui, non seulement est démocratique, mais encourage aussi l'instauration et la pratique de la démocratie dans tous les pays du monde, ces propos ont de quoi déboussoler.

Comment peut-on demander à un gouvernement légal de dialoguer avec des rebelles ? Peut-on seulement s'imaginer un tel scénario outre-atlantique ? 

A la question de RFI de savoir si la solution militaire ne serait-elle pas finalement la meilleure, le diplomate américain a sans froid aux yeux déclaré : " Non, ce n'est pas ma lecture des choses. La solution militaire ne répond pas aux problèmes posés par le M23 et par les quarante ou quarante-cinq autres groupes de la région. Ce qu'il nous faut, c'est un accord de paix négocié avec le M23. Le processus est en cours, dans le cadre des négociations de Kampala… "

Quels sont ces problèmes posés par le M23 et qui ne peuvent pas trouver des solutions dans un pays démocratique ? M. Feingold remplit-il sa mission de diplomate ou croit-il vraiment à ce qu'il dit ? A-t-il déjà oublié que le Rwanda et l'Ouganda n'ont jamais, mais alors jamais respecté leurs engagements en ce qui concerne cette guerre ? Ne se rend-t-il pas compte que les fameuses négociations de Kampala ont largement dépassé le temps leur accordé ?

Pourquoi donc nous impose-t-on ce qui est inimaginable ailleurs ? La communauté internationale, que la RDC ne cessera jamais de remercier pour son implication dans la résolution de ce conflit qui, rappelons-le, a déjà causé environ 6 millions de morts et d'autres malheureux dégâts collatéraux, doit arriver à établir la différence entre un gouvernement légal et légitime et un groupe rebelle qu'elle a elle-même, en toute conscience, qualifié de force négative. En conséquence, elle doit carrément se ranger du côté du Gouvernement en appuyant tous les mécanismes qu'il utilise dans le rétablissement de la paix sur l'ensemble de son territoire.

Il y a à peine deux jours, par exemple, deux charniers, contenant plusieurs corps d'enfants et d'adultes, ont été découverts à Kibumba. Trop, c'est trop.


Jean-Claude Ntuala

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com