Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 11:08
 Kamerhe cheval de troie pprd
 
Le 27 mai 2014 
A PROPOS DE L’INTERVIEW DE MR KAMHERE 
PAR MRS FREDDY MULONGO ET BONGOS. 
 
Mr Freddy Mulongo 
 
Je viens de suivre votre interview de Mr Kamhere et, je tiens à 
vous signaler que vous avez raté une belle occasion de nous 
fixer une bonne fois pour toutes sur les doutes que nous 
avons jusqu’ à ce jour sur les origines de Mr Kamhere. Il est un 
fait que Mr Kamhere parait être congolais, a vécu au Congo, a 
sillonné le Congo et connait le Congo et le congolais. Mais, 
dans un pays qui est détruit par les infiltrations, il est 
impératif que nous sachions jusqu’à quel niveau va la 
proximité de Mr Kamhere avec nos bourreaux. C’est à cela que 
je croyais que vous alliez vous atteler.  
Deux yeux pour épier, un nez pour flairer et une bouche pour mentir.
Que Mr Kamhere nous parle des potentialités du Congo, c’est 
très bien. Nous les connaissons peut être mieux que lui. Ce qui 
nous intéresse est de savoir si, constitutionnellement Mr 
Kamhere est, oui ou non, qualifié à postuler comme Président 
de la République Démocratique du Congo. Ceci est plus 
important pour nous que venir nous parler de sa vie 
d’étudiant au campus de Kinshasa. Nous avons été aussi 
étudiants à ce même campus et nous pouvons lui citer des 
étudiants étrangers qui, comme lui, participaient avec nous 
aux manifestations estudiantines contre le régime. D’ailleurs, 
les sœurs religieuses italiennes qui ont participé à la marche 
des chrétiens du 16 fév. 1992 et qui ont été réprimées par le 
trio Ngunz-Ngbanda-Mandungu ne réclament pas notre nationalité. 
 
 
A Washington Kamhere a dit que quiconque a fait quelque chose au Congo est congolais. 
Ainsi tout soldat rwandais qui aurait volé, violé, ou pillé au Congo serait congolais. 
Mr Freddy, j’avais souhaité entendre Mr Kamhere nous 
parler de sa sœur qui a exigé à son mari, le gouverneur Makila, 
d’aller verser la dot au Rwanda comme le prescrit la coutume. 
Si tel est le cas, les origines patriarcales de Mr Kamhere 
seraient le Rwanda. Bien sûr, il pourrait encore être congolais 
si l’autre parent est congolais. Mais les origines non 
congolaises de son père l’empêcheraient alors de prétendre à 
la fonction suprême. 
 
En plus de sa propre sœur, Kamhere a un cousin rwandais, le général hutu Gratien Kabiligi. 
A Washington, quand il lui a été posé le pourquoi du prénom Vital sur son diplôme reçu à l’époque de l’authenticité, Mr 
Kamhere s’est d’abord énervé et a commencé un long 
monologue confus pour conclure que Vital, son prénom de 
baptême catholique, est bien le prénom qui figure sur son 
diplôme. Bon sang, mais nous le savons par ce que c’est nous, 
congolais, qui lui avons délivré ce diplôme et écrit, à sa 
demande, le prénom Vital qui figurait sur ses documents 
académiques. La question que nous lui posons et qu’il esquive 
est de savoir pourquoi, au moment où, nous congolais, ne 
faisions plus usage des prénoms chrétiens, Mr Kamhere se voit 
coller le prénom Vital sur son diplôme, ce qui ne se faisait que 
pour les étudiants étrangers et, il pouvait en avoir été un. Pour 
la petite histoire, quand Mr Vital Kamhere était la star du parti 
de Joseph Kabila et que des fuites ont commencé sur sa 
rwandité, un incident s’est produit au Campus de 
Kinshasa : « l’aile de la faculté d’économie ou on garde les 
archives a brulé. » Oui, aussi immense soit le campus de 
Kinshasa, un incendie d’origine inconnue a détruit juste 
l’endroit précis où devait avoir été entreposée la copie du 
diplôme de Mr Kamhere portant son prénom de Vital. Ah ces 
criminels rwandais qui nous dirigent ! 
 
  
 
Au pays de kimbangu, Vital croit que son dossier académique a brulé au service des 
archives dans l’incendie qu’il aurait commandité. Akosutuka, ayebi biso malamu te. 
Chaque fois que la nationalité de Mr Kamhere est mise en 
cause, on nous avance des platitudes du genre : « On est 
contre les bashi….contre le grand Kivu… le Mwami a dit…. » Je 
suis désolé, nous ne sommes pas dans un processus où il s’agit 
d’élire un chef de clan, un chef de village, un chef de tribu, un 
Mwami ou qui que ce soit. Quand les bakuba, les mongo ou 
les bashilele élisent leur chef, aucun autre congolais ne 
s’interfère pour mettre en doute la qualification de leurs 
candidats. De même, les bashi ou les kivutiens ont le droit 
d’élire quiconque à leur tête sans problème. Mais dans le cas 
présent, il s’agit du Président du Congo. C’est un droit qu’a 
chaque congolais de se sentir à l’aise avec le candidat. Ce n’est 
pas de trop si je demandais de savoir où Mr Kamhere a-t-il 
appris à parler parfaitement le Kinyarwanda, lui qui n’a pas séjourné au Rwanda. C’est mon droit de citoyen avant de 
porter mon choix sur lui. C’est mon droit de citoyen de 
questionner le rapport que Mr Kamhere entretenait avec Mr 
Moshebekwa, avec Mr Baudouin Rudahingwa, avec Mr 
Mirindi Ruena qui était le neveu de Bisengimana Barthelemy. 
Quel service a-t-il reçu d’eux, pour quel service rendu? 
 
A un tel niveau d’inféodation, on a la peine à croire le discours actuel de Mr Kamhere. 
Nous ne mettons pas en doute l’appartenance du Kivu au 
Congo ni de la tribu bashi. Bien au contraire, nous sommes 
très reconnaissants vis-à-vis de toutes ces masses populaires 
du Kivu qui résistent depuis des années à l’occupation 
rwandaise. C’est parce que nous ne pouvons pas trahir le 
sacrifice des femmes violées du Kivu, des veuves et orphelins 
de Masisi, des handicapés de walikale et Shabunda que le 
devoir patriotique nous impose de mettre en doute la 
démarche de Mr Kamhere que nous jugeons mensongère :  
Kabila et Kamhere, on dirait deux jumeaux vrais alors qu’ils ne sont que de vrais jumeaux. 
1. Mr Kamhere continue à clamer qu’il a parlé contre la 
présence militaire du Rwanda au Congo. Mensonge. 
C’est lors d’une interview que, sans qu’il ne s’y attende, 
un journaliste courageux lui pose la question de savoir 
son avis sur l’entrée récente des troupes rwandaises au 
Kivu. Pris de panique, il va simplement mentir et 
prétendre ne pas avoir été mis au courant. C’est alors 
que ses adversaires au Parti vont convaincre Kabila de 
s’en débarrasser car cette réponse était comme une 
trahison, notre constitution imposant l’exécutif 
d’informer le Pdt du Parlement en cas d’entrée des 
troupes étrangères. Il n’existe, durant cette période, 
aucun texte, aucune déclaration où Mr Kamhere dit : « Je 
suis contre la présence des troupes rwandaises au 
Congo. » Bien au contraire, les jours qui suivent cette 
gaffe, Mr Kamhere va suivre Kabila jusqu'à Goma et lui demander pardon. Dans son discours d’adieu au 
parlement, il n’a même pas le toupet de dire qu’il 
s’oppose à la présence de ces troupes rwandaises au 
Congo, ce qui aurait pu lui sauver la mise. 
 
Nous sommes tous les fils du Rwanda, nous avons le même parrain, Joseph ne touchera 
jamais un seul de mes cheveux, même pas ma barbichette. 
2. C’est une insulte d’entendre Mr Kamhere comparer son 
opposition à Kabila à celle de Ya Tshikas ou Ngunz à 
Mobutu. Mr Ngunz et le « TUTU » ont fait la prison 
sous Mobutu, leur corps en porte les marques. Diomi et 
plusieurs autres sont en prison sous Joseph Kabila. Ya 
Tshikas a été pendant des mois en résidence surveillée 
sous Kabila père et fils. Mr Kamhere va où il veut, quand 
il veut, comme il veut, tout faux incident n’étant que du 
casting pour distraire les naïfs. Pendant que l’opposant 
historique congolais, Le Grand Frère, est sous embargo, 
Mr Kamhere a un accès illimité à tous les organes d’information de la dite communauté internationale. 
 
RFI, RTH, RTK, RRR, TTR, Pourquoi est-il partout pendant que les autres opposants sont 
en prison ou en résidence surveillée? 
 
3. Puisqu’il se découvre une vocation d’opposant à Kabila, 
Mr Kamhere pourrait il nous dire exactement tout ce qui 
était faux dans la présentation qu’il nous a faite de 
Kabila ? Est-il le fils de LDK ? A-t-il le diplôme de 
Washington ? A-t-il étudié au lycée français de Dars es 
Salam ? Oui, Mr Kamhere, il faut redresser les premiers 
mensonges avant de nous laisser gober les suivantes 
sous peine de nous causer une indigestion fatale.  
 Il parait que même sa cravate est un faux. 
 
Monsieur Freddy, j’ai vu votre père jouer au « Tata Raphael ». 
C’est à lui, grand patriote, qu’a été donnée la charge de garder 
le roi Pelé lors du 1er match des léopards contre Santos de 
Brésil. Les deux équipes étaient alors à égalité sur le terrain et, 
les léopards dominaient car, du côté brésilien, le roi Pelé qui 
était le pivot ne tournait plus, muselé qu’il était par votre père. 
Au stade, c’était le délire, le miracle d’une victoire congolaise 
allait se produire. Un moment, pour essayer de se faire oublier, 
Pelé va sortir et feindre de se faire soigner. Votre père va le 
suivre et l’attendre à côté de la ligne de touche. Pour lui, la 
consigne de l’entraineur était de garder et neutraliser Pelé, 
c’est ça qu’il va faire à la perfection. De retour au jeu, Pelé va 
faire un geste technique prohibé, déclasser votre père et marquer le but brésilien de la victoire. Votre père a été 
jusqu’au bout de son devoir. Il n’a pas terminé ce match. Il est 
sorti à la suite de ce tacle méchant du grand Pelé. Sa 
carrière a pris fin ce jour là, à la suite de cette blessure. Il 
aurait peut être pu éviter cela. Non, un patriote va jusqu’au 
bout, au péril de sa vie. Toute la foule et la presse étaient 
unanimes pour décrier le geste de Pelé, le qualifiant d’anti 
jeu. A la conférence de presse, Pelé, confus, déclare qu’il 
reviendra au Congo nous montrer sa véritable face. Il a tenu 
promesse et est revenu à Kinshasa, au même stade Tata 
Raphael avec la même équipe de Santos. Le roi Pelé a été 
battu alors à Kinshasa par les léopards. Le Congo est le seul 
pays africain à avoir battu l’équipe de Santos avec Pelé. Nous 
devons cette victoire aussi à votre père, il a fait ce qu’il devait 
faire, comme patriote, il n’a pas lésiné devant le sacrifice. 
 
Les Léopards de la grande époque, le sens du sacrifice pour la nation. Aimer son pays et ne 
jamais trahir. 
Ce ne sont pas nos ennemis qui sont invincibles mais c’est le 
congolais qui ne fait pas ce qu’il faut au moment où il faut. Kabila, Kamhere, Kengo, Ruberwa et autres remplissent a 
merveille la mission de destruction du Congo qui leur a été 
assignée au profit de l’International Tutsi Power. Mais où 
sommes-nous, congolais, quand il faut les contrer ? 
 
A la recherche de la chose et son contraire, le congolais pleure pour son pays et le même fait la 
promotion de Kamhere qui a introduit notre tueur en chef. Le Congo est malade de ses intellectuels. 
Qu’avez-vous fait et de quoi avez-vous parlé, Mr Freddy, 
quand une occasion en or vous a été donnée de tacler le 
mensonge et harceler le menteur qu’est Mr Kamhere ? 
Avez-vous signifié à Mr Kamhere que parler nos 450 dialectes 
ne lui donne aucun droit sur la Présidence du Congo, le 
problème congolais n’étant pas celui de la communication ? 
Avez-vous parlé à Mr Kamhere de son rôle dans les accords 
tronqués avec le Rwanda ? Pitié Mr Freddy, vous a-t-il manqué le courage de relever les contradictions de la gestion du 
parlement par Mr Kamhere ? A regarder votre plateau, c’est 
Mr Kamhere qui est sorti gagnant. Face à votre agitation, il est 
resté calme et a fait passer le message qu’il souhaitait. Mwana 
ya rwandais abubi yo, bolole na yo moko Freddy. 
 
Même parmi les siens, Kamhere est l’arbre que la forêt ne peut cacher. 
S’il était donné à un voleur l’occasion de faire absoudre un 
seul crime, il choisira le vol. Le meurtrier choisira le meurtre. 
Mr Kamhere comme Président du parlement a choisi 
d’absoudre l’usurpation de notre nationalité par ceux qui, 
comme lui certainement, détiennent d’autres nationalités. Mr 
Kamhere a mis fin aux poursuites contre tous les délinquants 
qui avaient violé notre loi contre la nationalité : Kabila, Kengo, 
Bemba, Yerodia, Boshab, Kamitatu, Katumbi et autres.  
Ces criminels au sommet de l’Etat dont certains ont plus d’une nationalité. 
L’histoire de la famille Kamhere est connue. Le papa est 
engagé très jeune a la caisse d’épargne chez lui au Rwanda et 
est muté au Congo. A cette époque, le Congo, le Rwanda et le 
Burundi sont sous administration belge et, des institutions 
comme la caisse d’épargne sont communes aux trois nations. 
L’indépendance le surprend au Congo, il y reste comme 
plusieurs de nos fonctionnaires sont restées au Rwanda et au 
Burundi. Jusqu'à ce jour, les congolais installés au Rwanda et 
au Burundi avant l’indépendance sont toujours de nationalité 
congolaise car la loi ne les autorise pas à se naturaliser. Le 
système est verrouillé et, il faut un certificat d’un chef 
ethnique pour acquérir leur nationalité. Pourtant au Congo, nous les avons accueillis sans réserve. Ils ont use et abuse de 
notre nationalité. Je ne suis pas étonné qu’un intellectuel du 
rang de Luakabuanga se mette à défendre Kamhere dans son 
émission code 243. Il n’a jamais demandé aux anciens de 
Kikwit pourquoi tout le monde appelait Kamhere rwandais 
dans sa jeunesse. A Kikwit, leur petit rwandais était aiméau 
point où, même son professeur d’anglais, une dame d’origine 
belge, a donné à son fils le prénom de Kamhere en souvenir 
de ce jeune étudiant si gentil. Puisque Mr Kamhere a fait 
carrière sous Mobutu, selon Mr Luakabuanga, il serait 
congolais. De quelle nationalité était alors Bisengimana qui a 
été directeur du bureau de Mobutu, cad en fait premier 
ministre à cette époque ? 
 
 
Il est de père polono-belge et de mère rwandaise. Au Congo où il a fait fortune, on le prend 
pour un digne fils de l’Equateur. Mais, comment remercie-t-il le Congo, lui qui est depuis 
des décennies au centre de la balkanisation de notre pays ? 
Merci quand même au spécialiste de circonstance, Monanga Freddy, qui reconnait que le papa de Kamhere pourrait ne pas 
être congolais, voila un bon début, la vérité viendra peut être
de là où on l’attend pas. Mr Abraham, croyez-vous vraiment 
que Kamhere qui vivait avec nous depuis son enfance avait 
une quelconque raison de fuir le Congo avec la bande à 
Kaberebe ? Croyez-vous que Kamhere était le seul rwandais à 
être resté au Congo après leur aventure AFDL? Le peuple 
congolais n’est ni tribaliste, ni xénophobe. Nous avons accepté 
comme vice président un exilé tutsi rwandais du nom de 
Ruberwa qui, alors chef rebelle, a enterré des femmes 
congolaises vivantes. C’est Mr Kamhere lui-même qui, par ses 
mensonges à répétition a rendu difficile son cas. Chacun de 
nous se reconnaissait en lui et était content de son succès 
politique, il était de nôtre. Mais voila que notre propre petit, 
notre rwandais sympathique s’est mis à mentir disant qu’il 
était mushi. Ah ! Pourquoi ment-il ? Que cache-t-il ? Serait-il 
possible que…. Voila le début des ennuis de Kamhere. Ses 
mensonges ont créé une répulsion, il est devenu suspect, sa 
soif du pouvoir l’a poussé dans les bras de nos bourreaux 
rwandais. Il a lui-même détruit la confiance que tout congolais 
avait en lui. Le congolais a accepte un exile génocidaire tutsi comme vice Président, il ne pouvait pas 
refuser Kamhere, l’enfant que nous avons aime et choyé dans notre propre basse cour. 
C’est lui-même qui s’est rendu indésirable par ses mensonges hors normes et suspects.. 
Pour clore le débat sur sa nationalité, Mr Kamhere avait cité à 
plusieurs reprises son ami d’enfance comme témoin. 
Malheureusement, cet ami, Serge Gontcho, avait déjà fait une 
révélation embêtante dans un échange en privé avec le 
journaliste Elonga Edjadje. Voila le déroulement de leur 
entretien. 
Elonga: 
Pour toi, il est bel et bien Congolais ? 
gontchoserge: 
Il l'est. C'est sa mère qui est burundaise, je crois, mais 
son père il est sujet mushi. Je le sais de moi-même et de 
plusieurs sources dignes de foi. 
Elonga: C'est drôle quand même que l'UNAZA ait laissé passer 
VITAL sur son diplôme en 1987 
gontchoserge: 
Vital est un tripoteur par moment. Il est prêt à beaucoup 
pour arriver à ses résultats. C'est une qualité, mais aussi 
un défaut. C'est moi qui l'ai inscrit à l'université, je l'ai 
dit déjà plus d'une fois, et j'avais son diplôme en mains, 
avec son nom de famille kamerhe lwa Kanyinginyi 
Nkingi. Je ne sais pas à quel moment il est devenu 
officiellement Vital Kamerhe. 
gontchoserge: 
C'est sûr. Il s'est montré trop gourmand, et on dit que 
c'est la même chose qui l'a fait partir du PPRD. Il n'est 
accepté nulle part, à moins que ce ne soit un jeu entre 
lui et les siens. C'est une hypothèse que tout le monde 
examine. Je crois qu'il s'est mis et s'enferme dans une 
situation inutilement compliquée. 
 Serge Gontcho est avec Kamhere depuis la tendre enfance jusqu'à l’universite de Kin. Il 
qualifie son meilleur ami de tripoteur et arriviste. Qui voudrait d’un tripoteur et arriviste a 
la présidence du Congo???? 
A lire cet échange, on comprend qu’à l’entrée de l’université, il 
s’appelle Kamhere Lwa Kanyinginyi Nkingi. Serge qui l’a inscrit 
avait son diplôme de secondaire et a lu ce nom. C’est donc 
pendant qu’il est à l’université qu’il adopte le prénom de Vital, 
bénéficie de la bourse CPGL, sort de l’université comme sujet 
étranger du nom de Vital Kamhere. A Washington, il a avoué 
que son diplôme d’université avait son prénom Vital. Il 
passera alors par le cabinet Moshebekwa pour se blanchir et 
devenir congolais comme plusieurs rwandais l’ont fait avant et 
après lui. A l’école secondaire, il est congolais avec un nom 
authentique pour peut être bénéficier de la gratuité de l’enseignement. A l’université, il devient rwandais Vital et 
touche une bourse d’étude consistante réservée aux rwandais 
et burundais. Après l’université, il redevient congolais par la 
filière Moshebekwa et noyaute notre administration. A 
l’arrivée de l’AFDL, il est membre de cette 5e
 colonne qui 
organise l’invasion rwandaise de l’intérieur avec des 
personnes comme Kengo, Thambwe, Mwando Nsimba, Maitre 
Mbuyu, Yumbu Joseph et plusieurs autres. 
 
Dégoûté par le comportement mercenaire de son ami d’enfance, Serge Gontcho parle de 
Kamhere et des envahisseurs rwandais comme « lui et les siens ». Donc, même Serge a fini 
par se rendre compte que Kamhere, son ami de toujours, est rwandais. 
A l’invité de Mr Abraham Luakabuanga qui se demandait 
pourquoi Mr Kamhere est qualifié tantôt de rwandais, tantôt 
de burundais, je dirais simplement que, comme enfant, 
Kamhere a le choix entre la nationalité burundaise de sa mère 
et rwandaise de son père. La personne de nationalité 
congolaise à laquelle Mr Serge Gontcho fait allusion comme 
étant le père de Mr Kamhere n’est en réalité que son parrain 
et non son père. Je ne suis pas surpris d’entendre le Gouverneur Makila dire, pour protéger Mr Kamhere, que sa 
femme, la sœur de Mr Kamhere, n’est pas du Rwanda mais 
mushi du Kivu. C’est normal, quand vous êtes appointé 
comme prochain Kapita du Congo, la CI vous affecte des 
moyens importants pour voyager et entretenir le mensonge. 
De Mobutu, nous acception tous que sa mère l’avait eu à 8 ans 
et il était le 3e
 enfant. De Joseph Kabila, il est katangais, fils de 
LDK, diplôme de Washington. On aurait pu nous éviter tout ce 
tracas sur Kamhere et nous dire qu’il est d’Ekafera ou de 
Lusambo. Si le media mensonge nous le répétait deux fois, 
nous le croirons. Au Congo, personne ne demande le test ADN 
pour prouver que Joseph Kabila est le fils de Mama Sifa car la 
Radio Mensonge Internationale l’a confirmé, sa mère est de 
Maniema, sa femme de Tshela. Quant à Serge Gontcho, il s’est 
aussi converti et a écrit un document public où il affirme et 
confirme la mushité de son ami d’enfance, Vital Kamhere. 
Certains affirment que Serge est allé à la soupe. Moi je n y 
crois pas. Serge a simplement eu peur pour sa peau sachant ce 
dont est capable un Kamhere ambitieux qui fréquente des 
tueurs intégristes tutsi.  
Maman : « Le soutien a votre fils ne doit pas vous empêcher de penser aux autres mamans 
qui continuent à être violées avec le silence complice de celui que votre fils a présenté 
comme étant de nôtre. 
Intéressez-vous à cette maman qui est partie en exil en 
Grande Bretagne pendant que son fils Kamhere est deuxième 
personnalité du régime au Congo. Posez-lui la simple 
question : « De quel passeport était-elle détentrice à l’entrée 
en Grande Bretagne, que fuyait-elle et d’où est-elle partie ? » 
Vérifiez alors l’information auprès de l’immigration 
britannique. Vous comprendrez beaucoup. L’intellectuel 
congolais est naïf et léger. Cette légèreté qui pousse Mrs Roger 
et Freddy à affirmer sans sourciller que Mr Kamhere est 
populaire à l’Est et à Kinshasa oubliant qu’il n’a fait que 4% sur 
l’ensemble du Congo après avoir fait, parait-il, le plein à l’Est 
en distribuant gratuitement la bière.  
Mr Freddy, pouvez-vous nous expliquer comment Kamhere est populaire avec un score de 4% 
à la présidentielle ? Solo, rwandais asi aleisi yo nieyi. 
Pour moi, après avoir débattu le cas Kamhere depuis des 
années mon opinion est faite : « il n’est pas congolais car il a 
manqué de répondre simplement aux questions faciles. » Je 
suis né congolais. S’il m’arrivait de postuler pour un poste 
politique, les personnes qui savent que j’ai séjourné à 
l’étranger se demanderont si je n’ai pas acquis entretemps 
acquis une autre nationalité. Je n’aurais aucun problème à 
démontrer que je suis toujours congolais. Ou alors, je 
préciserai le lieu et la date à laquelle j’ai renoncé à mon 
éventuelle nationalité étrangère pour récupérer ma 
nationalité congolaise d’origine. Pour cela, je n’aurais pas 
besoin de faire appel à mon Mwami, mon village, ma province. 
Toute personne du Kivu ou d’ailleurs qui défend Mr Kamhere est en porte à faux. C’est à Mr Kamhere lui-même de nous 
parler de sa sœur, de son diplôme et toutes les autres 
préoccupations. Comme il a trop trainé, notre opinion est 
faite : « Il est né un certain 4 mars 1959, à Cyangugu, au Rwanda, poste 
frontalier avec le Congo dans le Sud-Kivu. Sa grand-mère est Rwandaise et 
vit encore à Cyangugu et son cousin est le général de brigade 
rwandais Gratien KABILIGI. Fils de Constantin, arrêté le 18 juillet 1997 par 
le Tribunal Pénal International pour le Rwanda et transféré à Arusha, en 
Tanzanie. Leur grand-père commun est M. KANYIGINYA du clan royal 
Hutu des Banyiginya de la Préfecture de Cyangugu. Le général Gratien 
KABILIGI est né à Rusunyi en décembre 1951 et il a fait ses études 
secondaires au Collège St Paul à Bukavu ,sous les bons soins de son oncle 
paternel Constantin KAMERE. Avant le génocide de 1994 au Rwanda, le 
général Kabiligi était commandant des opérations à Byumba, au Rwanda, 
avant de devenir commandant des opérations au Sud-Kivu pendant 
l’aventure de l’AFDL. » (GRARC) 
 
Seule sa femme est congolaise de Walungu, son père étant rwandais et sa mère 
burundaise pendant que lui-même aurait bénéficié de la bourse CPGL au campus de 
Kinshasa comme tout étudiant originaire du Ruanda-Urundi. 
Kabila va certainement partir en 2016, ce n’est pas un scoop. 
Si la communauté dite internationale est parvenue à cette conclusion c’est que la relève est proche en la personne de 
Kamhere, Kengo ou Ruberwa. Le Congo est par terre, tout le 
monde se précipite pour arracher son petit morceau. Le 
dernier en date est le Président français, naguère anti Kabila, 
qui vient de le convoquer à Paris. L’objectif est de lui arracher, 
avant qu’il ne parte, quelques pans de l’économie du Congo au 
profit de la France. Le port de Matadi va devenir français ce 
qui permettra à Bolloré de réaliser son plan de 
développement de Pointe Noire au détriment de Boma et 
Matadi. La France va construire le Pont Kinshasa Brazza et 
détourner tout notre trafic maritime sur Pointe Noire et ainsi 
tuer l’axe économique du Bas-Congo au profit de l’axe Pointe 
Noire Kinshasa. C’est depuis Stanley que les français ont rêvé 
de contrôler le trafic maritime du Grand Congo à partir de 
Pointe Noire, un port et un pays qui sont sous leur coupe, et 
donc plus pour eux que Matadi et Boma . Pour la façade, la 
France va promettre à Kabila l’impunité après la présidence. 
Bien sûr, tout cela n’est que foutaise car, au prochain Kapita 
du Congo, ils offriront la tête du précédent comme ils ont 
offert la tête de Lumumba à Mobutu, la tête de Tchombe à 
Mobutu, la tête de Mobutu à LDK, la tête de LDK à Joseph 
Kabila, la tête de Joseph Kabila et de sa sœur jumelle à Kamherekengoruberwakatumbi. C’est ça la vraie histoire que 
notre naïveté nous empêche de comprendre.
 
 
Pour bien brader le Congo, celui qui a humilié Joseph Kabila à Kinshasa le convoque et 
l’accueille sur tapis rouge à Paris ! Un jeu de qui perd gagne. 
Le Président français est élu par les français pour les français. 
Sa mission est de dépouiller les autres nations au profit de la 
sienne. C’est à nous congolais d’élire un président congolais 
pour les congolais et lui assigner la mission de protéger notre 
patrimoine. Tout autre concept n’est qu’une illusion d’optique. 
Ainsi, le numéro de Mr Kamhere sur la France, amie du Congo, 
est une farce, les grands pays n’ayant pas d’amis mais rien que 
d’intérêts.  
La RDC serait-elle devenue un pays sans maitre où quiconque peut aller se servir ?
Mr Freddy, bien que vous habitiez la France, il ne m’arrivera 
pas d’oser vous demander de dénoncer cette démarche de la 
France de se réconcilier avec le Rwanda et Joseph Kabila sur le 
dos du peuple congolais. Non, pour ce faire, il vous faut un 
esprit que vous n’avez pas encore : « l’esprit qui habitait votre 
père lors du match contre le Roi Pelé de Brésil, l’esprit de 
Kimbangu, de Kimpa Vita, de Lumumba. » Non mon frère, je 
ne vous demanderai pas de mettre en péril votre baguette 
quotidienne en France.  
Pene pene na Mondele, une proximité qui pourrait empêcher Mr Freddy d’articuler, trop 
pris qu’il est à sourire. Mboka eyi kozika, y’okoseke lokola nzele. Freddy Basi bashafuli yo ? 
 
Voici plus de 60 ans que la diaspora noire en Belgique et en 
France vote pour les mêmes partis qui, une fois au pouvoir, 
nous oublient. Ces socialistes et socio chrétiens en qui nous 
faisons confiance nous trompent chaque fois. Ne serait-il pas 
temps d’essayer autre chose ? Le moment où les africains, 
congolais en tête, pourraient pactiser avec l’extrême droite 
européenne n’est-il pas encore arrivé ? Qu’avons-nous à 
perdre si nous pouvons rencontrer Dewever en Belgique et Le 
Penn en France et leur proposer un accord ? Puisque ces 
extrémistes ont peur des noirs en Europe, nous leur 
proposerons de Controller l’immigration et, en échange, ils 
nous aideront à démocratiser l’Afrique et mettre fin à toutes ces dictatures qui embastillent nos populations et freinent 
tout effort de développement. La preuve est faite que le 
Nigeria et le Ghana ont inversé la courbe d’immigration avec 
le progrès de la démocratie chez eux. Actuellement, il y a plus 
des nigérians et ghanéens qui rentrent chez eux que ceux qui 
quittent. En Afrique, les pays anglophones, plus démocratisés, 
avancent mieux que les francophones. Pourquoi ne ferions 
nous pas les choses différemment en votant pour Dewever et 
Le Penn et leur proposer un deal ? En Belgique, cette idée 
circule depuis 2011 mais, quand il faut l’appliquer, les vieux 
démons remontent en surface avec le reflexe de voter pour 
ceux qui nous « aiment » et nous trompent toujours. En 
France, ne serait-il pas possible de commencer une campagne 
en faveur de nos « ennemis » de l’extrême droite maintenant 
que nos amis n’ont rien fait pour nous? Avons-nous quelque 
chose à perdre à traficoter avec le FN maintenant que le parti 
socialiste français est au lit avec Kagame et Kabila, un ménage 
à trois sur le dos du Congo ? Non, je sais que Mr Freddy n’aura 
pas ce courage, cloitré qu’il est dans le confort de nous 
afficher ses photos avec les mindele. Il n’a pas encore, comme 
je l’ai dit l’esprit qui habitait Papa Mulongo au stade Tata 
Raphael lors du match du Congo contre le Brésil. Mais, si en France, il y a des congolais qui pensent changer les choses, il 
est temps que nous allions vers nos « ennemis ». Comme 
grande nation, le Congo n’a pas d’amis, rien que d’intérêts. 
N’est-ce pas ? 
 
Avec ou sans nous, elle sera Président de la France. Aidons-la à le devenir en échange de 
son aide pour démocratiser l’Afrique, un win-win deal, tout peut se négocier en politique. 
Pour ceux qui ne le savent pas, un mandat d’arrêt 
international existe contre Mr Kamhere. Ce mandat porte le nr 
140 et a été émis après qu’il ait été identifié comme 
l’idéologue du génocide congolais. C’est lui que Joseph Kabila 
chargeait pour ravitailler sur le terrain Nkundabatware et 
Amisi Tango Fort. Son cousin, le général hutu rwandais Gratien 
Kabiligi, a été arrêté et jugé à Arusha pour faits de génocide au 
Rwanda pendant que lui-même, Vital Kamhere, est impliqué 
dans le génocide au Congo. Pour l’instant, il n’est pas inquiété 
car il bénéficie de la protection de la communauté 
internationale qui manipule la CPI. Mais, les choses 
changeront sachant que, en fin de course, le nègre de service 
finit toujours par être lâché après usage comme Mobutu, comme Taylor, comme LDK, comme Joseph Kabila bientôt et 
comme tant d’autres. 
 
Kamhere était la main secrète de Kabila pour ravitailler Nkundabatware qui massacrait les 
congolais sur le terrain. Il est l’idéologue du génocide congolais. 
En conclusion Mr Freddy, Vous n’avez pas fait votre devoir de 
journaliste patriote car vous n’avez pas été chercher la vérité 
là où elle se cachait. Peu importe, Mr Kamhere est bienvenu 
au Congo, il peut participer à bâtir le Congo. Mais, s’il veut 
postuler au poste du dirigeant suprême, lui seul, et non sa 
tribu ou sa région, doit se conformer à notre constitution qui 
exige au candidat d’être congolais d’origine, né des deux 
parents congolais. C’est une bonne chose qu’il propose à la 
diaspora de se rencontrer en congrès. Mais, nous aimerions au 
préalable qu’il lève le doute qui plane sur ses origines. Le 
congrès de la diaspora qu’il propose sera alors une occasion 
où il pourra nous parler de ses liens avec les lobbies miniers. 
A-t-il déjà vendu le Congo à ces charognards? A quel prix ? 
A-t-il transféré tout le fruit de la vente à Kigari ou garde t-il 
encore des miettes pour nous acheter les mikate et la Primus aux ngandas de Matonge ? Tozo talela.
 
Ma propre conclusion 
Si je n’étais pas convaincu que Mr Kamhere est un danger 
pour le Congo, je ne perdrais pas mon temps sur son cas. Qu’il 
soit rwandais ou pas, il a droit à la vie comme tout le monde. 
Mais pour mon pays, le Congo, il est la face visible de la 
conspiration qui a englouti 8 million de nos concitoyens. Je 
m’en tiendrai a la conclusion de son ami intime Serge Gontcho 
pour dire que : « Vital est un tripoteur par moment. Il est 
prêt à beaucoup pour arriver à ses résultats. » Un tel 
homme, tripoteur et arriviste, est dangereux pour le 
pays. Déjà maintenant qu’il n’est que candidat, il a des 
tentacules partout. Demain, devenu Président, il nous 
vendra tous. Yandi ve, azonga na Burundi. 
Le Congo doit son essor aussi à toute cette population 
qui est venue des pays frontaliers et qui partage notre 
idéal. A Kinshasa, nous vivons sans distinction d’origine, 
nous sommes tous congolais. Vital n’est plus un d’entre 
nous parce qu’il s’est associe aux machetistes qui tuent 
et violent. Il ne sera pas notre Président. Yandi ve, 
azonga na Burundi.  
Evariste MPWO Munta 
Congolais d’entre tous. 
http://www.voiceofcongo.net/les-grands-dossiers-de-code-24
3-vital-kamerhe-burundais-congolais-rwandais-video 
http://reveil-fm.com/index.php/2014/05/10/4765-pourquoi-v
ital-kamerhe-le-president-de-l-unc-fait-il-peur-interview-de-fr
eddy-mulongo-et-roger-bongos 

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com