Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 15:06

29/09/11 REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE JEUDI (CongoForum)

La présente revue de presse porte essentiellement, une fois de plus, sur les questions électorales. Parmi celle-ci, e sujet vedette est bien sûr la marche de l’UDPS, prévue pour aujourd’hui, à propos de l’audit du ficher électoral.

 

Elections / CENI

 

De quoi s’agit-il ?

 

Afrikarabia annonçait hier soir que « L'UDPS accentue la pression sur la CENI » et précisait que ce serait un « Jeudi sous haute tension à Kinshasa ». L'opposition annonce une grande manifestation dans toutes les grandes agglomérations de République démocratique du Congo (RDC). L'UDPS demande l'audit du fichier électoral pour y traquer les nombreuses irrégularités dans l'organisation des élections présidentielle et législatives du 28 novembre prochain. 
« Etienne Tshisekedi et les alliés de l'UDPS appellent ce jeudi à une grande manifestation pour réclamer à la Commission électorale (CENI) un audit des fichiers et plus de transparence sur les scrutins du 28 novembre. L'UDPS accuse la CENI de ne pas vouloir rendre les prochaines élections transparentes et dénonce de multiples irrégularités dans l'enregistrement des électeurs. L'opposition craint aussi une fraude massive du pouvoir en place à Kinshasa. Pour le responsable de l'UDPS, Jacquemain Shabani, cette grande marche a pour but de faire plier la CENI à leurs revendications, «pour éviter au pays le chaos qui survient à la suite des conflits postélectoraux dus à des élections mal organisées. L’UDPS et ses alliés appellent donc la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à clarifier le processus pour aboutir à des résultats incontestables, gage de la paix». Pour le parti d'Etienne Tshisekedi, la clarification du processus électoral passe par un audit du fichier électoral. De nombreuses informations font état de "doublons" sur le serveur central de la CENI. L'un des prestataires techniques, la société Zetes reconnaît même une proportion anormalement élevée de ces "doublons" (plus importante que les 120.000 reconnus par le président de la CENI). Le bras de fer continue donc entre l'opposition et la CENI à moins de 60 jours du scrutin ».

(En fait, de part et d’autre, on joue un jeu étrange, qui s’apparente à la fois aux échecs et au billard à trois bandes et où celui qui paraît être l’adversaire n’est pas forcément le plus directement visé.

La CENI a adopté une position habile – au moins à court terme – qui la met en apparence hors-jeu alors que c’est tout de même son fichier qui fait problème. Elle consiste à accepter en principe l’audit demandé, en exigeant simultanément que cet audit soit « paritaire », c'est-à-dire effectué par des experts tant de l’opposition que de la majorité. Cette dernière refuse cette « perte de temps ». La CENI constate dès lors l’impossibilité de l’examen, sans qu’il y ait de sa faute car, pourra-t-elle toujours arguer, elle ne refuse pas par principe mais pour respecter son statut de « neutralité ». Bien entendu, à long terme, on ne manquera pas de remarquer que sa  neutralité l’amène curieusement à faire toujours ce que désire la majorité. Celle-ci s’expose d’ailleurs ainsi aux pires soupçons puisque les « doublons » en eux-mêmes n’affichent pas leur couleur politique. Il n’y a pas que la majorité qui soit susceptible de tricher, mais si elle est seule à ne rien vouloir faire contre la tricherie… !

La MP, qui se fait ainsi refiler la « patate chaude » par la CENI, se borne à accuser l’opposition de vouloir empêcher la tenue des élections et même, par la déclaration de son SG Aubin Minaku le 27 septembre, d’avoir des « visées insurrectionnelles ». Ce n’est plus une contre-attaque, c’est une charge de rhinocéros ! D’aucuns y voient uniquement le reflet du désir qu’a le SG récemment nommé de « justifier ses appointements ».

Du côté de l’UDPS, ce n’est pas plus limpide. Constater, comme le fait Afrikarabia, que « Les derniers sit-in de l'UDPS s'étaient toujours terminés par des violences policières » rend incomplètement compte de la situation. En effet, manifester dans une zone neutre déclenche fatalement une riposte policière et les manifestants n’ont pas tous et toujours eu une attitude pacifique. Cela ne justifie certes pas le comportement de gorilles de certains policiers, mais cela ne permet pas non plus à l’UDPS de jouer au « manifestant pacifique et martyr ».

Car, s’il y a une partie de bras de fer entre l’opposition et la CENI à propos de l’audit il y a aussi, sur le terrain plus général de la campagne électorale elle-même, la compétition entre l’UDPS et le reste de l’opposition. Affirmer que Tshisekedi et ses partisans sont « la seule véritable opposition » est une chose. En convaincre l’électeur en est une autre, et le persuader qu’il peut sans risque exprimer cela dans son vote en est une troisième. Pour y arriver, une tactique chère à l’UDPS a toujours reposé sur l’axiome « On me matraque, donc je suis ». Etre réprimé montre à la fois que l’on s’oppose et que l’on est craint, donc que l’on est reconnu par le pouvoir comme une menace réelle.

Enfin, dernier et croustillant détail : il faut remarquer que, si l’on se fie aux « fuites » qui ont déposé chez Congo Siasa de Jason Stearns des renseignements sur la teneur du rapport de Zetes datant du début août à la faveur de ce qu’il est d’usage dans les rédactions d’appeler « un vent favorable », toute cette agitation aurait pu être évitée. D’après ce rapport, en effet, il était possible si l’on commençait immédiatement – c'est-à-dire en août – d’éliminer ce problème à temps pour que les élections puissent avoir lieu à a date prévue. NdlR)

 

 Voici à présent ce qu’en dit la presse.

 

 « Présidentielle 2011 : J. Kabila-E. Tshisekedi, l’épreuve de force commence ! », titre à la Une le Palmarès.  Selon lui, l’opposition a ouvert un nouveau front directement dirigé contre la majorité qu’elle somme de se conformer, sans délai, à la loi électorale. La majorité qui ne l’entend pas de cette oreille, accuse sa rivale, écrit le journal, de préparer une guerre civile au pays. Quittant le front médiatique, les deux camps vont bientôt s’affronter devant la Cour suprême de justice. Et ce journal de conclure que la présidentielle du 28 novembre s’annonce impitoyable car tous les coups semblent permis.

« Accusations réciproques entre le Pouvoir et l’Opposition : Elections 2011 menacées », fait observer Le Potentiel. Ça sent le parfum d’un bras de fer susceptible de provoquer des dérapages significatifs et porter préjudice au bon déroulement des élections 2011, note-t-il. Les deux camps donnent l’impression d’avoir peur des scrutins du 28 novembre. Une trahison des aspirations du peuple congolais, estime Le Potentiel, qui poursuit : « On ne peut pas, de deux côtés, vouloir à la fois des élections apaisées et être incapable de tempérer ses ardeurs en versant dans des accusations graves et un radicalisme sans mesure. Ce serait vouloir chercher une chose et son contraire… ». Le ton est monté d’un cran depuis ces dernières 48 heures entre le pouvoir et l’opposition qui ont animé simultanément, mardi 27 septembre, deux conférences de presse, rappelle Le Potentiel. Un cliché du déjà-vu lorsque les deux camps avaient arrêté la date du 8 septembre pour organiser des marches dites « pacifiques » en vue de réclamer l’organisation des élections apaisées. Un télescopage des caravanes motorisées de deux camps a été évité de justesse. Suite à une mesure interdisant des manifestations publiques jusqu’ à la clôture du dépôt des candidatures. Voilà que ça bouillonne à nouveau. La trêve a tout l’air d’être rompue. Les conférences de presse de l’UDPS et de la Majorité présidentielle (MP) suscitent à nouveau des inquiétudes, écrit Le Potentiel.

« Transparence des élections : Udps et alliés devant la CENI ! ». La Prospérité qui titre ainsi, signale que la base de l’Udps est déterminée à maintenir la pression sur la CENI et ce, malgré l’approche d’ouverture adoptée dorénavant par cette commission. Cette base de l’Udps, sauf changement de dernière minute, sera ce matin devant les installations de la CENI, à la Gombe. Les mobiles, a indiqué le SG Shabani, sont les mêmes que ceux du 1er septembre, quand bien même il faut ajouter la dénonciation de l’insécurité. « Nous revenons à la charge, et nous reviendrons autant de fois que nécessaire, avec les mêmes revendications relatives à la transparence et à la crédibilité des élections de novembre 2011 », a martelé, devant les professionnels des médias, M. Shabani Lukoo.


Elections / Divers

 

« Campagne électorale : le Csac fixe les règles du jeu », indique Le Phare. Dans ce dossier le Csac met en garde les instituts de sondage d’opinion à qui il demande de faire conformer leurs statistiques aux dispositions adéquates. Pour le Csac, le sondage d’opinion repose sur un échantillon statistiquement représentatif, composé de mille personnes au moins, tenant compte de la diversité des catégories socioprofessionnelles, de sexe, de l’âge ainsi que des paramètres démographiques périodiquement fixés par l’Institut national des statistiques (INS).

« Présidentielle 2011 : Etienne Tshisekedi sollicite le soutien de Jean Pierre Bemba ». C’est la manchette de Forum des As, citant l’avocat de l’ancien vice-président de la République démocratique du Congo. Après un premier rendez-vous manqué mi-septembre, Etienne Tshisekedi (UDPS) a rencontré Jean-Pierre Bemba (MLC) à la prison de La Haye. Le leader de l'UDPS est à la recherche du soutien de l'ancien vice-président congolais aux prochaines élections de novembre 2011 en République démocratique du Congo (RDC) et s’est entretenu, hier, à la Haye avec le «Chairman» du MLC sur «la situation politique qui prévaut au Congo».
Que se sont-ils donc dits les deux leaders politiques congolais? La question est sur toutes les lèvres à l’occasion de cette deuxième entrevue entre les présidents nationaux des partis qui comptent parmi les plus en vue au sein de l’Opposition congolaise à quelque deux mois de la présidentielle 2011, mentionne le journal. Au-delà d’une déclaration jugée laconique de l’avocat du «Chairman» du MLC, bon nombre d’observateurs sont d’avis qu’une telle rencontre ne pouvait pas se passer sans évocation des stratégies autour de l’élection à la magistrature suprême de la Rd Congo fixée au 28 novembre prochain.

 

L’Avenir titre lui aussi « Mercredi à La Haye, tête-à-tête Tshisekedi-Bemba ». « Etienne Tshisekedi wa Mulumba et Jean-Pierre Bemba Gombo ont eu hier mercredi un tête-à-tête àLa Haye. Mêmesi la visite n’était que de courtoisie, l’on croit savoir que le lider maximo a reçu le ralliement des militants du MLC sur ordre du Chairman, qui a le dernier mot sur ses troupes », indiqueL’Avenir qui estime que les voix de Jean-Pierre Bemba valent de l’or à deux mois du scrutin. Et nombreux sont les candidats qui cherchent à obtenir son soutien. « Un accord avec le candidat de l’UDPS pourrait faire pencher la balance du côté d’Etienne Tshisekedi et marginaliserait ainsi les candidatures de Vital Kamerhe et de Léon Kengo », souligne le journal.

« Alors un has been ce Bemba ? », s’interroge Forum des As dans son éditorial de ce jeudi. Pas vraiment, répond ce quotidien. « Certes, le leader du MLC est détenu loin de ses terres congolaises mais son ombre est plus que jamais présente dans toutes les loges de l’opposition », souligne Forum des As. Le journal rappelle que pas un seul « opposant grand format » de séjour en Europe n’oublie de faire un détour par La Haye. Il pense qu’il reste au leader du MLC son « Bembaland » et son excroissance dans la capitale dela RDC. « C’est cette valeur ajoutée qui fait tourner la tête à plus d’un candidat à la présidentielle », croit savoir le journal.

La visite était qualifiée "de courtoisie", ou "d'humanitaire", mais une chose est sûre : l'élection présidentielle de novembre prochain en RD Congo a bien été le sujet majeur de la visite d'Etienne Tshisekedi à Jean-Pierre Bemba. A la clé de cette rencontre : les voix du MLC, le parti de Jean-Pierre Bemba. Des voix très convoitées, dans l’idée que seul un candidat unique, rassemblant l'ensemble de l'opposition, peut espérer battre le président sortant Kabila. Or, il y a déjà au moins trois candidats majeurs pour briguer la magistrature suprême : Etienne Tshisekedi (UDPS), Vital Kamrehe (UNC) et Léon Kengo (UFC). Mais un parti n'a pas présenté de candidat à cette élection : le MLC de Jean-Pierre Bemba, fort de ses 64 députés. 
Si de nombreux candidats cherchent à obtenir le soutien du "chairman" Bemba,  un accord avec le candidat de l'UDPS pourrait faire pencher la balance du côté d'Etienne Tshisekedi et marginaliserait ainsi les candidatures Kamerhe et Kengo.   
Pour l'instant, aucune déclaration claire de Jean-Pierre Bemba n'a filtré sur son éventuel soutien au "sphinx de Limete". Donnera-t-il des consignes précises à ses électeurs ? Ou entretiendra-t-il un certain flou qui pourrait l'arranger après les législatives (où le MLC présente 237 candidats) ? Une dernière question : que représente aujourd'hui l'électorat de Jean-Pierre Bemba, alors que le MLC n'est plus l'ombre que de lui-même ? Vraisemblablement peu en voix lors de la présidentielle, mais suffisamment lors de la législative pour peser encore à l'Assemblée nationale.

 

Divers

 

Sur son second titre, Le Palmarès se penche sur la série des évasions dans les prisons de la Rdc. Dans ce dossier, Luzolo Bambi, le ministre de la Justice, accuse les gouverneurs de province de relâchement.

 

L’Observateur titre« Vote du budget 2012, le gouvernement traîne encore les pas ». Depuis le 15 septembre, date de l’ouverture de la session budgétaire au parlement, aucune plénière n’a été convoquée au parlement, se plaint L’Observateur. Selon certaines indiscrétions recueillies par L’Observateur dans les couloirs du palais du peuple, le gouvernement n’a pas encore déposé ce projet de budget. « L’occasion faisant le larron, les élus du peuple dans les deux chambres du Parlement se frottent les mains. Ils continuent à faire leur campagne électorale en sourdine, en catimini, bien que celle-ci n’a pas encore été officiellement autorisée », fait remarquer le journal qui invite le gouvernement à accélérer les pas.

 

© CongoForum, le jeudi 29 septembre 2011

 

 

 

CongoForum est un site web unique qui existe depuis octobre 2005. Nous avons vraiment besoin de votre soutien financier. Merci de verser votre soutien sur le compte nro 738-0181033-53 de l’asbl CongoForum. Vous pouvez le faire sur une base mensuelle ou annuelle, comme vous voulez. Un grand merci d’avance! Encore des questions? Mr. Klaas Vanhalst vous répondra: klaas@congoforum.be .

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com