Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 09:40

RDC : les entreprises minières envisagent d’importer l'électricité de l’Afrique du Sud

Publié le jeu, 13/04/2017 - 13:19 | Modifié le jeu, 13/04/2017 - 13:19

 

Vue sur la centrale Inga 2 depuis le haut du barrage, les conduites à droite, les transformateurs à gauche (SNEL), 2005.

Les délégués de l'entreprise publique chargée de la production et de la distribution de l’électricité et la chambre de commerce du Congo négocient jeudi et vendredi les importations d’électricité produite par l'entreprise sud-africaine Eskom, selon Reuters. L’initiative vise à réduire le grand déficit local d’énergie qui a affaibli la production minière du pays, principal producteur de cuivre du continent, renseigne l’agence d’information britannique, citant Eric Monga, le président de la chambre de commerce du Congo dans la région minière du sud-est

La RDC fait face à des déficits énergétiques massifs et des précipitations devenues « limitées » pourraient entraîner une chute de production de près de 50% dans les principales centrales hydroélectriques du pays au cours de la saison sèche de mai à septembre, souligne Reuters.

L’exportation d’électricité depuis l’Afrique du Sud impliquerait le transport via de centaines de kilomètres de câbles à travers le Zimbabwe et la Zambie, entrainant ainsi l’augmentation des coûts.

« C'est nettement plus cher […] mais l'intérêt économique est tellement formidable que nous sommes obligés d’aller discuter avec eux », a déclaré M. Monga à Reuters.

D’après l’agence d’information, la région minière du Katanga riche en cuivre ne reçoit environ que la moitié de l’énergie dont elle a besoin de la part du réseau national, obligeant les opérateurs à s'appuyer sur des générateurs ou des importations coûteux, habituellement en provenance de la Zambie voisine.

M. Monga a déclaré à la même source que chaque société minière serait libre de négocier avec Eskom pour la quantité d’énergie dont elle a besoin. Les principaux opérateurs au Congo incluent Glencore, Ivanhoe Mines et Randgold, a précisé Reuters.

La RDC est censé construire un nouveau barrage de 4 800 MW, de 14 milliards de dollars sur le fleuve Congo d'ici 2020 - avec 2 500 MW affectés à l'Afrique du Sud - mais peu d’avancées sont enregistrées, le gouvernement n’ayant pas encore sélectionné un entrepreneur.

- See more at: http://www.radiookapi.net/2017/04/13/actualite/economie/rdc-les-entreprises-minieres-envisagent-dimporter-lelectricite-de#sthash.zlXImWFA.dpuf

 

RDC : la Banque mondiale suspend son financement au projet Inga III

Publié le mer, 27/07/2016 - 19:54 | Modifié le mer, 27/07/2016 - 19:54

 

 

Vue aérienne du barrage hydroélectrique Inga 2 (SNEL). Sur cette photo: le canal, le barrage, les conduites forcées, et la centrale (2005)

Dans un communiqué publié lundi 25 juillet dernier, la Banque mondiale (BM) affirme avoir suspendu son assistance technique et financière au projet Inga III. Selon ce communiqué, l’institution financière conteste « l'orientation stratégique » optée par le gouvernement dans la gestion de ce projet.

« Cette orientation est différente de celle qui avait été convenue en 2014 », indique le communiqué de la BM, qui précise que cette suspension du décaissement de financement concerne le projet Inga III et d’autres infrastructures hydroélectriques de taille moyenne de la RDC.

En clair, la banque mondiale reproche notamment au gouvernement congolais d’avoir nommé à la tête de ce projet une autorité qui dépend directement de la Présidence de la république.

Une démarche qui est contraire aux directives de la banque mondiale quant au choix des personnes appelées à gérer les structures dans lesquelles l’institution de Bretton Woods est partie prenante.

« Dans la directive de la BM, les personnes appelées à gérer les structures dans lesquelles elle est partie prenante doivent passer automatiquement par un concours afin que l’on sélectionne un candidat sérieux, responsable et compétent. Donc les directives de la BM ne permettent pas qu’on procède par nomination. Ce que le gouvernement congolais n’a pas compris car il n’a pas consulté ses partenaires au développement de ce projet lorsqu'il a nommé en 2015 un chef de mission pour ce projet », a expliqué à Radio Okapi Tite Liongi, ancien expert en communication et suivi de cellule du projet Inga III.

Sans plus de précisions, la banque mondiale juge « très insuffisant » les progrès enregistrés vers la réalisation du projet Inga III.

Le financement de la banque mondiale au projet Inga III s’élevait à environ 73,1 millions de dollars américains pour un projet dont la réalisation bénéficie de l’appui financier de plusieurs partenaires et le coût global évalué à 12 milliards de dollars américains.

Selon Jeune Afrique, seulement une part minoritaire (6%, soit 4 560 000 USD) de cette aide a été déboursée depuis 2014.

En gestation depuis plus de dix ans, le projet Inga III a été ressuscité en 2013 par la promesse faite par l'Afrique du Sud d'acheter plus de la moitié de la production d'électricité du futur barrage (2 500 MW) assurant ainsi une viabilité financière au projet. Ce projet, s’il est achevé, permettra à la RDC - pays où seul 15% de la population a accès à l'électricité - de produire 4 800 MW supplémentaires.

Tite Liongi recommande au gouvernement congolais de « revenir au bon sens » en œuvrant pour la mise en place de la « loi Inga », législation qui selon la banque mondiale devrait réguler la gestion de ce projet et préserver les intérêts stratégiques et financiers de la RDC et des partenaires impliqués dans ce projet.​

- See more at: http://www.radiookapi.net/2016/07/27/actualite/economie/rdc-la-banque-mondiale-suspend-son-financement-au-projet-inga-iii#sthash.WJo4nV1q.dpuf

Partager cet article

Repost 0
Published by kongolibre.over-blog.com